Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Culture: Kareyce Fotso a un nouveau bébé

16 Mai 2014, 15:29pm

Publié par Hervé Villard

Le  nouvel opus  de cette musicienne camerounaise a été officiellement présenté au public de Douala  le  16 mai 2014 à l’institut français

 

 

 

Il s’appelle «Mokte» et fera certainement plaisir aux mélomanes des villes du Cameroun, de l’Afrique et du monde entier. Fruit d’un effort quotidien et de beaucoup de recherches, le nouvel  album de Kareyce Fotso a été dédicacé ce vendredi 16 mai 2014 à l’institut Français. La première dédicace qui s’est  déroulée à Douala  a permis aux mélomanes de la capitale économique du Cameroun, et à ses fans de découvrir ce nouveau bébé qui fait déjà la fierté des amoureux de la musique.  

Pendant cette cérémonie de dédicace annoncée en grande pompe par les médias locaux et nationaux, Kareyce Fotso a fait   un a capela, question de donner un avant goût, du contenu de cet album de 12 titres, qu’elle vient de commettre sur le marché discographique camerounais et mondial.

Sorti en Europe depuis le mois de mars, «Mokte», ce nouvel album de Kareyce fotso qui signifie «Espoir» en langue Bandjoun, est une galette musicale qui permet à l’artiste de communier avec ses fans, les mélomanes et surtout avec les populations du monde entier. À travers cet opus, la starlette de la musique camerounaise partagé son état d’esprit. Elle invite  tout le monde à garder espoir malgré les vicissitudes de la vie.  Elle inspire  la confiance surtout la foi. Car, même si rien ne marche aujourd’hui, les choses pourront changer demain. « Mokte » est en effet une prière, un conseil, un état d’esprit. Bref,  c’est une manière de vivre que partage l’auteur de ce chef d’œuvre, déjà  présent sur le marché discographique.

En plus de ce message plein de sens et de vie, en plus de la mélodie qui est teintée de la quasi totalité des rythmes du terroir, Kareyce  Fotso plonge le public dans un univers dont elle seule connait le secret.  Avec sa voie suave et envoutante avec des messages profonds qui renvoient à la vie de tous les jours, l’artiste camerounaise, fait rêver. Elle prône un idéal de vie et invite tous le monde à s’y accommoder. L’espoir étant la seule chose qui maintient l’homme à la vie, qui  le pousse à faire beaucoup d’efforts dans la vie, il demande aux habitants de la terre de rester confiants, de ne pas se décourager. «Mokte» en fin est une forme d’appel au travail ardu, un appel  à la résistance.

Ces messages importants pour l’humanité, kareyce Fotso les délivre dans les douze titres de cet opus.  De «Te Vouan ne ma» à  «Ndolo», sans oublier «comment ça va ? », «Azany » «Manke», «Just Believe», «Kak Pou tseu», «Kowadi, «Messa», «Tiwassa», «Youmbata», « ke Wouac A» et «Aya», kareyce Fotso, évoque l’amour,  la foie et le courage. Avec ce nouvel opus, la native de Bandjoun vient de porter à trois le nombre d’albums qu’elle a déjà commis sur le marché.

Portrait

Née en pays Bamiléké Kareyce Fotso est élevée chez les Béti. Après des études réussies (biochimie et BTS audiovisuel), elle gagne le droit de s’adonner à sa passion, le chant. Elle débute dans les cabarets de Yaoundé et devient choriste. Elle se fait remarquer au sein du groupe Korongo Jam d’Erik Aliana par sa présence scénique et sa voix exceptionnelle.

En France, dans le cadre de sa résidence «Visas pour le création » (mai à juillet 2009), elle travaille sous la direction artistique de François Kokelaere, qui dirigeait l’Ensemble National des Percussions de Guinée et permis au groupe guinéen Wofa de se produire dans le monde entier.

De cette rencontre naît un spectacle en solo où Kareyce Fotso, accompagnée par sa guitare, offre de jolies mélodies au public.  Avec une voix puissante, originale, teintée d’un voile légèrement éraillé issu du blues et de la tradition africaine, la fille de Bandjoun séduit tout le monde. Elle espère marquer les esprits avec ce nouvel album comme ce fut le cas pour les autres titres. (Mulato, Kwegne)

 

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article