Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Lutte contre la schistosomiase: Les journalistes associés au combat

4 Août 2016, 15:40pm

Publié par Hervé Villard

 sur  le site de l'ile de Barombi kotto
sur le site de l'ile de Barombi kotto

Ces derniers viennent de prendre part à un séminaire de formation sur la lutte contre schistosomiase et les helminthiases intestinales

Permettre aux journalistes de vivres eux même les réalités de la schistosomiase et des helminthiases intestinales au Cameroun. Leur  donner la possibilité de toucher  du doigt  les affres  de ces maladies  sur le triangle nationale. Voilà entre autres objectifs visés par le séminaire de  formation des journalistes camerounais qui  vient de s’achever dans  la ville de Kumba  dans  la région du Sud-Ouest.

 

Organisé par  le ministère de  la Santé Publique et plus précisément  par le programme national de lutte contre  la schistosomiase et  les helminthiases intestinales, ce séminaire de formation a débuté le 23  juillet 2016  à  Yaoundé  et s’est achevé le 28 juillet 2016 dans  la ville de Kumba.

 

En plus des  formations  théoriques qui s’étant déroulées en salle, les hommes de medias accompagnés des experts spécialisés dans  la lutte contre ces maladies, sont descendus dans les différents sites où ces maladies continuent à faire des ravages. 

 

Ainsi  les hommes de medias choisis à la fois au sein de  la presse à capitaux publics que privés se sont rendus  dans les localités de Kindjing Ndjabi dans l’arrondissement de Makenene où la schistosomiase a disparu grâce aux actions du programme nationale de lutte contre  la schistosomiase. Ils ont visité la ville d’Edea  dans la Sanaga Maritime, les villages Barombi Mboh et Barombi NKotto  dans la région du Sud-Ouest tous des foyers de transmission de  la schistosomiase et le village Songdong  situé au bord de la Sanaga un foyer de transmission de l’onchocercose.

 

Selon le professeur Louis Albert Tchuem Tchuente Secrétaire générale du Programme de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinales au ministère de la Santé Publique coordonnateur de cette  formation, les  différents sites choisis pour  la phase pratique  n’ont  pas été fait par hasard. ‘’Ces sites  ont été choisi pour vous permettre dans  un premier temps de  toucher du doigt  la difficulté qu’il y a à lutter contre toutes ces maladies. De voir effectivement  que  ce sont  les pauvres qui souffrent de cette maladie mais surtout de vous faire découvrir  leurs foyers de contamination’’, Explique-t-il.

 

D’après l’ambassadeur de la Liverpool school of tropical Medicine (Lstm) dans le mondepas  effrayé par l’ampleur de la tâche qui incombe au ministère de la Santé Publique et lui, seule une action  

concertée peut  permettre d’exterminer ces maladies au Cameroun. D’où l’importance de la formation  et de l’association des journalistes à la lutte contre ces maladies. « La lutte contre la bilharziose est une activité multisectorielle qui nécessite  l’implication de plusieurs acteurs venant de plusieurs domaines. La bilharziose attaque des hommes qui ne sont même pas au courant de cette maladie. Il est important qu’il y’ait une bonne communication sur cette maladie. En plus il y a trop de confusion dans tout ce que  les journalistes rendent et cela crée un flou sur le plan scientifique. Une  bonne communication sur ces maladies tropicales permet de sensibiliser les populations et les amène à se laisser diagnostiquer et soigner », affirme-t-il

Parlant de la schistosomiase, il faut dire que c’est une maladie transmissible par microbe qu’on appelle le schistosome. Toute  personne en contact avec l’eau  peut contracter  cette maladie. Car, les schistosome passent par les pores de la peau. En pondant des œufs dans l’organisme, ce parasite va créer des dégâts énormes dans l’organisme et créer cette maladie qu’on appelle la bilharziose. On distingue deux types, la bilharziose urinaire et la bilharziose intestinale. Si elle n’est pas soignée, la maladie crée la morbidité au sein des populations.  Pour éviter cette  maladie précise le professeur Louis Albert Tchuem Tchuente, il faut éviter de faire  les sels et d’uriner dans les eaux et surtout de  déverser  les sels dans  les eaux, cela permet de polluer  l’eau et d’entretenir  le cycle de vie de cette maladie

 

Herve Villard Njielé

 

 

Commenter cet article