Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Mayo Tsanaga: Panique dans les rangs de l'armée camerounaise

31 Août 2016, 11:16am

Publié par Hervé Villard

la peur est générale
la peur est générale

L'arrestation et l'incarcération du capitaine de la gendarmerie Hamadjam Hamadjam à l'origine de cette psychose générale qui secoue la compagnie de gendarmerie du département du Mayo Tsanaga

 

 

 

Le capitaine Hamadjam Hamadjam ancien commandant de la compagnie de gendarmerie du  département du Mayo Tsanaga a passé sa quatrième nuit à la  prison centrale de Maroua ce mardi 30 aout 2016.  Relevé de ses fonctions dans  la  nuit de  mercredi 24 août 2016, celui qui était chargé d’assurer la sécurité  dans le département du Mayo Sava a été conduit à la prison de centrale de Maroua  où il médite sur son sors. Il sera  dans  les  prochains  jour  traduit  devant le tribunal  militaire de  la région pour s’expliquer sur les chefs  d’inculpation retenus contre  lui. Mais  en attendant,  l’enquête  ayant conduit à son arrestation selon des informations, se poursuit. «Le commandant de Compagnie  ne serai  pas  seul  dans  le coup,  le réseau serait  long  et  l’on cherche à mettre la main sur tout ces membres apprend-on de sources militaires»,  

Selon des indiscrétions le capitaine Hamadjam Hamadjam est soupçonné d'avoir commandité les braquages en série perpétrés dans l'arrondissement de Mokolo depuis  2015. Des  braquages au cours desquels plusieurs hommes d’affaires et commerçants ont été tués et des biens et sommes importante d’argent emportés. Même si tout se dit  sous cape, des  sources  proches de ce dossier  affirment que  c’est  la dénonciation d’un membre  du comite de vigilance  qui aurait déclenché  cette  procédure.

D’après le quotidien le Jour celui-ci lors d'un braquage  aurait reconnu  un gendarme et entendu  la voix  du capitaine Hamadjam Hamadjam. Après avoir relaté ce qu’il avait découvert,  ses propos sont parvenus à la légion de gendarmerie de l'Extrême-Nord, sont venus s'ajouter aux nombreuses plaintes des populations et aux dénonciations faites par la presse. Une enquête a été commandée par "la présidence de la République "Le commandant de la légion de gendarmerie de l’Extrême-Nord le colonel Dambouka qui dirigeait cette enquête  va très vite établir  que les braqueurs se servaient d'armes de guerre», apprend-on. Puisque des armes et munitions de l’armée ont été trouvées sur les lieux des braquages. Les limiers ont resserré l'étau de leurs recherches sur les gendarmes de la compagnie. Certains auraient craqué lors des interrogatoires menés par leurs collègues.

Panique  dans  les rangs de l’armée

De nombreux témoignages dénonçaient  déjà la présence de quelques  éléments  des forces de l’ordre dans  les différents braquages effectués dans cette  partie du pays. D’après les informations, avant l’arrestation et l’incarcération du capitaine Hamadjam Hamadjam, six militaires des détachements de Mabass et Tourou, suspectés de faire partie du gang arrêtés et sont en cours de jugement. Un détachement de fusiliers de l'air avait été démonté par le haut commandement parce qu'on soupçonnait ses éléments d'être les auteurs de ces casses. D’autres arrestations sont encore en cours et ne saurait tardée. Ce qui  crée une forme de panique au sein de  l’armée. Des soldats depuis  l’ouverture de cette enquête ont perdu le sommeil. Certainement des complices qui ont peur d’être arrêtés. Pourtant la mission du colonel Dambouka est claire. «Il faut enlever les mauvaises graines »

 

Remplacé  par  le capitaine Onana, chef du groupe d’escadron de la gendarmerie, le capitaine Hamadjam Hamadjam aux arrêts et l'ont ramené avec eux à Maroua où ils l'ont déposé à la prison Centrale de Maroua. Avant l’arrestation du commandant de compagnie, 36 braquages ont été recensés dans le département du Mayo Tsanaga. Les commerçants de la ville de Mokolo en étaient les principales cibles. Ils étaient détroussés voire assassinés.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

,

Commenter cet article