Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Pr Louis Albert Tchuem Tchuente « En respectant les règles d’hygiène on peut éliminer définitivement la bilharziose au Cameroun »

9 Août 2016, 14:57pm

Publié par Hervé Villard

prof Tchuem Tchuente
prof Tchuem Tchuente

Professeur des universités, coordonnateur du programme de lutte contre la schistosomiase et les helminthiases intestinales au Cameroun, Pr Louis Albert Tchuem Tchuente est également ambassadeur de Liverpool school of tropical medecine (LStm) la lutte contre les maladies tropicales négligées dans le monde. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il nous parle des maladies tropicales négligées et de la lutte contre la bilharziose au Cameroun

Pourquoi  le Cameroun  ne s’occupe que de cinq des 17 maladies  évoquées dans  la liste des maladies tropicales négligées?

L’oms a accordée  une priorité à 17 maladies négligées dans le monde et au niveau de l’Afrique, l’Oms  Afrique  priorise  10 de ces  maladies  tropicales négligées. Ces dix maladies regroupées en deux  groupes  se retrouvent au Cameroun. Il y a un  groupe de maladie à prise en charge individuelle  comme la lèpre, le pian,  l’ulcère de Buruli,  la lechmaniose, la trypanosomiase africaine ou encore la maladie du sommeil. Ces maladies sont  prises en charge de  manière individuelle puisque les cas varient d’une  personne à l’autre. Le deuxième groupe comprenant cinq maladies obéit à un traitement de masse. Ce groupe comprend la bilharziose, la filariose lymphatique les helminthiases intestinales, l’onchocercose et le trachome.  Après un examen parasitologique on fait un traitement de masse en fonction des résultats.

Comment avez-vous appréciez l’évolution de la lutte contre la bilharziose au Cameroun ?

 La lutte a été efficace dans  l’ensemble  puisqu’on assiste à une diminution  importante  de  la prévalence de ces  maladies dans  l’ensemble de toutes  les régions du Cameroun. Nous avons visité plusieurs sites et ces foyers illustrent  l’impact des interventions menées  par  le programme national de lutte contre la schistosomiase et des helminthiases intestinales créé par le ministère de la Santé publique. Nous avons été à Kinding Ndjiabi dans l’arrondissement de Makenene région du centre où on a constaté qu’il ya  un exemple de  success story parce que dans  ce foyer, la transmission de la bilharziose a été complètement interrompue. Les études de suivi ont  montré que depuis  lors  il n’y a plus de réintroduction de cas de bilharziose dans cette localité. Et  ce foyer  va rester sur surveillance pour éviter des cas de réintroduction ultérieure dans ce village.

 On a vu  le foyer de Yaoundé qui est une situation différente parce qu’on est en  milieu urbain où il y a des quartiers  où on  vit  la transmission de  la bilharziose. Heureusement,  les enquêtes  menées en début des années 2016 ont  montré que la prévalence est de 0% dans la plupart des quartiers.

Dans une localité comme Edéa, on constate  beaucoup de facteurs qui favorisent la distribution.  Par exemple le cours d’eau  qui favorise la contamination directe par les matières fécales qui sont canalisées directement dans l’eau.  Ce foyer est particulier parce qu’il a la troisième forme de bilharziose qu’on trouve au Cameroun, et qui est une espèce donc la distribution est très restreinte. Le niveau de transmission grâce au programme est maintenu en dessous  de 5% depuis de nombreuses années.   Il y a un effort particulier à faire pour arriver à l’élimination  de la transmission de la bilharziose dans ce district de santé. Il faut changer de stratégie en intensifiant. Nous avons décidé de traiter  toute les populations âgées de 5ans

La situation dans le Sud-Ouest est plutôt particulière ?  

Dans le Sud-Ouest on était dans deux sites particuliers avec des lacs Barombi qui sont des lacs de cratère constitués de  deux composantes importantes.   Barombi Mbo est un  environnement où  les populations utilisent en majorité de l’eau du lac. Heureusement dans cette  communauté  on a des installations qui permettent d’avoir un approvisionnement  en eau, ce  qui limite le contact avec l’eau du lac. Jumelé avec  le traitement et  l’éducation sanitaire, on est arrivé à une baisse significative de la bilharziose dans cette localité. On est passé de 62% à un taux de prévalence d’environ 3 %.

Le dernier foyer  visité,  Barombi Kotto est aussi situé dans le lac de cratère avec une dynamique de transmission complètement différente de Barombi Mboh. Tous les habitants de cette île ont une obligation de contact avec l’eau pour leurs différentes activités.  Ce contact régulier favorise la réinfection et c’est pour cette raison qu’on a une transmission complètement différente. Dans ce village, il n’ya  pas d’autres sources d’eau en dehors du lac. Ce contact régulier  favorise  la réinfection puisque toute la population dépend de l’eau du lac.  Grâce aux campagnes de lutte contre cette maladie, à la sensibilisation et l’éducation des populations, on est passé de 82% à 46 % de taux  prévalence sur l’île. Cependant vue le contact régulier, la réinfection est  plus rapide. Cette  prévalence si rien n’est fait,  va remonter. Mais grâce au traitement annuel mené dans ce village, bien qu’il ait de ré infestation, il n y a plus de cas de morbidité et il faut aussi intensifier l’éducation de la population.

Pourquoi dit-on que la bilharziose  fait partie des maladies tropicale négligées ?

Avant les maladies était traités individuellement. On s’est rendu compte en fin d’années 1990 que l’attention des gouvernements  des bailleurs de fonds et des chercheurs était fixée sur  trois  maladies  le Vih,  le paludisme et  la tuberculose. Donc il y avait tout un groupe de  maladies pour lequel il n’y avait plus d’intérêt. L’oms a constaté  que prise ensemble ces maladies parmi lesquelles la bilharziose, ont des dégâts plus importants  sur les populations que les trois maladies suscitées.  On a constaté que  la morbidité était plus importante que les trois autres. C’est pourquoi en 2005 le concept de maladies tropicales négligées a été mis sur pied. C’est parce que cette maladie était négligé par toit  le monde que  le concept existe.

Est-ce que  le traitement est à la portée du Camerounais moyen ?

 La lutte  contre cette maladie est entièrement  gratuite. Les firmes  pharmaceutiques se sont engagées à données gratuitement à  travers  l’Oms  des médicaments  à tous les pays  souffrant de cette  maladie jusqu’à  son élimination complète.  Ces médicaments sont donnés à travers l’Oms et les pays qui en ont besoin font la demande auprès de l’Oms. Par contre, il faut que  les communautés et les gouvernements mobilisent des financements  pour la distribution parce qu’avant le traitement il y a la sensibilisation, la formation  et l’acheminement des médicaments dans les zones reculées.  Et tout ça à un coût qui doit être mobilisé par les gouvernements et l’ensemble des partenaires pour atteindre la population cible.

Quel conseil donnez-vous aux Camerounais pour prévenir la bilharziose ?

Je souligne que la lutte contre cette maladie est une activité de longue haleine et aucune organisation ne peut y arriver toute seule.  Cela nécessite la contribution de chacun à son niveau. La plupart de ces maladies sont liées à la pauvreté et à l’hygiène.  Donc s’il y a un changement de comportement au niveau de la population, surtout une amélioration des conditions d’hygiène,  on va arriver à l’élimination de la maladie. Les populations doivent respecter les règles d’hygiène, utiliser les latrine, bien laver les fruits et légumes avant de consommer…

Est-ce qu’il y a des chances qu’à la longue on ne parle plus de ces maladie au Cameroun ?

Bien sur. Mais ça doit varier d’un  milieu  à un autre. Par exemple, dans   les milieux où  il y a plus d’hygiène, on aura une recule importante. Mais à la longue avec le développement et une prise de conscience par la population, on pourra arriver à l’élimination de cette maladie, mais ça doit être une affaire de tous.

 Est-ce que  seules les régions du centre du  Littoral et du Sud-ouest sont concernées par cette maladie ?

 Les régions visitées  ne sont qu’un échantillonnage. Les études réalisées dans  les 10 régions du Cameroun ont montré   le même impact tel que décrie  dans les différentes visitées.  Que ce soit au Nord, au Nord –Ouest, au Sud, à  l’Est, à l’Extrême Nord, on a le même impact. Les enquêtes  menées dans ces différentes région  ont démontré  qu’on a  une baisse significative du taux de prévalence de la schistosomiase au Cameroun avec  l’action du  ministère de la Santé et  du  programme nationale de lutte contre  la schistosomiase et des helminthiases intestinales.

 Quelles sont  les signes  précurseurs de la bilharziose ?

Il faut dire qu’il ya deux formes de bilharzioses à savoir  la bilharziose urinaire et  la bilharziose intestinales. Dans  le  cas e la bilharziose urinaire le signe  le plus simple c’est  la présence du sang dans  les urines. Des que vous avez un enfant qui  présente ce type de signe, il faut directement  le conduire à l’hôpital parce qu’il  peut souffrir de la bilharziose urinaire. Il faut 

Dans  la cadre de la bilharziose intestinale, on  peut avoir des traits de sang sur les sels, avoir  une douleur au  bas ventre et présenter un gros ventre. Ces signes précoces  qui se manifestent obligent  le parent de conduire  l’enfant ou  l’adulte lui-même à se présenter  dans  un centre e santé pour  des examens de dépistage de la maladie et la présence des œufs les schistosomes  dans les sels. Et  se faire soigner.

 Quel est la durée du traitement ?

 Le traitement  pris actuellement n’est pas un vaccin. Le traitement a pour but de tuer  les parasites présents dans l’organisme. Il déparasite entièrement  la personne. La difficulté c’est que  la plupart des personnes malades  vivent dans  le milieu avec le  parasite. Ce qui  favorise le risque de  réinfection. C’est pourquoi,  il  faut  traiter  régulièrement. S’il n’y avait  pas de parasite dans l’environnement, on pouvait traiter une seule fois.  Pour  la bilharziose, le traitement varie

Le moyen de lutte contre cette  maladie  c’est  le respect des règles d’d’hygiènes, le respect de la réglementation en matière de construction des latrines, de l’assainissement de l’environnement, une prise de conscience et un changement de comportement  pour éliminer cette  maladie.

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Commenter cet article