Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Festival Bogsos Eseka: La commémoration de la catastrophe d’Eseka au menu de la 6ème édition

27 Octobre 2017, 09:04am

Publié par Hervé Villard

En prélude aux lancements des activités du festival international Bogsos Eseka, les responsables de ce festival culturel ont rendu un hommage aux victimes de la catastrophe d’Eseka ce 21 octobre 2017 à travers une conférence de presse
C’est avec une conférence sur le thème« la mémoire» que les responsables du festival culturel Bogsos Eseka (Fibe) ont marqué la commémoration des victimes de la catastrophe d’Eseka survenue le 21 octobre 2016. Pendant que certains résidants étaient rassemblés à l’esplanade de la gare ferroviaire pour vivre la cérémonie funèbre organisée par le gouvernement camerounais, d’autres jeunes se sont joints aux responsables de la Fibe 2019 pour commémorer à la leur manière cet évènement tragique. Et surtout trouver des moyens pour empêcher que ce phénomène ne se reproduise plus.
 Dans la salle de conférence de Radio Eseka, la cinquantaine de personnes présentes ont été enrichies par les exposées du philosophe Dominique Yamb Timba. Au courant de l’exposé qui s’est achevée par des applaudissements nourris du public, le philosophe a montrer la complexité de la vie et des phénomène qui arrivent.
Partant sur le postulat de la mauvaise gestion, de la corruption qui ont pignon sur rue, notre philosophe à fait savoir à l’assistance que la gestion demande une anticipation et même une prévention .Car, on ne sait jamais comment cela pourra se produire. Etalant au passage les tares du gouvernement camerounais dans la gestion des catastrophes et même dans la prévention, il a précisé que chacun devrait jouer le rôle qui est sien pour construire un Cameroun émergent debout et courageux.
Durant sa prise de parole François Bingono Bingono, a invité l’assistance à faire un retour aux sources et surtout de renouer une parfaite communication avec leurs ancêtres. D’après cet anthropologue l’Afrique en général et le Cameroun en particulier a abandonné sa culture et sa tradition. «C’est pourquoi nous ne maitrisons plus ce qui se passe sur notre territoire». Prenons l’exemple de la Chine qui tutoie les plus grands du monde à tous les niveaux, François Bingono Bingono a déclaré qu’après leur formation en Europe, ces jeunes intellectuels chinois sont rentrés développés leur pays tandis que les nôtres ont épousés les blanches en oubliant leur propre mission. Ils ont oublié nos réalités traditionnelles. C’est pourquoi,  nous  ne pouvons pas comprendre tout ce qui nous arrive. Pour être en harmonie dans notre environnement, il faut un retour aux sources. «C’est un devoir de mémoire qui nous interpelle tous. «La plupart des africains ont perdu la mémoire. Et repères. Ils vivent comme des fantômes. C’est pourquoi le retour aux sources est évident» propose,-t-il
 Interrogé sur le choix du thème «la mémoire», Jean Félix Ntoump, le délégué général du Fibe(Festival international Bogso Eseka), a fait savoir que «la Mémoire» fait partie des choses culturelles. C’est pourquoi le thème a été choisi. «Bref c’est une forme de retour aux sources que nous voulons  faire», précise le délègue  du festival. Après cette conférence, une minute de silence en mémoire des victimes de cette catastrophe a été observé la l’esplanade de la gare.
Hervé Villard Njiélé
Commenter cet article