Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Can 2019 Le cœur du Cameroun bat la chamade

12 Janvier 2018, 11:05am

Publié par Hervé Villard

A quelques heures de la visite d’inspection de la mission de la Caf au Cameroun, c’est le branle bas dans tous les états majors ayant la responsabilité de l’organisation de cet événement.

Réunion du Comité local d'organisation de la Can 2019 présidé  par  le gouverneur Dieudonné  Ivaha Diboua

Réunion du Comité local d'organisation de la Can 2019 présidé par le gouverneur Dieudonné Ivaha Diboua

Faire bonne figure devant les émissaires de la caf en visite au Cameroun du 11 au 24 janvier 2019. Rassurer ces derniers sur le fait que le Cameroun est à mesure d’organiser la première édition de la coupe d’Afrique des nations qui se joue avec 24 clubs. Voilà l’objectif visé par le comité d’organisation de la Can 2019 qui multiplie des réunions avec ses membres depuis le début de la semaine. Si à Yaoundé le ministre des Sports et de l’Education Physique Ismaël Bidoung Mpkatt a déjà organisé au moins deux réunions publiques pour affirmer la détermination du Cameroun à respecter ses engagements, dans les régions, c’est la même mobilisation qui s’observe. Les différents présidents de comité régional d’organisation des régions qui seront visitées s’assurent eux-aussi que tout sera prêt dans leur région au moment du passage des équipes de la Caf.

Dans la région Littoral l’une des régions les plus attendues dans l’organisation de cette compétition au Cameroun, Dieudonné Ivaha Diboua le gouverneur de la région du Littoral, président du comité local d’organisation à tenu hier jeudi 11 janvier 2019 une réunion d’évaluation de l’état des préparatifs.

Au cours de cette réunion à la quelle prenaient part tous les responsables de commissions, il était question d’évaluer l’état d’avancement des travaux dans la région du Littoral. Et surtout préparer l’accueil de la délégation de la caf qui séjournera dans la ville de Douala du 18 au janvier prochain.

Pendant les échanges, il en ressort que la région du Littoral accuse des retards au niveau de ses différents chantiers et que des efforts doivent être fait pour que la commission soit satisfaite du niveau des travaux. Parlant de l’aménagement des stades points névralgiques de l’organisation de cette compétition, On a constaté dans la région du Littoral, qu’en dehors du stade de Japoma de 50.000 places où les travaux sont en évolution (20%), les autres chantiers n’ont pas commencé et attendent avec impatience les premiers coups de pioches et de pelles. Il s’agit bien sur des stades de Mbape Lepe, stade de la Réunification de Bepanda, stades annexes omnisports de Bepanda et du stade de Bonamoussadi. Tous ces stades dont la réfection a été attribuée aux sociétés françaises et Canadiennes Alcor et Maguil sont encore en friche. Malgré les problèmes administratifs avancées pour justifier ce retard, Dieudonné Ivaha Diboua a instruit les différents responsables à se mettre résolument au travail avant l’arrivée des émissaires de la Caf.

La bonne santé des hôtels

Si l’état d’avancement des stades inquiète malgré l’assurance des  constructeurs, il faut bien reconnaître que du coté des établissements hôteliers c’est plutôt une bonne nouvelle. Car pour des besoins de compétitivité, plusieurs ont refait leur mue sans attendre le son de cloche des responsables du comité d’Organisation de la Can. Même si des derniers réglages restent à faire, le plus important semble avoir été fait. «Nous avons fait des rénovations depuis plusieurs mois. Nous avons également formés notre personnel», affirme le responsable de l’Hôtel La Falaise. Même son de cloche à l’hôtel Sawa et Star Land Hôtel. Selon ces derniers si «la Can se tenait demain, les hôtels de Douala seraient prêts pour la fête».

Malgré ces nombreux retards, les promesses faites si elles sont tenues rassurent sur la bonne organisation de cet évènement au Cameroun. Mais, en attendant, le sort du Cameroun réside dans les rapports de la mission de la caf déjà au pays.

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article