Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Conseil Constitutionnel:Clement Atangana prend les commandes

7 Février 2018, 21:29pm

Publié par Hervé Villard

 

 Votre Blog a saisi l’occasion de la nomination des responsables de cette institution, pour revenir sur le rôle que cette dernière joue sur le plan constitutionnel et vous présenter la  biographie de ce  nouvel homme fort  de la République du Cameroun

Clement-AtanganaA.jpg

 

 Il s'appelle Clément Atangana, au moment de  sa nomination, il était magistrat hors hiérarchie  de 1er Groupe en service  à la Cour Suprême. Il devient  par cet  acte du chef de l’Etat Paul Biya  le premier  président de la Cour constitutionnelle de l’histoire politique du Cameroun, institution créée par la loi N°96/06 du 18 janvier 1996 par le chef de l’Etat Paul Biya.

Comme mission,  selon la constitution, c’est  lui avec l’appui de  ses membres qui  constatent la vacance du Président de la République, son incapacité à assumer ses fonctions de président de la République. C’est cet organe qui organise l’intérim et facilite donc l’organisation des élections  présidentielles pour remplacer  le président  sortant, incapable ou décédé.  Le Conseil constitutionnel  entre en fonction au moment où doivent se tenir au Cameroun, au cours de cette année, les élections législatives, municipales, sénatoriales, et présidentielles.

 Comme autre mission, le Conseil Constitutionnel  modifie les opérations liées à la proclamation des  résultats des scrutins en vue, le Conseil constitutionnel étant chargé de veiller à la régularité des élections présidentielles et parlementaires et d’en proclamer les résultats. Jusqu’ici, les résultats de la présidentielle étaient lus par le président de la Cour suprême. Cet organe est, par ailleurs, compétent pour statuer de la constitutionnalité des lois avant leur promulgation par le chef de l’Etat, ainsi que sur les conflits entre les institutions de l’Etat, entre l’Etat et les régions, ou entre les régions.

 

Portrait du premier homme fort de la Cour constitutionnelle

Né Le 20 septembre 1941 à Ekoumeyek dans  l’arrondissement de Ngomedzap, Département du Nyong et So’o, région du Centre, Clément Atangana fait ses  études Primaires à l’Ecole Régionale de Yaoundé jusqu’à l’obtention de  son  certificat d’étude  primaire et é (C.E.P).

Entré au Collège François Xavier Vogt de Mvolyé à  Yaoundé ilobtient avec brio son Brevet d’étude du Premier cycle la première(B.E.P.C.) et une partie de son Baccalauréat.  L’année suivante  sa  migration au Lycée de Manengouba à Nkongsamba lui permet d’obtenir  son  baccalauréat, 2eme partie, série Sciences expérimentales. Il s’inscrit à la Faculté de Droit et des sciences économiques de l’Université Fédérale du Cameroun et passe  avec  brio sa  la licence en droit privé.

Par la  suite,  il est admis à la division judiciaire de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature jusqu’à l’obtention du diplôme de ladite école, puis s’en va l’Institut Internationale d’Administration Publique de Paris.

Intégré dans la Magistrature le 20 décembre 1968, a occupé tour à tour ;Juge d’Instruction au tribunal de première instance de Nkongsamba, Président des tribunaux d’instance d’Eséka, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Bafia, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Mora, chargé de l’action publique, Président des tribunaux d’instance Sangmélima, chargé de l’action publique. Il connait  une  promotion et est nommé Juge aux tribunaux hors classe de Douala et de Yaoundé, Président du tribunal hors classe de Yaoundé, Directeur Adjoint des Affaires judiciaires et du Sceau au Ministère de la Justice.  Sa riche  carrière lui permet d’occuper les  fonctions de Procureur général près la Cour d’Appel du Nord, Président de la Cour d’Appel du Centre, Conseiller à la Cour Suprême, et Président de la Chambre Administrative de la Cour Suprême.

Distinctions

Clément Atangana a par ailleurs été Président de la Commission Nationale de Recensement général des votes pour les élections législatives et pour l’élection présidentielle depuis 1997. Membre du Comité des Droits Economiques, sociaux et culturels des Nations Unies depuis trois mandats. Membre titulaire du Conseil Supérieur de la Magistrature. Il a reçu la distinction d’Officier de l’Ordre national de la valeur.

Le  nouveau président de la Cour suprême  déjà fatigué est marié, père de 8 enfants.

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article