Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Mbombog Mbengan Nkainjé:«Um Nyobe est chez lui. Que le canton Bell aillent chercher ses ancêtres ailleurs»

29 Mai 2018, 14:35pm

Publié par Hervé Villard

Si les  basa'a se fâchent le canton Bell disparaîtra jusqu'à sa  5ème génération

Si les basa'a se fâchent le canton Bell disparaîtra jusqu'à sa 5ème génération

Consultant à Equinoxe télévision, Mbombog Mbengan Nkainje est pareillement défenseur des traditions et initié originaire du peuple Bassa. Scandalisé par l’acte de vandalisme commis par les chefs du canton Bell sur le site du monument Um Nyobe il s’insurge contre cet acte qu’il  condamne avec la dernière énergie Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il rappelle l’origine de l’installation des Doualas sur la cote et les rapports entre les peuples bassa et Douala pour censurer cet acte de vandalisme. Lisez plutôt.
 
Les chefs du canton Bell ont détruit la stèle devant abriter le monument Um Nyobe samedi dernier. Quel commentaire faites-vous sur ce sujet?
Cet acte ignoble et repoussable à tout point de vue, amène deux points de vue fondamentaux. Le premier c’est le panthouflisme administratif et la vantardise et le second c’est la méconnaissance de leur propre histoire. Les Doualas allogènes dans leur état, doivent rentrer retrouver leurs ancêtres au Congo au Ghana et en sierra Leone
Commençons par le premier point qui est la méconnaissance de l’histoire. Si on veut savoir qui sont les premiers habitants de la ville de Douala, je vous dirais que ce sont les Basa’a qui étaient d’abord installés ici. Donc c’est Um Nyobe qui a ses ancêtres ici. C  sont les ancêtres Basa’a partir de MBimb jusqu’au dernier Ikombo qui ont reçu les Douala sur ces terres
Au sujet du pantouflisme et de la vantardise administrative qu’ils viennent installer ici, il faut dire qu’ils sont liés par ce qu’on appelle auxiliaire d’administration.
Ils ont  démontré là que les chefs que l’ont dit traditionnels ne savent rien de la tradition. Ils sont dans le partage de l’Héritage colonial. C’est pour cela qu’ils se filment avec le monument de Leclerc. Ils ont bien une rue baptisée rue du général de Gaulle à Bonapriso. Pire encore à Bali, à la rue ancien Entrelec, il y a là une rue baptisée Rue de l’Union française. Donc tout au canton Bell renvoie à l’assimilation.  Un acte que Rudolph Douala Manga Bell n’aimait pas mais que son fils Manga Bell le congénère de Um va valider aux nations Unis. A ce Moment il faut le dire, Um Nyobe préoccupé par le problème de la nation Cameroun tout entier, n’y accordait aucune importance. Il s’intéressait plutôt à la libération du peuple noir. Je suis très déçu par cet acte de barbarie. Il devait commencer le combat plutôt en l’installant sur ce sol. Mais, ils commencent par le détruire. C’est incompréhensible que durant tout le mois d’Aout, les chefs du canton Bell portent le pagne et ils viennent par la suite détruire celui qui est sur la continuité des œuvres du roi Manga bell.
 Est qu’une quelconque raisons peut justifier la commission de ce type d’acte?
Il n’ya que la recherche du gâteau qui peut justifier cela. Il faut dire que le Ngondo ne représente plus rien. Cela veut dire que le cercle initiatique au près du Ngondo s’appelle les Beyum ba Bato. Et les Beyum ba Bato avaient pour mission d’accomplir un rituel qu’on appelait Essa. Le professeur Mbodi leur a rappelé cela l’an dernier quand ils ont évoqué le vivre ensemble. Il a dit à Laurent Esso et je cite «vous ne pouvez pas revenir avec Essa sans inviter les Basa’a». Autre chose à ne pas oublier c’est l’incongruité administrative de notre pays. Douala 1er seul a trois chefferies de premier degré. Ce qui est non acceptable dans l’administration du territoire. Mais, ils s’en accommodent parce que chacun est dans la recherche du gâteau national. On sent donc les chefs occidentalisés qui ne savent rien de l’administration du Cameroun. Qui ne savent rien de leur histoire. On a en fasse de nous des éléments hybrides qui vont poser des actes qui ne les honorent pas et qui va toucher le fond du ridicule.
 Les chefs du canton Bell affirment n’avoir pas été contactés avant la construction du monument. Qu’en pensez-vous?
 Ils devaient s’opposer au moment où on commençait la construction de ce monument là. Et faire un sit-in en disant qu’on ne la construise pas. Mais non, ils ne l’ont pas fait. Ils pensaient en venant la détruire que la statut était déjà montée. Et qu’on attendait que l’inauguration. Et c’est ça qui a poussé à l’acte de xénophobie. La communauté urbaine a annoncé au cours d’une conférence de presse qu’on allait construire un monument à cet endroit. C’est après trois environs que les travaux ont débuté effectivement. Pourquoi ne sont-ils pas venus revendiquer à ce moment là. On aurait compris. ils pouvaient proposer que soit construit à cet endroit la stèle de Ngosso Din ou de quelqu’un d’autre afin que Um Nyobe soit ailleurs.
 Autre chose, la Rue Um Nyobe est à cet endroit depuis plus d’une vingtaine d’année. Du moins depuis l’époque du délégué auprès de la Communauté urbaine de Douala Thomas Tobbo Eyoum. Donc c’est depuis au moins 1998 que cette rue est baptisée Rue Rubben Um Nyobe. Revenir vingt ans près déclaré que vous ne connaissez pas, cela relève tout simplement de la xénophobie. En tant que Mbombog je pense qu’ils auront une réponse appropriée à l’acte posé.
Réalisée par Hervé Villard Njiélé
Commenter cet article