Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Nécrologie: 2018 une année noire pour la presse

18 Janvier 2019, 11:44am

Publié par Hervé Villard

Plusieurs journalistes de la presse camerounaise ont  perdu la vie au courant de  l’année qui s’achève

Nécrologie: 2018 une année noire pour la presse
La mort a frappé le monde de la presse. L’année 2018 qui s’en est allée a été un véritable cimetière pour des hommes de la plume et du micro exerçant sur le triangle nationale. Issus de la presse à capitaux publics comme de la presse à capitaux privés, beaucoup ont  brusquement cassé leur plume  et leur micro en laissant pantois et sans voix leurs collègues et  amis. Et  surtout leur famille biologique encore sous le choc de leur disparition.
 La plus récente sur cette longue liste est Xaverie  NGazoa journaliste en service à la Cameroon radio and  télévision (Crtv). Elle a cassé son micro le mardi 11 décembre 2018, aux centre des urgences de Yaoundé (Cury ) où, elle était admise après avoir été atteinte d'une attaque vasculaire cardiaque (Avc ). Âgée de 50 ans et diplômée de la 25ème promotion de l'Ecole supérieure de sciences et techniques de l'information et de la communication (Esstic) de Yaoundé, Xaverie Ngazoa a fait toutes ses classes à la Crtv. Elle aura davantage été connue et reconnue du grand public, en tant que présentatrice de plusieurs émissions dont, «Croissance plus»  diffusée les lundis à 9 heures au poste national de la Crtv, et «Télé opinion» que suivaient alors les téléspectateurs de la télévision à capitaux publics, sur leur petit écran.

 

 Bien avant cette brillante journaliste de la Crtv, c’est Lionel Emani Tchokonté journaliste à  Radio et Tiemeni Siantou à Yaoundé  qui cassait son micro le 9 décembre 2018 à l’hôpital de l’Eglise Catholique Romaine «Nicolas Barré» situé au quartier Ekounou à Yaoundé. Malade depuis plusieurs années, celui qui a bagarré longtemps contre une plaie endémique est finalement  passé de vie  à trépas. 
Apperçu au stade omnisports Amadou Ahidjo de Yaoundé le 2 décembre 2018 à l’occasion de la finale de la  59ème édition de la Coupe du Cameroun, le titulaire d’une maîtrise en  Lettre moderne française obtenu à l’université de Yaoundé 1 est décédé le 9 décembre  2018 des  suites de longue maladie. Affaibli par cette maladie qui le ronge depuis plusieurs années l’intrépide du micro et passionné de sport s’en est allé en laissant la presse sportive sans voix. Né le 21 novembre 1971 Lionel Emani Tchokonté a collaboré  avec la quasi  totalité des médias du triangle nationale. Il prêtait ses services à tous  ceux qui le sollicitaient. D’où la douleur de la presse  sportive.
Comme s’ils s’étaient passé le mot,  Sevère  Kamen du quotidien privé  le Messager  s’en est allé au  début du  mois de décembre 2018 qui s’achève. Précisément le 4 décembre à l’hôpital Laquintinie de Douala. Le correspond du premier quotidien privé du Cameroun  souffrait lui aussi d’une maladie qui a finalement eu raison de lui. En  service dans la région du Sud, celui dont la plume a permis de dénoncer des injustices, des abus de pouvoir et surtout des trafics d’influences des hautes autorités de cette localité a passé l’âme à gauche au moment où on s’y attendait le moins. Inhumé le  15 décembre 2018 celui qui  laisse un fils de 10ans s’en va sans achever la mission qu’il avait commencée dans  la région du Sud Cameroun.

Le 24 juin 2018 dernier, c’est  Christian Akam qui s’en allait  toujours des  suites de  maladie.  Le journaliste en service à chaîne de télévision à capitaux privés du pays, Canal 2 International passait  l’âme à gauche à l’hôpital régional d’Ebolowa (région du Sud), des suites d’une longue maladie. A en croire des sources crédibles, Jean Christian Akam a séjourné à l’hôpital général de Douala, sans que cette institution hospitalière trouve quoi que ce soit, à l’issue de plusieurs examens. C’est ainsi que sa famille qui n’y comprenait pas grand-chose, avait décidé de le transférer à l’hôpital régional d’Ebolawa où il est finalement décédé. Plusieurs techniciens et journalistes à la  retraite de la chaîne de radio et télévision nationale ont également  perdu la vie au courant de cette  année. Que leur âme repose en  paix.

 
Hervé Villard Njiélé
Commenter cet article