Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Douala: Monseigneur Samuel Kléda succède au Cardinal Christian Tumi

30 Novembre 2009, 16:51pm

Publié par hervy

 

 

 La nouvelle est connue de tous ceux qui côtoient le milieu clérical. Monseigneur Samuel  Kléda est le nouvel archevêque de l’archidiocèse de Douala.  Il succède ainsi au Cardinal Christian Tumi admis désormais à faire valoir ses droits à la retraite. L’information a été rendue publique par un communiqué en provenance du Vatican,  signé du pape Benoît XVI Selon ce communiqué signé du 17 novembre dernier, le pape Benoit XVI autorise le cardinal Christian Tumi, qui  estime être trop fatigué pour  continuer à gérer l’archidiocèse de Douala à prendre sa retraite.  Ce même communiqué nomme  par ailleurs monseigneur Samuel Kléda ancien  évêque coadjuteur de l’archidiocèse de Douala comme le nouvel archevêque de l’archidiocèse de Douala. Celui-ci sera installé le 9 janvier prochain lors de la messe de circonstance qui sera organisée à la cathédrale Saint Pierre et Paul de Bonadibong à Akwa.

 Monseigneur Samuel Kléda prêtera officiellement serment ce jour  et la prise de possession canonique se fera après la renonciation du Cardinal Christian Tumi. Par ce fait monseigneur Samuel Kléda deviendra l’archevêque métropolitain de Douala  tandis que le cardinal Christian Tumi lui prendra le grade de Archevêque émérite de Douala.  Fier de son nouveau statut qui lui donnera assez de temps pour se consacrer à la rédaction de ses différentes thèses,  le cardinal Christian Tumi reconnaît le mérite de son successeur. « Mgr Samuel Kleda est un très grand travailleur. Il est plein d’initiatives. En quelques années seulement à la tête du diocèse de Batouri, Mgr Samuel Kleda a beaucoup travaillé pour l’autosuffisance dudit diocèse. »

 

 Nommé archevêque coadjuteur à l’archidiocèse de Douala en 2001, monseigneur Samuel Kleda est né en 1959 à Golompwy en pays Toupouri, district de Doukoula, département du Mayo Danay, province de l'Extrême Nord, dans Diocèse de Garoua.

Après ses études primaires dans son village natal et puis secondaires au Collège Mazenod à Ngaoundéré, il débute sa formation sacerdotale au Grand Séminaire de Nkolbisson à Yaoundé où il étudie la Philosophie et la Théologie. Ordonné prêtre le 9 mars 1986 à Golmote pour le compte du Diocèse de Yagoua, il est nommé Evêque de Batouri par Sa sainteté le Pape Jean-Paul II, le 7 décembre 2000 en remplacement de Mgr Roger Pirenne, nommé Archevêque de Bertoua. Il a reçu l'ordination épiscopale le 18 février 2001 à Batouri. Il est nommé Archevêque Coadjuteur de Douala le 3 novembre 2007, par le Pape Benoît XVI.

 

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Téléphonie mobile:Le ministre rallonge le délai d’identification.

30 Novembre 2009, 16:04pm

Publié par hervy

 

 

Préalablement fixé au 30 novembre 2009, cette date a été rallongée de trois mois.

 

Le ministre des postes et des  télécommunications Jean Pierre Biyiti Bi Essam  a prolongé la date limite fixée pour l’identification des détenteurs de téléphones fixes et mobiles. Dans un communiqué publié le 26 novembre dernier, le Minpostel  a  rappelle aux opérateurs de téléphonie mobile et aux clients que la date limite est  prolongée de trois mois. Selon ce communiqué l’identification des abonnés de la téléphonie mobile et fixe est sensée s’arrêter à la fin du mois du février 2010.

 Pour assurer le respect scrupuleux de cette nouvelle date butoir fixée,  Jean Pierre Biyiti  Bi Essam a invité les opérateurs  de téléphonie mobile à multiplier les points d’identifications dans toutes les zones du pays. Et, à mettre une stratégie sur pied pour identifier sur place les personnels d’administrations et des entreprises.   Il invite par ailleurs les opérateurs de téléphonie mobile à sécuriser les sites d’identification afin d’éviter d’éventuels désagréments pouvant poser préjudice aux citoyens. Notamment les bousculades et les bagarres.

Préalablement fixé au 30 novembre 2009, le délai fixé par le Biyiti Bi Essam, le ministre des postes et des télécommunications s’est avéré très court pour boucler cette opération qui semble pénible pour les opérateurs  de téléphonie mobile. D’ailleurs certains se plaignaient déjà du  fait que ce délai était court. « Il est impossible d’identifier  quatre millions d’abonnés en deux mois. Ce délai est très court  affirmait un responsable de la communication d’une entreprise de téléphonie mobile de la place qui réclamait que l’on proroge le délai.

  Ce qui a été fait par le ministre des postes et des télécommunications. Pour l’instant, l’identification suit son court  normal dans les différents centres d’identifications prévus à cet effet. Même si les uns et les autres sont satisfaits, l’incertitude plane cependant sur la réussite effective de cette action du gouvernement, qui vise à sécuriser le milieu de la téléphonie mobile au Cameroun. Car ailleurs, cette opération s’est déroulée en dix huit mois.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Université de Douala: La pratique de l'art bientôt dans les amphi

19 Novembre 2009, 18:11pm

Publié par hervy

Le concours d’entrée à l’Institut Supérieur des Beaux-arts se déroulera le 02 décembre prochain dans l’enceinte de l’Université de Douala.

La nouvelle vient du Pr Joseph Nsamé Mbongo, le doyen de la faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Douala(Ud), qui pilote ce concours. Ce recrutement permettra à 60 nouveaux bacheliers de toutes séries confondues d’intégrer l’Institut Supérieur des Beaux-arts de l’Université de Douala à Nkongsamba (ISB) nouvellement créée. Son existence d’après le Pr Joseph Nsamé Mbongo est prévue depuis la réforme administrative de 1993. Aujourd’hui, elle fait partir des 11 établissements que compte l’Ud.

Après son concours, l’ISB accueille ses premiers étudiants en janvier prochain. Elle compte 5 départements pour 11 filières. Les futurs lauréats seront formés dans les arts-plastiques, la musique, le théâtre, la danse, l’architecture, la photographie, le cinéma, l’audiovisuel, la publicité, l’esthétique urbaine… Après 3 à 8 ans de formation, ses futurs apprenants sortiront comme :agent de tourisme culturel, animateur artistique et culturel, paysagiste et décorateur urbain, musicien, compositeur, chanteur, technicien supérieur d’architecture, critique d’art, expert culturel, cadre supérieur de tourisme, professeur de beaux-arts et chercheur…

Selon, le Pr Joseph Nsamé Mbongo, les débouchés professionnels auxquels l’IBA donne accès, ne seront disponibles qu’en fonction des filières ouvertes. Par ailleurs, outre ces débouchés qu’offre le marché du travail, l’auto-emploi reste ouverte et exploitable avec succès par les futurs diplômés. Les fiches de concours pour les postulants sont actuellement disponibles à l’Université de Douala.

Herve Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Ngondo2009: Sous le signe de la « puissance et du courage »

19 Novembre 2009, 18:00pm

Publié par hervy

 

 

C’est sous ce thème que ce célèbre cette soixantième édition de l’assemblée traditionnelle du peuple Sawa, qui a débuté depuis le 04 novembre dernier.

« Nginya Mulema » qui signifie  « puissance du courage » est le prolongement du thème du Ngondo 2008  à savoir « O bodu ». Le précèdent thème mettait déjà l’accent sur l’effort que devraient redoubler les fils et filles Sawa. En guise d’explication au thème de cet année, les organisateurs annoncent que : « l’homme vit dans un environnement hostiles et est entouré d’ennemis visibles et invisibles. Ces adversaires dynamiques stimulent en lui, un courage permanent et déterminant…exprimant ainsi une puissance », d’où ce choix.

Pour marquer d’une pierre blanche ce thème, le plan de route de cet évènement culturel a été déroulé lors du point de presse qui s’est tenu le 04 novembre dernier. Il comprend: la visite des cantons Sawa, la lutte traditionnelle, le concours de beauté, la course nautique, une foire et exposition vente, de la gastronomie. Des conférences débats portant sur des thèmes: « Douala et son festival » et « le Ngondo et le Christianisme» feront également partie du menu.

De ce programme où sont déjà habitués les festivaliers du Cameroun, vient s’ajouter la course cycliste, baptisée « critérium de la propreté », qui d’après Money Akwa2, secrétaire Général du Ngondo est l’une des innovations de cette année. Elle consiste à faire le tour de la ville de Douala. L’apothéose quant à elle se déroulera le 06 décembre prochain sur les berges du Wouri par, l’immersion du vase sacré par les ancêtres. Duquel vase sortira le message de l’année.

Rappelons que Ngondo est l’assemblée traditionnelle qui réunit tous les peuples côtiers, Douala, Bakoko, Batanga, Yabassi…  sous le nom générique du peuple Sawa. Cette fête se déroule chaque année en début de saison sèche. Cette édition est particulière parce qu’elle se déploie dans un contexte marqué par la rétrocession le mois dernier, du site querellé de Béssèkè, au peuple Sawa.

Herve villard

Voir les commentaires

Algérie-Egypte: Allah répare l'injustice

19 Novembre 2009, 17:41pm

Publié par hervy

 

Agressée par les supporters  égyptiens, lors de la rencontre qui les a opposé aux Pharaons d’Egypte samedi dernier au Caire, l’équipe d’Algérie s’est qualifiée pour la coupe du monde 2010  hier au Soudan, en battant les égyptiens par un but à zéro.

C’est un ouf de soulagement que les supporters Algériens ont poussé hier soir à l’issue de la rencontre qui opposait Algerie à l’Egypte. Remportée par l’Algérie sur un score d’ un but à zéro, Cette victoire qui a d’avantage  été perçue comme une justice divine a été fêtée par les algériens du monde entier et les amoureux du ballon rond et du fair-play.   Selon certains observateurs avertis, la victoire de l’Algérie n’est qu’une victoire méritée. Car, c’est le rétablissement de la justice bafouée au Caire Samedi dernier.

 En Fait, l’Algérie première de son groupe devant l’Egypte, avec trois points, allait livré son dernier match au Caire  contre les pharaons quand le bus transportant les joueurs a été agressé par les supporters. A la suite de cette agression qui s’est produite entre l’aéroport et l’hôtel où devait loger les joueurs, cinq joueurs avaient été blessés, dont deux à la tête. Le défenseur Rafik Halliche et le milieu de terrain Kaled Lemmouchia.

 A l’issue de cet incident malheureux qui a entraîné la défaite de l’équipe d’Algérie par zéro but contre deux, les supporters algériens ont promis une revanche lors du Match d’appui qui s’est joué hier au Soudan.    D’où la mobilisation qui a été observée.

 Selon l’explication de SaÏd, habitant d'Alger sur Europe1, tous les algériens  les hommes, les femmes, les bébés, voulaient aller au Soudan, surtout après les incidents qui se sont produits en Egypte. « Ils nous ont humiliés chez eux. Ca ne se passe pas comme ça. On va faire la guerre au Soudan. On va faire la guerre et on va gagner » Affirme-t-il.  Une atmosphère d'insurrection confirmée par les tour-opérateurs, était d’ailleurs ressentie à Khartoum pendant la rencontre d’hier. "Tous les hôtels à Khartoum affichent complets, explique une agence de voyage sur Europe 1. Mais les gens veulent y aller quand même » Cette atmosphère tendue a été calmé par la victoire de L’équipe d’Algérie par un but à zéro.

Allah met fin à la guerre.

Le but algérien inscrit par le défenseur Antar Yahia à la 40e minute de la rencontre d’hier et,
qui a été maintenu jusqu’à la fin est  venu  mettre le bémol  dans le cœur des algériens encore sous le choc du malheureux incident du caire. La rage débordante des supporters s’est transformée en cri de joie et les armes en feux d’artifices. "Nous sommes si contents ! Pas seulement d'être qualifiés mais aussi parce que nous avons battu les Egyptiens qui nous avaient offensés...", a déclaré une jeune femme dans la foule Ceci pour célébrer la victoire volée qui leur a été rétrocédée.

Comme pour reconnaître la justice de Allah dans cette victoire, tous les joueurs algériens en guise de prière lui ont rendu un vibrant hommage après la rencontre.


Herve Villard Njiélé

Voir les commentaires

Douala: La population jubile la victoire des lions

17 Novembre 2009, 09:58am

Publié par hervy

 

 

 

Massés dans les buvettes et les ventes emportées de la capitale économique du Cameroun, c’est autour des pots de vins que les camerounais ont fêté la victoire des lions indomptables samedi dernier.

 

Il n’était pas facile de se frayer un passage dans les buvettes, les ventes emportées les snacks et les bars dancing de la capitale économique du Cameroun. De la rue de la joie de Deido en passant par Akwa , la Sité-sic, et d’autres quartiers encore, l’ambiance était la même.  Bref toutes les alimentations et les rues de la ville de Douala étaient occupées par les populations venues nombreuses.

    Electrisés par la brillante victoire des lions indomptables du Cameroun sur les lions de l’Atlas  du Maroc par deux buts à zéro, ces derniers ont envahi les buvettes et les rues de la ville pour célébrer  cet événement. «  Les lions ont gagné et c’est pourquoi nous sommes en joie. C’est la qualification pour la coupe du monde et c’est normal de la fêter » Affirme Jopseph Nembot un supporter des lions rencontré au club UV, une buvette situé à la Sité-sic .

 Comme lui beaucoup de camerounais se sont donnés rendez-vous dans cette buvette   pour célébrer cette victoire autour d’un pot, et le tout dans un tintamarre où s’alternaient musiques cris de joie et des bravos aux lions indomptables.

Dans cette buvette spécialement aménagée pour la circonstance, les supporters des lions indomptables ont regardé la rencontre sur les écrans géants soigneusement installés par le promoteur de la structure. Venus nombreux, une partie de la chaussée a été occupée par ces supporters  qui n’avaient plus de places assises à l’intérieur. Sans se soucier de l’espace, la joie avait atteint son paroxysme  « C’est une  joie totale. Je suis content ce soir  car les lions on gagné. On ne les attendait pas à cette compétition heureusement ils en sont parvenus. Je dis encore merci les lions. » Déclare avec satisfaction Meuche Adeline. Habillée en maillot des lions indomptables elle était incapable de contenir sa joie comme beaucoup de supporters en ce lieu. En effet la victoire des lions indomptables de samedi dernier a été comme un ouf de soulagement pour les populations du Cameroun qui, ont été sevrées il y a quatre ans de la participation  à  la coupe du monde 2006en Allemagne. C’est en effet un souhait qui s’est réalisé. «  J’avais peur que le spectre du 8 août 2006  se reproduise encore. C’est pourquoi je suis très content » déclare Meupeyou Herve.

 Alors que les uns et les autres célèbrent la victoire des lions indomptables, Herman lui, pense déjà à ces compétitions auxquelles prendra part le Cameroun : «  Les lions ont gagnés c’est bien. Mais, il faudra qu’ils fassent la même chose lors de ces différentes compétitions auxquelles ils prendront part »

 

 

Hervé V Njiélé

Voir les commentaires

Gabon: Les militaires arretent 12 taximen

17 Novembre 2009, 09:31am

Publié par hervy

 

 

 L'incident s'est produit pendant que ces derniers étaient en altercation avec leurs collègues

Douze taximen exactement ont été interceptés ce matin au feu tricolore d’Akébé, dans le 3ème arrondissement par les forces de l’ordre gabonaises.  Ils sont accusés de troubles à l’ordre public et d’agressions de leurs collègues. Selon  les confrères de GABONEWS, les conducteurs de taxi en grève  qui empêchaient

leurs confrères d’assurer le service  minimum ce matin, ont été interpellés par les éléments des forces de l’ordre du Gabon. Ces derniers, pas contents du comportement de certains de leurs  collègues qui ont repris du service alors qu’un mot d’ordre de grève de trois jours  avait été lancé par  le syndicat libre des transporteurs du Gabon (SYLTTEG), sont descendus dans la rue afin de le faire régner et appliquer par la force. Mal leur en a pris.

En effet selon les sources concordantes le mot d’ordre de grève lancé par le syndicat libre des transporteurs du Gabon est une réaction aux indélicatesses des agents de la sécurité routière dont  ils sont victimes. Ayant longtemps décrié ce phénomène sans succès, ces derniers ont décidé de se faire entendre en lançant cette grève de trois jours qui a débuté ce matin. L’altercation survenue ce jour au feu tricolore  d’Akebé entre les conducteurs de taxi en grève et ceux en service a paralysé la circulation au Gabon. Cette situation gabonaise pose le sempiternel problème d’arnaque des transporteurs dans la sous région. On se souvient qu’en février 2008 au Cameroun, les émeutes de la faim qui ont été à l’origine de la destruction de plusieurs édifices publics et de l’assassinat de nombreux jeunes avaient été déclenchées par la grève des transporteurs qui protestaient contre la hausse du prix du carburant

 

 herve Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Gabon: Près de 12 taximen interpellés par les forces de l’ordre.

17 Novembre 2009, 09:30am

Publié par hervy

  l'incident s'est produit pendant que cees dernier étaient en pleine altercation avec leurs collègue

Douze taximen exactement ont été interceptés ce matin au feu tricolore d’Akébé, dans le 3ème arrondissement par les forces de l’ordre gabonaises.  Ils sont accusés de troubles à l’ordre public et d’agressions de leurs collègues. Selon  les confrères de GABONEWS, les conducteurs de taxi en grève  qui empêchaient

leurs confrères d’assurer le service  minimum ce matin, ont été interpellés par les éléments des forces de l’ordre du Gabon. Ces derniers, pas contents du comportement de certains de leurs  collègues qui ont repris du service alors qu’un mot d’ordre de grève de trois jours  avait été lancé par  le syndicat libre des transporteurs du Gabon (SYLTTEG), sont descendus dans la rue afin de le faire régner et appliquer par la force. Mal leur en a pris.

En effet selon les sources concordantes le mot d’ordre de grève lancé par le syndicat libre des transporteurs du Gabon est une réaction aux indélicatesses des agents de la sécurité routière dont  ils sont victimes. Ayant longtemps décrié ce phénomène sans succès, ces derniers ont décidé de se faire entendre en lançant cette grève de trois jours qui a débuté ce matin. L’altercation survenue ce jour au feu tricolore  d’Akebé entre les conducteurs de taxi en grève et ceux en service a paralysé la circulation au Gabon. Cette situation gabonaise pose le sempiternel problème d’arnaque des transporteurs dans la sous région. On se souvient qu’en février 2008 au Cameroun, les émeutes de la faim qui ont été à l’origine de la destruction de plusieurs édifices publics et de l’assassinat de nombreux jeunes avaient été déclenchées par la grève des transporteurs qui protestaient contre la hausse du prix du carburant




Herve Villard Njiélé 

 

 

Voir les commentaires