Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Coupe de la CEMAC édition 2009:Les Panthères du Gabon croisent les Fauves de la RCA, pays organisateur en demi finale.

31 Décembre 2009, 13:15pm

Publié par hervy

 

Sport

 

 

 

 

 

 Gabon /République Centre Africaine,  C’est l’une des affiches de la demi finale de la coupe C.E.M.A.C (Communauté  économique et monétaire de l’Afrique Centrale) édition 2009.


Cette rencontre qui se  montre très enlevée, se déroule  ce jour à Bangui. Au vu des objectifs  qui animent les deux équipes, il ne serait pas évident de les séparer aussi facilement.

 Même si les Gabonais  après avoir éliminer le Cameroun détenteur du trophée de l’édition précédente adversaire coriace sont confiants, la compétition reste très engagée. Car, la RCA, pays organisateur ne vient pas en victime résignée. Elle veut aussi garder ce trophée  convoité par les  quatre nations encore en compétition.

Selon le chef de délégation gabonaise, Didier Nziengui « Le match le plus difficile qu’on craignait était celui contre le Cameroun. Cette étape est passée »

L’objectif de l’équipe gabonaise dans cette compétition est clair: arracher le trophée des mains de l’équipe du Cameroun, victorieuse de l’édition précédente.

 

Petite revanche pour les gabonais.

 

  En battant par un but à zéro l’équipe A’ du Cameroun, les panthères ont eu droit à leur qualification pour les demi finales. Par cette défaite, les poulains gabonais se sont vengés de l’humiliation infligée à leur équipe fanion lors des éliminatoires couplées Can et  coupe du monde 2010 par les lions indomptables du Cameroun. Même si c’est  uniquement les joueurs amateurs qui participent à cette compétition, les gabonais ont jubilé après leur victoire sur le Cameroun.  

Ces derniers promettent déjà se rattraper pendant la CAN en Angola en faisant subir au Cameroun les même humiliations.

 Selon le chef de la délégation gabonaise joint au téléphone par l’agence CENTRAFRIQUE Presse les joueurs gabonais  sont sereins et comptent remporter cette coupe. Sans trop faire de commentaire sur l’état de ses joueurs, la RCA de l’autre coté, attend de pied ferme l’équipe du Gabon.

L’autre demi finale qui oppose le Tchad à la Guinée Equatoriale se joue demain.

 

Ancienne Coupe de l’Union douanière et Economique de l’Afrique Centrale (UDEAC), la coupe de la CEMAC, est une compétition regroupant les joueurs locaux des équipes nationales de football de la sous région d’Afrique centrale. Ces rencontres se déroulent depuis 1984.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Orange cède les droits de diffusion de la Can 2010 et 2012 à France 2

31 Décembre 2009, 13:12pm

Publié par hervy

 

 

Orange Sport, détenteur des droits des deux prochaines Coupe d'Afrique des Nations (2010 et 2012), vient de rétrocéder à France 2 les droits de la cérémonie d'ouverture et la finale de la CAN 2010.

La cérémonie d'ouverture aura lieu le 10 janvier avant le match Angola ? Mali, et la finale le 31 janvier à 17 heures. Les deux évènements se dérouleront à Luanda, en Angola. France Télévision réalise donc la même affaire qu'il y a deux ans, quand il avait racheté à Eurosport les droits de la finale de la CAN 2008, qui opposait alors l'Égypte au Cameroun et avait vu le sacre des Pharaons (1-0) à Accra, au Ghana. Il y a quatre ans, lors de la CAN 2006, c'était TF1 qui avait diffusé la finale (la compétition avait lieu sur sa filiale Eurosport), Égypte ? Côte d'Ivoire (1-1) remporté par l'Égypte aux tirs aux buts, et avait fait un carton plein, en réunissant 4 238 080 téléspectateurs, soit 30,1% de part d'audience avec un pic d'audience de 9 411 840 téléspectateurs durant la séance de tirs aux buts.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Jeux de la francophonie; la ville de Nice part favorite.

31 Décembre 2009, 13:06pm

Publié par hervy

 

Selon des informations en provenance de Paris le siège de l’organisation internationale de la francophonie (OIF), Nice la ville française abriterait les jeux de la francophonie en  2013.

Des trois villes candidates à savoir N’djamena la capitale du Tchad, Malabo la capitale de la Guinée Equatoriale et Nice, les membres du conseil d’orientation auraient  porté leur choix sur la ville française. Celle-ci présente des infrastructures fiables et surtout certaines pour l’organisation de cet évènement. Même si le choix de la ville de Nice qui n’est pas encore rendu officiel, sera soumis au vote des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OIF, lors de la 25ème Conférence ministérielle de la Francophonie qui se tiendra à Paris,  les 15 et 16 décembre prochains, les villes africaines en lice à savoir Malabo et N’djamena partent avec un léger désavantage. Désavantage du au fait que ces villes sont encore en chantier et n’offrent  aucune garantie sur le plan infrastructurel et financier.  Malgré l’affirmation  des experts selon laquelle  « toutes les villes candidates sont de qualités et, répondent aux critères  financiers et techniques », la ville de Nice pèse du moins avec son ancienneté et surtout la médiation de l’évènement qu’elle facilitera.

 

Créés  lors du deuxième sommet de la francophonie qui s’est tenu au Québec en 1987 les premiers jeux de la francophonie se sont déroulés à Casablanca et à Rabat au Maroc en1989. Ils ont pour objectif de rapprocher les pays qui partagent en commun l’usage la langue française et de promouvoir la culture francophone. Cette compétition  qui se déroule après  chaque quatre ans aura lieu cette année à Beyrouth au Liban.

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Voir les commentaires

Miss Ngondo 2009:Bernadette Nguéa Ndoumbè, le nouveau porte Flambeau de la tradition Sawa

31 Décembre 2009, 13:02pm

Publié par hervy

 Elue miss Ngondo2009 au parc des princes de Bali (Douala), le 04 décembre  dernier, la nouvelle « tolè » s’est portée garante de sensibiliser ses sœurs au sujet de la tradition Sawa.

Amener ses sœurs à s’intéresser à la tradition, leur apprendre à mieux se connaître, tels sont les désirs  de Bernadette Nguéa Ndoumbè, la miss Ngondo 2009, après son élection vendredi  04 décembre au parc des princes de Bali. Cette dernière a d’ailleurs  promis durant son mandat de s’investir dans cette logique. «  Nos sœurs ont peur du Ngondo. Elles croient que c’est la sorcellerie. Pourtant ce n’est pas ça. Le Ngondo c’est notre tradition, notre culture.  En tant que miss, je vais d’avantage les sensibiliser à ce sujet » avait- elle- laissé entendre après son élection.

La miss en personne

Agée de 26 ans et agent commercial dans une société de la place, Bernadette Nguéa Ndoumbè,  est celle qui porte désormais la couronne de beauté chez les Sawa pour cette année 2009 et ce jusqu’à l’an prochain. En provenance  du canton Bèlè Bèlè de Bonabéri, elle  a décroché ce titre  devant de nombreuses filles Sawa candidates. De part son éloquence et sa parfaite maîtrise de la langue Sawa, elle a convaincu le jury qui était composé de  Moise Banteke, Maître Ekambi et Princesse Grâce Essaka  Ekwala pour ne citer que ceux-ci.  Son goût ancré  à la culture a été un élément déterminant  pour son élection. C’est pourquoi, loin de valoriser et de représenter valablement la fille Sawa, elle  promet amener  ces dernières  à  d’avantage s’intéresser à leur  culture. Elle  devient ainsi la 14ème “tolè” du Ngondo moderne et remplace Emmah Etombi, la miss Ngondo 2008 élue l’an dernier.   

 

Persévérance

Le secret de la désormais miss Ngondo 2009 n’est autre chose  que la persévérance. Candidate aux élections miss Ngondo depuis 2006,  il a fallu  qu’elle attende trois années successives  pour goutter  aux délices de ce poste. Comme récompense, cette dernière a récu un chèque d’une somme de 500.000 francs (soit 100.000 Fcfa du Ngondo, 300.000 Fcfa de Nestlé Cameroun, et 100.000 Fcfa de la société Chanas Assurances). Un téléphone multimédia, avec 200.000 francs CFA de crédits de communication lui a également été offert par Orange Cameroun ; en plus de la possibilité d’effectuer deux stages au sein de cette entreprise de téléphonie mobile. De  nombreux autres cadeaux et gadgets  lui ont été remis par les entreprises présentes à  cet l’évènement.

Clotilde Ekoka Mathio du canton Deido, élève au lycée technique de Koumassi a été élue comme première Dauphine de ce concours miss Ngondo.  Tandis que la troisième place revenait à  Olive Laure Mbile Fany Ticky du canton Bassa.  
Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Cameroun : les pistes de la succession

31 Décembre 2009, 13:01pm

Publié par hervy

 

En ce tournant crucial du destin de Biya, 76 ans,  à la tête de l’Etat, un autre destin est en marche vers le même objectif. Que ce soit grâce à l’horloge biologique ou par  le coup de pouce du prince, le ministre camerounais de la défense est sur les starting-blocks.


Quelque 5000 militants et sympathisants du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir) ont participé, samedi à Sangmélima, la ville natale du chef de l’Etat située à 165 kilomètres au sud de Yaoundé, à un meeting pour demander à Paul Biya de se « présenter à la prochaine élection présidentielle, à laquelle ils lui promettent un vote massif ».

Messe noire ou répétition d’un ballet pour l’ouverture de la saison électorale ? A 76 ans et sans visibilité aucune sur l’alternance au pouvoir, Paul Biya est devenu un problème pour les camerounais, autant ceux qui le soutiennent que ceux très nombreux, qui rêvent de le voir prendre une retraite bien méritée.

Les arguments des anti-Biya est qu’il est l’homme de la ‘déstructuration’ de l’Etat. Depuis son ascension au pouvoir souligne t-on, le Cameroun n’a cessé de dégringoler économiquement et socialement. L’union sacrée autour de la république s’est désintégrée. L’incertitude aujourd’hui plane autour de son départ, alors que les mécanismes de succession demeurent flous. Ce qui fait craindre des lendemains périlleux pour la paix sociale.

A ce propos, les arguments des pro-Biya s’appuient justement sur l’acception  qu’il est l’homme de la paix sociale. Que lui seul peut garantir une cohésion civile que son départ pourrait hypothéquer.

Problème : Ne partira t-il pas un jour ? Que faudrait il faire alors de l’après Biya ? A l’intérieur comme dans la diaspora, des groupes de pressions sont déjà en place pour répondre à cette question, chacun par rapport à ses intérêts. Il y a des nébuleuses comme le G11 que l’on dit décapité à cause de l’incarcération de plusieurs de ses membres influents. Mais il y a aussi le G10, plus ou moins constitué des proches de Biya. Il y a un groupe appelé Brutus dont on ne sait presque rien, qui prétend également placer un successeur. La diaspora tant des Etats Unis que de l’Europe  est unanime à s’accorder sur le départ immédiat et sans conditions de l’homme du Renouveau.

A l’intérieur du régime que traversent des courants contraires, l’on suppute aussi sur le possible prince héritier. Trois noms sont présentés : René Sadi, le patron administratif du RDPC ; Franck Biya, le fils et ‘conseiller occulte’ de son père. Mais le nom le plus sérieux qui est avancé par les fins connaisseurs du régime est celui de Edgar Alain Mebe Ngo’o, l’actuel ministre camerounais de la défense.

Plusieurs faits militent pour sa ‘cooptation’ comme le successeur de Biya selon le scénario togolais ou plus sûrement gabonais. Depuis sa Licence en Sciences économiques obtenue à l'Université de Yaoundé en 1982, Edgar Alain Mebe Ngo'o a fait du chemin. Après l'obtention de son diplôme à l'ENAM trois ans plus tard, il occupe les fonctions de conseiller économique auprès du gouverneur de la province de l'Est à Bertoua. Avant d'être nommé secrétaire général de la province du Nord à Garoua en 1988. C'est en 1991 que cet originaire de Sangmélima, dans le département natal de Biya, entame sa carrière dans la préfectorale. Il sera tour à tour préfet des départements de l'Océan à Kribi, de la Mefou et Afamba à Mfou et du Mfoundi à Yaoundé. C'est d'ailleurs de là que part cet administrateur civil principal en 1997 pour le poste de directeur du Cabinet civil de la présidence la République du Cameroun (DCC). Il sera nommé en 2004 Délégué général à la Sûreté nationale, cumulativement avec ses fonctions de DCC jusqu'en juin 2005.

Hauteur

A 52 ans, Edgard Alain Mebe Ngo'o, marié et père de quatre enfants, est aujourd’hui ministre en charge de  la Défense. « La responsabilité est importante, délicate et sensible. Mais je sais que le président de la République va continuer à m'appuyer et me soutenir. Je compte sur tous mes collaborateurs sur lesquels je vais m'appuyer pour que nous relevions ce défi collectif », avait déclaré  le nouveau ministre délégué à la présidence chargé de la Défense. Alors que les félicitations fusaient de toutes parts à son domicile, le nouveau Mindef se posait une seule question. « Serais-je à la hauteur de la grande confiance du chef de l'Etat? ».

Edgard Alain Mebe Ngo'o, prochain président de la République ? Son itinéraire plaide pour cette hypothèse prise très au sérieux dans les chancelleries, surtout lorsqu’on y ajoute la touche filiale. En effet, comme Ali Bongo présenté comme tel par ses adversaires politiques durant la campagne électorale gabonaise, le ministre de la défense camerounais  est dit on, le fils adoptif du Président Biya. C’est le père de Mebe Ngo’o qui encadra le futur président de la république, alors élève puis étudiant.  Celui-ci a son tour s’occupa du fils de son tuteur.

La suite de l’affaire ? Au moment ou le tuteur s’apprête à rempiler pour un nouveau mandat qu’il achèverait à 83 ans, Mebe Ngo’o est opportunément nommé à la défense qui est une excroissance de la présidence. Comme hier Ali Bongo. Quel que soit le scénario possible d’une vacance de pouvoir, il tient les rênes de la force militaire. Il pourrait donc jouer un rôle important dans une transition. Pour s’imposer ‘démocratiquement’ comme Ali Bongo, ou pour imposer quelqu’un d’autre du sérail…

 

Edouard Kingué

Voir les commentaires

Afrique centrale;Que vient faire Bozizé à Yaoundé ?

31 Décembre 2009, 12:30pm

Publié par hervy

 

 

Que vaut l’honneur de François Bozizé, président de la République Centrafricaine au Cameroun,  à la veille d’un sommet décisif de la Cemac.

 

A une semaine de la tenue du sommet des chefs d’Etats de la Communauté Monétaire de l’Afrique Central (CEMAC) en terre Centrafricaine (Bangui), le Président en exercice de ladite Communauté François Bozizé, est en visite officiel à Yaoundé, capitale Camerounaise, depuis deux jours.

 

Depuis  l’annonce de cette visite par le cabinet civil de la présidence du Cameroun, plusieurs interrogations fusent déjà de partout : Pourquoi Paul Biya invite Bozizé à la veille de la CEMAC ?  Veut t-il déjà confirmer  sa place de leader en Afrique centrale ?  Bozizé arrive après la visite   Idriss Deby Itno du Tchad et de Ali Bongo Ondimba du Gabon d’autres chefs d’Etat de la sous région. Un ballet au sommet, révélateur de l’urgence d’une concertation au plus haut niveau en Afrique Centrale.

 

Biya dans son discours de circonstance hier est resté dans la logique qu’avait prédit certains diplômâtes en charge des questions de la CEMAC.  Ces derniers affirmaient longtemps avant cette rencontre, qu’il s’agit d’une visite de travail, et dont l’axe principal, outre les relations bilatérales, concerne justement le dossier CEMAC. « Nos intérêts communs, on le voit, sont multiples. Et les faire progresser, ensemble, serait la meilleure façon de donner un contenu concret à ce sentiment de fraternité qui nous anime. Mais il est un autre domaine où notre entente serait de nature à faire bouger les choses. Je veux parler de l’intégration sous régionale qui, reconnaissons le, avance avec une sage lenteur, qu’il s’agisse de la CEEAC ou de la CEMAC.

Personne ne conteste qu’il soit de notre intérêt commun de rapprocher nos positions. Isolés nous resterons faibles, unis nous multiplierons nos forces. Dans le monde incertain qui est le nôtre, seuls ceux qui savent se regrouper ont une chance de tirer leur épingle du jeu. Nous devons donc surmonter nos différences qui ne sont souvent que des survivances du passé ou d’un égoïsme national dépassé. C’est le point de vue que j’ai récemment fait valoir auprès de notre frère et ami commun, le Président Idriss DEBY ITNO.

Nous aurons, je l’espère, l’occasion d’évoquer ces questions lors de la prochaine session de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC qui se tiendra à Bangui sous votre présidence.
 »
 Rappelait  Paul Biya à son hôte.


Guerre de leadership

Dans les coulisses, Il faut rappeler que depuis la disparition d’Omar Bongo Ondimba, une grande majorité de l’opinion en Afrique en général, et en Afrique centrale en particulier voit en Paul Biya le nouveau leader de la sous région. Ceci nonobstant quelques bouderies respectives de la part de Denis Sassou Nguesso, président de la république démocratique du Congo. Ce dernier, qui semble lui aussi revendiquer ce rôle de nouveau leader en Afrique centrale, comme en témoigne des petites bouderies dont certains médias congolais s’en sont fait l’écho récemment. En Guinée équatoriale, le président Teodore Obiang Nguema, du fait de son immense richesse et ses 30 ans au pouvoir se réclame aussi la place de leader de la sous région.

En tout cas, dans cette recherche effrénée de leadership, et face au froid enregistré dans ses rapports avec Sassou Nguesso, notamment dans les tumultes relatifs au processus de la succession à son père, mais aussi face à un conflit que le Gabon a depuis quelques années avec la Guinée équatoriale sur une affaire de discussion de nappe pétrolière, Ali Bongo Ondimba semble avoir choisi son camp. Quelques jours seulement après la fin de l’élection présidentielle au Gabon, et alors qu’il n’était pas encore officiellement proclamé président, Ali Bongo Ondimba était venu à Yaoundé faire acte d’allégeance à l’endroit d’un « père » qu’il avait aussi qualifié devant les médias de « parrain ». Ainsi vu, pour le nouveau et jeune président gabonais, après la disparition de son père Omar Bongo Ondimba, Paul Biya est « le nouveau sage de l’Afrique centrale ». Une vision pratiquement partagée par Idriss Deby Itno. Lors de sa récente visite au

Bangui, occasion de régler les conflits


Certains observateurs politiques avisés n’estiment que ce sommet, qui décidément doit se tenir le 14 décembre prochain après plusieurs reports, sera donc  l’occasion pour les 6 chefs d’Etats de la sous région de régler leurs différents. Et aussi de répondre aux attentes de la région. Ces présidents auront l’opportunité de débattre des sujets tels que : la nomination des nouveaux responsables à la Banque des Etats de l'Afrique centrale (BEAC) parmi lesquels le gouverneur après le limogeage du Gabonais Philibert Andzembe, à la suite de scandales financiers révélés récemment au sein de cette institution bancaire qui a éclaté en janvier dernier lors de la conférence des chefs d’Etats à Libreville.

Parmi les autres priorités qui interpellent les chefs d'Etat de la région, figure le dossier d'Air Cemac,concernant la répartition du capital entre les Etats, les institutions régionales, le secteur privé et le partenaire technique. Car, la mise en circulation de cette future compagnie régionale est prévue au cours du premier semestre 2010. La délivrance du passeport biométrique Cemac dès janvier 2010 et la réforme des institutions régionales sont également autant de sujets de préoccupation.
Ayant donc de son côté le Gabon d’Ali Bongo Ondimba, et le Tchad d’Idriss Deby Itno, il restait qu’au président du Cameroun d’avoir la position de la République centrafricaine.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ntic: La cud et la ville de Douala sur la toile

17 Décembre 2009, 14:52pm

Publié par hervy

 

  Le site web de la communauté urbaine de Douala et de la ville  de Douala  est opérationnel depuis une semaine. Celui-ci a été présenté au public par la communauté urbaine de Douala il y a quelques jours.

 

 On a plus besoin de  se rendre à la communauté urbaine de Douala pour avoir des informations sur la capitale économique du Cameroun.  Partout où l’on se trouve, à condition d’avoir un poste ordinateur connecté sur Internet, on peut  s’informer sur la ville de Douala  et sur les activités de la communauté urbaine de Douala sans anicroche. 

Il suffit de taper  www.develloppingdouala.com  pour tout savoir ou du moins avoir l’information que l’on veut.

 

 Présenter au public vendredi dernier par la communauté urbaine de Douala, sous le regard de Fritz Ntone Ntone, le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala alors président de séance, le site web de Douala a pour objectif de vulgariser la ville de Douala et de faire d’elle une destination touristique. En plus de faciliter l’accès aux informations et le traitement rapide de ces dernières, ce site assure une lisibilité au niveau du traitement des informations et une bonne communication, en mettant à la disposition du public  des informations économiques, des textes réglementaires, ainsi qu’un annuaire administratif régulièrement mis à jour par un web master exerçant sur place.  

 

Conçu par l’Agence de développement de Douala (A2d), et qui est dirigée par l’assureur Protais Ayangma, ‘www.developingdouala.com’’, a une «approche complémentaire». Il est axé sur l’économie, et va apporter des précisions sur «Comment investir à Douala». Le site propose également les meilleurs sites touristiques du Cameroun, «dans le but d’attirer les touristes», ainsi que les facilités liées au domaine de l’import-export.

A l’ouverture de ce site, la page d’accueil présente une photo de Dr Fritz Ntonè Ntonè, en indiquant les différentes rubriques. On peut y lire, «Fritz vous parle», le discours de bienvenu du délégué du gouvernement aux internautes, la coopération internationale de la Cud, l’actualité de la communauté urbaine, les communiqués officiels, le sport, les rendez-vous culturels de la ville, etc. Un synthé défile par ailleurs le long de la page d’accueil et informe les internautes sur les différentes activités de Dr Fritz Ntonè. Ce qui constitue d’ailleurs une innovation. La liste des hôtels du pays, celle des aéroports et une carte de la ville de Douala y figurent également. Le marron et le blanc sont les couleurs qui ont été choisies par les concepteurs du site pour illustrer et informer les visiteurs.

Ce site offre également plus de visibilité à toutes les entreprises étrangères installées à Douala. Seuls les logos desdites entreprises sont disponibles. Des sections dédiées à l’immobilier, à la gestion  diplomatique, aux médias, et à la coopération internationale, constituent des sous rubriques du site. En outre, sur ce site d’accès facile, une photo de l’aéroport international de Douala illumine le site. De la musique et des photos des stars de la musique camerounaise, tel que Lady Ponce, sont aussi disponibles². «Je souhaite que dès le 1er janvier 2010, tout soit prêt pour le démarrage effectif. Ces mesures vont permettre de découvrir l’attractivité de la ville de Douala, qui passe par la sauvegarde de son patrimoine culturel», indique Dr Fritz Ntonè Ntonè.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Douala;Bras de fer entre les commerçants et les éléments de Cud

16 Décembre 2009, 14:28pm

Publié par hervy

 

 

 

Les commerçants du marché central se sont violemment opposés à la destruction de leurs comptoirs lundi dernier lors de  l’opération de libération de la chaussée engagée par la communauté urbaine de Douala.

 

 Les éléments de la Direction de la lutte contre le désordre urbain (Dirlut), ont été tenus en échec hier lundi dernier,  par les vendeurs à la sauvette du marché central très en colère.

Ces derniers se sont énergiquement opposés à la saisie de leurs marchandises par les agents de cette unité de la Communauté urbaine de Douala (Cud) en service au marché central ce jour.

La libération de la chaussée forcée engagée par la police municipale  va soulever la colère des manifestants qui vont se réunir  en petits groupes auprès des deux véhicules chargés de transporter les marchandises saisies.

En tentant d’entrer en possession de leur marchandise par la force,  les manifestants vont se heurter à une résistance farouche de la police municipale. Ce qui va dégénérer  à un bras de fer.

Tandis que  certains «sauveteurs» essayaient de faire sortir de force les sacs amassés dans les véhicules, d’autres jetaient  des pierres aux forces de l’ordre présentes et aux éléments du Dirlut non s’en s’interroger sur leur avenir. ‘’Qu’est ce que vous voulez que nous devenions ?’’ Demandaient-ils avec colère, avant de ‘s’enfuir à l’approche de la police.

Même après la restitution des marchandises confisquées, par la police municipale, le bras de fer va continuer. C’est le coup de feu tiré en l’air  par les éléments de la gendarmerie de Nkoluloun qui va séparer les commerçants déterminés à en découdre avec les éléments du Dirlut qui d’après eux sèment le désordre dans les marchés. C’est  de justesse que le responsable du Dirlut à la Cud, Hervé Ambata a échappé à la bastonnade. Pour échapper à la fureur des commerçants, les éléments de la lutte contre le désordre urbain se sont réfugiés à la préfecture de Douala 2ème. 

Le mouvement d'humeur de ces commerçants exerçant sur la chaussée et le trottoir du marché Central est dû au fait que le délégué du gouvernement auprès de la Cud, Dr Fritz Ntonè Ntonè, a détruit tous les commerces anarchiquement érigés, dans la nuit du dimanche 13 décembre dernier.

Cette  opération de déguerpissement ne réjouit par les «sauveteurs», surtout en cette veille des fêtes de fin d'année, période durant lesquelles les chiffres d’affaires se multiplient.

Mais à la Cud, on est catégorique. Il faut libérer la voie publique, et aucune doléance ne sera prise en compte. Car les commerçants ont reçu les instructions de libérer les chaussées depuis 2006, date du lancement de l'opération de déguerpissement dans la ville.

Hervé Villard Njiélé

 

 

Voir les commentaires

Afrique du Sud 2010:Le suspens atteint son paroxysme.

4 Décembre 2009, 16:01pm

Publié par hervy


 

 

Le Cameroun, la Cote d’Ivoire, le Ghana, le Nigéria, l’Algerie et l’Afrique du Sud pays organisateur, seront fixés sur leur sort ce soir. Le tirage au sort qui  permettra de  déterminer les adversaires de ces six représentants africains à la coupe du monde 2010 se féra dans quelles heures au Cap en Afrique du Sud.

 

Il sera 17 heures en temps universel et 18 heures au Cameroun quand cette cérémonie débutera. Les africains qui veulent faire bonne figure et pourquoi pas remporter cette prestigieuse compétition qui pour une fois est organisée sur leur continent sont d’avantage  préoccupés par ce tirage.  Ils seront nombreux à être rivés à la scène de l’International Convention Centre, lieu où va se dérouler le tirage au sort. Tandis que la Cote d’Ivoire de Didier Drogba ne veut pas retrouver la France dans sa poule, les autres pays représentant l’Afrique veulent éviter les gros calibres de la coupe du monde tels ; le Brésil, l’Espagne l’Allemagne, l’Italie, l’Angleterre.  Car, le désir de tous est de battre le record africain en coupe du monde, c'est-à-dire, dépasser au moins le cap des quarts de final.

 

Bien avant le tirage au sort, une cérémonie solennelle sera présentée par le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, et l’actrice sud-africaine, Charlize Theron Cette cérémonie solennelle sera agrémentée des discours  de Nelson Mandela, du président d’Afrique du Sud, Jacob Zuma, du président de la FIFA, Joseph Blatter.  Des sportifs de renom tels le footballeur David Beckham, le fondeur Hailé Gebreselassiee, rugbyman John Smith et d’autres encore seront présents.  Un spectacle animé par Johnny Clegg, le Soweto Gospel Choir et Angélique Kidjo viendra mettre un peu d’ambiance à l’évènement

Quelque soit le désir des uns et des autres, c’est le bilan du tirage qui nous le dira car,
les paris sont ouverts.

 

Chapeaux en vue du tirage au sort

 

 

Pot 1 - Têtes de série: Brésil, Espagne, Italie, Allemagne, Argentine, Angleterre, Pays-Bas, Afrique du Sud (pays organisateur)

 

Pot 2 : Australie, Japon, Corée du Sud, Corée du Nord, Honduras, Mexique, Etats-Unis, Nouvelle-Zélande

Pot 3 : Algérie, Cameroun, Côte d'Ivoire, Ghana, Nigeria, Chili, Paraguay, Uruguay

Pot 4 : Danemark, France, Grèce, Portugal, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suisse

 

Le pire groupe: Brésil, Mexique ou Etats-Unis, Cameroun ou Côte d’Ivoire ou Ghana, France

Le meilleur groupe: Afrique du Sud, Nouvelle-Zélande, Uruguay, France

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

Voir les commentaires

COTE DIVOIRE:Enfin une date pour les élections en Cote d’Ivoire.

4 Décembre 2009, 15:53pm

Publié par hervy

 

 

 

Reportées six fois de suite, les élections présidentielles Ivoiriennes débuteront en fin février et début mars 2010.

Le verdict est connu depuis hier. Les élections présidentielles en Cote d’Ivoire débuteront en fin février début mars 2010.Cette information ressort du  sixième Cadre permanent de concertation (CPC)  réuni au Burkina Faso.  Dirigée par Blaise Compaoré ; il a fallu trop de diplomatie pour en arriver à cette solution. Durant cette  médiation le président Burkinabé a travaillé  de concert  avec Guillaume Soro représentant  des forces rebelles et par ailleurs 1er ministre ivoirien, avec le président ivoirien  Laurent Gbagbo, et les principaux leaders d’opposition Henry Konan Bédié ex président, Allassane Dramane Ouattara ex premier ministre.

 Avant cette principale résolution prise hier, les élections présidentielles en Cote d’Ivoire avaient été reportées plusieurs fois. Ce qui a suscité le courroux de la population ivoiriennes et de la société civile.  

 Avec  l’adoption de cette nouvelle date des élections en Cote d’Ivoire, les principaux acteurs semblent être arrivés à une vraie sortie de crise. C’est une avancée dans le règlement de la  cette crise politico -militaire qui secoue la Cote d’Ivoire depuis 2002

Les modalités du scrutin

Les différents participants ont émis le vœu de voir le règlement des obstacles à cette  élection  achevé avant la fin du mois de décembre 2009. Il s’agit des questions techniques telles que le contentieux électoral, la production et la publication de la liste électorale. Le CPC a  sollicité de la part de la part de la Commission Electorale Indépendante Ivoirienne (CEI) de travailler à la programmation dans l’urgence des élections.

Le CPC  été institué pas l’Accord politique de Ouagadougou,  le 07 mars 2007, sous le parrainage  du  président Blaise Compaoré, avec pour objectif de mettre fin à la crise ivoirienne. Cet accord fait suite à un précédent signé en 2003 sous l’appellation d’Accord de Linas Marcoussi.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

1 2 > >>