Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

LA liste des 20 fautes de Gestion de Iya Mohamed

31 Mars 2013, 18:48pm

Publié par Hervé Villard

 

A S’AGISSANT DES FAUTES DE GESTION DONT LE PREJUDICE FINANCIER EST EVALUE ET IMPUTE AU MIS EN CAUSE

 

Faute de gestion n° 1:

Dissimulation de recettes provenant de la vente d’huile, ayant induit un préjudice financier, pour la SODECOTON, de 1500195 782 (un milliard cinq cent millions cent quatre vingt quinze mille sept cent quatre-vingt deux) Francs CFA, imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 2 :

Dissimulation de recettes provenant de la vente de

Tourteaux, ayant généré un préjudice financier, pour la SODECOTON, de 1360902379(un milliard trois cent soixante millions neuf cent deux mille trois cent soixante dix neuf) Francs CFA, imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 3:

Octroi de ristournes, sans l’aval de l’Assemblée Générale, ayant généré un préjudice financier, pour la SODECOTON, de1509871966 (un milliard cinq cent neuf millions huit cent soixante onze mille neuf cent soixante six) Francs CFA, imputés au Mis en Cause.

Faute de gestion n° 4:

Engagement des fonds de l’Entreprise au profit d’une Association sportive, pendant la période de référence, sans autorisation du Conseil D’Administration, ayant induit un préjudice financier, pour la SODECOTON, de 3778045 668 (trois milliards sept cent soixante dix huit millions quarante cinq mille six cent soixante huit) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 5:

Aliénation du patrimoine de l’Entreprise, sans l’autorisation de l’organe compétent (Conseil d’Administration) et sans recours à une juste évaluation préalable desdits biens, ayant causé un préjudice financier évalué à 339351746(trois cent trente neuf millions trois cent cinquante et un mille sept cent quarante six) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 6:

Violation du régime des incompatibilités dans l’exercice de la profession de Commissaire aux comptes, à travers l’attribution irrégulière, de gré à gré, d’un marché de conseil   fiscal, ayant entraîné un préjudice financier pour la SODECOTON de 417375000 (quatre cent dix sept millions trois cent soixante quinze mille) francs CFA pour la SODECOTON, dont 208687500

(deux cent huit millions six cent quatre vingt sept mille cinq cents) Francs CFA imputables au Mis en Cause, au titre de sa responsabilité personnelle

Faute de gestion n° 7:

Perception d’avantages indus d’un montant de136675000 (cent trente six millions six cent soixante quinze mille) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 8:

Fixation, en lieu et place des organes statutairement compétents, du montant de la rémunération du Directeur Général, des allocations mensuelles et des avantages en nature du Président du Conseil d’Administration, ayant généré un préjudice financier pour la SODECOTON évalué à 126 649677(cent vingt six millions six cent quarante neuf mille six cent soixante dix sept) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 9:

Licenciement de personnels pour fautes lourdes, en violation de la procédure disciplinaire, ayant débouché sur des décisions administratives ou judiciaires génératrices d’un préjudice financier, pour la SODECOTON, de53 148 631(Cinquante trois millions cent quarante huit mille six cent trente un) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 10:

Modification, en lieu et place des organes statutairement compétents (Conseil d’Administration et Assemblée Générale), des montants des indemnités des membres du Conseil d’Administration, ayant induit un préjudice financier, pour la SODECOTON, évalué à 27301750(vingt sept millions trois cent un mille sept cent cinquante) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 11

Octroi d’un montant indu d’indemnités de session au Secrétaire de la Commission de Passation des Marchés de la Société, ayant causé un préjudice financier à la SODECOTON, évalué à 8100 000 (huit millions cent mille) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause;

Faute de gestion n° 12:

Absence d’enregistrement fiscal d’un marché relatif à

la pose de gazon synthétique sur un terrain de football, ayant généré un préjudice financier, pour la SODECOTON, de 3148 593 (trois millions cent quarante huit mille cinq cent quatre vingt treize) Francs CFA, qui est imputé au Mis en Cause.

B) S’AGISSANT DES FAUTES DE GESTION

SANCTIONNEES AU TITRE D’UNE AMENDESPECIALE

Faute de gestion n° 13:

Violation de la réglementation des marchés publics, matérialisée par-la passation en simples bons de commandes des prestations qui auraient dû faire l’objet de Lettres

-Commandes ou de Marchés, pour un montant global de4820304064FrancsCFA

 

-le fractionnement de Lettres

-Commandes en simples bons de commandes, pour un montant total de708310470 Francs CFA;3

 

-le non respect des dispositions relatives au cautionnement définitif pour certains marchés;

-le non respect des dispositions relatives au choix de Maîtres d’œuvre pour certains marchés la violation des dispositions relatives à l’appel à la concurrence dans le cadre de certains marchés d’assurances;

-la violation des dispositions relatives à l’avance de démarrage pour certains marchés;

Faute de gestion n° 14:

Etablissement de certains règlements de la Société portant sur des points substantiels du fonctionnement de l’Entreprise, en lieu et place du Conseil d’Administration, statutairement compétent;

Faute de gestion n° 15:

Nomination de responsables ayant rang et prérogatives de Directeur, sans approbation du Conseil d’Administration;

Faute de gestion n° 16:

Avancements à titre exceptionnel de certains employés de la Société, en violation du délai de deux ans prescrit par le Mémento Administratif;

Faute de gestion n° 17:

Déplacements du Directeur Général, avec prise en charge par la Société, sans ordre de mission;

Faute de gestion n° 18:

 Faiblesse du système de contrôle interne de la Société, caractérisée par le défaut de mise en place, jusqu’en 2009, d’un organe d’audit interne au sein de la SODECOTON, ayant préjudicié à l’amélioration du pilotage de ladite entreprise le défaut de suivi budgétaire

Faute de gestion n° 19:

Dépassement des crédits arrêtés par l’organe statutaire compétent;

Faute de gestion n° 20 :

Engagement de dépenses, sans crédits disponibles



-


Voir les commentaires

Sodecoton : Sale temps pour Iya Mohamed

31 Mars 2013, 18:39pm

Publié par Hervé Villard

 

Le directeur général de Sodecoton vient d’être épinglé pour 20 fautes de gestion par le conseil supérieur de  l’Etat du Cameroun (Consupe)

 

Le vendredi 29 mars 2013 restera à jamais gravé dans la mémoire de Iya Mohamed, le directeur général de la société camerounaise de Coton (Sodecoton). En effet ce jour, celui qui préside aux destinées de cette entreprise et l’unique du territoire nationale qui s’occupe de la culture et de l’exploitation du coton au Cameroun, a été reconnu coupable de 20 fautes de gestion par le conseil de discipline financière et budgétaire  du conseil supérieur de l’Etat du Cameroun.

 

En effet, dans son communiqué rendu public  ce vendredi 29 mars 2013, le Consupe précise que le directeur général de la Sodecoton est par conséquent débiteur de plus 9 milliards cinquante deux millions de Fcfa, représentant le préjudice  financier subit par l’entreprise de son fait pendant  la période de gestion allant de 2005 à 2010. Pour ce fait, il est suspendu  de la gestion de tous entreprises publiques ou les services publiques pendant une durée de sept ans et écope d’une amende spéciale de 2 millions de Fcfa.

Par ailleurs, Pierre Kaptené, gestionnaire du complexe sportif Sodecoton, est quant à lui, épinglé pour avoir pris des libertés dans la gestion des fonds alloués à ce Complexe. Pierre Kaptené, qui a par le passé, occupé les fonctions de Président du conseil d’administration de Coton sport de Garoua, club du championnat d’élite 1 qui bénéficie du sponsoring de la Sodecoton , est déclaré débiteur de 16 millions de Fcfa et s’en tire avec une amende d’un million de Fcfa…

 

Ce n´est pas la première fois que monsieur Iya Mohamed se fait épingler par les autorités camerounaises. Sa gestion de la Fecafoot a été passée au peigne fin par la police judiciaire. Ainsi, "En l'espace de deux ans, il a été convoqué plus de cinq fois à la sous direction des enquêtes économiques de la police judiciaire (Sdeef) pour répondre de la gestion des deniers publics que l'Etat a versé à la Fécafoot".

 

Nos confrères du journal Le Messager révélaient par ailleurs qu" en avril 2004, suite à une sanction de la Fifa infligée aux Lions Indomptables par rapport aux maillots grenouillère de la Can 2004 en Tunisie, l'Etat du Cameroun s'est intéressé aux retombées financières et matérielles du sponsoring, des droits de retransmission audio-visuelle, de la publicité, des participations des Lions Indomptables de football aux diverses compétitions internationales avec en prime, l'apport financier du gouvernement.

 

Il ressort de ce document que les responsables du football camerounais, au premier rang desquels Iya Mohammed, sont soupçonnés d’avoir «dissimulé ou détourné, en usant de faux de cavalerie financière dans plusieurs banques, les différentes recettes générées par ces activités. Après reconstitution des différentes recettes qui ont atterri dans les caisses de la Fécafoot, soit un peu plus de 8 milliards, les enquêteurs déclarent que la Fécafoot n'a pu fournir des justificatifs qu'à hauteur de 5 milliards FCFA. Plus de 3 milliards FCFA ayant pris des destinations inconnues

 

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

9ideas Conférence; l’affluence au rendez-vous

30 Mars 2013, 14:23pm

Publié par Hervé Villard

CIMG8193.JPG


Plusieurs jeunes entrepreneurs ont pris part à cette conférence qui  s’est tenue ce 30 mars 2013 dans l’une des salles de  conférence du Gicam (groupement inter patronal du Cameroun)

La salle de conférence du Gicam qui a accueilli la 4ème édition du 9ideas conférence s’est avérée exigüe pour contenir tous les participants. Partis de tous les quatre coins de la république du Cameroun et même ailleurs, ces derniers  sont venus nombreux  à ce rendez-vous des jeunes entrepreneurs qui depuis trois ans déjà se tient sur le sol camerounais. Et du coup, certains d’entre eux étaient obligés pour ne pas rater les différents exposés  à l’ordre du jour de rester débout. Très attentifs  d’ailleurs  malgré leur posture, ils ont pris part à cette conférence jusqu’à sa fin. Ils n’ont cessé pour comprendre tous ce qui se disait à cette plate forme d’échange de poser des questions et de contribuer au bon déroulement de  la conférence dans son ensemble. 

 

CIMG8207.JPG

Pour  nombreux d’entre eux présents à la troisième édition de ce projet novateur en 2012, il n’était pas question de  passer à coté de la 3ème édition de cet évènement qui se positionne aujourd’hui comme un carrefour ou se  rencontre désormais les jeunes entrepreneurs du Cameroun et d’autres pays pour échanger sur leurs travaux  pour apprécier l’avancer des travaux et pour s’informer sur  ce qui se passe et ce qui se fait autour de nous.  D’où cette  attitude.

Pendant cette conférence qui a vu la participation de Francis Pisani, cet important journaliste qui a fait le tour du monde et qui s’intéresse d’avantage aux avancées technologiques fait dans le monde, plusieurs autres exposées ont eu lieu suivi des échanges houleux et enrichissants.

 

 

 

CIMG8194.JPGC’est d’abord  Rebecca Enonchong  qui donne le coup d’envoie de cette série d’échange. Celle qui est installée de nos jours aux Usa et qui voyage à travers le monde pour proposer ses services est revenue sur le climat d’affaire au Cameroun.  Dans son exposé qui n’a durée qu’une quinzaine de minutes  elle a démontré comment il était difficile de faire le business dans ce pays. Car le système mis sur pied ne facilite pas la tâche aux jeunes entrepreneurs et du business en général. Il y a la corruption, il y a le favoritisme. Et pis encore, tous cela  est accepté par  des populations qui ont épousé cette manière de penser.  Cette dernière pense par ailleurs qu’il est temps qu’il est temps de dire non cette pratique là. Hors une révolution sociale passant par un changement individuelle, elle invite tout le monde à faire le sacrifice qu’il faut pour que cela change. Après cet exposé introductif ; s’en est suivi  plusieurs autres exposés parmi lesquelles celui  de Fritz Ekwog, de Martial gervais  Odem Bella, de Michel Takam.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Mtn elite One : Unisport du Haut-Nkam prend la tête du championnat

28 Mars 2013, 21:36pm

Publié par Hervé Villard

 

Illustration_Football_Cameroun_UNISPORT_DE_BAFANG.JPG

 

L’équipe de la capitale du département du Haut-Nkam  a battu Renaissance de Ngoumou  ce dimanche 24 mars 2013. C’était à l’occasion de la 5ème journée de la Mtn élite one qui s’est jouée au stade municipal Gaston Ngandjui de Nguenack à Bafang.

 

C’est un tonnerre d’applaudissement qui a retenti au stade municipal de Nguenack ce dimanche 24 mars 2013 après la rencontre qui opposait Unisport du Haut-Nkam  à Renaissance de Ngoumou. Rencontre  qui s’est soldée par la victoire du Flambeau de l’Ouest sur les visiteurs (2-1).


A la fin de cette rencontre âprement disputée par  les deux équipes, les fans de l’équipe du Haut-Nkam n’ont pas cachés leur satisfaction. «Nous avons obtenu les trois point du jour. C’était l’objectif fixé  donc on ne peut qu’être content » déclare un supporter tout joyeux. Non loin de lui, un autre supporter  fou de joie courre dans toutes les directions. Enroulé dans un drapeau aux couleurs rouge et jaune couleurs traditionnelle du Club du Haut-Nkam, il déclare à qui veux l’entendre que, plus rien n’arrêtera le club de son cœur. «Nous avons remporté la coupe du Cameroun l’année dernière, cette fois ci, c’est le titre de champion que nous allons avoir.  Tous nos adversaires auront chaud » lance-t-il sourire aux lèvres.

 

La joie des supporters de  Fambleau Tamkwa est justifiée.  Il y a eu beaucoup de frayeurs dans ce match. En plus des  joueurs de l’équipe de renaissance de Ngoumou qui n’étaient pas facile à manœuvrer, les  milliers de supporters de l’Unisport du Haut-Nkam ayant  fait le déplacement du stade ont cru que la rencontre allait être arrêtée par le quatuor des arbitres dirigeant cette rencontre.

 A environs cinq minutes de la fin de cette rencontre, alors que Flambeau Tamkwa mène au score (2-1), Christophe Ndé Central de cette rencontre suspend la rencontre pour impraticabilité du stade.  Suite à la pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Bafang, le stade a pris un coup dur. Pourtant praticable au début de la rencontre à 15h 30 minutes plus précisément il s’est transformé en un bourbier. Une chose qui n’a pas permis aux les vingt-deux acteurs de dérouler le football qu’on leur reconnait. Pis encore,  ce sont les lignes du stade qui sont presqu’invisibles et les goals des  deux gardiens de buts inondés.  Après concertation avec les autres arbitres et le directeur du stade, les goals sont vidés de leurs eaux et le stade retracé.


 Pendant que la rencontre  qui est relancée quelques minutes plus tard reprend son cours, le central interrompt à nouveau la rencontre suite à la plainte du portier de Renaissance de Ngoumou menée au score (2-1). Celui-ci déclare une fois de plus que ses goals sont inondés. Avec l’accord du commissaire du match, ces derniers  sont vidés une fois de plus des eaux qui y ont élu domicile et la rencontre s’est poursuivie. Ce en dépit des nombreuses plaintes du banc de touche de Renaissance de Ngoumou qui, demandent l’interruption de cette rencontre. D’où la joie des supporters après le retentissement du coup de sifflet final de l’arbitre central Christophe Ndé

 Unisport011210-500.jpg

Le match


S’agissant du match proprement dit, c’est l’Unisport de Bafang qui ouvre la marque le premier dans cette rencontre. Evoluant sur  ses propres installations, Flambeau Tamkwa avait pour objectif de tuer le match dès l’entame.  Ce qu’ils ont fait en inscrivant le premier but à la 4ème minute. Suite à une belle phase de jeu,  l’un des attaquants du Flambeau de l’ouest bénéficie d’un bon ballon dans la surface de réparation de Renaissance de Ngoumou. Alors qu’il cherche à se défaire de son vis-à-vis, il est fauché par un défenseur et l’arbitre  sanctionne la faute par un pénalty. Jean Parfait Tchoubia qui se charge de son exécution bat d’un plat de pied parfait le portier  Zacharie Njiehe de Renaissance de Ngoumou.

 Unisport qui a l’avantage au score multiplie des occasions de buts. Mais, ses attaquants ne trouvent pas le cadre. Face à ses nombreux ratés de son adversaire du jour,  Renaissance de Ngoumou  reprend confiance et fonce à l’attaque. Ce qui lui réussit. A la 31ème minute. Suite à une belle phase de jeu, Ntolla Nguena (2)  d’un coup de pied magnifique égalise pour son club. C’est sur ce score que les deux équipes vont à la mi-temps.

 

A la reprise, les poulains de Pierre Ndjili le coach d’Unisport  se repositionne. Ils prennent le match à leur compte. Après plusieurs actions nettes de but vendangées, Michael Nsoul inscrit le second but de Flambeau Tamkwo. Sur un coup franc qu’il tire à quelques mètres de  la surface de réparation  et dévié par la défense de renaissance de Ngoumou, un  cafouillage  se crée dans la surface de réparation de Renaissance de Ngoumou. Le ballon qui rebondit arrive sur Michael Nsoul (21) qui le pousse au fond des filets. Pour deux pour Unisport de Bafang et un pour Renaissance de Ngoumou. Malgré la pluie qui a perturbé un tout petit peu, cette rencontre, Unisport du Haut-Nkam par cette victoire s'adjuge désormais la place de leader de ce championnat  avec 13 points désormais.

 

 

Dans la suite des autres rencontres  Douala Athlétic club, le nouveau promu en élite one qui jouait à Douala a eu raison de coton sport de Garoua (1-0) Dans le même stade Astres de Douala qui recevait  son frère ennemi  New-Stars a perdu (0-1). A bagangté, panthère a eu raison de Njalla Quan sport Academy de Limbé (1-0) tandis que Canon et sable de Batié se neutralisaient  (1-1) à Yaoundé. En match avancé  Union de Douala qui croisait le fer avec Fovu de Baham vendredi dernier a laminé les visiteurs (3-0)

 

Hervé Villard Njiélé envoyé spécial à Bafang

 

 

 

Voir les commentaires

Eliminatoire coupe du monde 2014 : Bafang vibre aux couleurs de la victoire des Lions

28 Mars 2013, 21:22pm

Publié par Hervé Villard

Lions-indomptables.jpg


 

La capitale du département du Haut-Nkam était en effervescence après la victoire du Cameroun sur le Togo (2-1) ce  samedi 23 mars 2013

 

La pluie qui s’est abattue sur la ville de Bafang ce 23 mars, n’a pas empêché aux supporters des Lions Indomptables du Cameroun de savourer avec faste cette victoire du Cameroun sur le Togo (2-1) en match aller comptant pour les éliminatoire de la coupe du Monde 2014. En effet après la rencontre, ces derniers se sont  donné rendez-vous dans les bars chauds de la rue de la joie de cette ville situés non loin de la permanence du Rdpc. En ce lieu, en plus de la bière qui coulait à flot ; ce sont les commentaires sur l’avenir de l’équipe nationale et les nouvelles stratégies à mettre sur pied pour multiplier des victoires qui étaient à l’ordre du jour. Bien que comptant du résultat du jour ces derniers ont fait savoir que ce n’était pas suffisant pour arracher un ticket pour le Brésil.  « La victoire d’aujourd’hui était importante. Elle  nous a permis de  sourire un peu.  Les Lions ont démontré qu’ils peuvent encore faire quelque chose. C’est vrai que j’étais un peu inquiet au début du match mais, mon inquiétude a été levée quand Eto’o a marqué le second but » affirme  Olivier T. en passant la commande d’une bière pour arroser cette victoire.  Ils proposent pareillement pour garder la  sérénité au sein de la tanière de garder les mêmes joueurs pour le prochain match « L’équipe national a des problèmes parce que le Coach Jean Paul Akono n’a pas une équipe type. Il change les joueurs à tout moment c’est ce qui fragilise cette équipe. En gardant les même joueurs, ceux-ci ont la chance de se connaitre et de développer le bon football » pense ce supporter. Pour un autre fan des Lions un peu critique, les Lions ont gagné sans la manière. « La victoire des lions aujourd’hui était très belle. Je suis très content. Mais, il a manqué de la manière à cette victoire. On n’a pas eu droit au beau jeu dont on avait l’habitude. Il faut qu’ils travaillent encore beaucoup pour gagner la confiance de tous les fans et rassurer tout le monde. » Propose Elie Moutcheu.

A «thermomètre », un bar du coin très couru à la fois par les habitants de la ville et les voyageurs,   c’est le capitaine de L’équipe nationale Samuel Eto’o Fils qui est porté en triomphe. Aidé par la sonorisation qui jouait en boucle  la musique de Maman NGuea qui rend hommage au capitaine d’Anzhi, les fans du goleador s’en sont régalés.   «Je vous ai toujours dit que votre seul joueurs c’est Eto’o, vous êtes jaloux de ce garçon pour rien. Avec ce qu’il a fait aujourd’hui, il a prouvé qu’il demeure notre meilleur joueur », déclare Etienne  tout heureux. Et jean d’ajouter : « Ce n’est pas le fruit du hasard, Eto’o fils est le meilleur attaquant du monde, Morinho l’a lui-même dit. C’est vous qui ne croyez pas en lui. Je le connais et je suis sure qu’au prochain match il fera la même chose » affirme Etien en narguant Thomas qui annonçait  avant le début de la rencontre une  défaite des Lions  Indomptables. Du Rond-point Patchi en passant par les quartiers Artisanat, sans oublier Ndokovi et Pouango, l’ambiance était conviviale après ce match. Les Supporters ont déclaré se mobilisé d’avantage si les lions gagnent leur prochain match.

 

Hervé Villard Njiélé  Envoyé spécial à Bafang

 

Voir les commentaires

Affaire Eric Money : Le juge prolonge le suspens

28 Mars 2013, 21:19pm

Publié par Hervé Villard

 

Le délibéré de cette affaire de mœurs, qui a secoué la ville de Douala à la fin d’année 2012, a été prorogé au 21 mai 2013 prochain


C’est avec un air de chien battu que tous ceux qui ont effectué le déplacement pour le Tribunal de grande instance du Wouri ont quitté ce tribunal ce mardi 19 mars 2013  après l’Affaire Eric Money. C’était aux environs de 16h 30 minutes plus précisément. Ayant pris d’assaut ce tribunal très tôt ce mardi matin-là, pour être témoins de la sentence qui sera infligée à Francine Olli Hulda et Cédric Take Dipoko, successivement accusés de complicité de meurtre et de vol, dans cette affaire de meurtre qui a paralysé le quartier Deido à la fin d’année 2012, ils sont rentrés déçus. Le juge ne s’étant pas toujours  prononcé sur la sentence finale de c cette affaire pourtant très attendue. Ils ont déclaré être en train d’étudier minutieusement le dossier pour prendre la bonne décision le moment venu.


«Le tribunal s’est déplacé sur le lieu de cet incident pour savoir ce qui s’est effectivement passé ce jour-là. Jusqu’à présent, nous n’avons pas pu prendre une décision. Nous pensons que la précipitation n’est pas signe de sagesse c’est pourquoi nous renvoyons l’affaire au 21 mai 2013 » a déclaré le Président Kenmoé, président de la collégialité qui juge cette affaire.


Bien avant que celui-ci ne termine son propos, La salle d’audience du Tribunal de première instance de Douala Bonanjo qui était noire de monde ce jour-là commençait déjà à se vider. Car, le public venu nombreux était déjà vert de colère. Dans l’attente de cet instant fatidique que nul ne voulait rater, les différents protagonistes étaient obligés d’assister aux procès précédant le leur.  Ce qui les a fait passer «une journée  pour rien » dans ce tribunal.

Le renvoie  du délibéré visiblement pas attendue va d’avantage courroucer les différentes parties qui ont aussitôt gagné le large la mine crispée. «Après la longue phase du jugement, pourquoi traîne-t-on encore le délibéré?», ronronne un membre de la famille d’un des accusés. Et à son voisin de banc de lui répondre «il est possible que vous attendiez encore plus longtemps. Car là maintenant, ça dépend du président du tribunal», conclut ce dernier.


Coupables


Lors de la précédente audience, le Ministère public avait demandé que le Juge condamne les différents accusés conformément à loi afin que leur sentence puisse servir de leçon aux autres jeunes. Il avait ainsi reconnu la culpabilité de Francine Olli Hulda la jeune fille qui accompagnait Eric Money le soir de son assassinat de complicité de meurtre et que l’on condamne Cédric Take Dipoko pour vol.


Ce même jour pendant que les avocats plaidant pour les ayants droit d’Eric Money réclamaient la requalification des infractions commises, les avocats des accusés plaidaient tous pour des circonstances atténuantes. Le verdict de cette affaire de mœurs ayant été prorogé à nouveau, il ne nous reste plus qu’à attendre le 21 mai 2013 pour savoir le verdict final de cette affaire. Affaire à suivre.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Festival : Ados en scène est sur la scène

28 Mars 2013, 21:15pm

Publié par Hervé Villard

 

 

ados1.jpg

 

La cérémonie  de lancement officielle de ce festival qui fait la promotion du théâtre chez les adolescents s’est déroulée ce 27 mars 2013 à Douala.

 


C’est par un carnaval que la troisième édition d’ «Ados en scène» a été lancée de manière officielle dans la ville de Douala ce 27 mars 2013. C’était en présence des hommes de médias de la capitale économique du Cameroun et d’une foule de curieux sortis nombreux acclamer ce fort déploiement des jeunes.  Dans ce défilé carnavalesque, on pouvait distinguer des acteurs, une cinquantaine environs et les élèves des différentes établissements qui prennent part à la troisième édition de ce festival. Encadré par les moniteurs et autres responsables, de ce festival, ce carnaval est parti du collège Dominique Savio pour s’ébranler à la place du gouvernement à Bonanjo. Ceci sous des youyous du public et des  animations diverses.

Trois ans après le lancement de ce projet qui peine à décoller à cause du manque d’adhésion populaire et des nombreux moyens financiers, les organisateurs après ont décidé d’aller vers le public.   Ceci pour faire découvrir ce qu’ils font et, susciter l’engouement autour de ce projet noble, qui a pour principale mission, de former les adolescents dans la pratique du théâtre, et de susciter leur épanouissement. Ce carnaval, «permet pareillement  de faire une publicité autour de cet évènement». déclare Dominique Depaule, porteur de ce projet. « On voulait pareillement montrer que le théâtre peut se jouer ailleurs que dans une salle de spectacle, on peut par exemple faire du théâtre de rue aussi », ajoute-t-il.

Pendant la conférence de presse de lancement de la troisième édition de ce festival, au collège Dominique Savio à Douala, les organisateurs sont revenus sur les innovations de cette troisième édition.

En plus du carnaval promotionnel introduit dans le programme de ce festival cette année, les promoteurs ont pareillement créé une troupe constituée des jeunes espoirs des éditions précédente d’«Ados en scène » et des étudiants d’université volontaires qui souhaitent approfondir leur pratique. Cette troupe selon un des responsables se réunie tous les samedis pour parfaire leur apprentissage, sous l’encadrement d’un dramaturge professionnel. En plus de ces innovations, on a pareillement noté que  la troisième édition d’ « Ados en scène » se déroule du 8 au 13 avril 2013 prochain.

Durant cette période, des jeunes élèves comédiens seront mis sur scènes, pour jouer les pièces de théâtre à l'Institut Français du Cameroun (IFC) de Douala. Le public aura ainsi droit aux représentations suivantes : «La perle » de Wole Soyinka, «Meyonng Meyeme au royaume des morts » de Jacqueline Leloup, «Boule de Chagrin» de Gervais Mendozé, «Le sorcier Malgré lui» de Xavier Bruneau, «Le caméléon» de Patrice Ndédi Penda, «La dernière aimée» de Rabiatou Njoya pour ne citer que ceux-ci. Bref, c’est près d’une dizaine de pièces de  théâtre qui seront représentées sur le podium de l’institut français pendant ce festival. Ces pièces de théâtres seront jouées, tous les jours à partir de 19 heures 30 pendant une semaine.

A l'issue des spectacles, le jury présidé par Lionel Manga primera les élèves comédiennes qui auront, éblouis le public. Une représentation des deux meilleurs spectacles du festival, sélectionnés par ce jury est  pareillement prévue.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Musique : Idylle Mamba fait un tabac à Douala

28 Mars 2013, 21:08pm

Publié par Hervé Villard

  

idylleMamba.jpg 

  

A l’occasion de la dédicace de « Bêkou » son premier Album, la chanteuse centrafricaine a donné un spectacle inédit  à l’institut français de Douala ce 21 mars 2013 

  

Les près d’une heure trente minutes de spectacle qu’a données Idylle Mamba ce 21 mars 2013 à l’institut français de Douala se sont avérés insuffisantes, très insuffisantes d’ailleurs pour les fans et les mélomanes de la  capitale économique du Cameroun qui ont rallié l’Ifc ce jour-là. A la fin de ce show musical indescriptible, ils en voulaient encore.  « Bisser ! Bisser ! Bisser ! »  Ce crie fusait de toute part  dans la salle. Car, le public n’était pas satisfait, il en voulait encore. 

 Les journalistes culturels de la ville de Douala venus en nombre important à ce spectacle, eux aussi, n’étaient pas en reste. «Remet-nous nos 17 minutes de spectacles. Tu n’as pas fini ton temps » déclare-t-ils en chœur en apostrophant Idylle Mamba à la fin du spectacle. «Venez au concert à Yaoundé le 29 mars 2013 prochain à l’occasion de mon nouveau concert à Yaoundé et je vous restituerai ce temps-là » rétorque l’artiste en  partageant avec ces hommes de média  visiblement satisfait.  

C’est que, Idylle Mamba a séduit tout le public pendant ce spectacle. Sa voix  suave et envoûtante, ses coups de reins magiques, ses pas de danses qui riment avec les différents mélodies entonnées, l’artiste a fait d’un coup d’essai un coup de maître. 

 

Dès l’entame de ce concert ce jeudi 21 mars 2013 au tour de 20h, toute la salle est silencieuse. Chacun attend impatiemment ce qui va se passer.  Soudainement, l’artiste apparaît alors au public. Quatre lampes brillent autour d’elle.  Au milieu de ces lampes, un posé tabouret royale de type traditionnelle.  La chanteuse centrafricaine  ouvre  le bal par la chanson « Gadji Koyo ». Puis, par « Karne Ma », chantée en langue Ewondo, « Guene Na Sessé », « Nara », « Wa Nzin ».

1363252293-Idylle_Mamba.jpg

 Elle poursuit  son envol par le titre en français « petite fille » puis « naza », »Sango et Vous ».

 Lorsque la chanteuse entonne les premières paroles de « Maman » le public est en émoi.  Des cris et des youyous fusent de toute part. Elle rend hommage au maman de la plus belle manière  Ces femmes encore appelées mère de l’humanité ont tout fait pour nous, elles ont tout fait pour elle. L’artiste souffle un peu mais, poursuit la balade avec  « Femme Battue », « Elle », « Diyin » et en fin « Dok sala ».  Durant cette ballade qui a permis de visiter plusieurs rythmes musicaux, parmi lesquels, la world, la salsa, le bikutsi, entre autres, la chanteuse centrafricaine adoptée au Cameroun a bénéficié de la dextérité de Gaf Lex et d’Aaron successivement au piano et à la bass, de l’ingéniosité de Valnez, à la guitare et de serges Epoh à la percussion et voix. Dans ce premier album (Bêkou) qui signifie espoir, Idylle Mamba dénonce la sorcellerie, l’excision et les violences faites aux femmes. Après son prochain concert programmé ce vendredi 29 mars 2013 à l’Institut français de Yaoundé.

Idylle Mamba ira présenter son produit chez elle en Rca au mois d’avril, lors des spectacles à Bangui. En juin elle participera, au festival « N’sangu Ndi-ndji», à Pointe-Noire au Congo. L’artiste est pareillement  sélectionnée pour concourir aux 7ème jeux de la Francophonie en septembre à Nice en France.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Musique : Idylle Mamba fait un tabac à l'institut francais de Douala

28 Mars 2013, 19:24pm

Publié par Hervé Villard

 

  ze"zéIdylle-Mamba--1-.JPG

 

A l’occasion de la dédicace de « Bêkou » son premier Album, la chanteuse centrafricaine a donné un spectacle inédit  à l’institut français de Douala ce 21 mars 2013


Les près d’une heure trente minutes de spectacle qu’a donné Idylle Mamba ce 21 mars 2013 à l’institut français de Douala se sont avérés insuffisantes, très insuffisantes d’ailleurs pour les fans et les mélomanes de la  capitale économique du Cameroun qui ont rallié l’Ifc ce jour là. A la fin de ce show musical indescriptible, ils en voulaient encore.  «Bisser ! Bisser ! Bisser !»  Ce crie fusait de toute part  dans la salle. Car, le public n’était pas satisfait, il en voulait encore.

 

Idylle Mamba (4)

 Les journalistes culturels de la ville de Douala venus en nombre important à ce spectacle, eux aussi, n’étaient pas en reste. « Remet-nous nos 17 minutes de spectacles. Tu n’as pas fini ton temps » déclare-t-ils en chœur en apostrophant Idylle Mamba à la fin du spectacle. «Venez au concert à Yaoundé le 29 mars 2013 prochain à l’occasion de mon nouveau concert à Yaoundé et je vous restituerai ce temps là » rétorque l’artiste en  partageant avec ces hommes de média  visiblement satisfait. C’est que, Idylle Mamba à séduit tout le public pendant ce spectacle. Sa voix  suave et envoutante, ses coups de reins magiques, ses pas de danses qui riment avec les différents mélodies, l’artiste a fait d’un coup d’essaie un coup de maitre.

 


Dès l’entame de ce concert ce jeudi 21 mars 2013 au tour de 20h, toute la salle est silencieuse. Chacun attend impatiemment ce qui va se passer. Les rideaux s’ouvrent sous une lumière tamisée. L’artiste à apparait alors au public recouvert d’un tissu de couleur orange. Quatre lampes brillent autour d’elle.  La chanteuse centrafricaine  ouvre  le bal par la chanson « Gadji Koyo ». Elle balade  le public  à travers les sonorités de la forêt tropicale. Puis, par « Karne Ma », chantée en langue Ewondo, « Guene Na Sessé », « Nara », « Wa Nzin » Puis le titre en français « petite fille », « naza », »Sango et Vous ». Et lorsque la chanteuse caresse les premières paroles de « Maman »,  le public est en émoi. Idylle Mamba l’a plusieurs fois repris lors de festivals à Douala et Yaoundé. Dans l’interprétation de cette mélodie, la douceur de la voix contraste avec la force dans les gestes. Idylle Mamba a les poings fermés, qu’elle bat contre sa poitrine. Elle doit sans doute lutter pour une cause. Mais laquelle? En fait, dans « Bêkou », Idylle Mamba dénonce la sorcellerie, l’excision et les violences faites aux femmes. « Comment peut-on aimer quelqu’un et l’humilier ? », s’interroge t-elle.  

 

idylleMamba

Le public a droit à « Diyin », « Elle », «Maman », « Naza », « Petite fille ». Le spectacle s’achève autour de 21h34 minutes sur des pas de danse de « Dok Sala ». Les spectateurs restent un peu affamés à la fin et en redemandent. Idylle Mamba donne son prochain concert vendredi 29 mars 2013, à l’Institut français de Yaoundé. Au mois d’avril, la chanteuse va faire découvrir son nouveau « bébé » aux siens, lors de spectacles à Bangui. Elle participera ensuite en juin, au festival « N’sangu Ndi-ndji», à Pointe-Noire au Congo. Elle a également été sélectionnée pour concourir aux 7ème jeux de la Francophonie en septembre à Nice en France.

 


Hervé Villard Njielé

 

Voir les commentaires

Douala :Plus d'une trentaine de boutiques réduites en cendre à Bonamoussadi

20 Mars 2013, 22:55pm

Publié par Hervé Villard

 

PHOT0027.JPG

Le marché à pris feu   dans la nuit de du 18 au 19 mars 2013 pendant que tous les commerçants se reposaient   dans leur domicile respectifs.

 

La nuit du lundi 18 au mardi 19  mars 2013 restera à jamais gravée dans l’esprit des commerçants de Bonamoussadi et d’avantage chez ceux occupant le blog 8. Car, cette nuit là, alors qu’ils étaient tous rentrés se reposer chez eux, question de se remettre de la fatigue du jour, un monstrueux incendie s’est attaqué à leurs commerces. Sans avoir  de la pitié pour ces travailleurs  qui trouvent leur pitance après de long moment de patience sous la pluie comme le soleil,  il a brûlé  toutes leurs marchandises , les magasins et les comptoirs avec. Des parfumeries en passant par des ateliers de couture, des ateliers de coiffure, des boutiques agroalimentaires, ce feu a été sans pitié pour les commerçants de ce marché. Au total, c’est 33 boutiques qui ont été détruites par le feu.

Selon des informations, le feu qui s’est déclaré au blog 8 a commencé aux environs de 20h quand les commerçants pour la pluparts étaient rentrés chez eux. Il a commencé par un atelier de couture qui était fermé. Les gardiens qui ont été alertés par la  fumée qui s’échappait de cette boutique ont directement alerté les responsables du marché qui sont aussitôt descendus sur les lieux. Après avoir éteint ces flammes, un cordon de sécurité a été érige autour de cette zone dite à risque pour limiter la propagation des flammes et  faire qu’elle n’attaque pas d’autres boutiques. Les sapeurs pompiers alertés  pour la circonstance sont pareillement arrivés et ont éteint ces flammes. Les vigiles qui assurent la sécurité veillaient d’ailleurs au grain quand  les responsables du marché alertés sont rentrés  le cœur en paix. Car, tout semblait être maitrisé. Mais, Mal leur en a pris car, aux environs de 4h, selon des témoignages, un autre feu a jailli d’un poteau électrique qui s’est renversé sur une boutique du marché. A l’insu des commerçants, il va s’attaquer cette fois aux boutiques avec une fureur incomparable. Et va de ce fait, lécher toutes les boutiques situées sur son passage. La prompte réaction des agents de sécurité  présents au moment des faits, des riverains et des sapeurs pompiers alertés, va permettre de circonscrire le périmètre du feu et empêcher que celui-ci n’embrase  le marché dans son ensemble.  Cette prompte réaction n’a cependant pas  permis de limiter les dégâts  et les pertes qui se chiffrent à plusieurs centaines de millions de francs cfa.  Pour sécuriser les biens des commerçants et empêcher que les magasins ne soient pillés par des badauds et quelques personnes mal intentionnées, les éléments du commissariat du 12ème arrondissement et ceux de la gendarmerie de Bonamoussadi sont descendus sur  les lieux.  Pout toucher du doigt l’ampleur de ces dégâts et consoler  les commerçants abattus par ce énième sinistre, Frits Ntone Ntone le délégue du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala est descendu  sur les lieux. Dans sa suite, on pouvait apercevoir le sous préfet de Doula 5ème  jeannot Tamadjo lui aussi venu réconforter les commerçants sinistré. Pour l’heure, aucune information ne filtre sur l’origine exacte de ce feu. Mais, les  doigts accusateurs sont pointés sur un éventuel court circuit. Les branchements anarchiques étant fréquents  dans ce marché, tout porte à croire que ceux-ci seraient à l’origine de ce feu qui a décimé des millions de francs cfa.  Seule l’enquête qui a été ouverte par les autorités permettra de se prononcer sur cette question.

 

 

PHOT0028

Sur le site l’incident ce 19 mars 2013, c’est la catastrophe totale. Des commerçants continuent de fouiller dans les décombres en espérant trouver des objets importants épargné par le feu. L’air sent le brulé. Des objets à moitié consumés, des boutiques des planches, des machines à coudre, des restes pattes alimentaires, des savons, des vêtements pour ne citer que ceux-ci. Tous sont jetés en désordre au milieu des décombres. Des commerçants victimes sont inconsolables « Je vais faire comment, avec quoi vais-je-rembourser mes créanciers, J’ai fait des prêts pour lancer cette activité. Voilà que le feu vient le réduire à zéro. Que vais-je faire ? » S’interroge un commerçant éploré.  Et,  un autre moins chanceux que lui de poursuivre « J’ai fait le ravitaillement pendant le week-end. Je ne sais plus quoi faire. Je suis dépassé par les évènements » déclare –t-il abattu.

Cet incendie du marché de Bonamoussadi qui intervient après  celui qui s’est déroulé à la parfumerie Gandour et à la boulangerie Chococho tous situé à Douala, est le énième qui se déroule dans ce marché de la capitale économique du Cameroun. Puisque, il y ajuste quelques mois,  un autre incendie aussi important consumait 15 boutiques de ce marché.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>