Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Nécrologie : Valery Mezague tire sa reverence

18 Novembre 2014, 10:35am

Publié par Hervé Villard

Valery meaque de son vivant
Valery meaque de son vivant

Le corps sans vie de l’ancien Lions Indomptables du Cameroun a été découvert à son appartement à Toulon villa française le 15 novembre 2014 dernier.

Fin d’année noire pour les footballeurs camerounais ?  C’est la question que l'on se pose depuis quelques mois en scrutant l’actualité des footballeurs camerounais évoluant dans la diaspora.

Après le décès subit d’Ebosse Bojongo suite à une sévère agression des supporters de l'équipe de la Jeunesse sportive de kabili, club de première division algérienne  le 23 aout 2014 dernier, décès que les amoureux du football camerounais n’ont pas encore fini de digérer, voilà qu’ils sont une fois de plus , une fois de trop,  refroidis par la nouvelle du décès  mystérieux de Valéry Mezague ancien joueur de l’équipe nationale de football du Cameroun survenu samedi 15 novembre 2014 dernier

Selon des informations publiées par les nombreux sites d’informations qui ont relayé cette triste nouvelle qui affecte tous les amoureux du ballon rond et principalement ses coéquipiers en sélection nationale et en club de même que  toute sa famille, il a été trouvé mort à son domicile dans la ville de Toulon en France. Aucune autre précision n’a été donnée sur les causes ni l’origine de ce  décès subite. La police française qui a fait  la macabre découverte,  d’après des informations, a ouvert une enquête. Le parquet de Toulon saisi, a déclaré ne rien suspecter. Il déclare  cependant avaoir  fait effectuer une autopsie de la dépouille du défunt   lundi 17 novembre 2014 pour  comprendre. Les causes du décès du joueur camerounais de 30 ans qui évolue à Toulon, club français de cfa 2. Les résultats de cette autopsie jusqu'à lors restent attendus.

Choqué par cette nouvelle fracassante,  Guillaume Hoarau. N’en croyait pas ses yeux. «Je viens d'apprendre cette triste nouvelle, le décès de Valéry Mezague, mon ami d'enfance, mon ex coéquipier, mon ami dans le foot, mon petit frérot...Je n'ai pas de mots pour exprimer toute ma tristesse, partir si jeune, je suis effondré...», réagit-il tout abattu.

Portrait

Excellent joueur de football qui a fait vibrer les fans du football d’ici et d’ailleurs,  L’ancien milieu de terrain des Lions indomptables du Cameroun est décédé le 15 novembre 2014, à Toulon. Il devait avoir 31 ans le 8 décembre prochain. Mezague  avait porté les couleurs du Cameroun à 7 reprises. Il avait notamment disputé la Coupe des Confédérations de 2003 avec Samuel Eto’o Rigobert Song Bahanag et les autres.

Originaire du département de la Menoua Valery Mezague  avait montré de belles dispositions physiques et techniques au début des années 2 000 avant de voir son envol stoppé par un accident de la route survenu en 2003. La suite de sa carrière qui le conduit successivement  à Montpellier, Sochaux, Vannes, Chateauroux en France, Panaitolikos en Grèce, Bury fc et Portsmouth, en Angleterre ne sera pas aussi reluisante qu’espérée. L’ancien pensionnaire du centre de formation de Montpellier avait touché le fond. Il était au chômage lors de la saison 2013 – 2014. L’été dernier, il a rejoint le sud-est dans l’espoir de relancer sa carrière de footballeur. Mais la tragédie a supplanté l’espoir. Rest in peace !

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Lutte contre le Sida: Près de 57000 séropositifs recensés dans le Littoral

3 Novembre 2014, 16:58pm

Publié par Hervé Villard

Le Sida fait encore des ravages
Le Sida fait encore des ravages

D’après le Dr Noel Essomba, coordonnateur national du comité de contrôle et de lutte contre le Vih-Sida qui fait la révélation, le taux de séroprévalence est en nette diminution aujourd’hui.

Malgré la lutte acharnée que le ministère de la Santé Publique en partenariat avec l’Organisation Mondiale de la Santé (Oms) et plusieurs Ong mènent contre le Vih-Sida, cette maladie n’a pas l’intention de quitter la terre des hommes. Elle fait  au quotidien de nombreuses victimes et brise ainsi leur famille. Selon le Dr Noel Essomba, on compte dans la région du Littoral près de 57000 personnes vivant avec les Vih Sida.

Ce chiffre, d’après le coordonnateur national du comité de lutte contre cette pandémie, n’est pas définitif. Puisqu’il peut être revu à la hausse comme à la baisse en fonction du comportement des populations face à la sensibilisation contre cette maladie virale.

 

Si ce chiffre avancé  donne de la sueur froide dans le dos, Dr Noel Essomba pareillement responsable  régional du groupe technique de lutte contre le Sida pour le Littoral fait comprendre que cette  maladie  est en nette régression. Puisque le taux de séroprévalence a baissé. «Celui-ci est passé de 4,3% en 2011 à 3% à nos jours », apprend-on. Cette baisse d’après celui qui loue les efforts fait par le gouvernement camerounais et les organismes internationaux, est due à l’intensification des campagnes de sensibilisation et de dépistage engagées dans la région du Littoral et dans l’ensemble du triangle national. «Les résultats satisfaisant obtenus sont entres autres le fait de la sensibilisation désormais mieux structurée que nous faisons, d’abord au bénéfice de la population générale, mais particulièrement au bénéfice des populations les plus vulnérables. Ces résultats sont certainement aussi le fait d’une meilleur coordination des différentes interventions, aussi bien celle de nos partenaires (multilatéraux, bilatéraux, les Ong et Associations diverses) que celles des pouvoirs publics», déclare ce médecin.

 

Difficultés de prise en charge.

 

Parmi les 57000 séropositifs recensés dans littoral, seuls 30.000 sont  sous traitement et les autres sont abandonnés à eux-mêmes. Ceci selon des informations, est du à la négligence des patients, à l’état psychologique du séropositif qui refuse de dévoiler sa maladie et la considère comme une malédiction. Le manque des moyens financiers, fait partie des causes principales qui justifie cette situation. Pourtant, des efforts  sont conjugués pour faciliter la disponibilité des antis rétroviraux pour les patients. «En attendant le traitement curatif pour l’infection à Vih, elle est maitrisée, des médicaments sont en place pour tous nos malades, le nécessaire de la prise en charge est disponible, tout le monde semble être satisfait des efforts consentis dans cette lutte », déclare Dr Essomba.

Seulement, rajoute un responsable d’une unité de prise en charge des malades du Sida à Douala, «les moyens des camerounais qui croupissent dans la pauvreté en majorité ne leur permettent pas toujours d’avoir droit aux soins.  Il y a des ménages où, on ne peut même pas manger. Vous pouvez donc comprendre que ce sera difficile pour une telle famille de prendre soins d’un malade du Sida», fait remarquer cette responsable sous anonymat avec regret. Cette dernière recommande par ailleurs à tous les jeunes la prudence et surtout la connaissance de leur statut sérologique en faisant régulièrement les tests de dépistage de Vih.  «Car, plus tôt on est dépisté, on est rapidement prise en charge », précise-t-elle. Il faut noter que parmi les 57000 cas de vih dépistés dans  le Littoral, 1200 sont des enfants.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires