Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Code Pénal : JeanJacques Ekindi dénonce le caractère dangereux de certains articles

28 Juin 2016, 21:59pm

Publié par Hervé Villard

 Code Pénal : JeanJacques Ekindi dénonce le caractère dangereux de certains articles

Lors d’une conférence organisé ce jour à Douala le président du Mouvement progressiste a invité le chef de l’Etat qui va promulguer cette loi de commander une nouvelle relecture

 

Le code de Pénal adopté par les députés de l’Assemblée Nationale du Cameroun il y a quelques jours continue à faire jaser  les couches  de la société camerounaise. Après  la marche de contestation des avocats de la région du Nord Ouest, des  contestations de plusieurs députés, voilà Jean jacques Ekindi qui vient lui aussi de porter le flambeau de  la contestation. Sans  porter les gangs l’ancien député  du Mouvement Progressiste à l’Assemblée nationale  crie haut et fort que certains articles de ce Code Penal en voie de promulgation sont liberticides. D’après  celui qui continue à porter sa casquette de chasseur du Lion,  l’adoption de  ce Code pénal  peut créer  une crise sociale au Cameroun et un  même  un soulèvement populaire.

 

 Au sujet des articles litigieux qui nécessitent absolument une relecture, Jean jacques Ekindi évoque les dispositions portant sur la pénalisation de l’adultère, celle relatives à la pénalisation des locataires insolvables et en fin  les dispositions ayant trait à l’immunité  absolue et inconditionnelle des membres du gouvernement.

 

 Parlant de la punition de l’adultère, le président du Mp affirme que c’est une aberration grave  et contre la culture camerounaise et africaine. Cette loi d’après cet homme politique est contre  toutes les mesures sociales prises par l’Etat du Cameroun pour encadrer la société camerounaise.

 

«Nous sommes une société  patriarcale ayant institué la polygamie. Nous trouvons qu’au 21ème siècle et après avoir ratifié tous les traités et conventions on ne peut pas punir aujourd’hui deux personnes majeures qui décident d’aller ensemble. Si une personne est mineure c’est normal  que ce soit répréhensible. Dans une société ou le mariage est encouragé et ou la politique de mariage collectif a été instituée  par  le gouvernement pour protéger  les enfants, celle loi ne devrait plus avoir droit de cité. Car, dès que tu vas reconnaitre un enfant fait hors mariage on va t’emprisonner pour cause d’adultère. On n’a pas donc avancé.  Pour créer  les conditions d’application de la loi, il faut abolir  la polygamie », déclare-t-il.

 

Au sujet de la pénalisation des locataires insolvables, Jean jacques Ekindi  pense que c’est une loi inique qui ne concerne qu’une seule partie  engagé dans  un contrat. « Le remède  sera plus dangereux que le mal. Il faut que la corruption dans le milieu de la justice s’arrête. On refuse de voir le problème en face. Des locataires pourront passer plusieurs années sans payer de loyer parce que  l’affaire est pendante devant  la justice. Le problème de  loyer impayé est ailleurs», affirme le président du Mouvement progressiste.

Parlant de l’immunité accordée au membre du gouvernement Jean jacques Ekindi déclare  que « c’est un permis de piller la république  et fuir » qu’on est en train de leur donner. Puisque  l’immunité est sans conditions, sans limite. «  L’immunité donnée au gardien et gestionnaires de la fortune publique revient à proclamer l’interdiction de tirer sur un renard qu’on a introduit dans un poulailler »,  laisse entendre celui qui  exalte  le président de  la république Paul Biya à  demander une deuxième lecture pour  mettre fin aux dérives décriées.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Ministère de la Défense: 13 militaires écroués à la prison centrale de Douala

28 Juin 2016, 21:44pm

Publié par Hervé Villard

Ministère de la Défense: 13 militaires écroués à  la prison centrale de Douala

Selon des informations, ces derniers ont été déférés dans les geôles de ce pénitencier le vendredi 24 juin dernier par le Commissaire du gouvernement

 

Treize militaires méditent  désormais sur  leur sort  à la prison Centrale de Douala. Déferrés  dans ce pénitencier depuis le vendredi 24 juin 2016 dernier, ils ont été mis sous mandat dépôt par  le Commissaire du gouvernement de la région du Littoral. Ces derniers sont accusés d’avoir volé plusieurs matériels importants parmi lesquels des bouteilles de gaz industriels appartenant  à l’ancienne société nationale  Cellucam basée à Edéa.

D’après des informations concordantes, ces derniers ont été arrêtés et présentés devant  le Commissaire du Gouvernement de  la région du Littoral vendredi dernier. Après  les avoir entendu, il  n’a pas hésité à signer  leur mandat de dépôt provisoire à la prison centrale de Douala. En attendant  de savoir  ce qui  leur sera réservé pendant  le procès qui se déroulera au Tribunal militaire de Bonanjo,  ces derniers sont gardés à la prison Centrale de Douala.

Des  13 militaires placés sous mandat de dépôt  à la prison centrale de Douala, 11 ont été arrêtés  dans la ville d’Edea et  les deux autres déjà en retraite dans  la ville de Douala.  Des informations font état de ce que David Edoube adjudant chef à la retraite et ancien  président de Caïman de Douala fait parti des militaires incarcérés.

 Il faut dire que ce n’est pas la première fois que  des militaires camerounais  sont arrêtés pour vol ou pour complicités de vol. Durant  le procès  portant sur  le braquage d’Ecobank de Bonabéri, braquage au cours du quel plusieurs personnes avaient trouvé la mort et des civils blessés,  certains militaires suspectés d’avoir appartenu ou été de mèche avec le gang ayant commis  le forfait avaient été  jugés et condamnés au tribunal militaire de Douala.  dans le chapitre des sanctions toujours, des éléments du Bataillons d’Intervention Rapide accusés d’être responsables d’une série d’agression dans la ville de Limbé et Buea il y a quelques années, avaient tout simplement été radiés du corps de l’armée camerounaise par  le ministre de la Défense camerounaise.  Nombreux d’autres accusés de viol, de vol, de  pillage et trafic d’influence  dans les villages de la région de l’Extrême Nord  pendant  l’opération de lutte contre Boko Haram qui s’y déroule attendent aussi d’être jugés.

D’après des responsables politiques qui demandent que des sanctions sévères soient prises contre ces soldats qui ternissent l’image de l’armée camerounaise, certains soldats d’entre eux brillent par  l’indiscipline. Ils sont parfois devenus  le bourreau des populations qu’ils sont sensés protéger.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Ligue: Reaction Emmanuel Ndoumbé Bosso

28 Juin 2016, 21:33pm

Publié par Hervé Villard

 le foot n'est pas facile
le foot n'est pas facile

Emmanuel Ndoumbé Bosso

« Tant qu’on n’a pas encore sifflé la fin d’une rencontre, il faut croire »

 

 

Nous avons réussi pas arraché une victoire dans cette rencontre contre Botafogo,  une victoire  très difficile parce qu’on avait en face une réelle opposition des joueurs de l’équipe de Botafogo. Mais comme je l’ai toujours dit aux joueurs tant qu’on n’a pas encore sifflé la  fin d’une rencontre, il faut croire, il faut pousser jusqu’au bout et je crois que c’est ce qu’ils ont fait. Quand bien même on avait le ballon on n’était pas dangereux en première manche. Je pense qu’il y a certains remplacements qui nous ont faits beaucoup du bien. On a profité  de ce que  on avait encore un peu  plus de jus avec nos remplacement pour arracher cette victoire er empocher  les trois points de cette journée. Je pense que cette victoire nous donne beaucoup d’estime et beaucoup de croyance par rapport à notre prochain match. Je pense que nous croisons  le fer avec Coton sport de Garoua à Bamenda. Ce match nous permet d’être plus engagés durant  la prochaine rencontre. Comme je vous  le disais plus haut, l’équipe de Botafogo n’est pas mauvaise. C’est une très bonne équipe elle a tout donné pour contenir   l’adversaire que nous étions, mais, elle a craqué en fin de rencontre. Nous faisons notre bonhomme de chemin et nous croyons qu’avec beaucoup  plus d’engagement et de croyance, nous allons y arriver.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue1Botafogo Yong sport : réactions

28 Juin 2016, 21:21pm

Publié par Hervé Villard

 Ligue1Botafogo Yong sport : réactions

Anicet Mbarga Foe

« Nous avons eu des occasions qu’on n’a pas marquées »

 

 

Nous avons eu des occasions en première mi-temps que nous n’avons pas concrétisées. Yong sport académique de Bamenda a eu une occasion nette de but pratiquement dans  les dernières secondes de ce match qu’ils ont concrétisé.  C’est ce qui a fait toute différence durant cette rencontre. Ils ont montré à travers ce but que ce n’est pas par hasard qu’ils sont au sommet. Nous allons continuer à travailler. Nous avons eu une entame de match qui n’était pas propice à notre niveau de jeu. Nous avons eu des occasions qu’on n’a pas marquées. On a eu  la phobie d’enchainer trois victoires successives. Young sport a mérité sa victoire. On a vu des remplacements qui ont apporté des bonnes choses durant cette rencontre notamment chez nous. On se rend compte que sortir de la zone de relégation ce n’est  vraiment pas facile. On s’était pourtant promis beaucoup de choses, on s’est tout dit et  on croyait sortir  de cette zone aujourd’hui mais cela n’a pas été le cas. Nous avons eu une belle opposition cet après midi et  nous avons souvent dit aux enfants que, quand on ne peut pas gagner un match, il ne faudrait pas le perdre.  Nous croyons encore au maintien, il reste onze match, nous avant perdu une étape et non  la compétition. Nous allons travailler pour  pouvoir prendre  les points ailleurs.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Ligue1 : Yong sport met Ums sous pression

28 Juin 2016, 21:10pm

Publié par Hervé Villard

Yong sport Prend ses marques
Yong sport Prend ses marques

L’équipe de la capitale de la région du Nord Ouest s’est imposé devant Botafogo de Douala ce week-end (3-1) c’était lors de la 23ème journée de la ligue1 qui s’est jouée à Douala

 

 

 

 

Les académiciens de Bamenda  ont le vent en poupe. Depuis  le début de la phase retour de la ligue1,  les  poulains d’Emmanuel Ndoumbé Mbosso,  affichent plutôt fière allure. Ils  sont devenus  le temps de la trêve  une équipe rageuse et assoiffée de victoire. Botafogo de Douala en  a appris à  ses dépends. Les poulains d’Anicet Mbarga Foe n’ont pas résisté  à la fougue de  Young sport academy de Bamenda  décidé de rattraper tous les points laissés en chemin à la phase aller.  Ils ont été  battus  à l’ultime  seconde de  la rencontre par  leur adversaire du jour (0-1).

 

 Battu  au match aller à Bamenda (0-1), Botafogo de Douala croyaient  briser  le signe indien quand il a été surpris par la vélocité et  la technicité des académiciens de Bamenda. Après  un score nul et vierge à la première manche avec de occasions vendangées de part et d’autres, les académiciens de Bamenda vont accentuer l’impact physique dans les duels. Dans une accélération sur le flanc gauche de la défense de Botafogo, Gilbert Kilah est bousculé par Guy Djamo à l’entrée de la surface de réparation. La frappe de Junior Awono ajustée  en pleine lucarne oblige  serges  Rodrique Mietchop à se détendre  pour propulser  le cuir en corner (60 e).

 

Ce tir sonne  le tocsin de la révolte chez Botafogo de Douala. Christian Mayo  prend le jeu à son compte. Il organise le  jeu de Botafogo.  Mais à chaque fois, il bute  sur le portier  Mbem Leopold très serein.  Les différentes remontées d’Aristide Martial Biket milieu de couloir de Botafogo sont infructueuses. Ces nombreux centres  dans la surface de réparation  ne trouvent pas preneur.

 

Alors que l’on croit  les deux équipes se séparer sur un score nul et vierge de (0-0), Junior Awono marque pour Young sport academy. Après  avoir mis  dans le vent tout le coté droit de la défense de Botafogo Kongnyuy Jude sert d’un plat de pied parfait Junior Awono qui catapulte  le cuir au fond des filets. Botafogo  prend l’avantage au score (1-0) et c’est  sur ce score que cette rencontre va s’achever.

 

Avec cette autre victoire, la quatrième consécutive depuis le début de la phase aller, Young sport academy met la pression sur l’Union des mouvements sportifs de Loum (Ums ) qui n’a pas fait mieux qu’un match nul (0-0) lors de son déplacement face à Eding à Yaoundé. Leader provisoire de la ligue 1  avec 43 points. L’équipe de Pierre Kwemo ne distance plus son poursuivant immédiat Yong sport academy de Bamenda qui totalise désormais 42points que d’un point seulement.

 

 Les autres  rencontres

Durant cette 23ème  journée, on a noté  la belle et surprenante victoire de l’Aigle de la Menoua face à Coton sport de Garoua (4-3), la victoire à l’arrachée de Racing de Bafoussam sur  l’Union sportive de Douala à Bafoussam (1-0), le succès de Lion Blessé de Fotouni sur Unisport du Haut-Nkam (2-0) et  la bonne réaction des astres de Douala  face à New-stars de Douala (1-0). Dans  le registre des bonnes affaires de cette 23ème journée, on note aussi  la victoire de Bamboutos de Mbouda sur Cosmos de Bafia (1-0).  Dans  la suite de cette journée, Panthère de Bangangté et Canon e Yaoundé se sont séparés dos à dos (0-0)

 

Herve Villard Njiélé

Voir les commentaires

Code pénal: L’Honorable Soub Lazare milite pour la relecture

28 Juin 2016, 20:53pm

Publié par Hervé Villard

il faut relire  ce ode pénal
il faut relire ce ode pénal

Unique député nationale du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (Mrc) l’honorable Soub Lazare dénonce les irrégularités se trouvant dans le Code pénal adopté par l’Assemblée nationale du Cameroun il y a quelques jours. Entre les articles portant sur « la dot exagérée », « le vagabondage » ou encore «l’immunité des ministres», le député déclare qu’il est important de revoir certains articles de ce Code Penal révisé avant de le promulguer.

 

 

 

 

Nous avons décrié les amendements apportés au code pénal  mais pas sur tous  les points puisque tout le code pénale n’est pas mauvais. Mais, sur certains articles de ce code  qui restaient avec une application ambigüe. Lorsqu’on parle par exemple de la dot exagérée, c’est pour  mettre  les magistrats,  les avocats devant  une situation de non solutions. Nous avons demandé au ministre de la Justice  Laurent Esso qui a milité pour l’adoption de cette loi, le montant minimal de la dot au Cameroun et le montant maximum pour  pourvoir pénaliser  la dot exagérée.

 

En deuxième lieu, nous avons décrié la loi sur le vagabondage. Nous ne sommes plus au moyen âge. Même aux Etat unis ou encore en Afrique du Sud où il y a eu la ségrégation raciale il n’y avait pas une loi sur  le vagabondage. Même les Blancs et les  Noirs pouvaient se trouver au même endroit.  Et chacun devait tout simplement respecter sa ligne de conduite et sa position.  Maintenant quand on vient vous dire que vous qui habitez Bonaberi  ne  devez plus vous retrouver à Akwa et qu’il  faut que vous justifier votre présence en ce lieu là, je trouve  que ce n’est pas normale. Ya-t-il encore en ce  moment  la liberté d’aller et de venir donc jouissent les citoyens camerounais ? Le camerounais est –il encore libre chez lui partout où il  se trouve ? Nous disons que non. Cette loi d’état exceptionnelle. Et nous ne sommes pas en état exceptionnelle aujourd’hui.

 Nous avons aussi décrié  la loi sur l’homosexualité où on parlait de la pénalisation de ce délit de 20.000 à 200.000 et quelques mois de prison seulement. C’est plutôt   pour encourager.  Quand une loi porte sur l’atteinte aux mœurs elle doit être sévère. Nous avons dit que  la pénalité donnée pour ce délit ne représentait absolument rien.

L’immunité des ministres a été la pomme d’achoppement durant cette session. C’est ça qui nous a fait sortir de la salle. On accordait  l’immunité aux ministres qui sont des gestionnaires  budgétaires.  Au nom du fait qu’ils soient gestionnaires  budgétaire, ils ne sauraient bénéficier d’une quelconque  immunité. Presque la moitié des ministres ayans servi sous l’ère Biya sont en Prison aujourd’hui. Ils ont été arrêtés parce qu’ils n’avaient pas d’immunité. Or un ministre qui gère un budget qu’il a tout dilapidé. Comment peut-on l’arrêter puisqu’il a l’immunité ? Or on sait bien qu’enlever l’immunité d’une personne demande de longue procédure. Et pendant cette longue procédure il jouit de sa liberté d’aller et de venir. Sur quelle base allons-nous donc enlever son passeport où l’arrêter quand on sait qu’il jouit d’une immunité. Il peut s’enfuir.

Même les ambassadeurs qui jouissent  de l’immunité n’ont ce privilège qu’à l’extérieur. Dès qu’ils sont déjà au Cameroun, ils perdent cette immunité là. L’immunité des hauts fonctionnaires de l’Etat est discrétionnaire ce ne sont pas  les députés qui le leur a donné. C’est pourquoi, nous avons refusé de voter cette loi et d’abandonner   la salle des travaux.

 

Propos recueillis par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Excellence scolaire : Le Mrc prime les meilleurs élèves de Wouri Est

28 Juin 2016, 20:44pm

Publié par Hervé Villard

Les élèves doivent faire des efforts
Les élèves doivent faire des efforts

Ces derniers ont reçu des bourses scolaires des mains de l’honorable Soub Lazare député du Mrc lors de la cérémonie d’excellence scolaire organisée aux Lycées de Maképe et d’Oyack. C’était les 18 et 25 juin 2016 dernier en présence des parents et des enseignants

 

 

 «Je ne sais  comment traduire ce que je ressens. Je suis content d’avoir reçu  une bourse scolaire de l’honorable Soub Lazare  et de l’avoir salué. C’est à la télévision que  je le voyais  le plus souvent. Je dis aussi merci   à mes parents pour le soutien quotidien qu’ils m’apportent dans mes études. Ce prix va me permettre de continuer mes études. Je promets de travailler durement à l’école pour être meilleur ».

 

Cette déclaration est de  Jody Borel keunang Mbiafo,  élève en classe de from1 au Lycée de Brazzaville.  Rencontré au Lycée d’Oyack  lors de la célébration de l’excellence  scolaire dans cet établissement, celui qui venait de recevoir des mains du député  Soub Lazare du Mrc une bourse scolaire, débordait de joie. Premier du  lycée de Brazzaville  avec une moyenne de 17, 69/20 l’effort qu’il a fournis au courant de  l’année scolaire a été récompensé. De quoi  lui arracher  le sourire.

Tout  prêt de lui Ange Kouanga Tchuisseu  de la classe de 5ème6 au Lycée oyack pleure de joie. Meilleure élève de son lycée, avec 17.79/20  elle a aussi  reçu des mains du député Mrc une bourse scolaire pour mieux préparer sa  prochaine rentrée scolaire. Toute heureuse, elle remercie le donateur et  l’exhorte  à toujours  encourager  les jeunes à aller  à  l’école.

 

Comme Jody Borel keunang et Ange Kouanga, c’est 18 élèves de l’arrondissement de Douala 5ème et 3ème  issus des 18 lycées de cette partie de  la ville de Douala qui ont été primés à cette occasion.

D’après  le député qui Mrc qui compte par cet appui apporter sa contribution à l’encouragement de l’effort fait  par  les élèves,  c’est un geste qu’il entend pérenniser. «Nous sommes là pour remettre  le prix aux meilleurs élèves de chaque lycée. C’est vrai que ce n’est pas grand chose. Mais c’est juste pour encourager ceux qui travaillent bien à l’école et  inciter  les autres  à se mettre au travail», a déclaré l’honorable Soub Lazare.

 

Parlant du montant de bourses attribuées aux meilleurs élèves des 18 lycées de Wouri Est, il était de 25000 pour  les élèves des Lycées de Makepe et d’Oyack où les deux cérémonies se sont déroulées et de 27000 fcfa  pour  les autres. D’après  le député du Mrc, la différence de 2000 francs  correspondant au frais de transport, a été remise seulement aux élèves venant d’ailleurs.  Heureux de partager  cet instant, le proviseur du lycée d’Oyack a invité les lauréats à travailler  avec ardeur. « Je tiens d’abord à féliciter  tous ceux qui ont eu des prix. Qu’ils ne dorment pas sur les lauriers et travaillent pour avoir  les prix  à la prochaine année.», a déclaré Marcel Botnem le proviseur du Lycée d’Oyack.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Coach Enow Ngachu: «On continue à travailler il faut tout simplement qu’on nous accompagne »

22 Juin 2016, 20:48pm

Publié par Hervé Villard

Enow Ngachu en plein stage avec les Lionnes Indomptables
Enow Ngachu en plein stage avec les Lionnes Indomptables

Entraîneur principal de l’équipe nationale de football féminin, Carl Enow Ngatchu a entamé la première phase préparatoire de la Can féminine 2016 que le Cameroun accueil en novembre prochain à Buéa. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, celui qui a qualifié pour la première fois la sélection nationale féminine de football aux 8ème de finale de la dernière coupe du monde fait le bilan de la participation du Cameroun à la coupe du monde militaire et l’état des préparatifs de l’équipe camerounaise engagée pour la Can 2016

 

 

 Est-ce que vous pouvez faire  el bilan de votre participation à la coupe du monde militaire ?

 Je suis satisfait de  notre participation à la coupe du monde militaire.   Pour une première participation à  cette compétition nous  avons fini  quatrième. Je pense que c’est une bonne chose. Cela nous  permis de constater qu’on avait beaucoup de talents au Cameroun en ce qui concerne  le football féminin. Cette  compétition va également  nous  a permettre de  faire  la sélection de certaines des meilleurs  joueuses qui ont pris part à ce tournoi. C’est   avec elles que nous sommes  au Sud Ouest  nous y avons tout simplement associé  les autres joueuses que nous avons sélectionnées pour poursuivre la première  phase  de  préparation de la Coupe d’Afrique des nations  2016.

 Parlant de la  préparation de la Can 2016, est ce qu’on peut  faire une évaluation au jour d’aujourd’hui ?

 Nous sommes satisfaits de tout ce qui se passe. Nous sommes surtout satisfaits  par  ce que les autorités respectent le programme de préparation mis sur pied. On espère aussi que  ce sera ainsi jusqu’à  la fin de notre préparation.  Mais comme  je le disais  nous avons déjà commencé   la préparation de la Can 2016, le train est en marche,  nous nous sommes fixés des objectifs, il  nous reste seulement  de les atteindre.  Maintenant  nous demandons  le soutien des camerounais à tous  les niveaux  pour  nous aider  dans cette mission.

 Quel  est le niveau de  votre fille à l’heure où nous sommes ?

Difficile de l’évaluer, difficile de  le dire. Nous ne faisons que commencer. Vous savez que le championnat de football féminin est arrêté  ça fait près de quatre mois aujourd’hui. On espère qu’il va reprendre  dans les jours à venir. Je pense que les filles connaissent plus un grand retard sur  le plan physique. Sur le plan technique et tactique, on n’a pas trop de soucis,  je crois qu’on va travailler pour rectifier tout cela et qu’on sera prêt d’ici le début de la Can.

 Est-ce que l’absence des internationaux  ne pénalise pas votre préparation ?

 C’est très tôt de parler des internationaux. Elles viendront à partir du mois d’août. Nous travaillons plus avec  les locaux, avec  les joueurs amateurs. Dans le groupe il y a certains internationaux mais pour dire vrai  ce n’est pas là  notre objectif. Nous travaillons d’avantage avec les joueurs locaux. Et après on sélectionnera les meilleurs qu’on associera au internationaux afin d’extraire les meilleurs qui pourront constituer l’équipe type. Devant représenter  le Cameroun.

 Est-ce que vous pouvez  confirmez  la participation de Gaël Enganamouit ?

 Je ne suis pas médecin pour le savoir. Il est difficile pour moi de  dire si Gaël sera là ou pas. C’est une bonne joueuse. Elle est importante mais pas indispensable. Selon les informations que nous avons elle va mieux. Elle a repris les  entrainements avec son club et nous espérons qu’elle ira de mieux en mieux et qu’elle sera là. Pour  le moment on travaille. Je peux vous rassurer qu’on a un bon groupe. Je ne  peux  pas prendre le risque de vous annoncer qu’il y a des joueuses au sein de ce groupe qui pourront finir dans le dernier carré. Car, on ne sait jamais ce qui peut arriver. On continue à travailler il faut tout simplement qu’on nous accompagne. Pour l’instant, on ne se plaint pas  on continue à travailler.

 

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Ligue1 : New-stars et Union de Douala se neutralisent

22 Juin 2016, 20:32pm

Publié par Hervé Villard

New-stars et Union se neutralisent
New-stars et Union se neutralisent

Les deux équipes de la capitale économique de Douala opposées lors de la rencontre de la 22ème journée de la ligue1 n’ont pas pu faire mieux qu’un match nul (1-1) au stade omnisports de Limbé samedi dernier

 

 

 

Comme au match aller, New-stars de Douala  et Union de Douala se sont séparés sur  un score nul d’un but  partout.  Les buts  de cette rencontre certes importante porte l’estampille d’Achille Namekong pour Union de Douala (54 ème) et de James Ulufade (67ème) pour New-stars de Douala

 

Durant cette  rencontre  qui a permis aux milliers de supporters de passer par toutes les émotions, le public de Limbé venu massivement vivre cette rencontre, la première  qui se  jouait en nocturne après plus de 24 ans a été séduit par la qualité du spectacle servie par  les joueurs de l’Union et de New-stars de Douala pas du tout  perturbés de jouer dans cet environnement pourtant nouveau pour eux.

 

Dès  le début de la rencontre,  c’est l’union de Douala qui prend  le match à son compte. Devant plusieurs centaine  de supporters ayant effectué le déplacement de Limbé pour soutenir  leur équipe,  les poulains de Joseph Siewe  sont flamboyants. Mais, échouent à chaque  reprise sur une belle défense de New-stars  piloté par le portier Tchoumté. A plusieurs reprises d’ailleurs, celui-ci se déploient pour sauver   ses buts des assauts répétés de Chenkam (17ème 23ème ), de Nlend 40ème) Edouard Nga (73ème) ou encore de Joel Babanda. Malgré  la pression sur  leur adversaire c’est à la 54ème minute que l’Union de Douala trouve  le chemin des filets. Sur une phase de jeu bien élaborée, Achille Namekong bien servi dans le dos de la défense de New-stars ouvre la marque. Le public est debout et  jubile. Union  prend  l’avantage au score. Seulement, cet avantage  ne sera que  de courte durée. Car,  New-stars va rétablir l’équilibre  à la 67ème.  Sur un service  parfait de Grégoire Nkama qui a semé toute  la défense d’Union de Douala dans le vent,  la frappe cadrée  de Leonard Acha que renvoie Mohamed Djetei  trouve  James Ulufade  dans la surface de réparation. Celui-ci d’un plat de pied parfait pousse le ballon au fond des filets pour  l’égalisation(1-1).

 

Union de Douala  met la pression en faisant entrer des ténors comme Edouard Nga et  Joel Babanda. L’apport de ces derniers permet à Union de Douala d’inscrire un second but sous coup franc que  le Central Nlena Paul David ne validera malheureusement pas  pour position illicite. C’est sur ce score que  la rencontre va s’achever  sur la colère des supporters de  Union et de son président Frank Happi très  remonté contre l’arbitrage de ce match.

 

Herve Villard Njiélé

Voir les commentaires

Fête de la musique: Ekambi Brillant fait commandant de l’ordre national de la valeur

22 Juin 2016, 20:19pm

Publié par Hervé Villard

Ekambi Brillant fait Commandant de l'ordre de la valeur
Ekambi Brillant fait Commandant de l'ordre de la valeur

Sa médaille lui à été décernée ce lundi 20 juin 2016 à Douala par Dieudonné Ivaha Diboua, le gouverneur de la région du Littoral. C’était à l’occasion d’une cérémonie organisée à cet effet

 

 

La joie d’Ekambi Brillant  est incommensurable. En cet après midi du lundi 20 jin 2016, c’est un homme comblée et honorée qui descend les marches  qui conduisent  au service du gouverneur de la région du Littoral.

 

Accompagné des membres de sa famille, des amis proches et connaissances et surtout d’une poignée d’artistes venue l’accompagner, la star de la musique camerounaise est sur un nuage. Il vient de recevoir  des mains de Dieudonné Ivaha Diboua le gouverneur de la région du Littoral, la médaille l’élevant au rang de commandant de l’ordre national de la valeur.  

Après la cérémonie circonstancielle organisée à son honneur, l’artiste  Ekambi  Ekambi Louis Brillant de son vrai nom  n’a pas caché sa satisfaction. «Je suis un homme très heureux. Je remercie  particulièrement le président  Paul Biya pour avoir une fois de plus pensé à la culture. Pour  m’avoir honoré une fois de plus en m’attribuant  une médaille pour récompenser tout ce que j’ai fait pour la culture camerounaise et que  je continue à faire. Cette médaille est aussi  pour  mon père, pour ma grande mère qui m’a élevé, pour  les artistes camerounais qui se battent chaque jour pour la promotion de la musique camerounaise. Cette médaille que vient de me décerner le gouverneur est une consécration de plus de 45ans de métier dans la rigueur absolue dans la droiture dans la vérité  et le grand talent que  Dieu m’a donné » a  affirmé avec  beaucoup de joie le natif de Dibombari très heureux.

 Bien avant de remettre cette médaille décernée à Ekambi Brillant  par  le président de la république à l’occasion des cérémonies marquant la célébration de la 46ème édition de la fête nationale du 20 mai, Dieudonné Ivaha Diboua a félicité  l’artiste  musicien camerounais pour ses états de service. Il a invité celui-ci à continuer dans la même lancée et surtout de servir et de faire la promotion de la musique camerounaise comme il l’a toujours fait.

Aux jeunes artistes présents, le gouverneur les a demandé de s’inspirer des œuvres d’Ekambi Brillant, de le prendre pour repère et pour modèle dans leur carrière.  "Ekambi Brillant se lance dans la musique malgré  le refus de ses parents. Grâce à cette musique, il a permis au Makossa de garder son originalité. Sa chanson est interprétée à travers  le monde que son exemple puisse servir à la jeune  génération", déclaré  tout heureux  le gouverneur de la région du Littoral. Parmi ceux venu  encourager l’icône du makossa camerounais, on pouvait reconnaitre,  les artistes  Sissy Dipoko,  le bassiste Alhadji Touré, Henri Njoh les chefs traditionnelles des cantons Bel , Adjié et Abo et pleins d’animateurs radios et télé.

BIographie

Ekambi Brillant  est originaire de Dibombari, un village tout proche de Douala. Tout jeune, il passe son enfance avec ses grands parents maternels à Djébalè (banlieue de Douala) où nait sa passion pour la musique.

En 1962, il est admis au concours d’entrée en 6e au Lycée Général-Leclerc2 de Yaoundé. C’est au Lycée Général-Leclerc qu’il apprend la musique et particulièrement à jouer de la guitare sous le regard de M. Zane Daniel3, professeur de musique d’origine française.

En 1971, à l’âge de 23 ans, il arrête ses études, en classe de seconde et rejoint la ville de Douala où il intègre l’orchestre les crack’s comme guitariste. Ceux-ci se produisent dans la boite de nuit Le Domino. Il se présente ensuite au concours de la musique lancé par l’ORTF (Office de Radiodiffusion Télévision Française) aujourd’hui appelé RFI (Radio France Internationale), avec d’autres candidats tels que Manu Dibango, Francis Bebey dont il est le lauréat. C’est à l’issue de ce prix qu’il commet son premier disque 45 tours intitulé Jonguèlè la Ndolo5 qui enregistra 20 000 ventes. Arrivé en France en janvier 1972, avec le soutien de Jean Dikoto Mandengué (Bassiste camerounais), il fut produit par Phonogram et sort son second disque 45 tours qui fût également un succès avec 25 000 ventes.

En 1975 il sort l’album Africa Oumba avec comme titre phare Elongui qui a été repris par plusieurs autres artistes tant africains qu’européens. Cet album connait un record d’environ 4 millions de vente. Il produira par la suite  Soul Castel, Musunguédi.

De passage au Cameroun dans les années 1976, Ekambi Brillant crée son orchestre appelé les Ebis (Ekambi Brillant Show) qu’il fait venir en France. Il aura contribué à l’éclosion de plusieurs artistes aussi bien camerounais comme Marthe Zambo, Valéry Lobé, Aladji Touré qu’africains à l’instar de Cella Stella, Angélique Kidjo.  Avec plus de 20 albums à son actif l’artiste Ekambi Brillant a fait  la promotion de la musique camerounaise dans au moins 65 Etats du  monde.  Des états de service qui lui valent  la médaille de commandant de  l’ordre  national de  la valeur  que  le chef de l’Etat lui a décerné.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

1 2 > >>