Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

La pharmacopée africaine :Bientôt une place au soleil

30 Août 2022, 20:15pm

Publié par Hervé Villard

Les patrons de la medecine africaine parlent de leurs exploits

Les patrons de la medecine africaine parlent de leurs exploits

A l’occasion de la célébration de la 20ème édition de la pharmacopée africaine le 31 août 2022 les pratiquants de cette médecine qui a dominé le Covid 19 en Afrique veulent démontrer à nouveau leur prouesse
 
«Avant cette médecine était une médecine de l’obscurité. On attend une décision de l’assemblée nationale pour la légaliser. Les progrès de la covi 19 ont poussé le gouvernement à nous prendre plus au sérieux. Il y a une loi en faveur de la médecine africaine ou traditionnelle qui sera promulguée bientôt. Dès que ce sera fait, cette médecine recevra des subventions de l’Etat».
L’information a été lâchée par le Pr Ouba Razack, spécialiste de la médecine traditionnelle ou encore de la pharmacopée traditionnelle. C’était  lors de la conférence de presse qui lançait les activités de la célébration de la 20ème édition de la journée de la pharmacopée africaine.
Réunis à Douala et plus précisément au quartier Bonanjo, le 27 août 2022 ces derniers, plus d’une centaine, présentaient aux médias les différentes articulations devant marquer cet événement qui vient couronner les efforts faits par la médecine africaine depuis des années. «On a commencé à accorder du brevet d’invention aux fruits de nos recherches. On s’est beaucoup battu. Et avec le Reprosan, le réseau des parlementaires pour la promotion et la valorisation de la médecine africaine, des efforts sont faits. Et seront bientôt plus reconnus», ajoute Dr Kuimba. «Ça fait vingt ans que l’Organisation mondiale de la santé nous a reconnu. Mais, il ne nous a pas acceptés. Pourtant, l’organisation sait que 90% de la population rurale africaine se soigne par la médecine africaine», fait remarquer Dr Noumessi Celui-ci précise cependant que la célébration de la 20ème édition de cette journée sera plutôt une fête. Une occasion de célébrer le succès que cette médecine a glané depuis des années. Un succès reconnu mondialement pendant la pandémie du Covid19. «On avait annoncé des hécatombe en Afrique pendant le coronavirus, nous avons fait nos preuves. La médecine africaine dont on parle est la mère des médecines au monde. Tout le monde vient en Afrique pour récupérer des plantes médicinales et s’en aller. Tout est dans la nature et nous utilisons cette nature pour soigner. C’est cette nature qui est notre ADN. Nous avons décidé que cette médecine atteigne un autre niveau. La médecine traditionnelle est une médecine de lumière, nous ne devons plus avoir de complexe. Chacun aujourd’hui devrait choisir où aller se soigner», promet le Président du comité d’organisation de la 20ème édition de la journée de la pharmacopée africaine.
Marche sportive
Pour marquer d’une empreinte indélébile cette célébration les médecins traditionnelle qui promettent un grand déploiement à la salle des fêtes d’Akwa avec des soins gratuits dans tous les domaines et de nombreuses démonstrations ont pareillement commencé marqué l’événement à travers une marche sportive à travers les artères de la ville de Douala. Le quartier Bonanjo a été témoin d’un fort déploiement des adeptes de la médecine traditionnelle ou africaine, des sympathisants et surtout des hommes de medias plus du centaine. A travers cette marche qui s’est faite sur près de trois kilomètres, l’objectif était de passer un message clair aux populations. «N’ayez plus peur, vous pouvez nous faire confiance», a laissé entendre Dr Ibrahim, un autre médecin traditionnel. «À travers cette grande marche, nous avons voulu galvaniser les médecins traditionnels», ajoute le Pr Ouba Razack. Une assertion partagée entièrement par le patriarche Kouam qui pense que «les médecins traditionnels doivent conjuguer les mêmes forces, parler le même langage pour guérir, pour soigner et surtout pour conquérir le monde». Comme un seul homme, ils se sont donné rendez-vous à la salle des fêtes d’Akwa pour la grande démonstration. Il faut rappeler que cette journée se célèbre sous le thème « deux décennies de la journée de la médecine traditionnelle: vers la réalisation de la couverture sanitaire universelle en Afrique»
Hervé Villard Njiélé
 

 

Voir les commentaires

Dr Noumessi Pierre « Les merveilles de la pharmacopée africaine seront visibles ce jour-là  »

30 Août 2022, 19:42pm

Publié par Hervé Villard

Dr Noumessi Pierre  « Les merveilles de la pharmacopée africaine seront visibles ce jour-là  »

 

Membre du Secrétariat Technique de la médecine africaine au parlement, Vice-président de l'association nationale des tradi-praticiens du Cameroun, Dr Noumessi Pierre pratique la médecine africaine depuis plusieurs décennies. Au quotidien, il soigne des nombreux Camerounais et Beninois de même que tous ceux qui sollicitent ses services. Président du comité d’organisation de la 20ème édition de la journée internationale de la pharmacopée africaine, celui-ci parle des prouesses de cette médecine. Dans une interview accordée à la Nouvelle Expression, il revient sur l’intérêt de l’enseigner dans nos universités. Il parle aussi de l’effet positif de la Covid 19 sur la reconnaissance internationale de cette médecine et de la 20ème édition de la Journée Internationale de la pharmacopée africaine qui se célèbre le 31 août 2022. Lisez plutôt !

 

 
Qu’est ce que la pharmacopée africaine ?
La pharmacopée africaine, c'est l'ensemble de savoir-faire africain. C’est ce que font tous ceux qui ont des capacités de donner des remèdes naturels pour la guérison des maladies. La pharmacopée africaine c’est aussi l’ensemble des remèdes naturels ou encore bio qui sont favorables pour des guérisons. Ces produits ne sont pas rejetés par nos organismes parce qu’ils correspondent à notre ADN. C’est en fait l’ensemble des traitements administrés à un patient à base des plantes  et  techniques naturelles.
Quelle est la différence entre la pharmacopée africaine et la médecine moderne ?
La différence entre la pharmacopée africaine et la médecine conventionnelle c'est que, la médecine africaine de manière naturelle est une médecine qui utilise simplement les essences extraites des plantes naturelles pour soigner. Ce sont des résines complètes et incomplètes parce qu’on prend une plante entière pour soigner les patients. De l'autre côté, on a besoin pour soigner des malades des produits de synthèse. La médecine moderne soigne avec des molécules protégées, avec des produits qui sont parfois des antibiotiques. Ce sont des produits pas du tout naturels. L'avantage que nous de la médecine africaine avons, c’est que, notre ADN accepté aussi facilement les produits de la médecine africaine.
La 20e édition de la Journée Internationale de la pharmacopée africaine se célèbre le 31 août 2022. Est-ce que vous pouvez faire un état des lieux de cette médecine aujourd'hui ?
Effectivement nous célébrons la 20ème édition de la pharmacopée africaine le 31 août 2022 Déjà, il faut savoir que c'est moi qui suis derrière l’organisation de la 20e édition de cet évènement. Il faut comprendre que le chemin de cette pharmacopée a été très étouffé. Et aujourd'hui, c'est une médecine qui est sortie de l'obscurantisme. Et qui est devenue très utile  pour les populations africaines dans l'ensemble. Cette médecine est au centre de tous les combats que nous avons eu. Ces combats nous permettent aujourd’hui d’avoir une place au soleil. L’Afrique est un continent considéré comme une vache à lait pour tous les autres peuples. C’est en Afrique qu’il y a toutes les plantes ayant des propriétés médicinales utiles.
En effet, c’est la Covid 19 qui a permis à la pharmacopée africaine de montrer ces prouesses. A travers les différents produits et formules que nous avons inventés, nous avons stoppé la propagation de cette maladie. Les mauvaises langues annonçaient l’hécatombe en Afrique. Nous avons travaillé. Et, aujourd'hui les choses ont changé, la médecine conventionnelle aussi. Seulement sur le terrain, nous rencontrons encore beaucoup de problèmes avec  des charlatans  qui se font passer pour des thérapeutes. Malgré cet état de chose, il faut dire que la pharmacopée africaine évolue. Notre gouvernement a pris les taureaux par les cornes en nous donnant notre chance. Et nous avons prouvé pendant la pandémie du Covid 19. Au vu de ce que nous avons fait, le Président de la République a demandé de créer une Commission parlementaire au niveau de l'Assemblée nationale. Et je suis conseiller technique de cette commission là pour cette médecine africaine. Vous voyez bien que les choses ont tellement avancé
Vous dites que c'est avec la covid-19 que vous avez un peu d’espace. Est-ce à dire qu’on ne vous considérait pas ?
Au départ, c'était compliqué. Beaucoup de médecins de la médecine moderne ne nous acceptaient pas. C’est à partir de la pandémie du covid-19 qu’on a commencé  à prendre véritablement au sérieux. Nous avions fait plusieurs réunions au niveau du ministère de la Santé publique avec les autres médecins. Et ensemble on cherchait comment faire pour protéger notre pays. Je pense la covid-19 a fait beaucoup de merveilles à la pharmacopée africaine. Nous avons soigné beaucoup de gens dans le monde. J’ai obtenu des titres grâce à ces combats-là.
Quelles sont les faiblesses de la pharmacopée africaine?
Cette pharmacopée a aussi beaucoup de faiblesses. Des faiblesses liées au fait que beaucoup de personnes de notre secteur d’activité n'ont pas le courage de s'exprimer. Parce qu'ils ont peur. Des personnes qui viennent souvent se soigner chez nous, se cachent pour le faire. Parfois après avoir obtenu guérison, ils s’en vont. Ils ne viennent pas nous rendre compte. Et c’est un peu difficile d’apprécier ce que nous faisons.
Nous avons aussi au sein de notre corps de métier, des gens qui font semblant d'être des pratiquants pourtant au fond, ils sont simplement à la chasse d'argent. Cela existe dans toutes les activités. Malgré ces faiblesses, je pense que nous sommes en train de surmonter, les choses vont dans le bon sens.
Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans votre secteur d'activité ?
Je vous parlais tout à l’heure des personnes qui se cachaient pour venir chez nous, des médecins qui refusaient carrément notre médecine et qui l’ignoraient aussi. Je pense qu' au regard de l'engagement pris par l'Etat du Cameroun pour nous accompagner, on ne pourra plus parler  des difficultés. Puisque les choses sont en train d’aller dans le bon sens. La médecine traditionnelle a déjà une place imposante. Car, c’est tout le monde qui a compris son importance.
Quel rapport entretient la pharmacopée africaine et la médecine conventionnelle?
La médecine conventionnelle ou occidentale a fait ses preuves. Nous travaillons en collaboration avec elle. Nous travaillons avec le ministère de la Santé publique, le Ministère de la Recherche Scientifique et le ministère de la Culture. Nous ne rejetons pas la médecine des autres. L'influence de la médecine occidentale ne se démontre plus. Il faut simplement savoir que nous avons notre médecine aussi et la collaboration est très importante.
A quand la vente des produits de la pharmacopée africaine dans les pharmacies conventionnelles ?
La présence des produits de la pharmacopée africaine dans les rayons de pharmacie conventionnelle ne va pas tarder. L'État du Cameroun a pris des engagements dans ce sens là. La loi sur la légalisation de la pharmacopée africaine sera promulguée bientôt. Nous attendons qu’elle soit votée à l’assemblée nationale. J'ai constaté que l'État est en train de s'organiser. Beaucoup de choses seront faites à notre avantage. Et il faut que l’Etat nous accompagne dans l’industrialisation de la pharmacopée africaine.
Que faut-il faire pour que la pharmacopée africaine soit exportée ?
Bon comme je disais tantôt, je pense que nous sommes sur le bon chemin Je sais que ça va marcher. Du moment où nous allons avoir l'ordre des médecins traditionnel, tout va se mettre en place .Je pense qu’on aura plus rien à craindre. Vous allez commencer à voir les remèdes que nous faisons dans les pharmacies conventionnelles comme dans au Bénin. Je constate bien que dans les pharmacies au Bénin, on trouve des écorces, des infusions et même des décoctions et plein d’autres produits. Si c’est faisable dans ces pharmacies là, pourquoi pas au Cameroun. Donc moi je suis convaincu que nous aurons bientôt les étals plein de produits naturels dans nos pharmacies.
Les produits de la pharmacopée africaine ont fait leur prouesse pendant la Covid 19. Que sont devenus ces produits après ?
Nous sommes comme des nouveau-nés qui attendent les actes de naissance. Tous les produits que nous avons proposés pour soigner le coronavirus sont là. Nos propositions sont dans les différents ministères, nos demandes de légalisation sont en attente au ministère de la Santé Publique, au ministère de la Recherche Scientifique. Ces produits ont fait leur effet, C’était très favorable. Nous attendons qu’ils nous donnent les autorisations de production. On ne peut pas lancer la charrue avant les bœufs
Il faut bien que la loi soit là pour que cette médecine soit mieux considérée, je sais qu'on a homologué, c’est un produit mais ça reste toujours des adjuvants au traitement du Corona. C’était déjà une fierté il faut le dire, une reconnaissance. Il fallait  encourager les efforts de la pharmacopée traditionnelle. Les produits  sont là. C'est juste la loi seule qui va nous protéger et nous permettre de nous exprimer de manière concurrentielle avec tous les autres produits dans le monde.
Est-ce qu’on peut apprécier la part de la pharmacopée africaine dans l’industrie pharmaceutique mondiale ?
Lors de mon intervention à l'Assemblée nationale, j'avais dit que mon combat était de lutter contre les évacuations sanitaires. Parce qu'on ne peut pas laisser les remèdes autour de nous, pour aller acheter en France. Forcément des médicaments coûtent des milliards. D’ ailleurs, j'ai demandé qu’on essaie déjà de voir comment faire pour que cette pharmacopée que nous voulons créée beaucoup plus d'emplois dans ce pays. Il a tellement de richesse que nous pouvons exploiter. Mais, il faudrait aussi une main d'œuvre qualifiée pour satisfaire la population. Nous n'avons pas forcément le droit d'être simplement en compagnie des autres. Nous avons nos propres produits et nous devons tout faire pour les défendre.
Si la loi sur la pharmacopée africaine est adoptée, nous travaillerons désormais sans complexe avec la médecine conventionnelle.
Les problèmes de posologie et de toxicité se posent toujours quand on parle de la pharmacopée africaine. Parlez-nous des efforts dans ce domaine.
À mon niveau, les reproches par rapport à la toxicité, la posologie ne se pose pas. J’ai trouvé aux yeux de tous ceux qui sont mes patients de la satisfaction. Tous les remèdes qui sont disponibles dans mon centre passent toujours au laboratoire de l'université de Douala. Ces remèdes passent au contrôle avant d'être acheminés vers les patients pour la consommation. Pourquoi parce que j'ai compris l’intérêt de cette méthode là. Un tradi-praticien qui n'a pas le courage d'affronter le contrôle des laboratoires n’en est pas un. Il faut lutter contre ces tabous, il faut les briser puisque les doses de nos produits nous les connaissons. Nous les précisons toujours à nos patients  pendant les prescriptions. Nous connaissons nos produits. Nous n’avons plus de problème dosage aujourd'hui, il n’y a pas de problème de toxicité.
Est-ce qu’on peut parler de la spécialisation dans la pharmacopée africaine de nos jours?
Oui, on peut bien penser à la spécialisation dans la médecine africaine parce qu’elle a tout. Il y a plusieurs branches dans cette médecine. Il y a ceux qui sont des thérapeutes, d’autres qui sont des voyants, et une autre catégorie qui s’occupent des maladies surnaturelles Bref la pharmacopée africaine a beaucoup de branche. Et c'est à ce niveau que pose le problème de spécialisation.
Il existe des sortilèges, des maladies de traversées de poison ou de salutation. Il existe aussi le karma. Ça nous a fait tellement de mal dans la vie. Pour soigner ces types de maladies, il faut être un spécialiste du domaine pour y parvenir. Si non vous allez  soigner la maladie en ignorant ces véritables causes et le patient ne sera jamais guéri.
Parlant de l’organisation de la 20ème édition de la journée de la pharmacopée africaine, qu’est ce qui est fait ?
Je pense que beaucoup de choses sont en train d’être faites. C'est encore un plus que vous donnez à tous les efforts que nous avons déjà fourni pour que cette journée internationale, soit vraiment un succès. Cependant beaucoup de choses sont prévues. Il y aura des expositions, on va remettre des médailles aux tradi-praticiens qui se sont distingués dans le milieu par leur abnégation au travail, par leur invention, par le fruit de leur recherche.
Nous avons prévu une marche sportive dans les artères de la ville de Douala. Au milieu de toutes ces cérémonies, il y aura des gens qui vont aider certaines personnes, leur attribuer des soins, il y a les gens qui ont des capacités de soigner des fractures qui feront des massages. Il y aura aussi des séances de voyance qui aideront tous les visiteurs. Certains vont aussi vendre des produits sur place.
Il y aura de l’animation, de la musique traditionnelle, des danses traditionnelles. Il y aura beaucoup à gagner ce jour-là. Les merveilles de la pharmacopée africaine seront visibles à la salle des fêtes d’Akwa ce jour-là. L’évènement commence le 27 et s’achève le 31 août 2022. Le public aura droit à quatre jours d’instances démonstrations des pouvoirs de la médecine de nos aïeux.
Dans le cadre de la professionnalisation de la médecine africaine, il était question de l’enseigner dans les universités. Où en sommes-nous avec ce projet ?
Normalement, cette médecine devait déjà être enseignée dans nos universités. Je pense qu'on avait déjà déposé le dossier au niveau du ministère de l'Enseignement supérieur. Pour que nos enfants soient enseignés, il faut des enseignants. Ces derniers devraient suivre un cursus de formation de sept ans comme dans d’autres filières. C’est quelque chose de très important. Il faut rappeler que Cuba a été isolé pendant beaucoup d'années du reste du monde. Pendant ce temps, ils ont développé leur propre médecine. Et aujourd’hui, des gens quittent de partout dans le monde pour aller là-bas se soigner. Des pays comme l'Italie ont fait appel à Cuba pour renforcer leur médecine. Des produits  naturels  ont produit des résultats. C'est pour cette raison que vous avez constaté que le covid-19 n’a pas tué trop des Noirs. Pour éviter de nous retrouver dans des situations compliquées demain, il ne faut pas ignorer la science de nos aïeux. Nous ne devons pas ignorer les plantes qui soignent tout le monde. Nous avons pensé qu'il était nécessaire de rencontrer le ministre de l'Enseignement Supérieur pour réveiller ce dossier. Qu’il puisse permettre que cette médecine soit enseignée à nos enfants à partir des universités. Je parle encore aujourd'hui pour qu'on essaye de réveiller ce dossier. Au regard de l’intérêt que l’on accorde désormais à la pharmacopée africaine, au vue des avancées que nous constatons sur le terrain aujourd'hui. Je pense que ça va être possible.
 
Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Conseiller Ngilla  Moïse Antony «Ma procuration a été donnée au 2ème adjoint au maire Malondo»

30 Août 2022, 19:39pm

Publié par Hervé Villard

Administrateur des collectivités territoriales décentralisées, ex Secrétaire Général de la mairie de Dibombari, ancien receveur municipal de la mairie de Barre. Le conseiller municipal Ngilla Jengou Moise Anthony est au cœur du désordre observé à la mairie de Dibombari le mercredi 27 juillet 2022. La paternité de la procuration qu’il a délivrée ce jour pour voter à  son nom au conseil demeure problématique. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il évoque les problèmes de cette mairie et précise à qui il a effectivement donné la procuration.

 

Votre commune est au cœur de l’actualité. Qu’est-ce qui fait problème à la mairie de Dibombari?
Quand il y a problème, et quand des choses ne marchent pas, il faut décrier tout en mettant les passions de côté, il faut mettre la politique à coté et faire une bonne gestion. Pour arriver à la tête des communes, on passe par les partis politiques mais quand on y est déjà on doit appliquer les méthodes de gestion. Et il faut le faire avec les textes réglementaires. A partir du moment où les textes des collectivités territoriales décentralisées ne sont pas mis en place, ne sont pas respectés, il y a des problèmes. Il ne faut pas confondre la gestion d’un parti politique et celle d’une collectivité territoriale décentralisée. La loi portant code des collectivités territoriales décentralisés n’est  pas respectée ni en matière de convocation du Conseil municipal ni en matière d’organisation d’entretien et de gestion de ce conseil à la mairie de Dibombari. Et surtout qu’à la mairie il y a des camps, des considérations politiques doivent être écartées pour que la municipalité en profite. L’exécutif municipal n’est pas fonctionnel. L’exécutif municipal n’est pas en phase avec ses conseillers et ses adjoints. Il y a au sein de la mairie une incapacité managériale, une confusion de rôle de la part du maire. Nul ne veut prendre la place de l’autre selon moi. Le problème c’est que le maire ne respecte pas la réglementation. Nous avons un problème d’adoption et de vote de budget. Nous avons un problème de vote du compte administratif. Les conséquences de tout ce que je dénonce là, c’est le désordre que nous vivons là.
Il se pose un problème de procuration que vous avez donné. Expliquez-nous?
Le problème de procuration ne se pose pas. Un conseiller fait la procuration à un autre quand il est absent. Et on ne fait pas une seule procuration pour toute l’année. La procuration c’est pour une seule circonstance. J’ai donné ma procuration au deuxième adjoint au maire Malondo David. Parce que j’étais appelé au synode régional de l’Eglise évangélique du Cameroun (Eec) qui s’est déroulé au niveau de Douala. J’ai fait ma procuration le même jour que j’ai remis à Malondo pour me représenter à ce conseil. Je suis un conseiller qui a de la compétence  et qui comprend bien le fonctionnement des mairies. Je ne suis pas un conseiller béni oui oui. Tous les moutons au marché n’ont pas le même prix. Je suis en train de regretter ce qui se passe à Dibombari chez moi. J’ai travaillé avec les gouverneurs, les préfets et les maires, j’ai honte de ce qui se passe chez moi à Dibombari. Nous devons œuvrer pour le développement économique et infrastructurel de Dibombari. Car, nous ne sommes pas en train de répondre à ces besoins là. Je suis mal à l’aise pour ces évènements qui ont eu lieu à la mairie. Je précise que ma procuration a été donnée au deuxième adjoint au maire Malondo. Je n’ai pas donné de procuration au maire Justin.
 Entretien réalisée par Hervé villard Njiele

Voir les commentaires

Conseiller Same Touba: «La mairie est paralysée et l’auteur c’est le maire»

30 Août 2022, 19:28pm

Publié par Hervé Villard

 
Conseiller municipal à la mairie de Dibombari, Same Touba  était au cœur du désordre qui a rendu tristement célèbre la mairie de Dibombari le 27 juillet 2022 dernier. Témoin de tout ce qui s’est passé, il revient sur le film de cette journée et propose des pistes de solutions pour sortir de cette crise.
 
Vous êtes conseiller à la mairie de Dibombari et depuis deux ans la mairie est paralysée. Qu’est ce qui se passe dans votre mairie?
Le problème est simple. La mairie est paralysée et l’auteur c’est le maire. Tout ce que la mairie subit, tout ce que les populations endurent c’est le maire le seul responsable. Depuis l’arrivée des pluies nous avons des problèmes de route et rien n’est fait. Le maire ne respecte pas les délais de convocation du Conseil municipal, il ne respecte pas les textes. C’est ce qui bloque la mairie Pourtant, les conseillers veulent que le maire se conforme à la règlementation en vigueur. Le véritable problème est celui du vote de budget. Nous avons demandé la convocation du Conseil extraordinaire aux autorités compétentes, ce qui n’a pas été fait. Si elle avait agi, on devait avancer. Nous avons décidé de ne pas voter le budget parce que nos doléances ne sont pas prises en compte.
Mercredi dernier, on a assisté à une forme de bagarre au sein de la mairie. Qu’est ce qui s’est réellement passé?
Il y a quelques jours on a assisté à une scène extraordinaire qui n’a jamais eu lieu dans notre mairie depuis sa création. Il faut préciser que tout est partie du deuxième adjoint préfectoral qui a décidé de bafouer les textes de loi des collectivités territoriales décentralisées en prétextant qu’il est l’un des rédacteurs. Il faut le dire, nous avons été convoqués pour une séance de travail avec ce dernier. Au terme de l’arbitrage qui s’est avéré infructueux, au lieu de se dessaisir du dossier et d’informer le ministre de tutelle pour la suite, comme le prescrit la loi, il a insisté pour que le conseil d’adoption du budget initialement prévu quelques heures après la réunion d’arbitrage se tienne.
Et pendant que nous sommes sortis pour nous concerter et relire les dispositions de l’article 423 du Code des collectivités territoriales décentralisées pour savoir si nous devrions assister aux travaux ou non puisque la séance d’arbitrage était infructueuse, le commandant de gendarmerie de Bwelelo a donné une consigne à certains civils et gendarmes présents qui se sont dirigés vers nous pour  arrêter le Dr Kome. Surpris par cette action qu’on ne comprenait pas, nous avons demandé ce qui n’allait pas. La barrière  étant fermée et barrée par une voiture de la gendarmerie, les populations témoins oculaires de la scène ont escaladé la barrière et sont intervenues. C’est ainsi que  tout a dégénéré.
Selon vous, que faut-il pour que la mairie retrouve le calme?
Il faut tout simplement appliquer les textes. Nous étions  convoqués à une séance de travail consacrée à l’arbitrage. Le 2eme adjoint  préfectoral  ayant  constaté que 14 conseillers sur 13 n’ont pas validé le vote du budget, il allait saisir le ministre et la procédure devait suivre son cours. Mais, il ne l’a pas fait. Il a abusé de son autorité teintée d’injustice et d’arbitraire, et cela nous  a conduits où nous en sommes.
Hervé Villard Njiele
 

Voir les commentaires

Elongo Kingue Samuel «Le maire ne collabore pas avec le conseil municipal»

11 Août 2022, 19:21pm

Publié par Hervé Villard

 

Premier adjoint au maire de Dibombari, Sa majesté Elongo Kingue Samuel par ailleurs chef traditionnel du village Bwadibo est perçu comme le principal collaborateur du maire Justin Bejedi Ndame. Seulement depuis son accession au poste de maire, les anciens amis et alliés d’hier se regardent aujourd’hui en chien de vaillance. Rencontré par La Nouvelle Expression, celui-ci parle de ses rapports avec son ancien camarade de parti, il revient sur les problèmes au sein de la mairie de Dibombari, et propose des pistes de sortie de crise. Lisez plutôt!

 

 

Qu’est ce qui fait problème à la mairie de Dibombari?

C’est la mauvaise gérance de notre maire. Il ne collabore pas avec le conseil ni avec les adjoints au maire. Il veut gérer la mairie comme c’était sa propre maison. Et c’est ça qui est à l’origine de tous les problèmes que nous vivons chez nous à la mairie de Dibombari.

Combien de conseils municipaux avez-vous tenu dans cette mairie depuis l’installation du maire?

Chaque année, c'est au moins quatre conseils municipaux qu’on doit tenir. Ce qu’on ne fait pas à la mairie de Dibombari depuis deux ans. Ce que nous ne comprenons pas, c’est  le fait que l’administration encourage cela. On a écrit à notre tutelle qu’on n’a pas de conseil municipal, qu’on tient au maximum deux conseils par an. Une chose qui ne correspond pas à la demande du livre vert. Mais, jusqu’à présent personne n’a bougé le petit doigt.

 C’est pourtant vous qui l’avez choisi au lendemain des élections?

 Bien sûr, c’est nous qui l’avons choisi. Et j’ai pesé de tout mon poids pour qu’il devienne maire. C’est chez moi que tout cela se décidait. Le président du parti Paul Eric kingue de regrettée mémoire avait formellement contesté ce choix. Mais, nous avons validé. C’est nous, les conseillers qui l’avons élu, qui demandons aussi qu'il gère bien la mairie. Mais, comme il ne croit pas au conseil municipal de la mairie, que voulez-vous qu’on fasse.

La paralysie du conseil exécutif de la mairie a-t-elle des conséquences sur la gestion de la commune de Dibombari?

Beaucoup de projets sont bloqués mais indépendamment du conseil municipal. Nous avons demandé plusieurs fois à s’asseoir sur une même table pour discuter de l’avenir de la commune de Dibombari mais, le maire n’a jamais accepté. Nous sommes allés voir le préfet du Moungo à qui nous avons posé le problème et demandé qu’il nous fasse asseoir ensemble. Les gens ont pensé que le conseil extraordinaire avait certainement pour but de chasser le maire. Que non. C’était tout simplement pour essayer de remettre de l’ordre dans la cité. Ce qu’on n’a pas accepté.

 Qu’est ce qui s’est passé entre le maire que vous avez voté et celui qui est là aujourd’hui ? Est-ce que ce n’est pas vous le problème?

Très sincèrement, il faut dire que ce maire a beaucoup changé. Je ne sais pas si c’est sa nature. Nous ne savions pas qu’il pouvait être comme ça. Je suis dépassé, les conseillers sont dépassés eux aussi. Même les populations de Dibombari sont dépassées. Si vous faites une enquête dans cette commune vous vous rendrez certainement compte que la majorité de la population ne le veut plus comme maire.

Le mercredi 27 juillet 2022 on a assisté à la mairie de Dibombari à une bagarre durant une séance de conseil. Est-ce que vous pouvez nous raconter ce qui s’est passé ce jour-là?

En bref, il y avait une réunion d’arbitrage à la mairie entre le préfet et les conseillers que nous sommes. Je me demande bien ce que les gendarmes sont venus faire à notre conseil. Ils ont barricadé l’entrée de la mairie avec leur pick-up. Ils sont venus mettre une partie du conseil municipal en minorité. Parce qu’ils ont essayé d’arrêter deux de nos conseillers. Ils venaient nous mettre en minorité. Ce ne sont pas des pratiques à encourager. Ce n’est pas une solution aux problèmes de la mairie. On a envoyé des gendarmes arrêter nos conseillers le jour du conseil. Tous nos conseillers sont des responsables qui ont des bureaux de service. En l’occurrence le conseiller Kome qui travaille à la sous-préfecture. On peut aller l’interpeller au lieu de service ou chez lui. Pourquoi on ne peut pas lui décerner une convocation à se présenter à la gendarmerie ou au commissariat. Et venir plutôt ce jour de conseil pour tenter de l’arrêter.

Nous sortons de la mairie pour nous concerter. C’est alors que le commandant de brigade pointe le Kome en disant le voilà. Le conseiller Kome était déjà dans ma voiture. En tentant de l'arrêter, ils ont froissé ma voiture, cassé mes rétroviseurs. Tout ça à cause du maire qui veut mettre l’autre partie en minorité. Il était en complicité avec la gendarmerie. Ça ne fait pas sérieux. Le maire est au tribunal avec ses conseillers, le maire est au tribunal avec ses adjoints au maire, qui va accepter de voter le budget s’il est traduit au tribunal par le maire?

Pourquoi le maire est-il au tribunal avec ses conseillers ?

 Il n’aime pas les reproches. Je prends l’exemple de Nyame ou de Nguime  Wanga, il est toujours au tribunal. Je prends moi-même mon exemple: je suis au tribunal avec lui. Le maire m’amène au tribunal parce qu’il veut m’éliminer. Il veut jouir seul. Il sait que s’il m’écarte, il va gérer seul, il va jouir seul.

Pourquoi êtes-vous au tribunal avec le maire?

Le motif de la plainte c’est détournement de fonds publics. Comme si j'avais reçu les fonds de l’Etat. comme si l’Etat m’a donné l’argent et je n’ai pas utilisé. Il parle de la gestion des carrières de sables en 2010 alors qu’il n’est là que depuis 2020. Le maire qui pouvait porter cette plainte au tribunal s’il y avait détournement de manière effective, c’est le maire Nguime Ekollo qui ne l’a pas fait. Il veut tout faire pour me mettre au sol. Pourtant au début ce n’était pas ça. Il dormait chez moi. Ce maire connaît ma chambre. S’il ne dormait pas chez moi la veille,très tôt lendemain matin il était là. Les conseillers sont témoins. C’est ici chez moi que tout se passait. Avant de gagner la mairie, le quartier général (Qg) était chez moi. Je ne connais pas en moi-même l’animal qui anime ce monsieur, je ne sais pas ce qui se passe.

Savez-vous que le budget de la mairie de Dibombari a été adopté?

Nous avons suivi dans les réseaux sociaux que le budget a été adopté. Un de ses affidés a publié l’information sur les réseaux sociaux. En fonction de quoi ce budget a-t-il été adopté ? Qui a adopté ce budget? Les textes sont clairs ; il y a eu arbitrage, et si ce n’était pas fructueux, tout est clos et on ne va pas au vote du budget. On a fait plusieurs tentatives infructueuses. L’arbitrage a été infructueux. Quand le préfet est arrivé pour l’arbitrage après son discours, il a posé une seule question. Qui est pour le vote du budget ? Séance tenante, il y a eu 13 conseillers pour, 14 contre et un conseiller neutre. C’était clos. Le conseil d’adoption du budget n’allait plus avoir lieu. Malheureusement. Le budget adopté est de nul effet selon les textes. Si le deuxième adjoint préfectoral adopte ce budget, on verra jusqu’où on ira. Il y a des instances. Je ne voudrais pas que ce soit des problèmes personnels. C’est un problème des conseillers et de la mairie. Je pense que le maire, c’est un monsieur qui a fait droit. C’est un grand homme.

Que faut-il pour mettre fin à cette crise qui paralyse la mairie depuis deux ans ?

On a demandé un conseil extraordinaire. Il faut dire que c’était pour faire asseoir les gens et discuter. Ce n’était pas pour démettre le maire. C’est pour impulser le changement. Le conseil extraordinaire n’avait pas uniquement pour mission de démettre quelqu’un. Nous voulons corriger nos erreurs parce que nul n’est parfait. Il faut faire la paix pour avancer. Si on ne fait pas la paix, comment allons-nous procéder demain? Dans un mois et demi, il y aura le vote du compte administratif. Comment procéder? S’il n'y a pas la paix, cette situation va continuer. Il y a des échéances futures. Nous avons 2023, 2024 et 2025. Nous allons arriver en 2025 avec ces problèmes-là ? Il faut urgemment faire quelque chose.

Nos élites aussi ne font rien pour calmer la situation, il pouvait saisir cette opportunité pour faire régner la paix. Si nos élites appelaient le conseil certainement que le problème allait se résoudre. J’ai l’impression qu’eux aussi ne veulent pas la paix. Ils discutent simplement avec une seule partie et non avec les deux. Ces élites sont venues et ont discuté seulement avec les gens du Rdpc. Ce n’est pas seulement le Rdpc qui est au conseil municipal de Dibombari. Et c’est le Rdpc qui avait refusé de voter le maire parce que celui-ci était du Mpcn. Autre chose, on ne peut pas être maire du Mpcn et parce qu' on est rentré dans le Rdpc prétendre ne plus être maire du Mpcn. Il doit démissionner comme maire du Mpcn d’abord. Et quand on démissionne, on quitte et on attend les prochaines élections et on devient candidats avec la bannière de ce parti-là. Mais à partir du moment où on est déjà maire, on peut aller dans l’autre parti mais en demeurant le maire du précèdent parti. Si on tient trop à son nouveau parti, on démissionne de son poste de maire et on quitte.

Réalisée par Hervé Villard Njiele

 

 

Elongo Kingue Samuel  «Le maire ne collabore pas avec le conseil municipal»

Voir les commentaires

Décentralisation: La mairie de Dibombari nage en eau trouble

11 Août 2022, 18:48pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Le dernier conseil municipal tenu dans cette mairie a étalé au goût du jour les  nombreux problèmes existant au sein de l’exécutif communal plombé depuis l’accession du maire Bejedi Ndame Justin à la tête de la mairie.
Décentralisation: La mairie de Dibombari  nage en eau trouble

 

Bagarre entre les éléments de la gendarmerie nationale et les conseillers. Les populations qui escaladent les murs de la mairie pour se joindre à cette bataille. Des cries de contestation et d’appel à la démission du maire. Nous sommes à la mairie de Dibombari ce mercredi 22 juillet 2022 et l’ambiance est surchauffée. L’entrée de la mairie est fermée aux populations et un pick up de la gendarmerie barre l’entrée. Pour entrer dans l’enceinte, il faut grimper le mur. A l’extérieur des populations riveraines, plusieurs centaines, sont massées et attendent avec impatience l’issue de la médiation et du conseil municipal organisée ici par le préfet du Moungo représenté par son 2ème adjoint Melat Tiogoe Brice. Dans l’enceinte de la mairie, c’est une scène de bagarre générale  qui surexcite les riverains qui escaladent à tour de rôle la barrière pour intervenir. Des éléments des forces de l’ordre se battent tant bien que mal pour ramener la sérénité
A l’occasion de la tenue de la réunion de conciliation ou d’arbitrage et de la session du conseil d’adoption du budget de la mairie, tout ou presque a volé en éclat. D’où la colère des riverains qui réclament à gorge déployée la tête du maire Bejedi Ndame Justin.
Selon des informations tout est partie de la tentative de l’arrestation du conseiller Kome sortie avec le groupe de conseiller pour savoir s’ils devaient entrer en salle. En effet  ayant pris par à la réunion de d’arbitrage du préfet, le choix du vote du budget n’a pas été validé par la majorité du conseil. 14 ont voté contre et 13 pour et il y a eu un bulletin nul. Alors que  l’équipe des conseillers conduit par le premier adjoint Elongo Kingue Samuel croyait la médiation infructueuse et dont la non tenue de la session du conseil d’adoption du budget, le deuxième adjoint préfectorale va faire un passage en force. «Le préfet nous a convoqué le 27 juillet 2022 pour une séance de travail à la mairie. Compte tenu du fait que le budget n’avait été adopté au conseil du 30 mai 2022, il fallait donc une séance d’arbitrage conformément à la réglementation. En cas de non conciliation, comme le stipule l’article 423 du code des collectivités territoriales décentralisées, le préfet se dessaisir de l’affaire et informer le ministre de tutelle. Mais il a obligé la séance du conseil d’adoption du budget», explique  le conseiller Same Ntouba. Outré. «Quand nous sommes sortie pour une concertation c’est alors qu’un homme en civil a tenté d’arrêter le conseiller Kome et tout est parti», poursuit-t-il. Après cette séance de bagarre qui se déroulait dans la cour de la mairie, les autres  13 conseillers selon le maire de Dibombari sont restés poursuivre les travaux dans la salle. «L’interpellation du conseiller kome n’avait rien à voir avec la mairie. Le conseiller Kome avait un problème de terrain avec monsieur Ousmane. Tout ce que je vous dis m’a été rapporté par les éléments de la police municipale. Voilà ce qui s’est passé. Justifie le maire Bejedi Ndame Justin lui aussi témoin de la scène.
Décentralisation: La mairie de Dibombari  nage en eau trouble
Budget de contesté.
Après cet incident la faction de conseillers soutenant le 1er adjoint au maire vont quitter la mairie tout en boycottant les travaux. «Les populations ont escaladé les murs de la mairie parce que la mairie  était fermé. Depuis quand un conseil municipal se déroule à hui-clos. C’était des stratégies du maire. Pendant qu’ils voulaient arrêtés le conseiller Kome, ils ont cassé ma voiture» se plaint le 1er adjoint au maire sa majesté Elongo Kingue Samuel
Pendant ce temps dans leur dos le budget a été adopté. «Mais le budget a été voté et les délibérations votées également. Le budget de la mairie de Dibombari s'élève à 1.338.740.908 franc cfa», affirme le maire qui precise que les travaux se sont bien déroulés. «C’est quand ils ont constaté qu’ils étaient en minorité qu’ils ont commencé à faire le désordre. La séance du conseil a continué jusqu’à la fin», fait savoir le maire Bejedi Ndame Justin avant d’ajouter «Il y a les mauvais perdants partout». Au courant de ce qui s’est passé concernant  l’adoption du budget, le 1er adjoint au maire  ne digère pas cela et promet  tout faire pour que cela soit annulé. « Si le deuxième adjoint préfectoral adopte ce budget, on verra jusqu’où on ira. Il y a des instances. Je ne voudrais pas que ce soit des problèmes personnels. C’est un problème des conseillers et de la mairie », promets sa majesté Elongo Kingue qui dénonce ce qui s’est passé.
Celui qui invite le maire à œuvrer pour la fin de la crise reconnaît que la mairie de Dibombari et ses populations souffre de ce problème là. «Beaucoup de projets sont bloqués mais indépendamment du conseil municipal. Nous avons demandé plusieurs fois à s’asseoir sur une même table pour discuter de l’avenir de la commune de Dibombari mais, le maire n’a jamais accepté», regrette sa majesté Kingue Samuel.
Pour le maire Bejedi Ndame, c’est en fait un combat politique qui transparaît à travers ce conflit. «On était ensemble dans le Mpcn. J’ai quitté le Rdpc pour rejoindre le Mpcn et après avoir gagné la mairie, j’ai quitté le Mpcn pour retourner au Rdpc. Vous pouvez comprendre les ambitions de chacun. Il voulait m’obliger à rester dans le Mpcn. Vous comprenez donc que chacun a ses ambitions politiques», fait-il savoir.
Si un souci de procuration a été évoqué durant cette réunion du conseil, il faut du moins que l’avenir de la mairie de Dibombari reste flou. Car, aucun signe d’accalmie ne pointe à l’horizon. Pourtant pour le développement de cette cité il faudra fumer le calumet de la paix. «Si on ne fait pas la paix, comment allons-nous procéder demain? Dans un mois et demi, il y aura le vote du compte administratif. Comment procéder? S’il n'y a pas la paix, cette situation va continuer», pense sa majesté Kingue Samuel.
Selon les informations, depuis plusieurs mois, le budget de la commune de Dibombari n’a pas été adopté à cause de ce problème entre le maire et ses conseillers. Un problème qui affecte la vie des populations. Même si pendant l’arbitrage il s’est posé un problème de procuration, il faut du moins précisé que sa majesté Samuel Kingue était à Yaoundé rencontrer les responsables du Ministère de l’administration territoriale. Ils ont été reçus par le secrétaire général du Minatd, les inspecteurs n°1 et 2. En l’absence d'Atanga Njie ont promis transmettre leurs doléances au ministre à son retour.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires