Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Incendie à Douala:Deux personnes se brûlent au 2ème degré

9 Juillet 2009, 19:37pm

Deux personnes se brûlent au 2ème degré. Deux personnes se sont brûlés au 2ème degré dans un incendie qui s’est déclaré dans une cité située non loin du lieu dit Mon Essec à Douala. « Me voici tout. Je n’ai plus rien. Tout ce que j’ai, c’est ce que vous voyez sur moi. J’habitais avec mes parents dans cette maison. Nous formons une famille de sept personnes. » Sans tee-shirt, et ayant pour seul vêtement le pantalon Jeans bleu qu’ils porte,Martial Fopi, un jeune garçon d’environ 15 ans fait partie des victimes de l’incendie qui s’est déclarée tard dans la nuit d’hier au lieu dit mont Essec à Ange Raphaël. Sous la pluie qui tombait hier matin, il recherche parmi les objets brûlés quelques pièces importantes qui auraient échappées aux flammes. Il affirme que rien n’a été sauvé lors de cet incident qui a ravagé toute la cité. « Nous avons tout perdu dans cette incendie. On a pu rien sauvé. » Précise –t-il. En montrant le studio qu’il occupait réduit en cendre. Sur le lieu du drame, l’air sent encore le brûlé. Des carcasses de motos de vélo de téléviseurs, de congélateurs, et des ustensiles de cuisines jonchent le sol. Tout près, se trouvent des restes d’armoires de lits et de vêtements consumés par les flammes, le tout dans un mélange de cendre et de charbon issus des objets incendiés. Selon les informations recueillies sur le lieu du drame, l’incendie a été constaté autour de une heure la nuit pendant que tout le monde dormait. La maison étant construite en matériaux provisoires, elle va rapidement s’embraser. Le Feu trop violent, va lécher toute la cité avant de s’attaquer aux chambres du premier étage de l’hôtel Mont Essec situé tout près. Sept chambres de cet hôtel de même que leur contenu subiront les affres des flammes. Seul les occupants vont réussir à s’échapper. D’après les habitants de la cité, c’est la négligence de l’un des habitants de la cité qui est à l’origine de l’incendie. « La femme qui occupait la chambre voisine a abandonné la nourriture au feu en allant raccompagner son mari. C’est ainsi que la maison s’est brûlée. » Témoigne Ezekiel Tetsogo, une victime étudiant en faculté de sciences à l’université de Douala. Selon les victimes, la jeune dame s’est enfuit après avoir constaté son forfait. Des pertes énormes. Daniel Lamafou et Gédeon Tchaffo, brûlés lors de cet incendie sont sortis de l’hôpital Laquintinie hier dans l’après midi, après avoir reçu un soin intensif. Ils y avaient été conduits d’urgence dans la nuit par les riverains en état de choc. Selon Jean Marie Manga le Major des urgences dans cet hôpital ils ont été brulés au 2ème dégré. « Ces victimes ont été conduits ici la nuit. Ils ont été brûlés au 2ème degré. Le feu a brûlé l’épiderme et le derme. Après avoir payé les premiers soins, ils sont sortis. ». Précise-t-il. C’est par la grâce divine que ces derniers ont eu la vie sauve. « Il n’y avait pas moyen de sortir quand l’incendie s’est déclarée. Il y avait le feu partout. Nous nous sommes réfugiés derrière les parpaings qui se trouvent derrière la concession. » Affirme Raoul Tachi Kamta, l’aîné des victimes. En plus de ces victimes des biens d’une valeur importante ont volé en éclat. « J’ai perdu ma moto, deux téléviseurs et une somme de 500.000 francs qui s’est brûlé à moitié » précise une victime en brandissant les billets brûlés. Ngamo Philipe, le responsable de l’hôtel est encore sous le coup de l’émotion. « Je suis déséquilibré. Je ne m’attendais pas à ça. J’étais assis en face quand j’ai vu le feu. » Sans faire de bilan, il reconnaît qu’il est lourd. « Je ne peut pas estimer les pertes maintenant. Mais 7 chambres ont brûlés avec tous leurs contenus(literie téléviseurs climatiseurs) et le 8ème a été pillé par les délinquants pendant l’incendie. » Dix-sept chambres au total ont été consumées par les flammes laissant ainsi des familles sans abris. C’est avec l’aide des sapeurs pompiers arrivés rapidement que le feu a été stoppé. Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article