Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Affaire Cnic Contre zachaeus Forjindam : L’absence des avocats de la défense paralyse le procès

10 Août 2012, 09:55am

Publié par Hervé Villard

forjindam 2Affaire Cnic Contre zachaeus Forjindam

 

 L’absence des avocats de la défense paralyse le procès

 

L’affaire prévue pour ce jeudi 9 aout 2012 a été renvoyée au 30  de ce mois.

 

La énième audience de l’affaire Chantier Nvaval et Industriel du Cameroun  contre Zacchaeus Mungwe Forjindam et madame Massot qui  s’est déroulée au tribunal de Grande instance de  Bonanjo hier, n’a duré que le temps de son renvoie. Pourtant, les trois juges qui composent la collégialité, souvent à l’origine des  nombreux  renvoies que l’on observe  dans  les différentes  affaires de l’opération épervier étaient  bel et bien présents. L’audience a été renvoyée à la demande du conseil des accusés. C’est  Me Massot, l’un des  membres du collège  des avocats qui assure la défense  de  dame  Massot,  dans  cette affaire du vol du matériel au  chantier naval qui a demandé le renvoie. Comme motif, elle a évoqué l’absence de Me Happy souffrant et qui n’a pas pu faire le déplacement du tribunal et de  Me Makolle qui est allé assister un proche souffrant. Dans sa demande de renvoie introduit au tribunal, elle a sollicité que l’affaire soit renvoyée pour un minimum de dix jours pour permettre   la constitution du  collège d’avocat qui assure  la défense de madame Massot.   Après avoir consulté le ministère public, qui n’a trouvé aucun problème à ce renvoie,  le juge de la collégialité a renvoyée cette affaire au 30 aout 2012 pour la poursuite des débats. Me Baombé  avocat de M. Forjindam, est resté solidaire à la demande de renvoie introduite par Me Massot.  Il a déclaré qu’il ne pouvait assurer la défense de Forjindam qu’en présence du collège des avocats qui assure la défense de l’Ex directeur d’administration et de ressources  humaines (Darh) du chantier naval.

 

 

Déclaré coupable


Il faut dire à titre de rappel que, lors de la dernière audience qui s’est tenue au tribunal de grande instance de Bonanajo le 27 juillet 2012, le ministère public dans son réquisitoire, avait  déclaré Zacchaeus Forjindam et Dame  Massot coupable de détournement de fond public d’un montant de 22.389.400fcfa et de tentative de détournement de matériaux appartenant au chantier Naval d’un montant de 4.236.300 fcfa.

 Pour le ministère public les faits reprochés aux accusés Forjindam et dame Massot  sont avérés. Car, le 4 février 2008, un camion immatriculé Lt 8587I chargé  de matériaux destinés à la charpente a été intercepté à la sortie de la guérite du chantier naval. Et selon les différents témoignages des différents employés du Cnic qui ont déposé à la police judiciaire, pendant les différents enquêtes et à l’audience, il s’est avéré que c’est matériaux de construction était destinés au chantier de la Directrice de l’administration et des ressources humaines(Darh), dame Massot.

 Selon le ministère public, l’ex Darh du Cnic, madame Massot a pareillement utilisé les employés du Chantier naval pour construire son domicile et, ceux-ci étaient nourris et payé aux frais du Cnic.  Les matériaux commandés via le Cnic, n’étaient  destinés à aucun chantier en cours ni avenir. Madame Massot d’après le ministère public l’a fait pour les besoins de ses propres chantiers. Et ce, avec la complicité de l’ex Dg Zacchaeus Forjindam avec qui, elle avait des relations privilégiées. Le ministère public  a pareillement déclaré ce jour que  les commandes de matériaux ont été fait au moment où dame Massot était en chantier. Pour eux, Si dame Massot n’a présenté au tribunal aucune facture des matériaux de construction de sa maison ni fait venir son architecte comme elle l’avait déclaré au tribunal, c’est parce que ces matériaux viennent du Chantier naval.

A propos de Zacchaeus Forjindam,  le ministère Publique a déclaré que celui-ci a failli à la mission que lui a assignée l’Etat camerounais. C'est-à-dire protéger  le patrimoine du chantier naval  en tant que garant des biens de cette entreprise. Pour le ministère public, l’ex Dg du Cnic a menti car, il a déclaré qu’il n’était pas au courant de l’enquête initié par Bikoro Dga du Cnic via la police judiciaire. Après avoir initié sa propre enquête en servant des demandes d’explication aux employés concernés, il n’a puni personne. Même pas madame Massot directement impliquée dans cette affaire de vol de matériel. Attitude qui selon le ministère public témoigne du fait qu’il était complice du vol de matériel et des autres trafics que faisait la Darh.  C’est pourquoi, il requiert sa  culpabilité.

Les plaidoiries qui devaient débuter ce 9 aout 2012 débuteront effectivement le 30 aout 2012 prochain

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

 

Commenter cet article