Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Affaire Ecobank:Les accusés nient les faits

22 Janvier 2013, 15:02pm

Publié par Hervé Villard

braquage-ecobank.jpg

 

Ils ont tous plaidé non coupables devant le juge du Tribunal militaire de Douala. C’était lors de la deuxième audience de cette affaire qui s’est  déroulée dans cette juridiction ce lundi 21 janvier 2013

 

L’affaire ministère public et Ecobank contre  Ndéke Nestor et compagnies s’est  à nouveau ouverte  ce 21 janvier 2013 au Tribunal militaire de Douala. Pour la deuxième audience de cette affaire qui a drainé autant de foule dans ce tribunal, il était question conformément à l’ordonnance de renvoie  du 7 janvier 2013 de  notifier aux  différents accusés  dans cette affaire, les différentes charges ou chefs d’accusations  qui pèsent contre eux.

Pendant cette audience qui a duré plus de huit heures d’horloge avec deux pauses d’environ trente minutes chacune, le ministère public a présenté les différentes raisons pour lesquelles ils étaient poursuivis. Parmi  les différents chefs d’accusations prononcés, on a pu noter que  ces  derniers sont poursuivis pour coaction de vol avec port d’arme à feu, assassinat, pillage en bande avec port d’armes et munitions de guerre, espionnage et violation de consignes, complicité de vol pour ne citer que ceux-ci. Parmi les accusés au nombre de treize au total, se dénombraient six militaires dont le capitaine de corvette Nestor Ndeke, le maître principal Honoré Oundi Assamba, les premiers maîtres Charles Ukum, et Joseph Waniebele, le maître Ngwayi Cosmas Edi et Mbappe et sept civiles parmi lesquels Dieukumo Atiedukuwo,Igieron Churchill, Emmanuel Fanka, Dominique Wirkom, Obih Siméon, et Etonde Gyysso, la seule femme du groupe.

Au moment de la notification des chefs d’accusation qui pesaient contre eux, tous les différents accusés pourtant présents devant la barre, ont  nié les faits. Ils ont tous déclaré non coupable des faits qui leurs sont reprochés.

Pendant cette audiences, les différentes personnes victimes de ce braquage et qui voulaient se constituer partie civile, afin d’obtenir des dommages et intérêts en guise de réparation du préjudice subit, se sont fait enregistrés par le ministère public. Le président du tribunal a d’ailleurs fait savoir  que cette liste reste ouverte à toutes les victimes du braquage d’Ecobank de Bonabéri qui voudraient se constituer partie civile dans cette affaire. Les différents témoins des accusés ont pareillement  été identifiés et enregistrés.

Au cours de ce procès, on a noté plusieurs plaintes venant des avocats des différents accusés. Ces derniers ont d’abord déploré le fait que c’est au cours de l’audience d’hier que le tribunal a notifié aux accusés l’objet de l’ordonnance de renvoie. Ces derniers se sont également plaints du fait qu’on n’apportait pas de soins à leur client malgré les nombreuses demandes de soins sanitaires introduites. Ils ont pareillement émis le vœu de voir le procès se dérouler rapidement.

L’audience a été suspendue et sera reprise le 25 février 2013 pour ouverture du débat par l’accusation.

Cette  deuxième audience  de l’affaire Ecobank enrôlée au greffe du tribunal militaire a ravivé la douleur des proches des victimes de ce malheureux incident qui avait couté la vie à six camerounais à Bonabéri le 11 mars 2012 et au cours duquel on avait enregistré plusieurs autres blessés par balle et le vol d’une somme de plus  de 206 millions de francs cfa. Venus en nombre hier au parquet, ils tenaient non seulement à dévisager  ceux qu’ils déclarent responsables de la mort de leurs proches mais surtout, réclamer justice.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

Commenter cet article