Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Affaire Paul Eric Kingue :L’ex maire de Njombé Penja condamné à 10 ans d’emprisonnement ferme

26 Novembre 2012, 10:51am

Publié par Hervé Villard

 

 

 

Paul-Eric-Kingue

 

Le verdict de cette deuxième affaire portant sur le détournement  des deniers publics à la mairie de Njombé -Penja  a été rendu public ce 14 novembre 2012 après midi  aux environs  de 17h, par les juges de la cour d’appel du littoral.

 

Paul Erick Kingue,  homme toujours souriant et débordant de joie malgré le fait qu’il est incarcéré à la prison centrale de New-Bell a perdu sa mine après le verdict rendu ce 14 novembre 2012 par les  juges de la cour d’appel du littoral.  Il  était tout vert de colère et criait presque qu’à tue-tête après l’audience. Les populations de Njombé-Penja ayant fait le déplacement massif  l’étaient d’avantage.  Très courroucés par ce verdict qu’ils qualifient «d’être monté de toute pièce par les adversaires de Paul Eric Kingue », ils  ont crié à l’injustice et ont même tempêté en quittant la cour d’appel.

Dans les faits, Paul Eric Kingue a été condamné à 10 ans d’emprisonnement ferme. Il a été contraint à payer  la somme de 3 452 551fcfa à la commune de Njombé-penja,  comme dommages et intérêts  et à payer la somme de 384 915 fcfa comme dépens.

Pendant le délibéré,  les juges de la cour d’appel du littoral ont retenus la culpabilité de Paul Eric Kingue sur deux  des trois chefs d’accusations qui pesaient contre lui. Il s’agit du détournement des frais d’adduction d’eau à la mairie de Njombé-penja et  les frais de la location de la niveleuse de cette commune.

Sur le premier chef d’accusation portant sur  les frais d’adduction d’eau potable à la mairie, Paul Eric Kingue a été reconnu coupable. Les juges ont déclarés que l’ex maire a détourné une partie des fonds alloués à ce projet. Et qu’il  n’a pas reversé à la mairie les restes des fonds alloués au projet. Selon les explications du tribunal, sur les 4500.000fcfa que Paul Eric Kingue a perçu de la Spm, il a justifié seulement l’utilisation de près de trois millions. Les reste soit, 1.400.000fcfa n’a pas été reversé dans les caisses de la communes, c’est montant non plus, n’ont été justifiés par le maire. Selon le juge, Paul Eric Kingue a détourné cet argent.

S’agissant du second fait, portant sur les frais de location de la niveleuse s’élevant  à 3450.000 FCFA,  somme perçu directement ou indirectement par l’ex maire de Njombe-penja, sa culpabilité a une fois de plus été retenue. Selon les juges, sur les 3.450.000fcfa, seul 1.390.000 FCFA a été justifié et  le reste pas. Parce que l’ex maire de Njombé Penja n’a pas produit les justificatifs   pour les sommes  sus évoqués, il a été déclaré coupable de détournement de denier public.

 En fait, dans l’emble, Paul Eric Kingue a été reconnu coupable d’un détournement de  près 3 460 000 fcfa à la mairie de  Njombé penja. Et écope de 10 ans d’emprisonnement ferme.

Bien avant ce verdict, un seul des exceptions soulevées par Me Manfo Réné  pendant les débats a été retenu. Ils ‘agit de l’exception portant sur l’absence de mandat d’incarcération  dans le verdict rendu par le tribunal de grande instance du Moungo. Compte tenu du fait que  toutes ces pièces étaient absentes du verdict rendu par le tribunal de grande instance du Moungo, partant du fais que chaque décision de justice  pour faciliter son application devrait  être accompagné du mandat d’incarcération, les juges de la cours d’appel ont tout simplement  annulé la décision rendue par les juges du Tribunal de grande instance du Moungo  et condamnant Paul Eric Kingue à vie.

Peine de rééducation.

Bien avant de prononcer le verdict final de cette affaire, le procureur général à qui la parole a été donnée, pour statuer sur la peine a demandé que le tribunal inflige à Paul Eric Kingué une peine de rééducation. «Rendez-lui une décision conforme aux articles 74 et 170 du code pénale. Donnez-lui une peine susceptible de rééducation » a recommandé le ministère public.

Quant à son avocat, Me René Manfo, il a plaidé pour que la peine infligée à son client soit la plus  petite possible. Il a demandé aux juges de rendre justice et non une sentence. Et  de permettre à son client d’aller retrouver sa famille. Déjà très tendu et choqué par la décision de la cour d’appel, Paul Eric Kingue n’a pas manqué d’e exprimer sa déception. « Le sentiment qui m’anime c’est un sentiment de déception. Mais, tout s’est passé comme sis vous teniez à protéger vos collègues de Nkongsamba(…) » a  mentionné  l’ex maire très courroucé. C’est avec l’amertume au cœur que Paul Eric Kingue ont quitté la cour d’appel.  Pour avoir gain de cause dans cette affaire, ils ont promis se pourvoir en cassation. Il faut dire que, même si l’issue de ce procès n’émeut pas Paul Eric Kingue, il y a lieu de remarquer que, cette décision de la cour d’appel est entièrement est très loin de celle rendue par le Tribunal de grande instance du Moungo. Dans ce tribunal, l’ex maire de Njombe Penja avait été condamné à vie.

Plaidoirie

Pendant la plaidoirie qui ont précédé ce verdict, Me Manfo était monté au créneau pour demander que le tribunal acquitte purement et simplement Paul Eric Kingue pour fait non établi.

 Selon l’avocat qui suit cette procédure depuis plus de cinq ans, il n’est pas question de condamner son client parce que celui-ci est innocent. D’après la défense de Paul Eric Kingue, c’est un procès en sorcellerie qui est  entrain de se faire. Car, tous les témoins que le tribunal a convoqués dans le cadre de cette affaire ont déposé à la décharge de monsieur Kingue en âme et conscience  et tout le monde l’a suivi.

Parlant des témoins qui ont déposé dans le cadre de cette affaire, il y a l’actuel maire de Njombé- Penja, Ngolle Jacques Antoine.  A l’audience  du 10 septembre 2012, celui-ci avait déclaré à la barre que la mairie n’avait subit aucun préjudice. Qu’au contraire, la mairie avait plus tôt été enrichie. «Quand Nous arrivions à la mairie de Njombé Penja, nous avons fait  un état des lieux. Il n’y avait pas d’eau ni d’électricité à la mairie. Mais, quelque temps après, monsieur Kingue  a fait mettre l’eau et l’électricité. Si à la mairie, il y a l’eau, c’est que la commune n’a rien perdu », avait-t-il laissé entendre.

Le chef de centre de Snec de Njombé, Ekambi Kingue qui avait déposé ce jour avait reconnu l’effectivité du branchement d’une extension de la Snec à la mairie de Njombé –Penja. Tout en brandissant à la barre  le dévie chiffré de ladite extension d’eau, le numéro du compteur et les factures de paiement de ces travaux, il  avait déclaré qu’ «il n’y a pas de problème de paiement de l’extension de d’eau à la mairie de Njombé-Penja. Je n’ai pas encore entendu ça.»

Frédéric Nguinie Ekollo et Mbonjo Jacques successivement maires des communes de Dibombari et de Mbanga présents  à l’audience du 21 septembre 2012 avaient  pareillement innocenté kingué  dans leur déposition au sujet de la location de la niveleuse. « Après ma prise de fonction, j’ai sollicité le maire Paul Eric Kingue dans le cadre de l’entraide entre commune sœurs, afin qu’il prête à ma commune, sa niveleuse. Ce qu’il a fait, et nous en avons profité pour évacuer une montagne d’ordure qui surplombait le marché de Mbanga, et ouvrir les voies d’évacuation d’eau dans la ville. Au moment des faits, je n’ai pas vu le maire Paul Eric Kingue, qui m’avait-on dit, était à Yaoundé. Il avait, accepté de nous aider, à condition que nous d’assurions l’approvisionnement de l’engin en carburant. J’ai sorti cent mille francs cfa de mes proches et le député  Mbapte soixante quinze mille francs. Cette somme nous a permis de mettre nous-mêmes du carburant dans cet engin qui consomme 240 litres de carburant. Nous n’avons rien donné à Paul Eric Kingue, ni même à sa commune. C’était une aide et non une location», avait déclaré Jacques Mbonjo à la barre. « Je reconnais que Paul Eric Kingue a mis gracieusement l’engin de la commune de Penja à la disposition de la commune sœur de Dibombari. Ma commune a sollicité cet engin pendant lespréparatifs des obsèques de l’artiste TOM YOM’S.  A cette époque là, les routes de Dibombari étaient coupées.  Or, les obsèques de TOM YOM’S, fils de Dibombari, devaient faire arriver à Dibombari de nombreux invités parmi lesquels les membres du gouvernement, et les responsables du centre culturel français. Je venais seulement de prendre fonction et les caisses de la commune étaient vides. C’est ainsi que j’ai sollicité l’aide de mon collègue et camarade du parti, Paul Eric KINGUE, qui a mis l’engin de la commune de Penja à notre disposition, sans contrepartie. Nous n’avons pas loué l’engin et n’avons destiné aucune somme à la commune de Penja. La seule condition qu’il avait posée était d’assurer nous-mêmes le carburant et les pannes, s’il y en avait.  Et les pannes, il y en a eu plusieurs, car cet engin était vieux d’environ 50 ans. Je peux vous dire Monsieur le Président, que chacune des réparations faites étaient financées de mes poches car l’urgence obligeait. Si vous allez dans la comptabilité de la commune de Dibombari, vous vous rendrez compte qu’aucun centime n’a été payé ni à sieur Paul Eric Kingue, ni à la commune de Penja », avait rajouté  son compère Nguimé Ekollo Fréderic, le maire de Dibombari au tribunal.

 

  

Herve Villard Njiélé

Commenter cet article