Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

CAN 2010: l’arbitre Koffi Codjia suspendu

4 Février 2010, 19:25pm

Publié par hervy

 Koffi Codjia, cet arbitre qui a dirigé la demi-finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN 2010) entre l’Algérie et l’Egypte, le 28 janvier dernier à Benguela (Angola) a été suspendu lundi  dernier pour une durée indéterminée par la Confédération africaine de football (CAF).

 Selon le quotidien sportif français « L’Equipe », qui rapporte cette information, Il est reproché à l’arbitre béninois, le fait de n’avoir pas exclu le gardien de but de la sélection algérienne Fawzi Chaouchi. Qui l’avait quelque peu malmené, suite au penalty accordé à l’Egypte et transformé par Abd Rabo, lequel avait marqué un long temps d’arrêt avant de frapper.

Cette sanction de la CAF qui ne surprend aucun supporter de football et particulièrement ceux qui ont regardé cette récente CAN, vient une fois de plus remettre sur la sellette le problème d’arbitrage décrié durant cette CAN angolaise. Il faut également rappelé que la CAN  angolaise a battu le record de la Coupe d’Afrique des nations avec 124 cartons au total.

Pour de nombreux arbitres, commentateurs sportifs et entraîneurs, Koffi Codjia avait pesé de tout son poids dans cette rencontre, affichant un « parti pris flagrant » pour l’équipe égyptienne et sifflant des fautes imaginaires ayant conduit notamment à l’expulsion du défenseur Halliche pour deux cartons jaunes successifs, suivi d’un penalty, pas du tout évident, qui avait permis aux Egyptiens d’ouvrir la marque et de se qualifier pour la finale. L’arbitre béninois s’était encore illustré en brandissant par deux fois le carton rouge à Belhadj et Chaouchi.

L’arbitrage de Codjia, présélectionné avec quatre autres arbitres du continent africain retenus pour le Mondial sud-africain, a été jugé « scandaleux » par de nombreux acteurs du football africains qui n’ont pas hésité à dénoncer les agissements « peu scrupuleux » de cet arbitre.

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article