Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Can Angola 2010 : Samuel Eto’o Fils reconcilie les lions avec la presse

12 Janvier 2010, 14:28pm

Publié par hervy

  PDF Imprimer Envoyer

  
 

etoo Selon une interview réaliser  par Nana Paul Sabin journaliste de La nouvelle expression à Luanda en Angola, le capitain des lions indomptables du Cameroun, 
  se dit serein pour le match de demain contre le Gabon. Il propose par ailleurs un cadre de collaboration entre les joueurs et la presse. Après un incident survenu dimanche, à l’aéroport.

 

 

 

 " Le Cameroun C'est le Cameroun

Le capitaine des Lions indomptables propose un cadre de collaboration entre les joueurs et la presse. Après un incident la veille, à l’aéroport.

Dimanche soir, à l’aéroport de Lubango. L’arrivée de la délégation camerounaise, l’une des quatre logées dans la poule D de la phase finale de la coupe d’Afrique des nations de football, est annoncée. Les reporters ont pris position dans le carré tracé par le comité local d’organisation. Le principe voudrait que, sortis du hall des bagages, les joueurs y marquent un temps d’arrêt pour répondre aux questions des hommes de médias. Les délégations gabonaise, tunisienne et zambienne, qui ont précédé la délégation camerounaise, se sont pliées à ce jeu.

 

Lorsque arrive le tour du Cameroun, personne, du moins les membres de la délégation les plus représentatifs, n’a daigné répondre aux préoccupations des journalistes. L’un des envoyés spéciaux d’Equinoxe télé et radio a cru bien faire en fonçant sur Samuel Eto’o, avec l’espoir d’arracher un mot à celui qui est, depuis environ cinq mois, le capitaine de la sélection camerounaise. Espoir perdu, le sociétaire de l’Inter de Milan s’est refusé à toute déclaration. Le reporter, téméraire, a insisté. En esquivant le micro et son porteur, Samuel Eto’o s’est légèrement heurté à un édifice. Mais, plus de peur que de mal. Toutefois, le triple ballon d’or, mécontent, et le reporter, dans tous ses états, se sont regardés en chiens de faïence. Toujours est-il que le comportement des Lions n’a pas manqué de courroucer les journalistes présents.

 

Le lendemain, les deux hommes se sont retrouvés en matinée dans un stade, à la faveur de la première séance d’entraînement des Lions en terre angolaise. Quand il sort du bus de la délégation camerounaise, Samuel Eto’o fonce vers le reporter, lui prend la main pour une explication apaisée entre hommes sur l’incident d’hier. Ensuite, les deux hommes vont s’avancer vers  les autres journalistes : « J’étais en train de dire à votre confrère que les Lions ne refusent pas des interviews. Mais, elles se feront désormais de manière organisée. Par exemple, j’ai demandé qu’après chaque séance d’entraînement, deux joueurs soient mis à votre disposition », a-t-il déclaré. Prêchant par l’exemple, il s’est lui-même présenté à la fin des entraînements pour répondre à la préoccupation de la presse, en compagnie de Jean II Makoun.

 

Ainsi, les deux parties, condamnées à évoluer ensemble, ont mis une croix sur l’incident de la veille, à l’aéroport.

 

 Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article