Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Corpos foot 2011: Cacophonie autour des demi-finales.

19 Avril 2011, 11:00am

Publié par hervy

 

Sport

                                                                                                                             

La rencontre opposant  Ader fc à Huawei , comptant pour les demis finales retour de ce  tournoi  prévue samedi 16 avril  dernier  a été perturbée par les membres de l’équipe de la Socafer .

 

 

Les spectateurs du tournoi de football baptisé ‘’Sertral corpos foot’’ ont été  sevrés du spectacle dont ils ont l’habitude. Venus massivement  vivre en direct  du stade Cicam, le duel Ader Fc –huawei  comptant pour les demi-finales retour, ils n’ont eu droit qu’à un spectacle odieux.  A  16 h,  ce samedi, les membres de l’équipe de Socafer  vont envahir le stade  et empêcher la rencontre au programme d’avoir lieu.

Ils réclamaient par cet acte la tenue de  la première demi-finale  retour qui devait opposer  leur équipe à celle d’Orange Cameroun.  Rencontre  annulée à cause la qualification de l’équipe d’ Orange Cameroun  suite à la réserve  qu’elle a porté contre deux joueurs de Socafer . A savoir Akon  Abunaw et  Abang Takoh.

 

 

En effet, lors  des demi-finales aller opposant l’équipe de Socafer à celle d’Orange Cameroun, rencontre remportée  par l’équipe de Socafer par 4buts à zéro, Socafer avait fait jouer quatre joueurs qui, selon la réserve portée à la commission d’homologation par Orange Cameroun, ne font pas partie du personnel de cette entreprise.  Ils réclamaient donc la victoire par forfait car l’équipe de Socafer ayant violé les règles  de discipline qui stipule que seuls les employés  permanents ou temporaires doivent participer au tournoi.

 

 

Après production des documents justificatifs deux ont été retenues et deux rejetés.   Notamment les cas d’Akon Abunaw et Abang Takoh étudiants à l’école supérieure de gestion (ESG) en cours du jour et Stagiaires à la Socafer depuis 8 mois qui ont été jugés irrecevables par la commission d’homologation.

 

 

Selon Richard Moukollo président du comité technique et promoteur de ce tournoi, « il est difficile voire impossible pour un étudiant inscrit en cours du jour de faire le stage et les cours au même moment. » en plus poursuit-il, la socafer n’avait jamais produit des badges quand ils jouaient. C’est quand l’équipe d’Orange a  porté  réserve  qu’ils ont produits les badges. »

 

 

Argument battu en brèche par  Janvier Djob Directeur administratif du personnel à la Socafer  qui voit dans cette décision de la commission d’homologation du tournoi Sertrel Corpos foot une simple machination pour évincer son équipe et avantager  celle d’orange Cameroun sponsor de ce tournoi. « Le mail annonçant notre disqualification nous est parvenu hier (vendredi 15 avril 2011). Malgré les justifications que nous avons apportées.  A-t-il affirmé. « Je comprends qu’ils veulent favoriser l’équipe d’orange Cameroun parce que ce   sont eux les sponsors de l’évènement. »  Il martèle par ailleurs  son engagement à aller au bout de son action. «  ça va être ainsi. Si nous ne jouons pas, ils ne joueront pas. S’ils veulent que nous abandonnions, ils n’ont qu’à nous rembourser. » A-t-il  rallé.

 

 

En attendant que l’administration se saisisse du dossier et que la délégation des sports et de l’éducation physique arbitre le problème, le président Richard Moukollo rassure du moins  que la finale de ce tournoi se déroulera bel  et le bien le 30 avril prochain.

 

 

Co organisé par  Richard  Moukollo, les délégués de sport et de l’éducation physique et   des affaires sociales pour le littoral, le tournoi « Sertral Corpo foot » qui a débuté le 15 janvier 2011  au Stade Cicam à Douala a pour but  de distraire les employer des entreprises,  de faciliter la communication entre eux et surtout  de favoriser leurs  épanouissement. Elle regroupait au début dix équipes reparties en deux sous poules de cinq.

                                                                                                                                                                                                                                 Hervé Villard Njiélé.

Commenter cet article