Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Désordre urbain ; La communauté urbaine de Douala casse à la rue Arno

26 Juillet 2013, 17:41pm

Publié par Hervé Villard


 

Dans le cadre  de la lutte contre le désordre urbain, la communauté urbaine de Douala a  déguerpi  mercredi 24 juillet 2013  aux environs de 23 heures les commerçants de la rue

 

  

 Pied de  chaussures isolés, contre  plaqués   en même le sol,  des cartons  détruits,  des conteneurs  cassées, des commerçants en larmes, tel est   le décor qui prévaut au carrefour Arno ce matin. Il est un peu  plus de 10 heures ce jeudi 25 juillet 2013.  A la rue  Arno, l’ambiance n’est pas comme d’ habitude.


 Les forces de l’ordre ont  saturées  le carrefour «Soudanaise». Leur présence signale  qu’il y a du  grabuge dans l’air. Contrairement à  l’atmosphère observée ici il y a quelques jours,  le lieu dit carrefour Arno est l’ombre de lui- même. L’ambiance n’est pas la même. Les commerçants habituellement installés ici n’y sont plus. La circulation est fluide. Quelques commerçants présents fouillent dans les décombres quelques objets précieux abandonnés pendant les casses. Ils sont d’ailleurs nombreux à  le faire. Non sans maudire la communauté urbaine de Douala à l’origine de ces destructions. «La communauté urbaine est inhumaine. Comment peut-elle casser des gens à une période comme celle-ci. C’est ici qu’on se débrouille pour nourrir notre pauvre famille. On va faire comment ?»  S’interroge un des commerçants courroucés. Et  l’autre d’ajouter  «Je fais dans la vente des ordinateurs des imprimantes des lasers. J’avais en moyenne 150 ordinateurs. Pendant la  casse, la pluie a mouillé toute ma marchandise. Que   vais-je faire maintenant. A qui vais-je m’adresser. J’ai presque tout perdu» pleurniche un autre commerçant en transportant le reste de ses appareils.


Comme ces deux commerçants, tous les commerçants qui sont installés dans cette rue sont abattus. Pendant la casse ils ont perdu chacun une partie de leur marchandises.


Casses

En effet,

dans le projet d’assainissement de la ville de Douala engagé depuis plusieurs années par la communauté urbaine de Douala,  le Dr  Fritz   Ntone Ntone s’est employé à libérer les routes et les chaussées de la ville de Douala encombrée de plus en plus par les commerçants et les riverains.   C’est dans ce cadre là qu’il a engagé dans la nuit du mercredi 24 juillet 2013 une série de casse à la rue Arno pour libérer cette chaussée encombrée  depuis plusieurs années par des commerçants. Pour ne pas avoir des disputes avec les commerçants exerçants en ce lieu,  les responsables de la Cud ont effectué  une descente musclée  dans ce carrefour et ont cassés toutes les boutiques et étales installés sur la chaussée. Aidés  par des forces de l’ordre qui veillaient au grain, les casses ont été faites sans état d’âme.

Des étals, des comptoirs, des marchandises, bref tout ce qui se trouvait sur la  chaussée et le trottoir  de cette rue ont été cassés. Ceci au gram dam des commerçants qui n’ont que leurs yeux   pour pleurer. «Lorsque je quittait ma boutique hier,  aucun signe ne laissait entrevoir la foudre d’une éventuelle casse.   Je suis  agréablement surpris de recevoir un coup de fil de  mon collègue très tôt ce matin  qui  m’informe  qu’on est entrain de casser ma boutique. A premier vu,  je n’ai pas pu reconnaitre mon conteneur. Car les casses  l’on défiguré »  déclare un commerçant courroucé par  cette action de la Cud.

D’après les commerçants, cette opération à surpris tout le monde.  Ces derniers disent n’  avoir reçu ni un mot d’ordre ni un préavis venant de la communauté urbaine de Douala. Pourtant, des banderoles affichées partout dans la ville de Douala recommandent aux commerçants de libérer la chaussée et les trottoirs. Il est à noter que cette action de la Cud n’est pas isolée. Il y a quelques jours, c’est la « rue de la casse » situé non loin de Mobile  Bonakouamouang qui subissait les affres des gros bras de la communauté urbaine de Douala.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article