Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Douala: Près de 15 boutiques réduites en cendre au marché de Bonamoussadi

23 Février 2012, 12:11pm

Publié par Hervé Villard

Douala 

Près de 15 boutiques réduites en cendre au marché de Bonamoussadiphoto incendie

L’incendie s’est déclenché dans la nuit de mardi à  mercredi dernier  aux environs de 1h. Les pertes  sont évaluées à plusieurs millions de Fcfa.

 

«C’est toute notre vie  qui est partie en fumée.  Le feu a tout brulé et  rien n’a été sauvé.  Je ne sais quoi faire ni par où commencer. Je vais nourrir mes enfants avec quoi ? »  

Cette exclamation est de Melone Wandji, commerçante au marché de Bonamoussadi et victime de l’incendie qui s’est déclaré dans ce marché  très tôt dans la matinée d’hier, et qui a consumé près de 15 boutiques.

Assise devant  sa boutique entièrement consumée  par le feu les mains sur la tête, celle qui pleure à tue tête  face au malheur qui vient de  la frapper ne sait à quel saint se vouer. Sa boutique un shoping où se vendait des habits, des sacs à mains, des chaussures pour hommes et femmes  est presqu’inexistante. Sa marchandise,  un amas  de vêtements entièrement brulés, est repartie en désordre au sol. Les  armoires qui servaient d’étal eux aussi, n’ont pas échappées aux affres des flammes. Presque tout a été consumé.   

Tout près,  Erick Nguimfack un autre commerçant fouille dans les décombres quelques objets importants à récupérer. Sa boutique elle aussi a subit les affres des flammes qui étaient sans pitié pour les commerçants du bloc 4 du marché de Bonamoussadi.

Vêtements de qualité, chaussures, sacs à main, bijoux divers, tous ont subit l’action du feu. «Le feu a débuté autour de minuit et a débuté par la poissonnerie (Frozen Food) pendant qu’on éteignait le feu dans les boutiques situées à la façade principale du marché, celles situées à la façade arrière se consumaient. C’est ainsi que j’ai tout perdu » déclare-t-il tout malheureux. «J’ai fermé la boutique hier comme d’habitude sans problème et je suis rentré. C’est très tôt  aux environs de 2h qu’on m’appelle pour dire que le marché est en feu. » Ajoute-t-il avec regret.

Tous sont plongés dans la désolation car, le feu a tout brûlé à son passage.  La poissonnerie Frozen Food, la parfumerie Jp, Eva shopping, les boutiques d’accessoires et de décoration, les parfumeries, les shoppings, les boutiques de vente de cosmétique. Bref près de 15 boutiques ont été réduites en cendre au total.  

Le silence persiste encore sur les origines du feu, même si tout porte à croire qu’il s’agirait d’un coup circuit qui s’est produit après le retour brusque du courant pendant la nuit.  D‘après les riverains, c’est la présence des sapeurs pompiers qui a permis de circonscrire les flammes. auquel cas, on aurait frôlé le pire. « les sapeurs  pompiers sont d’abord arrivés avec une citerne. Quand l’eau est finie ils sont allés chercher l’autre. C’est grâce a eux qu’on  a pu éteindre le feu. » Raconte un riverain témoin de la scène. Après les sapeurs pompiers, les éléments de la gendarmerie de Bonamoussadi et le sous-préfet sont eux aussi descendus sur les lieux de l’incident. Une enquête a été ouverte.

Cet incendie  est le troisième du genre à se produire dans ce marché  depuis 2010. Le premier qui avait ravagé plus de 15 boutiques s’était déroulé le 24 septembre 2010, le deuxième le dimanche 6 janvier 2011 avec près de 13 boutiques consumées. Et le dernier  dans la nuit d’hier.  La récurrence des incendies au  marché de Bonamoussadi vient ainsi remettre sur la sellette le problème d’organisation dans ce marché et surtout celui de la sécurité incendie dans les marchés Camerounais en général. On se souvient que cet incendie n’est que la suite d’une longue série d’incendies dans les marchés, qui a débuté depuis quelques mois avec celui  s'étant produit au marché de Kumba.

Sur le site hier, les commerçants s’attelaient au nettoyage des débris et résidus des marchandises brulées ,tandis que des jeunes fouillaient dans les décombres des pièces et des objets importants.

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article