Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Examens de fin d’année: : 1833 candidats prennent part aux épreuves pratiques à Douala

30 Juin 2010, 21:20pm

Publié par hervy

Examens de fin d’année:



Douala : Près de 1833 candidats prennent part aux épreuves pratiques



Débutées le mardi 29 juin 2010, ces épreuves pratiques prendront fin le 7 juillet prochain.

 

conformément à l’arrêté n° 201/D/39/Minedub/Minesec du 23 juillet 2009 fixant le calendrier de l’année scolaire 2009/2010 en République du Cameroun ; les examens officiels et concours de la session 2010 se déroulent selon un calendrier conçu à cet effet.


Depuis mardi 29 juin 2010, repartis dans les centres du lycée d’Akwa, lycée technique de Bassa et lycée technique de Nylon, les candidats admissibles aux épreuves pratiques au cap industriel(1833) sont, une fois de plus, rentrés en salle. Après les épreuves écrites d’admissibilité et épreuves facultatives qui se sont déroulées du mardi 1er juin au vendredi 4 juin 2010.

"Les candidats travaillent en toute quiétude et de sérénité. Jusqu’ici, nous n’avons enregistré aucun problème. Le chef de centre nous a interpellé sur un certains nombre de comportements que nous devons adopté pendant les épreuves »."nous sommes là et nous veillons à ce que les enfants s’évaluent dans de très bonne conditions et sans tricherie » .Dans les autres centres d’examen, l’ambiance est presque identique. A la délégation régionale de l’enseignement secondaire à Bonanjo, en l’absence du maître des lieux, un responsable affirme : «  tous les petits plats ont été enfouis dans les grands pour ces épreuves pratiques et facultatives se déroulent dans de très bonnes conditions ». Douala, la sérénité est de mise dans les centres d’examen. Au centre du lycée Technique d’Akwa, tout se passe comme prévu. Dans la grande cours principale, quelques candidates, assises derrière chacune une machine à coudre placée le long du mur, coursent des pièces sur le regard des surveillants qui n’hésitent pas de temps en temps à les rappeler à l’ordre lorsque le temps imparti tire à sa fin. En l’absence du chef de centre en réunion avec le délégué régional de l’enseignement secondaire à Bonanjo, un enseignant témoigne que jusqu’ici, « tout se passe comme prévu, sans problème ». «  Un autre de poursuivre : « 

Il faut souligner que depuis le début des examens relevant de la direction des examens, des concours et de la certification sur l’ensemble du triangle national avec le concours d’entrée en 6ème des lycées et collèges de l’enseignement secondaire général et en première année des collèges et des lycées de l’enseignement technique, le vendredi 21 mai 2010, outre quelques petits manquements observés de parts et d’autres, tout semble jusqu’ici se dérouler selon les normes.


Élément galvanisant

 

La hausse des primes des correcteurs aux examens officiels par l’Etat semble galvaniser les enseignants rencontrés mercredi 30 juin par le reporter du Messager dans les différents centres d’examen à Douala. Cette hausse fait suite à un texte signé du premier ministre portant relèvement des primes diverses liées à la correction, la surveillance et autres activités liées aux examens officiels. Par ce texte, les taux applicables depuis 1979 sont devenus caducs. Les nouveaux sont de 60 francs Cfa pour la correction de l’entrée en 6ème et 100 francs Cfa la correction des épreuves du Bepc. La vacation de surveillance desdits examens passe à 1000 francs Cfa la demi-journée. Selon des sources proches de la direction des examens au ministère des enseignements secondaires, « il s’agit à travers ce geste, de remotiver les correcteurs qui n’avaient plus d’engouement pour les examens qui ne ressortaient pas de l’office du Bacc, parce que non juteux ». Cette mesure en son temps, soutient Jacques Kamgaing enseignant, avait été favorablement accueillie par le corps enseignant. Maintenant, il faut que des mesures conséquentes soient  prises pour l’application immédiate du texte à cette session des examens de 2010 .


 

Blaise-Pascal Dassié /Hervé Villard Njiélé


 

 

 

 

 

 

Commenter cet article