Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Frank William Batchou: «C’est une bonne chose mais, il faut faire du porte à porte»

6 Mars 2013, 11:44am

Publié par Hervé Villard

Franky.jpgQue pensez-vous de la  multiplication des points  mobile d’inscriptions sur les listes électorales ?

 

Frank William Batchou (journaliste à Emergence)

« C’est une bonne chose mais, il faut faire du porte à porte »

Le regard de citoyen que je porte sur la multiplication des points d’inscription mobile d’Elecam  c’est que, c’est une bonne chose. Parce que les populations à la base sont réticentes par rapport à ses inscriptions sur les listes électorales. Les camerounais n’avaient réellement pas de temps pour aller dans les agences d’Elecam pour se faire enregistrer. Mais maintenant, ils peuvent le faire sans problème. Mais, maintenant, il faudrait voir comment la procédure se déroule. On nous  a fait savoir qu’en 5minutes on pouvait s’inscrire. Mais, dans certains  de ces points vous pouvez passer plus de quinze minutes à attendre voir même plus pour pouvoir vous inscrire. Sachant que nous sommes dans une ville économique où, chacun a des activités rémunératrices qu’il mène, nul ne veut perdre ce temps là. C’est vrai qu’ils sont proches des populations, mais, peu de gens accourent pour se faire inscrire parce qu’ils courent après l’argent.

Le problème en fait c’est le nombre de kits qui disposent les agents d’Elecam qui sont sur le terrain. Si avec cinq Kits on veut inscrire cinq milles personnes, vous pouvez comprendre la difficulté que cela comporte. Si on augmentait le nombre de Kits et on faisait du porte à porte, cela arriverait à augmenter le nombre d’inscrit sur les listes électorales. Il faut que l’on passe du simple au quadruple puisqu’ on sait que, le littoral aujourd’hui, selon le classement des inscrits par région n’occupe un rang honorable. Il n’est ni à la tête ni à la queue et même pas au milieu. Ça traine encore les pas. Moi je propose du porte à porte.


 

Recueillis par Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

Commenter cet article