Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Grace présidentielle: 198 prisonniers recalés à la prison Centrale de Douala

12 Mars 2014, 13:25pm

Publié par Hervé Villard

 

Le non paiement de la contrainte par corps à l’origine de cette mesure qui contraint ces derniers à rester en prison.

 

Image1.jpg

 La joie  de ces pensionnaires  de la prison Centrale de New-Bell a été de courte durée.  Alors qu’ils s’attendaient à bénéficier de la grâce présidentielle comme nombreux de leurs camarades sortis ce mardi 11 mars 2014, ils sont surpris d’apprendre qu’ils ne seront pas libérés. Et, qu’ils auront encore  des jours et des nuits à passer dans cet univers carcéral reconnus pour sa surpopulation.  D’après ces derniers qui  voyaient leur séjour dans ce milieu insalubre, s’écourter, les journées et les nuits seront encore plus long pour eux que d’habitude parce qu’ils étaient déjà préparés à sortir.

Comme motif de leur rétention au sein de la prison Centrale de Douala,  Dieudonné Engonga Mintsang parle du non paiement de la contrainte par corps. Ces contraintes par corps  selon le régisseur de la prison Centrale de Douala  est constituée « des amendes et des frais de justice  que les détenus n’ont pas payé. Il faudra payer  tout cela pour recouvrer entièrement la liberté », déclare Dieudonné Engonga Mintsang qui rassure sur la situation de ces derniers. «Dès qu’ils payeront leur contrainte par corps, ils seront immédiatement libérés. Ils n’ont plus besoin de passer la moindre minute ici» rassure le régisseur qui fait pareillement comprendre que la mesure du chef de l’Etat va diminuer le trop plein de la prison dont il tient les reines.

S’adressant aux 198 prisonniers ayant été retenus pour le non paiement des frais de justice, il leur a demandé de garder la foi. Car seule cette dernière peut leur être utile en ce moment.  Il  a profité de la présence des médias pour solliciter l’appui des Organisations Non Gouvernementales et des âmes de bonnes volontés pour la libération de ces prisonniers retenus pour la contrainte par corps. «Connaissant la pauvreté ambiante au sein de la prison, il est difficile pour ces derniers de s’acquitter de cette facture puisqu’ils ne font rien ici », rajoute l’intendant de la prison Centrale de Douala. Ce dernier prie pareillement les  familles des détenus concernées de se mobiliser.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article