Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Grève à la Cud : Thomas Moudoumbou désamorce la bombe

6 Août 2012, 21:07pm

Publié par Hervé Villard

cudGrève à la Cud


Thomas Moudoumbou désamorce la bombe


Dans une communication faite à l’endroit des grévistes de la communauté urbaine de Douala hier, il a persuadé ces derniers de suspendre momentanément le  mouvement d’humeur  qu’ils ont engagé depuis mardi dernier

 

«On sait généralement comment ces affaires là commencent, on ne sait jamais comment sa fini. Je sais ce que c’est que la grève. L’année dernière, nous avons eu la chance avec  les grévistes de la faim. Il ne faudra pas que cela se reproduise encore. J’ai demandé aux jeunes de suspendre provisoirement leur mouvement parce qu’ils ne peuvent pas trouver une solution à leur problème maintenant. Je leur ai demandé d’attendre le  retour du délégué du gouvernement qui est aujourd’hui en congé pour continuer leur manifestation. Car, c’est le seul à même d’apporter une solution à leur problème. »

Cette déclaration est de Thomas Moudoumbou Souga, secrétaire général du cabinet du délégué du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala. Rencontré à son bureau après la communication qu’il a eu avec les stagiaires qui contestent  le mode de recrutement à la communauté urbaine de Douala, celui-ci déclare avoir posé cet acte de son propre chef. Il est revenu sur les  motivations qui l’ont poussé à s’adresser aux jeunes. «Ces jeunes ce sont nos enfants,  ils ont presque tous l’âge de mes enfants. Je n’étais pas là quand les faits se déroulaient. C’est à travers  les médias et les collègues que j’ai appris ce qui s’est passé. J’ai constaté ce matin en venant qu’il y avait un sit in devant l’hôtel de ville. Et,  il fallait que je fasse quelque chose. J’ai  rencontré des jeunes et je leur ai dit de venir le 14 aout 2012 quand le délégué sera là. Ce n’est que du réalisme. Car, s’ils passent tout leur temps là et que par mégarde quelque chose arrive à l’un  d’eux, je ne le souhaite pas, ce malaise là va prendre une autre ampleur. C’est par prudence et surtout par motif de conscience que j’ai posé cette acte là », explique-t-il avant de repréciser que son initiative est personnelle.

Selon des jeunes  grévistes qui ont apprécié ce geste d’humanisme et qui, l’ont immédiatement  mis en exécution, le secrétaire générale leur a également demandé sur le plan administratif, de faire une requête commune et de déposer au secrétariat  du délégué de la communauté urbaine de Douala. Il a recommandé aux jeunes de déposer la copie de leur requête à la préfecture, au service du gouverneur, au commissariat spécial, à la légion pour informer la hiérarchie de ce qui se passe.

Cette action de ce responsable de la Cud a permis de décongestionner l’entrée principale de cette unité administrative, transformée en cours de récréation depuis le début de la grève mardi 31 juillet 2012. Les jeunes assis certains, sur les bancs publics de la Cud, d’autres en pleine discussion s’attelaient à la rédaction et au dépôt de la requête commune recommandé par le Sg de la Cud hier après midi.  Les trois leaders du groupe  étaient d’avantage impliqués dans cette action qu’ils croient salvatrice pour le groupe. Ils ont d’ailleurs promis respecté scrupuleusement ces prescriptions et  ont promis ne revenir que le 14 aout 2012 pour manifester leur colère.  «Nous sommes entrain de faire la requête comme on nous a demandé. Après cela on va rentrer pour ne revenir que le 14 quand  le délégué lui-même sera là pour reprendre notre mouvement » affirme l’un d’entre eux.

A la communauté urbaine hier,, les services se poursuivaient normalement. Tout le monde etait à son poste.    Le secrétaire générale qui veut voir claire dans cette affaire de recrutement à la Cud a d’ailleurs convoqué une réunion technique avec les directeurs techniques. Cette réunion se  tient  ce jour. Il faut noter  que  c’est depuis mardi dernier que, près de 90 jeunes stagiaires qui sont en grève dans cette institution.

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Commenter cet article