Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Grève à Sitrafer: .La part de vérité de Jacques Bimaï

4 Avril 2012, 21:10pm

Publié par Hervé Villard

Grève à Sitrafer

Jacques Bimaï accuse la société Camrail.

 

Selon l’administrateur directeur général de cette entreprise chargé de l’entretient du chemin de fer, le morcellement des  parts de marché par Camrail est à l’origine du mouvement d’humeur des employés du 2 avril 2012.

 

Quelques jours après le mouvement d’humeur organisé par les employés de la société internationale des travaux ferroviaires (Sitrafer), la seule entreprise privée camerounaise spécialisée dans la maintenance et la réhabilitation des voies ferrées, Jacques Bimaï, son administrateur directeur général, est monté au créneau pour dire sa part de vérité, sur ce qui se passe au sein de cette entreprise. Devant les micros et les cameras des médias, l’homme n’est pas passé par quatre chemins pour pointer un doigt accusateur vers la Cameroon Railways (Camrail).

Selon celui qui préside aux destinées de cette entreprise, le fait que le marché a été émietté à la fois par Camrail et par la banque mondiale  est à l’origine des différentes tensions, qu’il y a au sein de son entreprise.

D’après lui, la Camrail et la banque mondiale qui sont les partenaires de Sitrafer,  parce que, ce sont eux qui lui offrent les marchés se sont entendus pour faire disparaitre cette entreprise. « Le marché a été émietté. Sitrafer a été disqualifié par la banque mondiale et par Camrail. Comment voulez-vous qu’une entreprise qui n’a pas de part de marché et qui a des charges n’ait pas ce genre de problème. Il faut que nous travaillions pour satisfaire les besoins de nos employés. Si non, on va tout droit vers la faillite. » A tenté d’expliquer l’actuel membre du comité central du Rdpc. «tout ce qu’on avait comme prévision n’est plus existant. C’est ce qui justifie la situation que l’entreprise à connu. »  Conclut-il.

D’après le chef d’entreprise, il y aurait  une guerre d’intérêt entre la compagnie ferroviaire chargé du transport ferroviaire au Cameroun (Camrail) et Sitrafer.

 Depuis l’arrivé du nouveau Directeur général de la Camrail en 2009, les relations qui étaient au beau fixe se sont rapidement dégradées au point d’être délétère aujourd’hui. explique Jacques Bimï. Cette entreprise préfère selon les propos de l’Adg «confier les travaux aux entreprises ayant moins d’expériences,  au détriment de Sitrafer, la seule entreprise nationale qualifiée.»  soutient-il.

Malgré cette situation, Jacques Bimaï croit pouvoir compter sur la médiation de l’Etat camerounais pour que ses parts de marchés lui soient enlevées. «Nous avons saisi l’Etat du Cameroun et nous savons que si l’Etat n’intervient pas, tous les marchés nous seront enlevés » affirme-t-il.

Parlant de la grève  des employé du 2 avril 2012, qui s’est déroulée à la fois à Douala et à Yaoundé, il a rappelé à l’assistance  présente qu’un accord a été trouvé entre les différentes partie. Et que, le mot d’ordre  de grève a été levé.  Ceci  s’est fait à la suite de la réunion de crise convoquée en urgence  par le Grégoire Owona, le ministre du travail et de la sécurité social le 2 avril 2012.

 Au cours de cette réunion à laquelle ont pris part les responsables de Sitrafer, Camrail, du Cstc, et de  Syntramfer, il a été convenu que : Camrail et Sitrafer ont quatre semaines pour conclure un contrat de maintenance, pour que les employés de Sitrafer trouvent un minimum de satisfaction à leur revendication.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article