Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Interview:Emmanuel Talla:« Plusieurs de nos enfants sont des voleurs. »

17 Juillet 2011, 20:28pm

Publié par Hervé Villard

 

 

« Plusieurs de nos enfants sont des voleurs. »

 

Chef du quartier Bilongué où s’est déroulée la guerre de gang qui a fait au total 5 morts, y compris les trois voleurs, le voleur de moto et l’élève, celui-ci a tenu à s’expliquer sur ce qui se passe dans son quartier.

 

Comment cette situation qui a semé la panique générale dans votre quartier a-t-elle commencée ?

 

Cela est du a une vindicte populaire qui a eu lieu vers minuit ici dans mon quartier. Un présumé voleur de moto a été arrêté vendredi passé dans le quartier et les populations l’ont tabassé à mort. Au moment où j’arrivais sur les lieux, celui-ci n’était pas encore mort. On lui soutirait les informations pour avertir sa famille. Mais il est décédé quelques minutes plus tard. Ce qui est arrivé de nos jours, c’est une riposte. Ces camarades bandits sont venus de partout pour le venger. Ils ont voulu riposté face à l’auto-défense que nous avons installée. C’est ça qui a créé tout le trouble que vous voyez au quartier là.

 

Quelles sont les mesures que vous avez prises par rapport à ce problème ?

 

Ce n’est pas au début de cette affaire que nous avons pris des dispositions, depuis des années, nous avons pris des mesures pour lutter contre le grand banditisme. Notre quartier est réputé être un quartier de grand bandits. Vous êtes sans ignorer que le chef de l’Etat nous avait déjà octroyé un poste de police. Nous avons commence la construction de ce poste que nous n’avons pas fini ceci du aux multiples problèmes que nous rencontrons. J’en profite pour demander aux âmes de bonne volonté qui peuvent nous aider à finaliser ce projet à nous aider à le finir. Afin que les éléments des forces de l’ordre puissent y être affectés. Aujourd’hui. Le quartier est tellement organisé. Il y a des chefs de blocs dans chaque secteur, et nous avons même conçu des fiches pour recenser les populations. Nous avons mis sur pied une forme de dénonciation anonyme pour dénicher les malfrats. Ce système permet que dès que vous avez un voisin qui vole ou quelqu’un d’autre, vous écrivez son nom et vous remettez dans une enveloppe sans nom que vous acheminez à la chefferie qui le renvoie au commissariat. Le grand banditisme perdure ici tous simplement parce que plusieurs de nos enfants sont des voleurs. Ici nous sommes des pauvres et ce sont des fils de pauvres. Je comprends aussi leur problème. C’est vrai que le banditisme n‘est pas une bonne chose. Quand les gens ne dénoncent pas leurs enfants vous voulez que l’on fasse quoi. Il y a aussi dans ce quartier des gens qui commercialisent les drogues. Et ceux qui font ce genre de marché ne peuvent pas aimer l’auto-défense, ni la gendarmerie,  ni la police.  Bien sûr nous avons informé les autorités administratives et les forces de l’ordre, j’étais encore à la police pour solliciter leur intervention. Le commissaire du 8ème est avec moi tous les jours. Je ne sais pas comment il fait pour  toujours être là quand j’ai besoin de lui. Je ne sais même pas qui lui donne ces moyens. je le félicite encore beaucoup.

 

Dans quelles circonstances est ce que je élève qu’(on a tué est t-il mort ?

 

 C’est au cours de cette descente armée des jeunes bandits donc je vous parlais là. Ils étaient près de cent armés. Ils étaient repartis en trois groupes et semaient le désordre partout. Ils pillaient tout ce qu’ils trouvaient et blessaient les gens qu’’ils rencontraient. Ils entraient dans toutes les maisons et emportaient ce qu’uils trouvaient. Ils ont blessés les gens partout certaines même sont encore à l’hôpital. On a tué cet enfant autour de 20h. C’est même le voisin de ‘’45’’ ce brigand là, c’était même son ami puisqu’ils ont grandi ensemble.  C’est dans cette violence généralisée que cet enfant est mort. On l’a coupé avec la machette et il est décédé à l’hôpital Laquntinie.

 

Que dites- vous du fait qu’on accuse les habitants de votre quartier d’être allé dans un autre quartier arrêter des gens qu’elle a tué. ?

 

Dans la nuit de lundi à mardi, ayant eu l’information selon laquelle les bandits devaient revenir pour nous terroriser encore une fois de plus.  Les jeunes de l’auto-défense sont allés les chercher là où ils se cachaient pour préparer leur plan d’attaque de la soirée. Informés les membres de l’auto-défense sont allés les chercher. Ils ne sont pas allés seuls. La police était informée. Et les gars savaient que si ça les dépasse, la police doit intervenir. Et en plus, les bandits qu’on, est allé chercher ce sont les jeunes du quartier.  On n’a d’ailleurs tué un autre devant se parents. Il y a eu altercation entre eux et les habitants du quartier et ils sont morts.

 

Quelles sont les mesures  à prendre pour protéger votre quartier d’une telle agression ?

  Guerre des gangs à Bilongue: Okalia Bilaï procède aux arrestations

Les mesures sont nombreuses. Le comité de vigilance est déjà là, c’est une mesure prise. Les populations cotisent 1000fcfa pour eux chaque mois afin qu’ils achètent la torches pour circuler dans la nuit et qu’ils puissent déjeuner pour bien faire le travail. Des mesures sont par railleurs prises avec les forces de l’ordre qui ont dit que ce genre de chose doit finir et que des patrouilles régulières seront organisées au quartier.

 

 

Recueillis par Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article