Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

La presse camerounaise en deuil: Le Dp de Le Messager vient de mourir

13 Juillet 2010, 19:39pm

Publié par hervy

Pius Njawé  est mort

 

 

 Le directeur de publication du quotidien privé camerounais, Le Messager vient de casser sa plume

 

  L’annonce a été rendue publique très tôt ce matin au environ de une  heure (heure du Cameroun). Selon cette annonce le fondateur de Free Media group a été tué par un accident de la circulation qui est survenu aux Etats-Unis où, celui-ci s’y était rendu pour participer à une convention organisée par la diaspora camerounaise sur l’alternance du pouvoir au Cameroun. En se rendant chez un proche en virginie, son véhicule a été percuté par un camion et il est décédé sur le champ. D’après cette source  les deux autres personnes avec qui il se trouvait ont été grièvement blessées.

 

Depuis ce matin, le siège de la rédaction du quotidien Le Messager est visité par les proches amis sympathisants du disparu et du journal qui viennent s’enquérir de la situation et adresser par ce fait leurs condoléances aux employés du quotidien Le Messager abattu par cette triste nouvelle. « C’est comme ci le ciel nous est tombé par-dessus la tête. C’est très dure d’apprendre cette triste nouvelle, c’est vraiment difficile pour nous » affirme Alain Njipou, chef service culture  les yeux remplis de larme. Si celui-ci ne pleure pas à chaude larme l’expression de sa voix et son attitude traduit à la fois l’angoisse et la douleur qui le ronge. « Je suis au Messager depuis plus deux ans. C’est Pius qui m’a accueilli, il était pour moi comme un père » Parmi des nombreux visiteurs qui font des va et vient au sein de la rédaction on dénombre des journalistes et des hommes politiques. Denis Kwebo ; Suzanne Kalla Lobe, Gustave Azebaze, Polycarpe Essomba, Eric Andick, Erick Roland Kongou et d’autres confrères encore. Des hommes politiques tels le député Nintcheu, Anicet Ekane pour ne citer que ceux-ci. Les télévisions et les radios de la ville de Douala les lecteurs du quotidien Le Messager, tous ont défilé au siège de la rédaction où la tristesse  s’est emparée depuis l’annonce de la triste nouvelle.

 

Même si des journalistes bouclent leur papier, « puisque les œuvres du pionnier de la liberté de la presse au Cameroun va continuer, » comme le déclare Gustave Azebaze, un ancien  journaliste du Messager, l’atmosphère qui règne est propre à déterminer le coup que la rédaction toute entière vient de subir « c’est  tard dans la nuit que la nouvelle nous est parvenue. » Tente d’expliquer Honoré Foimokon le coordonnateur de la rédaction aux différents visiteurs qui affluent. « On a fini de bouclage hier soir aux environ de une heure. J’étais avec Njipou au niveau de La cité sic quand Marie Noëlle Guichi m’appelle pour m’annoncer que Njawé est mort. Sans tarder, j’ai directement ordonné au taximan qui nous conduisait de nous ramener directement au journal où nous avons changé la une que vous voyez là. C’est vraiment difficile pour nous. »

 

 Défenseur acharné de la liberté de la presse au Cameroun Pius Njawé venait de célébrer les 30 ans du Quotidien Le Messager, évènement durant lequel il avait invité des nombreux médias étrangers et des hommes politiques. Véritable artisan de la lutte contre les accidents de la circulation à travers Jane and Justice, une ONG créée après le décès de Jane son épouse suite d’un accident de la circulation sur l’axe Douala Yaoundé, le doyen de la lutte contre l’insécurité routière vient une fois de plus et comme son épouse à qui il est resté fidèle depuis tant d’année, de mourir également par un accident de la circulation. Qu’elle drôle amour si  parfait qui se manifeste même dans le manière de mourir des amoureux. Sûrement qu’il l’a déjà rejoint au moment où nous sommes. Que la terre de nos ancêtres te soit légère. Grand frère tu viens de casser ta plume sans pourtant achever l'oeuvre que tu as commencé.

 

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article