Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Les avocats témoignent Me Marthe Massot

28 Janvier 2013, 14:47pm

Publié par Hervé Villard

 Pendant les obsèques de Me Marthe Massot Endale décédée de suite de maladie à l'hopital général de Douala, les avocats réunis comme un seul homme, ont rendu d'une manière honorable hommage à cette dame de coeur et de poigne qui a rendu sa robe le 14 janvier 2013 jour de son décès. Malgré son décès, ses  oeuvres lui survivent. Voici quelques témoignages donnés par des avocats qui ont cotoyé l'illustre disparu.

 

Réactions

Me Dieudonné Happi (Avocat au barreau du Calmeroun)

« Je suis sans voix »

« Il est extrêmement difficile de parler de Me Massot en quelques mots. C’est une consœur que j’ai rencontrée dans la profession il y a une trentaine d’année. Je la connais particulièrement parce qu’on était un peu plus proche. Comme vous l’avez entendu dans les différents témoignages des confrères pendant la veillée, c’était le prototype d’avocat qui n’avait pratiquement pas d’âge. Autant elle avait des amis très jeunes dans la profession et même en dehors, elle avait des amis moins jeunes et des vieux avocats aussi. C’était une personne avec un degré d’humanisme très poussé. Le barreau perd là quelqu’un qui sera difficilement remplaçable aujourd’hui. Je ne suis pas sure qu’on aura encore les avocats de la trempe de Me Massot. Je suis personnellement touché. Je suis sans voix.»

 

 

Me Tchakounté Patié (Avocat au barreau du Cameroun)

 

« C’est une grande figure du barreau »

C’est un moment de tristesse puisque Marthe Massot était une icône du barreau, c’est une grande figure du barreau que nous perdons. C’est un moment de reconnaissance parce qu’à travers son décès et de l’hommage qui lui a été rendu, ce sont les valeurs de l’ordre national des avocats du Cameroun qui se voit ainsi réhabiliter. C’était une avocate respectueuse de son serment, une avocate dans l’âme. Pour tout dire une avocate. Le fait de baptiser la prochaine promotion des avocats en fin de formation « promotion Marthe Massot est une idée géniale. Quand le bâtonnier a parlé, il n ya pas de commentaire C’est une grosse perte pour le barreau.

 

Odette Weguela (Avocate Douala)

« On aura de la peine à trouver des avocats comme elle »

De me Massot, je garde une grande idée d’elle. Me Massot était une vraie avocate au sens propre du terme compétente, conviviale. Elle communiquait le bien être. Le barreau du Cameroun vient de perdre une avocate de qualité, une grande femme, le genre de personne qu’on rencontrerait de moins en moins dans cette profession. Elle était une avocate très compétente, très intègre et travailleuse. On aura de la peine à trouver des avocats comme elle. Nous pleurons une grande dame. Je n’avais pas des relations particulières avec elle mais, on n’avait pas besoin d’être proche d’elle pour la connaitre pour l’aimer. C’est une grand sœur que j’ai rencontrée dans la corporation mais qui malgré la différence d’âge ne le faisait pas savoir. Chaque fois qu’on se rencontrait elle s’arrêtait et cherchais toujours à savoir si j’allais bien et mon travail aussi. Elle ne mettait jamais l’argent en avant, elle ne mettait jamais l’âge en avant. C’était une femme vraiment conviviale.»

 

Me Manfred Biyick (Avocat)

« Me Marthe Massot est une grande dame »

« Me Massot a eu prêt de trente ans de carrière, et il sera pratiquement impossible pour moi et compte tenu du laps de temps que vous me donner de parler d’elle de manière véritable. Comme nous ne cessons de le souligner, Me Marthe Massot est une grande dame, c’est une brillante avocate, c’est une dame très sociable très conviviale surtout quelqu’un de très professionnel. C’est la trempe d’avocat pour qui l’argent ne servait qu’à vivre, pour qui l’argent n’avait plus autre fonction. C’était une brillante avocate qui recherchait d’avantage le savoir que l’argent. Elle se contentait d’avantage du bien être même si elle n’avait rien dans ses poches. Elle était toujours aux premières loges de tous les combats que le barreau a eu à mener. Nous regrettons son départ mais, vous le savez, c’est la finalité de tout le monde. Nous ne

pouvons qu’implorer le repos paisible de son âme. »

 

Recueillis par Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article