Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Mathias Eric Owona Nguini : il y a un processus bien organisé pour éliminer les Lions Indomptables de la prochaine coupe du monde.

27 Mai 2013, 11:35am

Publié par Hervé Villard

Politologue et enseignant de science politique à l’université de Yaoundé1, le Dr Mathias Eric Owona Nguini revient sur la décision du premier ministre, suspendant des élections à la tête de la Fédération camerounaise de football. Dans une interview accordée à www.hervevillard.over-blog.com, il fait une analyse de cette mesure, dissèque pareillement le contexte de crise à la fédération camerounaise de football. Dans cette interview, il se prononce pareillement sur le processus de nomination du   nouvel sélectionneur des Lions Indomptables. 

 mathias_owona_nguini_.jpg

Comment comprendre la crise qu’il y a au sein de la fédération camerounaise de football aujourd’hui ?


La crise au sein de la fédération camerounaise de football était prévisible. On l’a vu se développer depuis le processus de renouvellement des  instances de la Fecafoot. On l’a vu se développer depuis le début du le renouvellement des instances locales.  Il n’est donc pas surprenant que  cette crise se prolonge au niveau fédéral. Elle  exprime les luttes de pouvoir qui existe   dans le milieu qui gouverne notre football.


Selon des informations, le premier ministre vient de suspendre les élections à la tête de la fédération camerounaise de football. Est-ce que le Cameroun ne court pas un risque de suspension ?


Non ! Je ne pense pas. Je ne pense que ! La décision du premier ministre chef du gouvernement est une décision avisée. Il est manifeste que le processus tel qu’il a été  conduit jusqu’ici, pose un certains nombres de problèmes d’ordre publique.  Il pose des problèmes sérieux de sécurité. Il est donc important de  le suspendre de manière à  permettre  que l’ensemble des acteurs envisagent sereinement la suite.  Et, cela  ne pourra être fait que si on rétablit les choses dans le sens de l’application sérieuses  et exigeante des dispositions statutaires de la Fédération camerounaise de football.


Dans ce cas, il n’y a pas d’ingérence. Si à l’occasion de ce renouvellement, vous avez des incidents de type émeutes, avec des affrontements pouvant entrainer des blessures  graves et des dommages corporels à tel ou tel autre acteur et éventuellement des morts d’hommes, Il est tout à fait normale pour les autorités administratives et politique de prendre des mesures qui s’imposent. Maintenant, Ce qui serait de l’ingérence, c’est que les autorités dictent aux membres de la Fécafoot les conditions dans lesquelles ils doivent  faire les élections du point de vue  des règles applicables.  Parce que, ces règles là  ce sont des règles qui sont édictées sur le plan statutaire par le  règlement intérieur de la Fécafoot. Lesquelles dispositions sont arrêtées par  ceux qui constituent des membres de cette association.

La suspension des élections à la Fécafoot coïncide avec la nomination d’un entraineur à la tête de l’équipe nationale.


Comment avez-vous apprécié ce processus de désignation du nouvel entraineur des Lions Indomptables ?


C’est une décision bien inopportune. Je crois qu’il y a un processus bien organisé pour éliminer les  Lions Indomptables du Cameroun de la prochaine coupe du monde. Elle est inopportune parce qu’on ne peut pas changer un entraineur à la phase actuel. Un entraineur qui a permis au Cameroun dans les éliminatoires de la coupe du monde de reprendre la main. C’est recommencer le travail, c’est défaire tout ce qui a été fait par Jean Paul Akono, même si cela n’était pas parfait. Et, c’est le risque qu’à nouveau il y ait des intrigues. Car, dès que le nouvel entraineur sera officiellement désigné, des intrigues vont commencer pour la désignation de l’entraineur prochain.


Est-ce à dire que désigner un nouvel entraineur n’est pas une solution ?


 Ce n’est pas une solution. Je pense que le Cameroun doit faire preuve d’une certaine maturité pour avoir à la tête de l’équipe nationale un étranger. Le temps est venu également pour qu’une véritable politique d’expertise et de densification du football national soit mise sur pied. Si non, à quoi  sert une direction technique nationale.  La stratégie nationale de développement du football est certainement  technique. Mais, en même temps, elle regorge une dimension politique. Et, cette dimension politique ne peut être arrêtée que par des nationaux. En même temps, il faut que la direction technique nationale puisse être véritablement une direction technique nationale. C'est-à-dire, qu’elle puisse avoir en main, le processus de désignation du sélectionneur national et que l’on constitue un pool de compétence nationale. Quitte à mettre ce pool de compétence en concurrence avec des sélectionneurs étrangers.

 

Que faire pour sortir définitivement de ces problèmes que connait le football camerounais ?


Pour sortir de cette crise, il est important que nous ayons des acteurs de bonne foi d’abord entre les factions pour la lutte pour la gestion de la Fecafoot. Que l’Etat  assure seulement son rôle d’arbitre et que, en assurant seulement ce rôle d’arbitre, que l’ordre  publique soit respecté. Il est important que la fédération camerounaise de football respecte ses propres dispositions statutaires. La modernisation du football camerounais est à ce prix. Nulle part, on ne peut développer une activité si on ne respecte pas les règles qui en organisent le fonctionnement.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

 

Commenter cet article