Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Mutilation sexuelle: une jounée mondiale sans engouement

9 Février 2010, 10:03am

Publié par hervy

Le rideau est tombé sur la journée mondiale consacrée aux luttes contre les mutilations sexuelles chez les femmes le 07 février dernier, avec pour thème « le rôle des hommes et des femmes dans la pratique des mutilations génitales ». C’était au terme d’une rencontre évaluation sur ce fléau à la Briqueterie à Yaoundé, sous la conduite du ministre de la promotion de la femme et de la famille le (MINPROFF).

Malgré la pratique  de l’excision et d’autres pratiques s’y rapprochant qui touchent 20% de femmes au Cameroun, cette célébration est passée presque inaperçue.
 

Le manque de mesures de répression est préjudiciable aux camerounaises

Cela fait trente ans que le Cameroun milite en faveur des femmes pour l’éradication des mutilations génitales féminines (MGF), malgré les difficultés que lui opposent  les  opinions, les pratiques et les attitudes des populations à l’égard de ces mutilations. Des mutilations qui se manifestent de manière variable sur l’ensemble du continent africain : l’ablation du clitoris,  le repassage des seins chez la jeune fille et l’ablation des petites lèvres.

Un plan d’action a été adopté par le gouvernement camerounais en 1999. Le code pénal ainsi que la constitution plaident en faveur des droits de la femme et de l’enfant. Toutefois malgré ces dispositions, les pratiquants ne sont pas poursuivis en justice, et la sensibilisation avance à dent de scie.   

Près de 28 pays en Afrique sont touchés par la pratique de l’excision, malgré les conséquences mortelles de cette pratique sur la santé de reproduction féminine. Les femmes qui y sont exposées souffrent à la longue de complications durant les accouchements, de complexes dans leur sexualité,  et peuvent mourir d’hémorragie pour les plus malchanceuses lors de ces opérations généralement réalisées sans accompagnement sanitaire adéquat. Ces opérations qui sont  admises par certaines cultures, sont quoiqu’on dise inhumaines.

La journée mondiale contre les excisions féminines se fête dans le monde tout les six février et ce depuis trois ans. Elle est une préoccupation majeure pour de nombreuses associations européennes qui militent en faveur de son éradication.

 

Hervé Villard Njiélé/Aurelie Kouba S.

 

Commenter cet article