Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Prolongement du Boulevard de la république:les réactions

16 Décembre 2013, 20:56pm

Publié par Hervé Villard

Rencontré  à l'occasion des travaux du prolongement du boulevard de la république qui ont commencés avec le déguerpissement volontaire, certains populations de ce quartier se prononcent sur les travaux  engagés sur cette voie


Nicolas Mekontso  riverain 

« Cette route va aider tout le monde »

« Nous on est déjà partant. On ne peut rien faire pour l’instant, On ne peut pas empêcher à la route de passer puisque cela va aider tout le monde. Cette route va permettre de préparer l’avenir des enfants. Je suis dans ce quartier depuis plus de cinquante ans. Je suis arrivé ici exactement en 1960 quand tout cet endroit était un grand marécage. C’est nous qui avons remblayé tout cela et l’avons transformé comme ça.   Puisqu’on casse nos maisons pour faire passer la route c’est une bonne chose. C’est vrai que ça fait mal mais, il faut dire que, quand nous sommes bloqués dans les embouteillages, on n’est pas content du tout.  Je suis content pour ce projet et j’espère seulement qu’on va vite le réaliser. Du moins cette fois ci puisque, ça fait beaucoup, de temps qu’on annonce ces travaux.


 

Jean Bernard Voufo Nguekeng (Riverain 

« Nos biens  ont été sous évalués »

Nous les riverains situé sur le prolongement du boulevard de la république ne sommes pas contre les travaux ni contre le prolongement de se boulevard. Notre souci se situe au niveau des indemnisations accordé aux riverains que nous sommes.  Le montant des indemnisations qu’on nous a données sont nettement insignifiants par rapport aux investissements faits sur le terrain. Nos biens  ont été sous évalués et très sous évalués d’ailleurs puisque ça ne reflète rien. Ça ne peut pas nous permettre d’aller acheter un autre terrain et de la construire. C’est pourquoi nous sommes encore là comme vous le constatez. On ne peut vraiment pas investir avec cet argent là. Nous avons fait des requêtes au près de la communauté urbaine de Douala pour demander aux responsables, de réévaluer nos biens. Mais malheureusement, on n’a pas eu de suite favorable.  Le délégué du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala Fritz Ntone Ntone a fait comprendre que c’est le montant qui a été alloué à cette fin là qui a été redistribué et qu’on devait ce contenter de cela.

 

Kouémo Hélène (Ménagère à Bépanda)

« Je n’ai pas été indemnisée »

«Je sais que je suis sur le site du prolongement du boulevard de la république. J’ai habité içi pendant près de trente cinq ans avec ma petite famille. C’est ici en fait que, j’ai fait toute ma vie. Depuis que mon mari, suite à une maladie est devenu  inapte, je suis le véritable poumon de la famille. Le père ne travaille plus et du coup, toutes les charges retombent sur moi. La pension des enfants, l’alimentation leur santé et les autres besoins c’est moi qui les resoud. Maintenant que la communauté urbaine nous chasse ici, je ne sais plus où aller, je ne sais plus quoi faire. Car, on n’a pas d’argent. Si mes enfants n’était pas encore inscrits, je devais les amener au village. Maintenant, je suis dépassé par les évènements. Si on pouvait attendre que l’école finisse avant de me chasser, je n’aurai pas de souci. Mais seulement, compte tenu du fait que je n’ai pas été indemnisée, je ne sais comment faire. J’ai fait la requête avec les autres pour qu’on nous indemnise aussi mais, j’attends. Ma maison n’a pas de titre foncier parce que celui qui nous a vendu le terrain n’en avait pas également. Mais, ça fait plus de 35 ans que j’habite ici.

 

Propos recueillis par Hervé Villard Njiélé

 

 

Commenter cet article