Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Régulation de la circulation:Les conducteurs de moto-taxi contestent l’arrêté de Fritz Ntone Ntone

1 Mars 2012, 18:41pm

Publié par Hervé Villard

bend-skin_douala.jpg

 

Les conducteurs de moto-taxi  contestent l’arrêté de Fritz Ntone Ntone

 


Ces derniers ont manifesté leur ras-le-bol, par un défilé motorisé, qu’ils ont réalisé  dans la ville de Douala. C’était hier, aux environs de 9h.

 

Près de cinq jours après la signature de l’arrêté portant délimitation des zones de circulation des motocycles à exploitation commercial dans la ville de Douala, des éclats de voies se font déjà entendre. Des conducteurs de moto, plus connus sous l’appellation  de « benskinneurs », ont manifesté leur colère hier dans la capitale économique du Cameroun. Repartie par groupuscules,  ils ont effectué un défilé motorisé dans la majorité des artères de cette ville du pays. Cet acte, selon plusieurs d’entre eux, avait pour but de marquer leur désolidarisation par rapport à cet arrêté, signé conjointement par le préfet du Wouri Bernard Okalia Bilaï et le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala. Ils tenaient surtout, à manifester leur désaccord, par rapport cette loi qu’ils taxent de  suicidaire  pour eux.

Aux environs de 9 heures hier, ces derniers par groupuscules ont envahi la majorité des artères de la ville. Klaxonnant à tue tête, ils ont effectué un défilé motorisé. Dans  tous les grands carrefours de la ville, ils  s’arrêtaient  au préalable pour mobiliser et sensibiliser leurs collègues sur  la démarche à prendre. A «Mobil Bonakamouang »,  comme au « Rond point école publique Deido », où encore au « carrefour Ndokotti » où, ils se sont massés, ils ont été dispersés par les éléments du bataillon d’intervention rapide(Bir) mobilisé à cet effet.

Bien que dispersés, ceux-ci promettent de revenir d’une manière plus forte, le 12 mars 2012, jour du début d’application du fameux arrêté signé par Fritz Ntone Ntone et Okalia Bilaï. Plusieurs d’entre eux  d’ailleurs crient à un complot contre les conducteurs de moto et à une haine indescriptible à leur égard.

«Le délégué du gouvernement auprès de la communauté urbaine de Douala, dit qu’il ne veut pas nous voir dans certaines zones dans la ville. J’ai toute mes pièces. J’ai ma carte d’identité, j’ai  également mon permis de conduire de catégorie A, que j’ai obtenu à l’auto-école. J’ai  vendu ma seconde moto pour pouvoir faire cela. Il est inadmissible qu’aujourd’hui, on dise que, nous n’allons pas circuler  dans certains quartiers. » Déclare courroucé Rostand Zacboue, un conducteur de moto rencontré à Akwa.

Ce jeune débrouillard, qui ne comprend pas cette décision des autorités administratives de la ville de Douala, , il serait préférable de ne laisser  circuler que les conducteur de moto possédant des pièces exigibles. «Ce n’est pas normale que quelqu’un qui détient un  permis de conduire ne conduise pas. Les autorités doivent plutôt  nous amener à avoir nos papiers, au lieu de nous demander, de libérer carrément la ville tout d’un coup comme ça. C’est notre gagne pain. » Propose-t-il. 

Paul Mbah, un autre conducteur de moto rencontré à Ndokoti hier, est lui aussi  fâché. Pour lui, la décision est inacceptable. «On ne peut pas nous demander de faire des papiers et des pièces de moto, pour nous demander de quitter la ville après. Ca c’est se moquer des gens ça » Râle-t-il.

Pour celui qui demande aux autorités de la ville de Douala de revenir sur leur décision, le mouvement d’hier, n’était qu’une alerte. Et, la véritable action se fera le 12 mars 2012. «Tout ce qu’on a fait aujourd’hui, c’était pour demander au gars de se préparer pour le 12 mars. Ce jour là, on sort pour marcher et non  pas pour casser » déclare-t-il.

D’après le responsable du synamotac joint au téléphone hier, le mouvement d’humeur qu’il y a eu dans la ville de Douala hier  n’est pas l’initiative du syndicat des conducteurs de moto. Chief Ntonefor Nguimo, président national du syndicat national des motos taxis du Cameroun, appelle les conducteurs de mototaxi au calme. Il reproche du moins ,l’attitude du préfet du Wouri et celui du délégué du gouvernement au près de la communauté urbaine de Douala. «Je demande au conducteurs de mototaxi de ne pas s’opposer au gouvernement. Nous reprochons l’attitude du préfet du Wouri et du délégué du gouvernement qui impose une dictature au sein de la profession de mototaxi.  Le syndicat des conducteurs de mototaxi n’a jamais été associé à la prise d’une telle décision. Il n’a consulté personne. Depuis le matin je suis en discussion avec le ministre des Transports afin que une solution soit trouvée à ce problème  » déclare-t-il.

Il faut noter que, l’arrêté de fritz Ntone Ntone qui limite l’activité des « benskinneurs » de Douala  à quelques arrondissements seulement, est signé le 24 février 2012.

Et, selon cet arrêté, les conducteurs de moto sont interdits de circulation dans les zones de Bonapriso, Akwa, Bali, Koumassi, Deido, sur le pont du Wouri, à l’ancienne et nouvelle route de Bonassama pour ne citer que ceux-ci. L’article 6 de cet arrêté qui fait mention des sanctions précise que, tout contrevenant à ces règles, s’expose à la mise en fourrière de son véhicule dont les montants sont les suivants : 25000fcfa pour les frais d’enlèvement et une pénalité de 5000fcfa par jour et par moto.

 

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article