Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Remise de peine: Ngamo Hamani, paul Eric Kingue et Forjindam non partants

26 Février 2014, 13:03pm

Publié par Hervé Villard

Ngamo Hamani, paul Eric Kingue et Forjindam non partants

 

Selon  des informations, ces  prisonniers de l’opération  épervier ne pourront pas bénéficier des retombés du décret présidentiel signé le 18 février par Paul Biya et allégeant les peines de certains prisonniers.

 

 Le décret  N° 2014/058 du 18 février 2014 signé du président de la république,  portant  commutation et remise de peine en faveur de certains prisonniers  incarcérés  sur l’ensemble du triangle nationale   n’a pas fini de défrayer la chronique. Car, dans les milieux carcéraux  comme dans la rue, le débat sur les bénéficiaires de cette  décision est ouvert.  S’il est difficile au jour d’aujourd’hui de  dresser avec exactitude la liste des bénéficiaires, certains prisonniers  par contre sont d’ores et déjà  fixés sur leurs sors. Notamment  ceux qui ne pourront pas jouir de cette décision du président de la république Paul Biya.

Parmi ces prisonniers déclarés non partant dans cette course pour la réduction des peines, figurent Paul Eric Kingue, ancien maire de Njombé-Penja, Ngamo, condamné à 10ans d’emprisonnement ferme  par la cour d’appel du Littoral  pour une affaire de détournement de fond public à la mairie de Njombé penja. D’après  Me  Réné Manfo, qui assure la défense de ce digne fils du Moungo depuis plusieurs années déjà, son client n’est pas concerné par cette décision. «Il est dit en article1 de ce décret que les remises de peine sont accordées au prisonniers  définitivement condamnés à la date de signature de ce décret. Paul Eric Kingue dans aucun de ses procès n’a  encore été définitivement condamné. Pour le second procès au cours duquel il a été condamné à vie au tribunal  de Grande instance du Moungo, peine qui a été réduite à 10ans par la cour d’Appel du littoral, nous sommes à la cour suprême avec  cette affaire et Paul Eric Kingue a toujours clamer  son innocence et n’a jamais accepté les décisions rendues par la justice. Au jour d’aujourd’hui, aucune décisions  définitive n’a encore été rendu  à nos jours», rassure Me Réne Manfo.

A la suite de Paul Eric Kingue,  exempt de cette remise de peine, s’ajoutent également Paul Ngamo Hamani, ancien administrateur provisoire de la compagnie  aérienne la Camair,  condamné par le tribunal de Grande instance du Wouri à 20ans d’emprisonnement ferme  et donc le dossier est actuellement entre les mains des juges du Tribunal criminel Spécial (Tcs)  et Zacchaeus Mungwe  Forjindam, ancien Directeur général du Chantier naval et Industriel du Cameroun, condamné à vie par le tribunal de grande Instance du Wouri  pour détournement de denier public au chantier Naval et industriel du Cameroun.


 D’après Me Baombe, l’un des avocats de la défense de Forjindam, leur  client ne peut pas bénéficier de cette grâce. «En vérité, notre client n’est pas concerné. Car, n’est pas encore définitivement condamné » déclare-t-il au téléphone.  Argument partagé par Me Josette Kadji, avocat de Paul  Ngamo Hamani. D’après cette dernière, le procès de son client est encore pendant devant les tribunaux. Et il ne peut  donc bénéficier de cette grâce. A cette liste non exhaustive, peut pareillement s’ajouter le nom de Nguini Effa, ancien Dg de la Scdp condamné à 30 ans d’emprisonnement ferme  par le tribunal de Grande instance du Wouri  et de Gouan Jean Simon condamné à vie dans pour détournement de fond au  Chantier naval .


Le cas du Colonel Etonde Ekotto reste hypothétique.  Car, condamné pour détournement de denier public au Port autonome de Douala, «celui-ci peut  bénéficier de cette grâce », déclare son avocat Me Dieudonne Happi .  Considérant que la décision de la cour d’appel du littoral  condamnant son client à 15ans d’emprisonnement ferme, est une décision définitive, celui-ci peut bénéficier de cette grâce, malgré le fait qu’il s’est pourvu en cassation.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

  

 

Commenter cet article