10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 13:23
 
 
Les enseignants ne veulent pas perdre la moindre seconde, pendant ce trimestre très cours et déterminant pour l’année scolaire qui s’achève.
 
L’ambiance qui régnait au lycée d’Akwa hier, était une ambiance studieuse. Les élèves confortablement assis dans les différentes salles de classe, suivaient attentivement les leçons dispensées par des enseignants  présents. La cour de cet établissement d’enseignement secondaire était  quasiment déserte. Aucun élève ne flânait. Tous avaient regagné leur salle de classe. Dans les bureaux, les différents  responsables administratifs étaient également concentrés à signer et à ranger  les nombreux dossiers se trouvant sur leur bureau.  Ces  derniers sereins, étaient presque imperturbables. Tant ils étaient concentrés.

A observer  la sérénité qui régnait  dans l’enceinte de cet établissement, on n’avait du mal à imaginer que ces derniers revenaient tous des congés de pacques.
 C’est que, compte tenu du fait que le troisième trimestre est le trimestre le plus court et le plus déterminant dans les résultats de fin d’année, l’administration de l’établissement a instruit les enseignants de se mettre résolument au travail, pour boucler rapidement le programme. Et permettre aux élèves de préparer sereinement leurs différents examens. «Nous avons repris normalement les cours ce matin. Il n’ya pas de temps à perdre et il faut boucler le programme» explique un enseignant.

Au Lycée bilingue de Deido, l’ambiance est quasiment la même. Les enseignants et les élèves sont tous en classe. Selon Ephraîm Njoh Ndah , le censeur du second cycle,  l’heure est au dernier réglage. «On a rappelé aux élèves que le trimestre est très court et qu’il doivent travailler sans relâche. On a aussi rappelé aux enseignants qu’ils doivent mettre un accent sur la révision, qu’ils doivent être toujours présents et surtout qu’ils doivent déposer leur épreuves de composition avant le 15 mai 2012. » Déclare –t-il.

Pour celui qui affirme que ces élèves n’ont pas eu de congé de pacques, à cause des  cours de vacance qui  ont été  organisés, pour  permettre aux enseignants de boucler le programme de l’année, les élèves des classes d’examen feront cours jusqu’au 28 mai.
Au sujet de la rumeur faisant état de ce que  les enseignants vacataires de cet établissement cesseront d’enseigner par faute de moyen financier, le censeur crie au sabotage.  « Il n ya pas d’inquiétude à ce niveau «  rassure-t-il. « le lycée bilingue de Deido a assez de moyen pour gérer  ses enseignants vacataires. Il n y aura pas de boycott ni même de démission des vacataires » poursuit-il avec assurance. « Les cours se dérouleront normalement jusqu’à la fin d’année. » ajoute-t-il.

En classe de 3ème Espagnole de cet établissement, les élèves suivent attentivement le cours de physique dispensé par Patrice Teguia. Celui-ci parachève le chapitre portant sur le circuit électrique de la maison débuté au second trimestre. En classe de TleAE,  c’est  plutôt  la correction de l’épreuve de langue  française qui est faite. Madame Marie Esther Ngouen  l’enseignante présente en ce premier jour de la rentrée, donne à ses élèves le corrigé de cette épreuve faite au second trimestre. 

Au collège Alfred Saker et au collège Libermann, les cours ont également repris  et pratiquement sur le même tempo.  Élèves,  enseignants et membre de l’administration du collège sont présents. Les cours se déroulent comme s’il  n y avait pas eu d’interruption. «Nous avons composé les épreuves de 5ème séquence du 19 au 23 mars 2012. Maintenant, les enseignants procèdent aux corrections et à la remise des copies » déclare  Esther Dorcace Njoh Eteki, le vice principal n°2 et censeur du premier  cycle.

Selon celle qui peaufine la préparation de la réunion qui se déroule ce jour, et qui permettra de cerner les activités du troisième trimestre, les communications à l’endroit des élèves  se feront successivement mercredi et jeudi. Pour maximiser les chances de réussite aux examens officielles de fin d’année, le vice principal affirme que les cours de remise à niveau qui se déroulent dans son établissement tous les samedis continus. «Ce trimestre est pratiquement cours. Il n y a effectivement que trois semaines de cours dont nous faisons tout pour mettre les chances de notre coté » déclare-t-elle.

Comme dans ces établissements de la ville de Douala, l’ambiance dans les écoles primaires et secondaires de la capitale économique du Cameroun était la même. Les cours ont repris sur des chapeaux de roue.
 
Hervé Villard Njiélé
 
 

Partager cet article

Published by Hervé Villard - dans Société
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog