Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Rue de la joie de Deido:quand la joie cède le pas à la tristesse

18 Janvier 2012, 12:57pm

Publié par Hervé Villard

deido.jpg


Ce quartier Douala bruyant  et très couru  la nuit n’est plus que l’ombre de lui-même. L’ambiance et les animations diverses ont foutu le camp.


Deido samedi 14 janvier 2012. Il est 22h.  A la rue de la joie de Deido, c’est un calme  totale qui règne.  La majorité des bars et des night clubs ont fermés les portes. Quelques  bars encore seulement  sont ouverts.  Devant  Elisée Night club, un carrefour très fréquenté, l’ambiance bruyante qu’elle connaissait par le passé a disparu.  En lieu et place des sonorités musicales y existante, c’est un calme qui s’observe. A cet endroit toujours bondé de monde, juste une poignée de personnes sont présentes. Ces derniers pour la plus part, attendent un taxi pour rentrer chez eux.  Plus loin, et plus particulièrement  au carrefour  Total Bonatéki un autre point chaud, quelques personnes boivent à l’extérieur d’un bar fermé. La musique qui d’après le gérant du bar résonnait  il y a quelques heures vient d’être a été arrêtée car, le bar va fermer. Dans un autre bar situé tout près le gérant refuse de servir encore de la bière aux clients  qui en demandent encore. «Sortez je ne veux que la police m’arrête je ne sers plus » clament la gérante exacerbée par la demande des clients.  Dans les autres débits de boisson qui avaient ouvert leur porte, l’ambiance est la même, tous ont fermé les portes et n’attendent que les derniers clients pour récupérer les bouteilles. Ces derniers ne sont d’ailleurs pas nombreux. Et peuvent se compter au des doigts d’une main.
Selon une gérante, «ce sont mes voisins qui sont venus  se détendre un peu »  affirme t-elle. L’air est glacial qu’il y a dans ce lieu traduit à suffisance le climat qui règne dans ce quartier de capitale économique du Cameroun plus trop couru par les habitants de Douala.
C’est que,  depuis les émeutes qui se sont déroulées en ce lieu, émeutes qui ont entraîné l’assassinat de deux conducteurs de moto-taxi et la destructions de plusieurs biens parmi lesquels des maisons des motos, des voitures et des bars et restaurants, les autorités de la ville de Douala ont exigé par crainte de représailles que les débits de boisson et autres maison de commerce soient fermés à partir de 21h 30 minutes.
  Pour donc s’assurer que ces mesures soient respectées, plusieurs véhicules de police font la patrouille dans les différentes rues de ce quartier pour attrapés et punir les commerçants véreux et délinquants.  «Quand la police te surprend après ses heures là, il faut négocier au moins 10.000 francs pour qu’on te relâche et ce n’est même pas évident. Parce que si on t’amène voir le préfet, ton cas sera grave. On risque même de fermer ton bar. C’est pourquoi passé  cette heure là on ferme le bar et on met tous les clients dehors » affirme Hélène une gérante. D’après cette  dernière qui reconnaît que le Rue de la joie a perdu «de sa joie et de sa vie »,  il est difficile de mener une activité en ces lieux ces jours-ci. «Les clients ne viennent plus ici.  Les samedi on tournait jusqu’au matin. Vous constatez vous-même que le bar est vide. Et Il n’ y a  même personne à l’extérieur. » Déclare t-elle. Il faut que l’arrêté du préfet soit annulé » poursuit-elle.  Argument partagé par Irma vendeur de viande braisé à la rue de la joie. «les samedis, je faisais, toujours une bonne recette  mais depuis  les émeutes tout le monde fuit Deido. Le marché a baissé et on ne vend plus rien » se plaint-il. Avant de prier qu’il  faut que le calme revienne pour  que les activités reprennent leur cours.

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article
(
<br /> Mon Blog(fermaton.over-blog.com),No-11. -THÉORÈME DE LA JOIE. - L'EXCLAMATION !!<br />
Répondre
H
<br /> <br /> ok enregistre<br /> <br /> <br /> <br />