Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Sécurité en Afrique Centrale: Deux documents sur le code de conduite militaire et l'utilisation des armes adoptés.

17 Juillet 2011, 18:49pm

Publié par Hervé Villard


 


 afrique-centrale.jpg

Cela s’est fait durant la 12ème session de la commission de défense et de sécurité du Copax qui s’est tenue à Douala du 12 au 16 juillet 2011.

 

 

La 12è commission du Conseil de paix et sécurité de l’Afrique centrale (COPAX) qui  s’est tenue  du 12 au 16juillet 2011 dans la métropole économique du Cameroun, Douala  s’est achevée par l’adoption de deux documents importants qui aideront à réduire la violence et à assurer  d’avantage la paix et la sécurité dans les Etats de la région Afrique centrale. S’agissant des documents susmentionnés, il s’agit de la convention de Kinshasa pour le premier et le code de conduite des forces armées et police pour le second.

 Le premier à savoir la convention de Kinshasa ou encore, la convention de l’Afrique centrale pour le contrôle des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions et de toutes pièces et composantes pouvant servir à leur fabrication, réparation et assemblage vient combler un vide qui faisait de l’Afrique centrale l’une des rares sous-régions d’Afrique à ne pas disposer d’un instrument juridiquement contraignant sur le contrôle des armes légères.

 

Selon cette convention,  la détention et d'armes légères est interdite aux civils et est soumise à une autorisation délivrée par les autorités. La fabrication d'armes légères et de petit calibre est autorisée, mais soumise à un contrôle. Les armes doivent être marquées. Le courtage et les courtiers sont réglementés au niveau national.

 

 Cette loi prévoit un mécanisme de traçage et les Etats doivent limiter les points d'entrée des armes sur leur territoire national. Pour renforcer la confiance et le contrôle, des bases de données nationales doivent être établies et permettre l'échange d'information. Une base de données sous-régionale est également prévue.

 S’agissant de la deuxième loi, elle porte sur le code de conduite des forces armées et police. Elle permet  aux forces de l’ordre  des différents pays d’adopter des comportements dignes des forces de l’ordre  et de régulariser les rapports entre elles. Ce code permet pareillement d’harmoniser les rapports entre les forces de l’ordre et les populations.  D’après les déclarations du représentant des Nations unis,  le document  qui est déjà adopté par les conseils des ministres des pays de la sous région, permettra aux soldats  de bien comprendre son devoir au près de son pays et au près de la population.


 Durant cette rencontre stratégique pour le maintient de la paix dans la sous région, le programme provisoire de ces assises prévoyait l’évaluation, à mi-parcours, de la mise en œuvre de la Mission de consolidation de la paix en République centrafricaine (MICROPAX I) ainsi que l’état d’avancement de la sécurisation du Golfe de Guinée, en proie à des attaques audacieuses de pirates

Ces travaux ont été bouclés vendredi 17 juillet 2011 par  la signature et l’adoption des deux documents susmentionnés qui ont été remises aux président en exercice de la commission de sécurité et de sécurité de la Ceeac par le représentant de l’Onu. Ceci  en présence de Edgar Alain Mebe Ngo’o le ministre camerounais de la défense. Celui-ci a d’ailleurs félicité les membres de la commission de sécurité pour le travail abattu avant de les encourager d’aller de l’avant.  « Je sui convaincu que les résultats de vos études ont données lieux à l’élaboration des recommandations pertinentes que nous allons transformer en haute décisions à soumettre  l’appréciation des chefs d’Etats. La construction de la paix et de la sécurité est une œuvre exaltante et  de longue haleine qui requiert d’importants moyens. La sécurité n’ayant pas de prix, aucun sacrifice ne sera de trop pour atteindre les objectifs que nous nous seront fixés ». Etaient également présents à cette clôture, des experts regroupant des chefs d’états-majors généraux, des commandants en chef ou directeurs généraux de polices nationales, des directeurs en charge de la coopération régionale des ministères des Affaires étrangères des Etats membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).


Le COPAX a été créé au terme de la conférence au sommet du Conseil consultatif des Nations unies sur les questions de sécurité en Afrique centrale, tenue à Yaoundé les 25 et 26 février 1999. Sa mission générale est de prévenir, de gérer et de régler les conflits en procédant, en tant que de besoin, au déploiement de missions civiles et militaires d'observation destinées à maintenir ou à rétablir la paix au sein de la CEEAC.

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Commenter cet article