Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Spectacle: Bousculade au concert de Charlotte Dipanda

5 Mars 2012, 12:52pm

Publié par Hervé Villard

Spectacle


 Bousculade au concert de Charlotte Dipanda

 

 

 

Nombreux des fans de cette coqueluche de la musique camerounaise, se sont fait bousculer pendant le concert, que cette dernière donnait à Douala Bercy le 1er mars 2012.  

 

 charlotte--1.jpg

C’est une marée humaine qui s’observait à l’entrée de Douala Bercy, le 1er mars 2012 aux environs de 20h. Hommes femmes, tous venus des horizons divers tenaient absolument à vivre en direct ce concert dont les billets d’entrée on été vendus à l’avance. Malgré la pluie qui s’est abattue sur la ville de Douala ce soir là, ils ne se sont pas découragés.  Le sourire aux lèvres, mains dans la main pour les uns, ils comptaient s’évader  en écoutant chanter la nouvelle starlette de la musique camerounaise, Charlotte Dipanda. 

 Mais, Mal leur en a pris. Dès l’approche de Douala Bercy où se déroulait le spectacle,  C’est un spectacle désolant qui s’offre à eux. Une foule de personnes qui attendent d’entrer leur barrent la voie. A l’entrée de la salle, les nombreux amoureux et les fans de charlotte D. se font marcher dessus. Bref, une bousculade indescriptible s’y déroule.  Pour entrer dans la salle, il faut braver une rude épreuve de force avec les éléments de Maitre Zoé expert en Karaté pour entrer. Les invités de marque, les Vip, (véritable importants personnality), les important personnality (Ip) et les autres classes  se confondent dans cette mêlée. On ne sait plus qui est qui, et qui faisait quoi. Tous se bousculent pour avoir une place à l’intérieur. Même les hommes de médias, qui ont souvent un traitement spécial pendant la couverture  de tels évènements ne sont pas épargnés. Il a fallu à ces derniers de faire usage de leur muscle pour braver l’épais cordon de sécurité érigé à l’entrée. « Laisser passer les  médias. Laisser les journalistes entrer » Criaient-ils de temps à autre pour se frayer  un passage dans la foule de fans présents. Et qui se faisait nombreux, au fur et à mesure que le temps passait.  Fâchés du spectacle barbare qui se déroulait à l’entrée de la salle de spectacle, Beaucoup de fans ont maudit l’organisateur de l’évènement. «Quand il vendait les billets, il ne savait pas qu’on devait être nombreux ? Ils s’est mal organisé c’est pourquoi les gens se font marcher dessus. Regardez mon habits, c’est tout froissé » expliquait un des fans très fâché.

Magnifique spectacle


Malgré ce heurt qui a entaché l’évènement, la colère de tous les fans de Chalotte Dipanda, se transformait  subitement  en allégresse, en joie et surtout en un bonheur incommensurable dès que ceux-ci franchissaient le seuil de la porte d’entrée de la salle de spectacle.  A la seule vue de la vidéo de l’artiste sur l’écran géant, ces dernier criaient à n’en point finir. Aux environs de 21h quand Ferdinand Nana Payong monte au créneau et demande au public impatient, de patienter un tout petit  peu, le temps que ceux qui sont encore à l’extérieur regagnent la salle, le public boude. Mais, se console avec la vidéo de l’artiste diffusée sur écran géant.
A 21h 20,  quand Charlotte Dipanda fait son apparition sur la scène, l’euphorie est totale. Toute la salle est débout. C’est un tonnerre d’applaudissement qui l’accueille. Dans une robe de soirée de couleur bordeaux qui permet d’apprécier sa beauté physique et qui remet au gout du jour son charme, l’artiste d’une voix angélique, a su bercer son public tout au long de la soirée.  Faisant appel de temps à autres à ses coups de reins magiques et une gestuelle qu’elle seule connait le secret, Charlotte mettait toute la salle en émoi. Des bissez part ci, des je t’aime par là, elle  a pour tout dire affolé toute la salle.   Personne ne résistait sur  son siège pour longtemps.  Les fans se levaient au fur et à mesure  pour soit faire une photo l’artiste  ou, pour chanter et danser avec l’artiste sur scène.  Les flashes de appareils photos n’en finissaient pas de crépiter. Les titres Bwel, Eyaya, ndanda,Ndutu Ndema, Longue, Coucou, et d’autres  chantés par la nouvelle coqueluche de la musique camerounaise et africaine, a fait le plaisir de ceux qui ont le déplacement. Tellement émue et satisfaite par  la qualité de la musique de Charlotte D, Eveline Ngonla Bidjeck, Journaliste à la Crtv Littoral lui a remis un bouquet de fleur. A l’image cette mélomane, beaucoup d’autres fans sont passés encouragés l’artiste soit en « farotant » soit en la couvrant de baisées. A la fin du concert l’un des responsables de Douala Bercy a remis à l’artiste un portrait de lui-même réalisé par un peintre de la place. Charlotte Dipanda,  très content de l’accueil qui lui a été réservé, n’a pas manqué de remercier le public qui ne cesse de la soutenir. A travers le titre Longue qu’elle a interprété, elle a également rendu hommage à Jeannot Heinz, son parrain décédé. «Je rends hommage à Jeannot Heinz.  C’est lui qui m’a révèle au public en 2000 alors que je faisais encore mes débuts. «Je lui suis infiniment reconnaissant» a déclaré l’artiste toute émue. 

 charlotte-2-copie-1.jpg
 Avec à la guitare bass , Michel Bass, Mon ange au Clavier, Julien  à la guitare et Simon à la batterie,  Charlotte a permis au public de passer des moments « merveilleux, inoubliables ».  « C’était bien, c’était chaleureux, c’était enthousiaste, il faudra qu’elle revienne la prochaine fois. Il n’y a pas eu trop de couacs. Et, c’est rare que  des concerts se déroulent dans de très belles conditions » affirme Cathy Moudjo une mélomane satisfaite du spectacle.


Les débuts au Cameroun


 Charlotte décide très tôt que la musique sera au centre de sa vie et c’est sans hésitation qu’à l’âge de 15 ans elle alterne école le jour et concert au cabaret le soir. « La musique c’est une passion et c’est une petite voix intérieure qui m’a poussé à percer »

 
Lors de la fête de la musique à Douala en 2000, la capitale économique du Cameroun, elle rencontre plusieurs groupes et notamment des jeunes rappeurs à la recherche d’une chanteuse. Avec eux, elle participe au Concours musique de Douala organisé par les brasseries du Cameroun. Le groupe gagne et lui permet de débuter dans les cabarets de la ville.
S’en suit sa rencontre avec Jeannot Hens, ami des rappeurs, avec qui elle enregistre son premier album. Celui-ci sort en 2001 sobrement appelé Jeannot Hens et Charlotte Dipanda. Le succès est immédiat et la révèle au public camerounais qui depuis ne l’oubliera plus. Pourtant, Charlotte ne se laisse pas griser puisque entre-temps elle a rencontré le chanteur congolais Lokua Kenza qui l’a choisi comme choriste pour participer à ses deux concerts prévus à Yaoundé et à Douala. Forte de cette nouvelle expérience, la chanteuse se laisse convaincre par son nouveau mentor de partir tenter l’aventure en France.


Le défi parisien


L’album tout juste sorti, Charlotte, à peine âgée de 16 ans, s’installe à Paris où elle s’inscrit à l’école de musique. Lokua Kenza la recommande à Papa Wemba, pour qui il réalise et produit l’album, Charlotte devient sa choriste et enregistre même un duo avec lui. Dès lors, Charlotte prend contact avec des gens du milieu. « C’est un vrai apprentissage où je n’ai pas le temps de me poser de question ! » Tout va très vite, tour à tour choriste de Manu Dibango puis de Rokia Traoré, Charlotte Dipanda intègre la Chorale Gospel pour 100 voix, « je suis très croyante et cette chorale de gospel représentait vraiment pour moi quelque chose de magique.»

Pourtant Charlotte veut chanter seule et assumer ce qu’elle dit, «même si pendant longtemps accompagner les plus grands était mon seul objectif, à présent je veux défendre mes idées et ne plus me cacher derrière quelqu’un». La famille, l’amour et la vie sont les thèmes de prédilections de son premier album solo Mispa sorti le 25 mai 2009 dans les bacs.charlotte-dipanda1.jpg
La chanteuse revient également sur son concert à la Cigale le 14 mai 2009 où elle a fait la première partie d’Ana Moura, grande chanteuse portugaise de fado. Charlotte est lucide sur son parcours béni de Dieu comme elle aime à le dire. «J’ai la chance de pouvoir choisir les gens avec qui je veux travailler, je connais leur touche personnelle et je sais que tel musicien m’apportera telle couleur, ça m’est égal qu’il soit connu ou très talentueux, ce qui m’importe c’est le feeling que j’ai avec lui. »


Aujourd’hui, même si elle remplit le palais des Congrès de Yaoundé et est considérée comme une véritable star dans son pays, elle garde les pieds sur terre et attend les réactions du public français. Charlotte a soif de connaissances, elle se considère elle-même «comme une chanteuse d’origine camerounaise mais avant tout du monde ». Avec une curiosité culturelle insatiable, elle projette déjà de peut-être partir en Angleterre. Charlotte Dipanda est donc quelqu’un de simple, talentueux et très décidée qui on l’espère va faire beaucoup parler d’elle.


Le concert grandeur nature qu’elle a donné à Douala et Yaoundé le 1er et le 3 mars  ont permis de découvrir d’avantage, l’immense talent que regorge cette nouvelle voie  de la musique camerounaise. Avec son nouvel album Dube L’Am déjà très prisé par le public, la chanteuse d’origine camerounaise continue de multiplié des fans à son passage.

 

Hervé Villard Njiélé

Commenter cet article
T
Jeune moundang
Répondre