Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Une dame obtient son Certificat d’Etude Primaire à 62 ans

1 Septembre 2010, 21:09pm

Publié par hervy

 
Elle a été la star le jeudi 29 juillet 2010 au Cercle municipal de Douala. Marie Ekidi Eyidi a été élevée au titre de diplômée du cinquantenaire. Cette distinction lui a été décernée par le ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille et remis par Elong Emilienne, la déléguée régionale dudit ministère. C’était à l’occasion du lancement officiel des activités de la journée de la femme africaine à Douala. Pour Elong Emilienne, Marie Ekidi Eyidi est un exemple à suivre, un spécimen du courage. L’heureuse élue n’a eu des mots que pour remercier Dieu. « Merci mon Dieu. J’ai travaillé et j’ai réussi à mon Certificat d’étude primaire (C.E.P, Ndlr) », s’est-elle exclamée. Il y a environ deux mois Marie Ekidi Eyidi s’est présentée à l’examen national de C.E.P, session de 2010.

Elle est alors âgée de 62 ans. « Mes petits enfants se moquaient de moi parce que je ne connaissais par parler français. J’ai donc décidé de me mettre au travail afin d’apprendre à mieux m’exprimer en français et obtenir au moins un diplôme » justifie-t-elle. Elle passe donc les épreuves écrites de cet examen à l’école primaire « Les Dauphines » sis au quartier Ndog-bong à Douala. Avec succès. Comme l’indique le bordereau de réussites affiché au centre d’examen de Ndog-Bong depuis près de deux semaines.

Ses encadreurs, amis et autres admirateurs saluent son courage. « Nous sommes très heureuses pour maman Marie. Elle a fait preuve de beaucoup de courage. Elle mérite des encouragements. Qu’elle reçoive nos félicitations. Elle sera un modèle pour nos enfants » félicite Evelyne Dipita, une admiratrice. Dans ce centre d’examen, cinquante (50) candidats se sont présentés au Certificat d’Etude Primaire. Au final, quarante- neuf (49) ont été admis. Quand à Ekidi Eyidi, la nouvelle diplômée de 62 ans, elle n’a pas encore dit si elle entend continuer ses études.
 
 
Franck William Batchou 
Commenter cet article