Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Interview: Polycarpe essomba; Nous allons nous élever aux standarts inernationaux.

17 Novembre 2011, 18:32pm

Publié par Hervé Villard

Polycarpe Essomba
 
« Nous allons nous éléver aux standarts internationaux»
 
Rencontré après la cérémonie de présentation de la nouvelle grille des programmes de la télévision équinoxe à l’hôtel Akwa palace le 10 novembre 2011, Polycarpe Essomba, le rédacteur en chef d’Equinoxe Tv donne ici des précisions sur   cette grille de programmes.
 
Pourquoi  avoir attendu  ce moment pour lancer la nouvelle grille des programmes que vous  avez présentés au public ?
 
C’est juste que il en ait de l’audiovisuel  comme des équipes de football ou des sportifs. Nous fonctionnons par saisons. Quand une saison est bouclée, quand on ouvre une saison on la referme. Et le lancement d’une nouvelle grille des programmes correspond à l’ouverture d’une nouvelle saison. On aurait dû faire cette cérémonie il y a un mois mais l’actualité de la présidentielle nous a contraint à repousser un peu cet évènement qui consacre aujourd’hui le lancement  réel et effectif des programmes de la chaîne de télévision Equinoxe.  
Ce que vous ne savez c’est que depuis le temps, depuis environ cinq ans que équinoxe tv existe on n’avait pas encore procédé au lancement d’une grille de programmes de manière solennelle. La chaîne existait certes, on a eu des émissions qui étaient en diffusion. Mais, nous considérions que nous étions encore dans une phase de rodage rodages des process, de rodage de la mécanique, de rodage des formules. Et nous croyons avoir trouvé non seulement le bon rythme mais aussi la bonne formule pour avoir la prétention de revendiquer une posture aujourd’hui. Vous vous  êtes rendus compte lors de la présentation qu’il y a des émissions qu’on a conservées, d’autres ont connu des améliorations mais sont maintenues. Des émissions changent dans leurs contenus et dans leurs habillages. Tous les plateaux sont nouveaux de 6h à 6h tous les habillages seront nouveaux. La charte graphique doit changer, les génériques vont changer, les présentateurs vont muter pour le cas de certaines émissions. Nous avons recruté certains talents qui vont venir s’ajouter à ceux que nous avions déjà. Cette nouvelle grille n’est pas nouvelle au sens propre du terme parce qu’elle contient des émissions que nous avions déjà mais, qui ont été améliorées et  des nouvelles émissions qui viennent d’être créées pour satisfaire aux besoins des auditeurs.  Voilà le dosage de la nouvelle grille des programmes que nous lançons à partir de lundi.
 
Est-ce que le lancement de cette grille signifie une nouvelle orientation pour Equinoxe télévision ?
 
Pas fondamentalement. Notre ancrage et notre ligne éditorial ne change pas. Equinoxe télévision s’est distinguée dans le paysage audiovisuel camerounais par son partie pris accordé à l’information.
Notre antenne est à 60% meublée par les programmes d’information. Ce positionnement, nous allons le conforter, le densifier et l’amplifier autant par les programmes d’informations, les éditions et les magazines du type « Droit de réponse », « La vérité en face » et plein d’autres qu’on va créer. Nous allons élargir la palette notamment sur le pendant divertissement dont on nous fait le reproche d’être abandonné chez nous. Il y a des programmes de divertissement qui vont intégrer la grille surtout le weekend pour apporter une palette plus large à tous les types  publics autant à ceux qui sont férues de l’information que ceux qui sont férues de divertissement. Un accent est mis sur les feuilletons qu’affectionnent surtout les femmes. Il y aura la production des sitcoms en internes surtout avec des thématiques précises. Le souci est surtout au niveau de la qualité et surtout de l’élévation au niveau des standards internationaux. Comme vous le savez, nous sommes reçu dans tous les continents et sommes captés dans une centaine de pays. Nous ne pouvons pas prendre le risque de faire une télévision pour le Cameroun uniquement. Nous allons essayer de nous élever au mieux au niveau des standards internationaux.
 
Recueillis par Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Concurrence médiatique:Une nouvelle grille des programmes à Equinoxe Tv

17 Novembre 2011, 18:24pm

Publié par Hervé Villard

equinoxe Tv
 
 Des nouvelles émissions à Equinoxe Télévision
 
 Elles ont été officiellement  présentées au public  lors de la cérémonie solennelle de présentation de la  grille des programmes  qui a eu lieu à Douala, le jeudi 10 novembre dernier à l’hôtel Akwa palace.
 
 A partir de lundi 14 novembre 2011, les téléspectateurs d’Equinoxe télévision découvriront sur leur petit écran de nouvelles émissions, de nouveaux programmes et de nouveaux présentateurs.  
Parmi les nouvelles émissions « spécialement conçus pour répondre aux  exigences de ses nombreux téléspectateurs » comme l’a affirmé Éric Fernand Kouamo  rédacteur en chef et chargé des programmes dans cette chaîne de télévision basée à Douala, on distingue : 100% foot présenté par Jean Paul Choun Nyat diffusé tous les lundis de 21h à 23h,  « Youth Inside », une émission des jeunes diffusée tous les dimanches de de 7h à 9h et présenté par le duo bilingue Tomy Tamo et Eva Codoska. « Ils font le Cameroun » un autre programme présenté par  Polycarpe Essomba diffusé tous les mercredis  de 21h à 23h, et « Dimanche avec vous », programme de divertissement  retransmis tous les dimanches de 13h30 à 15h30,  viennent fermer la queue des émissions nouvellement créées à Equinoxe Télévision.
A ces émissions, il faut associer les anciennes.  Telles Cadence matinal qui a un nouveau présentateur en la personne de Martial Fanga,  Disons-tout, Fashion Tv, Equimag, Pidgin news, Droit de réponse,  La vérité en face et les autres. Sans bien sûr oublier  les téléfilms et de nombreuses sitcoms éducatives et constructives tirés des réalités sociales camerounaises qui viendront étoffer la grille des programmes.
 Selon  Eric  Fernand Kouamo,  rédacteur en chef chargé des programmes dans ce médias « la nouvelle grille des programmes met en valeur la rencontre entre le public et le programme. Les rénovations et les innovations se situent au niveau du fond et de la forme. Cette grille est le reflet de la société camerounaise et prend en compte tout le monde. Les enfants, les jeunes, les intellos, les bayam-sellam. Bref toutes les couches sociales sont prises en compte.» Précise-t-il.
A l’ouverture  de la cérémonie de présentation de la nouvelle grille des programmes d’équinoxe Tv qui a eu lieu dans les jardins de l’hôtel Akwa Palace le jeudi 10novembre 2011 dernier, Polycarpe Essomba, le rédacteur en chef d’Equinoxe télévision a apporté certaines précisions.« La grille des programmes que nous vous présentons aujourd’hui, est la toute première du genre à équinoxe télévision. Nous considérions que nous étions encore dans une phase de rodage rodages. Et nous croyons avoir trouvé non seulement le bon rythme mais aussi la bonne formule pour avoir la prétention de revendiquer une posture aujourd’hui»  A-t-il déclaré.
Personnalités
La cérémonie s’est déroulée devant un parterre de personnalités importantes parmi lesquels, le directeur général de Biopharma, le sieur Nana, le directeur général de Pmuc Jean Yves  Casamarta, le directeur général de Socaver M. kamgna, le directeur général de la communication de orange Cameroun Samuel Ngondi, M. Kemayou, le députe Abel Calvin Njocke , Hervé Emmanuel Kom, Michelle Ebongue, la délégué régionale de la communication pour le littoral, Njackson Njike, le directeur général de canal-sat Cameroun pour ne citer que ceux-ci .
 
Pendant cet instant mémorable   au cours duquel l’une des pages de l’histoire de la télévision équinoxe a été écrite, Severin Tchounkeu, le promoteur de cette chaine de télévision privée a saisi l’occasion pour remercier  le public du  soutien accordé à sa télé et présenté  les ambitions de cette  télé. «Je suis heureux  de vous accueillir ce soir pour la rentrée des programme d’équinoxe télévision. Depuis 2005 vous êtes nombreux à faire confiance à Equinoxe télévision, merci pour tout. Aujourd’hui nous posons le défi de l’appropriation et de l’information par les africains parce que jusqu’à ce jour, c’est le monde qui nous inonde de ses informations sans qu’on ait le regard africain. Nous faisons le pari de donner le regard africain à partir du Cameroun.» A-t-il déclaré.
Il a par ailleurs précisé dans ces propos que équinoxe télévision est assis sur trois satellites  à savoir ; Astra, 4 Globe cast, W3, et WB intelsat. Et que  la télé émet dans 58 pays au monde.
Aménagement technique
Parlant des dispositions prises pour le bon déroulement des programmes, des aménagements ont été faites.  Des plateaux ont été rénovés des équipements techniques aussi. «L’équipement mis sur pied est nouveau. Nous pouvons du direct dans tous les coins du pays. Bref des matériel du direct ont été acquis » précise Ephraïm Ymélé le chef service technique à Equinoxe tv. Selon  fabien Ndoumou et  Dallas Tchana tous cameraman, des caméras de haute performance ont été acquises. «Avec ces appareils, c’est un équinoxe New-look qu’on aura » affirment-ils.
Au chapitre des rénovations, le banc de montage, n’est pas en reste. Celui-ci a été entièrement renouvelé. «On est passé  d’une régie analogique à une régie numérique» affirme Bertrand Loka. « Des nouveaux appareils ont été acquis à la régie. Avec ça, on aura une bonne sinon parfaite qualité vidéo et  l’amélioration de la qualité sonore » ajoute-t-il.
M.Elimbi présent à cette cérémonie n’a pas manqué de couvrir d’éloge cette télévision qu’il qualifie «de montante» «Je voudrais dire beaucoup de bien de la soirée à laquelle je viens d’assister.  La soirée était très agréable. En ce qui concerne la nouvelle grille de programme, on connait le grand professionnalisme d’équinoxe tv. Voilà une nouvelle preuve. Aujourd’hui j’ai été séduit par la jeunesse de l’équipe  qui entre dans cette grille-là. Et j’ai espoir que ce sera  avec dynamisme. Et en tant que annonceur, nous ne pouvons qu’accompagner cette nouvelle grille là » a-t-il affirmé.  
Ainsi déployé la nouvelle grille d’équinoxe Tv déroulé n’attends que d’être réalisée. Les millions de téléspectateurs déjà sur leur soif sont déjà impatients de vivre ces changements. Le rendez-vous a été  pris pour lundi 14 novembre prochain  jour où ce programme entre en cours.
 
Hervé Villard Njiélé
 
 
 

 

Voir les commentaires

Medias:Les journalistes camerounais croupissent dans la misère

17 Novembre 2011, 18:23pm

Publié par Hervé Villard

Medias
 
Les journalistes camerounais  croupissent dans la misère
 
Le tableau noir de cette profession a été peint lors d’un atelier organisé par le syndicat national des journalistes du Cameroun. C’était à l’hôtel Somatel de Douala  le 4 novembre 2011
 
Les journalistes camerounais vivent mal et très mal d’ailleurs. Ces derniers se surpassent au quotidien pour accomplir la tâche  d’informer le public qui est la leur.  Ils  travaillent dans des conditions difficiles, vivent mal, logent mal se soignent mal. Bref ils sont pour la plupart des charges pour leurs familles.
C’est   du moins ce qui se dégage du séminaire de restitution des résultats d’enquête réalisée par le cabinet Rs Studies and Surveys  commandée  par  le syndicat national des journalistes du Cameroun (Snjc).  
 
La restitution des résultats de cette enquête a eu lieu le vendredi 4 novembre 2011 en présence du délégué régional de la communication pour le littoral, Michelle Ebongue, de Lanre Ogundipe  journaliste, directeur de publication  de The Premium Newspaper basé aux Nigéria et  de nombreux journalistes camerounais  de la ville de Douala et d’autres villes  du pays.
Selon les résultats de cette enquête qui portait sur les conditions sociales des journalistes au Cameroun, le revenu mensuel moyen d’un journaliste camerounais se chiffre à 176.865franc tandis que  le  salaire mensuel moyen de celui-ci est de  101.225franc CFA. L’enquête révèle pareillement que 46% des journalistes travaillent sans contrat de travail et 75% d’entre eux n’ont ni droit aux allocations familiales ni aux indemnités de logements ni à la pension vieillesse. Ceux –ci ne bénéficient non plus  des congés payés et des primes  d’invalidité et décès. Ils  travaillent pour  la majorité sans aucune assurance malgré les risques qu’ils courent et les graves dangers auxquels ils sont exposés au quotidien dans l’exercice de leur fonction.
 Autres révélations troublantes de cette enquête qui a été réalisées sur un échantillon de 232 journalistes, c’est la difficulté d’accès aux soins sanitaires auxquelles  sont confrontés les journalistes.    D’après l’enquête  de RS studies and Surveys, seul 6% d’entre eux bénéficient d’une assurance maladies. La majorité, soit 60% se soignent par automédication, c’est-à-dire à tâtons. Au niveau du logement, les résultats donnent une sueur froide au dos. L’enquête révèle par ailleurs que 91% des journalistes camerounais vivent en location et occupent des logements depuis plus de trois ans. Ils vivent en permanence avec des animaux tels des rats, des souris et des moustiques. Ce qui les expose aux risquent de contraction des maladies.
Emplois secondaires
La situation misérables des  journalistes camerounais ; salaires minimes et insuffisants, mauvaise condition de vie, pousse ces derniers à développer une activité secondaire pour  joindre les deux bouts. Les résultats de l’enquête commandée par le Snjc  révèlent que 52% des journalistes au Cameroun exercent une activité secondaire.   Et à défaut, plusieurs d’entre eux  sont obligés de faire usage des pratiques mafieuses pour obtenir de l’argent.
 Face à cette situation qui clochardise le journalisme et le journaliste, et qui empêche à ce dernier de pouvoir exercer librement son métier,  Michelle Ebongue le délégué régional de la communication pour le littoral a  invité les journalistes à plus de professionnalisme. Elle a demandé à tous les journalistes présents de rejoindre les syndicats pour améliorer leur condition de vie. « il est inconcevable que dans les entreprises de presse qu’il n’y ait pas de délégué de personnel dans les entreprises de presse. Monsieur Azebaze seul ou le bureau du Snjc seul ne peuvent pas faire pression sur les patrons de presse. Mais  c’est vous qui est à l’intérieur des  entreprises qui pouvez faire changer les choses en appliquant les décisions des syndicats. C’est ainsi que vous pouvez parvenir  à faire changer la donne. » A-t-elle déclaré. Pendant ce séminaire, quatre ateliers de réflexion visant à trouver des solutions pour améliorer  les conditions des journalistes ont eu lieu. Les résultats des dits travaux seront utilisés par le Snjc qui ambitionne revaloriser le  quatrième pouvoir au Cameroun. Au niveau des critiques, Dr Madiba enseignant au département de communication a l’université de Douala a regretté le fait que les catégories professionnelles n’ont pas été distinguées pendant l’enquête et le fait que le cabinet Rs studies and surveys a mélangé les employés dans son échantillonnage les journalistes de la fonction publique et ceux des médias privés.
 
Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Ngondo 2011:Sous le signe de la paix

17 Novembre 2011, 18:18pm

Publié par Hervé Villard

 
 
ngondo.jpg
 
Le chronogramme  de la fête  traditionnelle du peuple Sawa  qui ce célèbre sous le signe de la paix a été  officiellement rendu publique le samedi 5novembre 2011 au plais Dika Akwa.
 
C’est devant la presse toute entière et de  quelques  dignitaires Sawa que sa majesté Din Dika Akwa III, président en exercice du Ngondo, a reprécisé d’une manière officielle le thème du Ngondo édition 2011. Adopté et rendu publique le  samedi, 23 juillet 2011 au cours d’une rencontre entre les  autorités traditionnelles, le  bureau du Ngondo et de nombreux invités, le thème « Musango » qui signifie « paix » en langue française retenu pour la fête du Ngondo 2011 n‘a pas été choisi par hasard.
 
Selon le président en exercice,  le nouveau thème de la fête traditionnelle du peuple Sawa « Musango », est un mot polysémique. « Il peut désigner un état  de calme ou de tranquillité. Tout comme une absence de perturbation et de conflit. Sur le plan Psychologique, la paix désigne un état d’esprit placide. C’est l’entente cordiale et fraternelle de tout ce qui compose la société. C’est  également  une situation calme mesurée et maitrisée de toute contrariété de la vie.  C’est  un élément indispensable pour le peuple Sawa, car c’est grâce à elle que  des objectifs que veut réaliser le Ngondo édition 2011 seront atteints. » Précise-t-il. Parlant des objectifs à atteindre par le Ngondo édition 2011,on peut citer ; l’union de tous les fils et filles Sawa du Nord au sud, de l’Est à l’ouest. Prôner l’amour au sein de la communauté Sawa de Manfé à Kampo et achever le projet de construction sur la zone de la Bessèke rétrocédée au peuple sawa grâce aux efforts des fils et filles sawa, du délégué de la communauté urbaine de Douala et u président de la république.
 Au sujet  du déroulement de cet évènement traditionnel qui se veut grandiose,  il débute le 5 novembre 2011 et s’achève le 4 décembre de la même année. Au programme  on aura, la foire culturelle et commerciale, les concours artistiques interscolaires, les conférences débats, les concours culinaires, le carnaval de Douala, les luttes traditionnelles, le mini marathon, le concours miss ngondo, la course de pirogue et l’immolation du vase sacré.
 
Comme innovation de l’édition 2011, Adolphe Sammet,  le secrétaire général du Ngondo précise que des journées d’hygiène et salubrité, les concours de chant et chorale et l’aménagement du concours de l’excellence culinaire qui sera pratique cette année font partie des innovations de l’édition en cours. Autres innovations précise-t-il. «C’est le changement du lieu de la foire culturelle et commerciale ». Celle qui se tenait au  parc des princes de Bali pendant les éditions précédentes se tiendra cette fois au stade Mbappe Leppe à Akwa.
Au niveau de la sécurité, «rien à craindre ». précise le secrétaire général du Ngondo. « Des mesures ont été prises pour que la sécurité règne. » Ajoute-t-il.
Concernant la visite des cantons, neuf au total seront visités cette année et la tournée commencera par le canton Bele Bele.
 
Pendant le point presse qui servait de lancement des activités du Ngondo en cours, sa majesté Din Dika Akwa,  le président en exercice du Ngondo en a profité pour présenter le Ngondo aux hommes de médias. Selon des explications qu’il a données, au delà de l’aspect festif que présente cet évènement, celui-ci revêt des aspects mystiques.  Créé par les dignitaires Sawa, dans les années 1700, cette institution avait pour but de réguler les problèmes dans les territoires Sawa. L’immersion du vase sacrée selon le dignitaire Sawa « n’est que la face visible de l’iceberg. C’est un ensemble de principe rigoureux qui régit la transmission des doctrines que seuls les initiés peuvent comprendre la pertinence » précise t-il. Pour erendre la fête belle et grandiose, le comité d’organisation entend associer toutes les tributs.  
 
Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

prestation de serment: Jean jacques Ekindi prosteste.

7 Novembre 2011, 21:42pm

Publié par Hervé Villard

 

Ekindi

Jean Jacques Ekindi

« Il n’est point question de créer un mouvement, mais de protester et de dire que,  ce qui s’est passé n’était pas bien. Et que cela ne se répète plus. »

 

Rencontré au moment du sit-in de protestation qu’il  à organisé à l’occasion de la prestation de serment du président Paul Biya, Jean Jacques Ekindi, le président du Mouvement Progressiste(Mp) donne ici des éclaircissements  sur l’action qu’il a posé.

 

Est-ce que votre présence ici était le lancement d’un mouvement de contestation générale ?

Je n’attendais pas qu’un mouvement parte d’ici. Vous avez vu il n y a même pas les militants de mon parti ici. C’est une protestation républicaine. C’est la conscience de chacun qui va le guider. Ce n’est pas un mot d’ordre d’un parti politique ou d’un leader. C’est pourquoi, ne viennent que ceux  qui veut venir. Il n’est point question de créer un mouvement, mais de protester et de dire que,  ce qui s’est passé n’était pas bien. Et que cela ne se répète plus. Indépendamment de ce qu’on est, du poste qu’on occupe et du parti auquel on appartient, si nous voulons être un véritable pays de paix, d’ordre, de progrès, il faudrait que de pareille chose ne se reproduise plus.

Qu’est ce qui s’est exactement passé ?

Il s’est passé ce que vous savez, sur le plan électoral. Je ne veux plus revenir  là dessus. Les télévisions ont montré les différents tripatouillages, les journaux ont dénoncé, les ambassades aussi ont écrits et les organisations non gouvernementales ont fait pareil.  Je n’ai plus besoin de revenir sur ce sujet.

 

Pourquoi la protestation ne dure que  le temps de l’investiture. ?

 

La protestation est significative et est symbolique. C’est pour ça que j’ai dit qu’elle est muette et pacifique. Une fois qu’on a protesté, que ce soit Biya ou quelqu’un d’autre, ils sauront qu’il y a des camerounais qui ne sont pas d’accord avec ce qui s’est passé et qu’ils attendent  que cela ne se reproduise plus.

Que pensez-vous du fort déploiement des forces de l’ordre à la salle des fêtes ?

 

 Ils avaient le sentiment de me dissuader. Or, moi je suis un homme de principe. Quand j’annonce quelque chose, je le fait. Même au péril de ma vie. L’autre point c’est que le pouvoir est frileux. Compte tenu de ce qui s’est passé, compte tenu des résultats qu’ils ont donné, compte tenu des fraudes qui ont eu lieu pendant les élections, il y a une espèce de phobie du mouvement populaire, de révolte. Une phobie de manifestation. Nous ne sommes pas dans cette logique Nous sommes dans une logique républicaine.

 

Réalisé par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Infanticide: Un père tue sa fille à Deido

7 Novembre 2011, 21:38pm

Publié par Hervé Villard

La scène s’est déroulée dans la nuit du mardi 1er  novembre 2011 au quartier New Deido à Akwa.

 

 


 Le récit de la scène dramatique qui s’est déroulée au quartier à Deido donne une sueur froide à tous ceux qui l’écoutent. Bien que similaire à  des scènes de ménages  dont on a coutume en Afrique et au Cameroun, cette histoire a un goût aigre. Au quartier Deido où cela s’est déroulé, la nouvelle est sur toutes les lèvres et alimente les conversations dans les marchés et les débits de boisson. 

 C’est que, dans la nuit de mardi dernier, un papa du nom de Toto Ekwala marié à deux femmes bastonne à mort l’une de ses filles pendant une dispute familiale qui s’est déclenchée à leur domicile sise à Deido.  Aidé de sa seconde épouse et d’autres frères, ils vont administrer à Anne Marie Prisca Ekwala, sa fille qui s’était  au préalable rendue au domicile de la seconde épouse, une sévère correction qui va lui couter la vie. 

Selon des informations recueillies sur le lieu du drame qui porte jusqu’à nos jours le deuil, Anne Marie Prisca Ekwala, fille de Toto Ekwalla s’est rendue au domicile de la coépouse de sa mère comme d’habitude pour une raison qui demeure inconnues jusqu’à lors. Pendant qu’elle y était, une altercation est survenue entre elle et la coépouse de sa maman. Le papa qui parait-il défendait sa seconde épouse va avec l’aide de ses cousins  bastonner sa fille au point de la laisser à l’article de la mort.   

Conduite à l’hôpital de Deido, elle va décéder quelques heures après. Sans avoir achevé les premiers soins qui lui ont été prescrite. Dans l’euphorie de cette nouvelle, le papa et ses cousins vont prendre la poudre d’escampette. Les éléments du commissariat du 9ème arrondissement alertés sont descendus sur le terrain question de constater les faits.

Selon certaines indiscrétions, les relations entre la fille et la coépouse de sa mère étaient tendues  depuis un certain temps.  Ces dernières se seraient même chamaillées à plusieurs reprises d’autant plus que, les deux familles ne s’entendaient d’ailleurs pas. Nous renseigne-t-on. Une enquête a par ailleurs été ouverte. Mais en attendant le corps sans vie d’Anne Marie Prisca Ekwala,  se trouve à la morgue de l’hôpital du district de Deido et attend d’être inhumé.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Tentative d’escroquerie:Dieudonné Kodog écope de six mois d’emprisonnement ferme.

7 Novembre 2011, 21:36pm

Publié par Hervé Villard

 

 Inculpé pour tentative d’escroquerie en coaction avec   Jean Daniel Djoumbissie, Dieudonné Kodog vient d’être condamné à six mois d’emprisonnement ferme et à  payer une amende de 90.000francs cfa.

 

La décision est tombée tel un couperet sur le sieur Dieudonné Kodog et sa famille présents à l’audience inscrit en délibéré au greffe de Ndokotti hier. Inculpé pour tentative d’escroquerie en coaction avec  Jean Daniel Djoumbissie  en date du 20 septembre 2011, et gardé à  la prison centrale de New-Bell de même que son coéquipier , Il a été condamné à  6 mois d’emprisonnement ferme et à payer une amende de 90.000fcfa. L’affaire qui a duré à peine 15 minutes,  juste le temps de demander  à  Jean Daniel Djoumbissie et Dieudonné Kodog inculpés dans cette affaire, s’ils n’avaient rien à ajouter à leur défense et à l’abbé Antoine de Padoue Chonang, le montant du dommage subit, a  permis de reconnaitre  la culpabilité de Dieudonné Kodog et déclarer  Jean Daniel Djoumbissie non  coupable pour fait non établi.  

Antoine De Padoue Chonang, le curé de la paroisse de la Sainte trinité de BIlongue qu’accompagnait Me Albertine  Tchonang  yakam  son avocat, a refusé pendant sa plaidoirie  qu’on lui verse le moindre franc au titre  de dommages et intérêts. Il a du moins demandé qu’après que les coupables est purger la peine que le tribunal leur infligera que ceux-ci  soient le gage de sa sécurité parce que dit –il sa vie «est en danger. » « Je ne demande pas qu’on me paye. Même pas un francs symbolique. (…) je demande que le tribunal les punisse en fonction de l’acte qu’ils ont posé. Afin que cela serve d’exemple aux autres. Et surtout qu’ils garantissent ma sécurité. Parce que, depuis le déclenchement de cette affaire, je suis soumis à une pression de la part  des hauts gradés de l’armée et de la police, mais encore de la part de mes propres confrères prêtres. Sans parler des manœuvres hautement mafieuses pour faire abstraction à la manifestation de la vérité, ma sécurité est gravement menacée » a-t-il déclaré.

Les faits.

L’histoire remonte au mois de septembre 2011. Quand le père Antoine De Padoue Essomba alors curé de la paroisse Sainte trinité de Bilongue est harcelé par les appels d’un  certain jean Mbarga, qui se passe pour  un inspecteur des impôts en service à Douala et affecté à Batouri.

Celui-ci qui  déclare l’avoir choisi pour son honnêteté  et sa franchise, selon les dires du père Chonang, le contacte pour une affaire juteuse qu’il voudrait qu’il en profite à deux. Le marché en question consistait à servir d’intermédiaire entre le sieur Mbarga le supposé inspecteur des impôts et un certain Santini, directeur de L’Utb (Union des transports du bois). Celui-ci  devrait envoyer  des graines de semences de bois qu’il aura auparavant négocié à 5000f la graine, que le père De padoue Chonang devrait vendre à 9000frs l’unité. La transaction devrait porter sur 1500 graines.  Ceci pour un bénéfice net  à réaliser se chiffrant à 7000.000 fcfa qu’ils devraient se partager à deux.

Ayant flairé le louche dans cette affaire, le curé va alerter la police. C’est ainsi que le 19 septembre 2011, le père Chonang est informé que le colis est en chemin et qu’il devrait le récupérer pour livraison.  Le lendemain c'est-à-dire le 20 septembre, le rendez-vous est pris à la paroisse de Bilongue où  Dieudonné Kodog et Jean  Daniel Djoumbissie ont été arrêtés par la police.

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Lutte contre les Avc: Une association pour secourir des victimes

7 Novembre 2011, 21:22pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 

L’association des victimes des accidents vasculaires cérébraux (Av Avc) lutte au quotidien  pour améliorer les conditions de vie de ses membres

 

L’association des victimes des accidents vasculaires cérébraux (Av Avc) s’est une fois de plus révélée au public à l’hôpital Laquintinie de Douala la semaine dernière. C’était lors  des journées portes ouvertes organisées, à l’occasion de la 8ème journée mondiale de lutte contre les accidents vasculaires cérébraux, qui se célèbre le 29 octobre de chaque année.

Pendant cette semaine qui visait à sensibiliser les populations sur l’existence des accidents vasculaires cérébraux et à à lutter contre ces maladies qui tuent beaucoup de nos jours, on a vu les membres de l’Av Avc se déployer sur le terrain.

De la sensibilisation  des personnes saines à l’encadrement des personnes victimes des accidents vasculaires cérébraux (Avc), les membres de cette association se sont effectivement  démarqués.  Car, «il faut  mettre fin aux affres de  cette  maladie qui  a des impacts négatifs sur l’économie nationale » affirme Joseph Menounga le président de cette association.  

Comme objectifs, l’association  des victimes de d’accident vasculaire cérébral en compte deux principaux. A savoir, faire connaitre la maladie qui a des influences négative sur l’économie nationale du pays, et amener les non malades  à éviter la maladie. Pour faire connaitre la maladie et lutter contre elle, l’association avec l’appui des centres hospitaliers de la ville de Douala et des villes environnantes organisent des campagnes de sensibilisation  et des séances de dépistage gratuit des Avc

Comme autres objectifs, l’association  rassemble les malades  d’Avc  et assure leur  bien-être. Elle vulgarise entre autres les différents canaux de traitement de la maladie et consolide l’entraide entre les malades.

Problèmes financiers

L’un des ventres mous de l’association Av-Avc est le problème financier. Constitués à majorité des malades c'est-à-dire des personnes à charges qui ont cessé de travailler, il est difficile pour cette association de mener à bien ses activités.  Selon les responsables, l’association est obligée de s’appuyer sur des personnes de bonnes volontés pour réaliser certains de ses multiples objectifs. «Nous sommes une association des malades. C’est difficile pour nous d’avoir de l’argent parce que nous ne travaillons plus. Pour réaliser nos objectifs, nos sympathisants nous viennent en aide .C’est pourquoi on n’entend pas souvent parler de notre association, pourtant nous existons depuis plusieurs années. » Témoigne Joseph Menounga, le président de l’association Av Avc. L’hôpital Laquintinie, selon  lui, est un partenaire incontournable pour l’association.  Car, «c’est au sein de l’institution hospitalière que nous nous réunissons souvent »affirme le président.  «Pendant nos différents soins à savoir traitement, prise en charge, rééducation et autres, des tarifs spéciaux revus à la baisse sont appliqués à nos membres dans ce centre hospitaliers et les autres différents centres de prise en charge » précise Joseph Menounga.

Celui-qui entend nationaliser l’association invite par ailleurs toutes les autres victimes des Avc à rejoindre l’association pour bénéficier des différents avantages qu’elle possède.

Créée en juin 2006, l’association des victimes d’accident vasculaire cérébral (Av Avc) compte de nos jours environ quatre-vingts membres.  L’essentiel de ses activités tourne autour de la sensibilisation.

 

Hervé Villard Njiélé.

Voir les commentaires

Adduction en eau potable:La camerounaise des eaux passe à l’acte à Douala

7 Novembre 2011, 21:10pm

Publié par Hervé Villard

 

 PICT0222.JPG

La  camerounaise des eaux passe à l’acte à Douala

 

L’entreprise a engagé des travaux  de pose des tuyaux de canalisation d’eau dans la ville de Douala  depuis quelques semaines.

 

 

L’image qui s’offre à tous ceux qui s’aventurent au rond Point Deido à Douala depuis quelques jours, est celui d’une ville en chantier. En cet endroit où la circulation est devenue de plus en plus difficile depuis près de deux semaines, à cause des travaux en cours, des matériaux de constructions sont déposés en désordre. Parmi ces matériaux déposés ça et là, on peut distinguer des tas de terre, du sable, du gravier, des tuyaux de canalisation et autres encore.  Tout près de ces matériaux, des ouvriers visiblement concentrés s’attellent aux tâches diverses. Tandis que les uns à l’aide des pelleteuses creusent des caniveaux,  les autres à l’aide des pelles tournent le béton et procèdent aux remblais de certaines zones. Selon les usagers témoins de ces activités, c’est depuis deux semaines que les travaux ont débuté à cet endroit. Ces travaux comme l’indique une plaque placée non loin du rond point Deido sont engagés par la Camerounaise des eaux (Camwater) et visent à réhabiliter à renforcer et à étendre le système en d’approvisionnement en eau potable dans la ville de Douala. Ces travaux qui bénéficient d’un financement belge  sont réalisés par l’Aspac, une entreprise basée à Yaoundé.

Selon des informations publiées, ces travaux qui ont débuté effectivement le 18octobre 2011 sont supposés être achevés dans 4 mois soit huit semaines.

Au sujet de la définition  des travaux réels en cours, les responsables de l’entreprise sous-traitante qui réalise les travaux n’ont pas souhaité s’exprimer. «Comme vous le constatez, nous sommes entrain de poser des tuyaux pour l’adduction d’eau, on voudrait  le raccordé aux canalisations qui viennent de Bonabéri. Nous ne sommes que des sous-traitants. C’est Aspac qui a gagné le marché. Rapprochez-vous d’eux pour en savoir d’avantage » confie le chef chantier rencontré. Les responsables de l’entreprise apostrophés n’ont pas répondu à nos préoccupations. Mais, on peut du moins noter  que, les travaux entreprises par la camerounaise des eaux(Camwater) s’inscrit en droite ligne des projets  visant à améliorer la fourniture d’eaux potables dans la ville de Douala.

Parlant des travaux visant à améliorer l’offre en eau potable dans la ville, Camwater, sur financement de Eximbank of China,  a  construit il y a quelques mois l’usine d’eau potable de Yato adossée sur le fleuve Moungo, d’une capacité de production de 50 000 m3/jour. Elle a par ailleurs réalisé des forages urbains et réhabilité certains forages du champ captant de Massoumbou. Ces travaux ont induit un accroissement de la production d’eau potable de plus de 75% dans la capitale économique.

En outre, des travaux d’extension de l’usine de Yato sont actuellement en cours grâce à un financement additionnel de Eximbank of China d’un montant de 44,605 milliards F Cfa. Ils permettront  d’accroitre de 100 000 m3/jour sa production actuelle. 

Selon Basile Atangana Kouna le directeur de la Camwater, « d’importants efforts ont été engagés avec l’appui  de l’Etat et des bailleurs de fonds qui ont permis de réhabiliter certains centre secondaires et d’enrayer la dégradation des équipements là ou elle était devenu préoccupante. Ces financements se poursuivent aujourd’hui et les financements obtenus ces derniers temps au près des partenaires au développement vont considérablement contribuer à développer  les infrastructures du secteur et améliorer la desserte en eau potable, conformément aux objectifs assignés à la Camwater. » Affirme-t-il.  

Selon  le Dg de la Camwater qui déclare  que  l’offre en eau potable à Douala va aller s’améliorant, « un second financement de exim-Bank of china de  44 milliards de francs CFA  comptant pour la deuxième phase de l’alimentation en eau potable dans la ville de Douala permettra de porter la production d’eau potable de la ville à plus de 280.000 mettre cube par jour pour la couverture  des besoins jusqu’à l’horizon 2025. »

D’après lui des travaux sont également en cours dans la ville de Yaoundé pour améliorer la fourniture en eau potable.

 

 

Hervé Villard Njiélé.

 

Voir les commentaires

Elections présidentielles de 2011: La listes des résultats définitifs par région

2 Novembre 2011, 16:49pm

Publié par Hervé Villard

Les résultats par région

 

ADAMAOUA

 

CENTRE

 

EST

INTITULE

Chiffres

Candidat

*SVE

%candidat

Candidat

SVE

%Candidat

INSCRITS

437 130

ATANGANA N.

513

0,16%

LONTOUO M.

364

0,11%

AYAH Paul

487

0,15%

MOMO Jean

644

0,20%

VOTANTS

313 922

BILE Olivier

491

0,15%

MUNA Achuo

741

0,24%

BIYA Paul

265 368

86,15%

NDAM NJOYA

2631

0,85%

Pourcentage de participation

71,81%

DANG Esther

538

0,17%

NGO Fritz

403

0,13%

DZONGANG A.

665

0,21%

FRU NDI

5811

1,88%

BULLETINS

NULS

5895

EKANE Anicet

445

0,14%

NJEUNGA Jean

492

0,15%

EKINDI Jean J

701

0,22%

NYAMNDI G.

325

0,10%

SVE

308 027

FEUZEU Isaac

655

0,21%

SOH FONE D.

305

0,09%

GARGA Haman

24 209

7,85%

TABI OWONO

315

0,10%

ABSTENTION

123 208

Hameni Bieleu

379

0,12%

WALLA Edith

1179

0,38%

Kamgang Hubert

366

0,11%

 

 

 

INTITULE

Chiffres

Candidat

*SVE

%Candidat

Candidat

SVE

%Candidat

INSCRITS

1 227 910

ATANGANA N.

1403

0,17%

LONTOUO  M

842

0,10%

AYAH Paul

1044

0,13%

MOMO Jean

3675

0,45%

VOTANTS

815 275

BILE Olvier

2038

0,25%

MUNA Achu

1753

0,21%

BIYA Paul

692 106

86,22%

NDAM Njoya

5601

0,69%

Pourcentage de participation

66,39%

DANG Olivier

4790

0,59%

NGO Fritz

573

0,07%

DZONGANG A.

3517

0,43%

FRU NDI

38 989

4,85%

BULLETINS

NULS

12 563

EKANE Anicet

2467

0,30%

NJEUNGA Jean

670

0,08%

EKINDI Jean J.

2403

0,29%

NYAMNDI G

492

0,06%

SVE

802 712

FEUZEU Isaac

976

0,21%

SOH FONE D.

621

0,07%

GARGA Haman

26 458

3,29%

TABI OWONO

760

0,09%

ABSTENTION

412 635

Hameni Bieleu

1177

0,14%

WALLA Edith

8975

1,11%

Kamgang Hubert

1382

0,17%

 

 

 

INTITULE

Chiffres

Candidat

*SVE

%Candidat

Candidat

SVE

%Candidat

INSCRITS

379 968

ATANGANA N.

332

0,13%

LONTOUO M

262

0,10%

AYAH Paul

441

0,17%

MOMO Jean

549

0,21%

VOTANTS

256 155

BILE Olivier

5755

2,28%

MUNA Achuo

711

0,28%

BIYA Paul

226 287

89,99%

NDAM Njoya

1501

0,59%

Pourcentage de participation

67,41%

DANG Esther

484

0,19%

Voir les commentaires