Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Awards de la Caf: Le Cameroun ne remporte rien

5 Janvier 2018, 18:19pm

Publié par Hervé Villard

En compétition dans deux catégories durant les awards de la Caf, le Cameroun n’a rien remporté lors de la fête du Gala du football continental ce 4 janvier à Accra au Ghana.

 Je ne  comprends pas  ce  qui se passe. Je me suis  battue comme j'ai pu.

Je ne comprends pas ce qui se passe. Je me suis battue comme j'ai pu.

Aboudi Onguene en lice pour le poste de meilleure joueuse africaine de l’année 2017 n’a pas remporté la prestigieuse récompense continentale tant  convoitée. La meilleure chance du  Cameroun à cette cérémonie de  récompense des acteurs du  sport  roi en Afrique, a échoué au pied du podium. Elle a  une fois de plus été coiffée au poteau par sa concurrente de la dernière édition, la  nigériane Asisat Oshoala. L’attaquante des  super Eagle a été élue  pour la troisième fois meilleure joueuse africaine de l’année 2017.

 Devant  la nigériane,l’attaquante camerounaise n’a pas fait mieux qu’une  deuxième place. Elle  a  devancé la Sud africaine Chrestina Kgatlana classée troisième. 

Les camerounais qui attendais avec impatience le couronnement du virevoltant milieu de couloir de  l’équipe nationale de football féminin ont tout  simplement été  déçus. Plusieurs  d’entre  eux  ont  d’ailleurs pensé  à un complot contre le Cameroun. Car, Aboudi Onguéné  présentait  des  atouts  pour ce sacre. Mieux  que  l’année dernière.

Meilleure joueuse de la Can 2016 et finaliste de cette compétition, l’attaquante camerounaise  a plutôt  eu  une  bonne saison au championnat.

Troisième  meilleure buteur du championnat  russe  avec 11 réalisations, championne de Russie avec son club Cska de Moskou, Aboudi Onguéné méritait certainement mieux qu’une  deuxième place, la même  occupée en 2016 après  la finale perdue devant le Nigeria (0-1) à Yaoundé.

Avec ce nouveau sacre, la nigériane Asisat Oshoala devient la première joueuse du  continent la plus titrée avec trois titres continentaux remportés successivement en  2014,2016 et 2017.

Mohamed Salah sacré Meilleur joueur africain de l’année

L'Egypte meilleure  équipe africaine

Après le titre de meilleure joueuse africaine perdue, le Cameroun en course pour  la meilleure équipe d’Afrique, s’est vu une fois de plus évincé. Malgré la  can 2017 remportée  au Gabon, ce titre est revenu à l’équipe nationale d’Egypte malheureuse finaliste de cette coupe d’Afrique des nations organisée en terre gabonaise.

Chez les hommes, après la disqualification incomprise d’Aboubacar Vincent,  Mohamed Salah qui faisait partie du trio final avec Pierre Emerick Aubameyang et Sadio Mane a arraché le sacre de ballon d’or africain. L’attaquant égyptien couronné Roi d’Afrique 2017, a totalisé 625 points tandis que son équipier à Liverpool, le Sénégalais Sadio Mane, a obtenu 507 points .Le Gabonais de Dortmund Pierre-Emerick Aubameyang, lauréat en 2015 a fini  troisième  avec  311 points. C’est la première fois depuis la création du trophée par la CAF en 1992, qu’un joueur égyptien est distingué N°1 d’Afrique. 

Dans les autres catégories, l’argentin Hector Cuper a remporté  le prix de meilleur entraîneur du continent, le Zambien Patson Daka élu Meilleur jeune de l’année tandis que le Wydad Athletic Club de Casablanca, champion d’Afrique, a été récompensé du titre de meilleur club de l’année.

Deux Platinum Awards, ont été décernés au Président du Ghana, Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, et à l’ancienne gloire du football mondial, George Weah, désormais Président élu du Liberia.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

 Can 2019:  Paul Biya  est jaloux  sa  compétition

4 Janvier 2018, 13:42pm

Publié par Hervé Villard

Lors de son discours à la nation le 31 décembre 2017 le président de la république a reprécisé que le Cameroun accueillera bel et bien cette compétition prévue se tenir en 2019.
 Can 2019:  Paul Biya  est jaloux  sa  compétition
 
 «En 2019 comme vous le savez, notre pays accueillera la grande famille du football continental à l’occasion de la coupe d’Afrique des nations. Ce sera l’occasion au-delà de l’aspect purement sportif de faire profiter à nos hôtes la chaleur de l’hospitalité camerounaise. Je n’ai nul doute que comme nos sportifs, nos populations sauront se montrer à la hauteur de l’évènement et présenter le meilleur visage du Cameroun. Notre pays sera prêts pour cette grande fête de l’amitié j’en ai pris l’engagement».
Cet extrait de discours est du président Paul Biya président de la république du Cameroun. Lors de son adresse à la nation le 31decembre 2017 dernier, il a rappelé à tous ceux qui voulaient l’entendre que le Cameroun accueillera bel bien cette compétition. Nonobstant les difficultés d’organisation que son pays rencontre, il sera prêt avant le déroulement de la compétition prévue au mois de juin et juillet 2019.
La réaction de Paul Biya, qui n’est que le remake de celle faite lors de la cérémonie de réception des Lions Indomptables du Cameroun, vainqueurs de la Can 2017 au Gabon, le 8fevrier dernier au palais de l’unité, permet de réaffirmer son engagement pour l’organisation de cette compétition.
Si en février 2017 Paul Biya répondait de manière indirecte au président de la Caf Ahmad Ahmad qui déclarait lors de son passage au Benin que le Cameroun ne pouvait pas organiser une Coupe d’Afrique des nations avec quatre équipes, Paul Biya dans son discours du  31 décembre 2017 voulait rassurer tous les sceptiques sur le fait que le Cameroun sera prêts. Et surtout mettre la pression à tous ceux qui sont affectés à l’organisation de cette compétition. Car, il n’est pas question qu’on arrache cette  compétition au Cameroun.
Sur le plan politique, selon des observateurs de la scène sportive mondiale, Paul Biya par cette déclaration met un peu de pression aux experts de la Caf en mission au Cameroun du 11 au 23 janvier 2018 prochain
En effet, le cabinet Roland Berger, chargé de faire l’audit sur l’état d’avancement des préparatifs de la Can Total 2019 que le Cameroun organise séjournera au Cameroun pendant cette période pour examiner les chantiers. Et la déclaration du président de la république, sonne à cet effet comme un engagement total du Cameroun et de l’Etat à accueillir cette compétition.
Retard
Malgré cette déclaration du premier sportif camerounais, il faut reconnaitre que les chantiers devant accueillir cette compétition internationale, n’avancent pas toujours comme on aurait souhaité. Plusieurs travaux restent à la traine malgré les délais qui courent. Notamment la construction des stades, l’aménagement des aires de jeu d’entrainement dans les villes et surtout la construction des routes et autres infrastructures importantes.
Si à Douala, l’avancée des travaux de constructions du complexe multisports de Japoma de cinquante milles places avancent considérablement, les autres stades  sont à la trainent. C’est le cas du stade de la Réunification de Douala Bepanda qui devait être fermé pour la réfection. Ici, les travaux de réfection n’ont jamais commencé et on ne sait pourquoi. Au stade Mbappe Lepe la situation est quasiment la même. Fermé pour travaux depuis plus de deux mois, les travaux débutés sont aux arrêts depuis plusieurs semaines. Idem  pour le stade annexe omnisports de Bepanda et le stade de Bonamoussadi qui attendent toujours les premiers coups de pioche. Du Coté de Yaoundé, le stade Paul Biya trainent encore les pas. La situation d’avancement des travaux ne convainc pas encore les amoureux du Ballon rond qui attendent la Can 2019 au Cameroun de pied ferme.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Stade Paul Biya: Les matériaux préfabriqués déjà au Cameroun

4 Janvier 2018, 12:29pm

Publié par Hervé Villard

 
Le bateau italien transportant la seconde vague de ces matériaux a accosté au Port autonome de Douala dans la nuit du mardi 2 janvier 2018 aux environs de 20h.
 
Photo des matériaux préfabriqués pour la construction du stade Olembé de Yaoundé

Photo des matériaux préfabriqués pour la construction du stade Olembé de Yaoundé

Les premiers conteneurs des matériaux préfabriqués destinés à la construction du stade Paul Biya de 60 milles place à Olembé de Yaoundé sont dans la capitale politique du Cameroun depuis hier. Ils n’attendent plus d’être utilisés par les ouvriers en service sur le site.
Partis de Douala aux environs de midi hier mercredi 3 janvier 2018, ces conteneurs étaient escortés par des éléments de la police et de la gendarmerie qui assuraient sa sécurité. Selon des informations, c’est une série de quinze camions transportant chacun un conteneur qui a quitté le port autonome de Douala ce mercredi. Et cette serie, n’est que le premier d’une longue autre series de camions qui feront des va et vient entre le chantier du stade Paul Biya et le Port autonome de Douala. Car, la quantité de matériaux préfabriqués arrivés au Port autonome de Douala est importante.
D’après notre source d’informations au Port autonome de Douala, le bateau immatriculé HHL Mississipi transportant ces matériaux préfabriqués a accosté au Port Autonome de Douala le mardi 2 janvier 2017 aux environs de 20h 45min, partie des usines de l’entreprise italienne Piccini basée en Italie le 17 décembre 2017, le bateau ayant à son bord un équipage russe, a passé 15 jours en mer avant de rejoindre le port autonome de Douala. Il transportait 6500 tonnes de matériels destinés à la construction du stade Paul Biya. Ainsi, c’est 232 conteneurs de matériaux préfabriqués qui ont été déchargés au port de Douala. Dans les conteneurs apprend-on, se trouvaient des matériaux pour les revêtements du sol, des piliers et des matériaux pour la construction de la toiture.
Pour s’assurer de la bonne manutention de ces matériaux et surtout de leur sécurité, le Directeur général du Port autonome de Douala a visité le site de dépôts de ces matériaux hier mercredi. Celui-ci voulait par ailleurs s’assurer que les consignes données par le chef de l’Etat concernant le dédouanement des matériaux pour la construction des stades de la Can 2019, sont respectées.
 Selon Gérard Ngaha, le responsable des entreprises Piccinni au Cameroun, la prochaine livraison des matériaux préfabriqués pour la construction du stade Paul Biya est prévue au mois de février 2018.
 A titre de rappel, il faut dire que, le bateau transportant les matériaux préfabriqués destinés à la construction du stade d’Olembé à Yaoundé ayant accosté au Port autonome de Douala le 2 janvier 2018, est le deuxième bateau arrivé au Cameroun. Le premier ayant accosté le 1er décembre 2017.
Avec l’arrivée de ces matériaux préfabriqués, le rêve de voir les travaux du stade de Yaoundé au ralenti, s’accélérer se précise et l’espoir de voir le stade en fin sur pied s’agrandit. Lors d’un point de presse en août dernier, Marc Debandt, le directeur du projet du stade d’Olembe, rassurait le gouvernement et les Camerounais sur le fait que le stade sera prêt pour la dernière inspection de la Confédération africaine de football. «Car, Piccini, entreprise expérimentée, a déjà construit des stades similaires, notamment celui de Rome, en seize mois», précisait-il.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Itw Atangana  Fouda:«Me Happi et son équipe ont eu beaucoup de courage» 

30 Décembre 2017, 15:01pm

Publié par Hervé Villard

Journaliste sportif et dirigeant de l’équipe de  football féminin Sawa United girl dans la  région du littoral, Albert Atangana Fouda se prononce sur la décision du comité  de normalisation annulant les  championnats régionaux au Cameroun. Dans une interview accordée à votre blog, il analyse ladite décision et se prononce sur les  dysfonctionnements ayant émaillés son déroulement sur l’ensemble du triangle nationalLisez plutôt…
Itw Atangana  Fouda:«Me Happi et son équipe ont eu beaucoup de courage» 
 
Le comité de normalisation a décidé d’annuler les championnats régionaux. Quel commentaire  vous inspire cette décision ?
 J'estime que Me Happi et son équipe ont eu beaucoup de courage en prenant cette décision, car depuis 1998, le déphasage qui avait commencé n'a jamais trouvé de solution pour que le calendrier footballistique du Cameroun s'harmonise avec celui de la CAF et de la FIFA. Ceci a défavorisé les clubs camerounais engagés en coupes africaines, parce que sans compétition dans les jambes.
 D’ailleurs, les clubs amateurs qui savaient pertinemment qu'ils s'engageaient dans des compétitions lancées et gérées par des bureaux illégitimes voient aujourd'hui le revers de la médaille, car il y en a qui avaient décidé de ne pas s'affilier. L’histoire et les faits leurs donnent raison aujourd'hui.
 En plus, la différente saison sportive devenant de plus en plus élastiques au point de s'achever après la finale de la Coupe du Cameroun, et pratiquement dans la saison suivante, cela créait un dysfonctionnement pour lequel les gestionnaires et même les clubs s’accommodaient sans rien dire. Ce chronogramme liberticide laissait que des championnats soient terminés à l'Ouest et ailleurs, alors que dans d'autres régions, on en était encore qu'à la phase aller. Des joueurs des championnats déjà bouclés venaient se faire recruter dans les championnats encore en cours, dans la mesure où l'on jouait avec des imprimés d'ADL. Ce qui faussait le jeu.
 
-Est-ce que cette décision était opportune selon  vous?
 
Cette décision était opportune, d'abord parce que dans certains championnats qui n'avaient pas encore commencé comme celui féminin du Littoral, les clubs allaient être confronté à l'utilisation des licences de la saison 2016-2017, alors que le nouveau système d'enregistrement des demandes de licences affiche déjà la saison 2017-2018. Cela créé un dysfonctionnement total. C'est-à-dire que certains championnats de la nouvelle saison démarrent pendant que certains autres championnats de la dernière saison se jouent encore.  Ce  qui  n’était pas normal.
 
Certains voient  dans  la décision du  président  Happy des  stratagèmes  pour préparer  les  élections à la  fédération  camerounaise  de Football. Qu’en pensez-vous ?
 
A moins de lire dans la boule de cristal, on ne peut pas encore parler d'élections sans avoir les données de base de ces élections. Et puis ceux qui le pensent doivent savoir qu'avec le retour des exécutifs de 2009, on revient à la situation anté. En clair, les clubs qui avaient joué de 2009 à 2013 n'auront pas de souci à se faire pour faire partie du Collège électoral. Je ne crois pas que les nouveaux clubs depuis 2015 puissent être intégrés dans ce collège. Dans tous les cas, attendons les textes pour être édifié.
 
Quelles sont les conséquences d’une telle décision selon vous ?
 
Pour moi, cette décision a été une bonne chose, pour commencer à harmoniser notre calendrier à celui de la CAF. Les clubs qui disent avoir subi un gros préjudice financier ne nous disent pas les gains engrangés par certains dans les placements de leurs joueurs. Encore que seuls quelques clubs peuvent se plaindre, sans raison d'ailleurs puisqu'ils, n'ont jamais voulu prendre les choses en main. Le football est leur affaire, la Fecafoot ne peut fonctionner sans eux, mais brimés depuis plusieurs décennies, ces clubs se sont habitués au suivisme. L'activisme d’Abdouraman et sa victoire dans les juridictions sportives a amené certains à lever désormais la tête. Veulent-ils manger des omelettes sans casser les œufs ?
 
Les clubs de la région du Littoral se sont engagés dans une bataille  juridique. Pourront-ils avoir gain de cause ?
 
Quand la FIFA suspend un pays pour n'avoir pas respecté ses textes, croyez-vous que ces pays peuvent avoir gain de cause en allant au TAS ? Je ne le pense pas, et même tout l'argent dépensé va dans les pertes et profits. Quand vous dites la région du Littoral, c'est qui exactement ? Et les clubs qui avaient décidé de ne pas jouer des compétitions gérées par des illégitimes, que doit-on en faire ? L'exécutif du Centre avait déjà décidé de ne pas continuer un championnat querellé où planait un flou indescriptible. Pourquoi les clubs du centre ne s'engagent-ils pas dans une bataille juridique ? Tout simplement parce qu'ils savent que cette bataille est vaine. Le Comité peut-il prendre une telle décision sans l'aval de la FIFA ? C'est dans le Littoral qu'il y a une formule de championnat expérimental à deux vitesses et nulle part ailleurs. Cela obéissait à quels textes ? Si c'était ceux de 2015, ils ont été annulés, donc le Comité se devait de tout normaliser. ET plus important, ces clubs qui se plaignent oublient vite qu'ils jouaient des compétitions sans être en règle pour la grande majorité : pas de dossier administratif, des  dettes sur les licences, et sur les affiliations. Le Secrétaire général sortant détient tous les chiffres.
 
 Que leur recommandez-vous  comme conduite  à tenir ?
 
La nouvelle saison va bientôt démarrer. Que ces clubs se préparent sérieusement pour aborder les compétitions, sans perdre de l'argent dans des batailles juridiques perdues d'avance.
 
Interview Réalisée  par Hervé  Villard Njiélé
 

Voir les commentaires

Annulation des championats locaux: La circulaire qui fait mal

30 Décembre 2017, 14:49pm

Publié par Hervé Villard

Rendu public le 4 décembre 2017, la décision du  comité de normalisation de la Fecafoot a mis tous les présidents de clubs en colère est pourtant clair.

Annulation des championats  locaux: La  circulaire  qui fait mal
Le 4 décembre 2017 un communiqué signé par Me Dieudonné Happi président du Comité de  normalisation de la Fecafoot annulait tous les championnats régionaux et départementaux sur l’ensemble du triangle national. La circulaire n°006/FCF/PCN/17  stipulait donc  que «Compte tenu du fait qu’avant la nomination et l’installation du comité de normalisation à la tête de la Fécafoot, les championnats des ligues départementales et régionales étaient arrêtés, certaines ligues n’ont pas à ce jour encore terminé leurs championnats tout comme certaines autres n’ont pas encore commencé la phase retour. Cette situation perdure alors que la coupe du Cameroun marque la fin de la saison sportive, Par le passé, la poursuite des championnats après la coupe du Cameroun a très sérieusement perturbé la saison suivante, notamment les championnats professionnels et même les compétitions internationales.
 
 Il faut  d’ailleurs  noté qu’au delà  du  risque de  perturbation de la prochaine  saison,  les  contraintes  liées  à l’adhésion de la Fecafoot au système  Tms  fixant  les dates de  démarrages  et de  fin des  nouvelles  saisons  sportives  doivent également  être  prises en  compte tout  comme les sanctions qui pourraient  être  infligées par  la Caf et  la  Fifa en  cas  de  non  observation des  dites  contraintes.
Au regard de ce qui  précède et de l’impétueuse  nécessité de  mettre à l’abri les  risques  d’annulation des prochaines élections, de les organiser de manière transparentes, libre et d’harmoniser les différents championnats professionnels  et  les ligues ,le  comite de  normalisation a en date  du  4 décembre  2017 pris  la  résolution  de mettre un terme  aux championnats régionaux et  départementaux en cours  comptant pour la saison sportive  2016/2017 .  A compter de la publication  du circulaire n° 006/FCF/DCN/17 sont des la publication de la présente circulaire définitivement  arrêtés »
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter et LK

30 Décembre 2017, 14:39pm

Publié par Hervé Villard

Annulation des championnats régionaux
Les présidents de clubs en colère
 
Ces derniers dénoncent la décision du comité de normalisation et réclament des dommages et  intérêts représentant des dépenses consentis le long de la saison sportive annulée.
 
Les présidents de clubs des différentes régions et départements du Cameroun ne se sont pas encore  remis de la décision du comité de normalisation annulant les championnats départementaux  et  régionaux  sur  l’ensemble du  triangle nationale. Quelques  jours  après  la publication de la circulaire n°006/FCF/PCN/17, ces derniers ruminent leur colère. Ils refusent d’accepter cette  décision  pourtant  unilatérale, qui  « annule tous  les  efforts  qu’ils ont fournis au  courant  de  l’année ».   Pour ces  derniers  revendiquant  des  dommages  et  surtout  une  explication de Me Dieudonné  Happi  le président du  comité de normalisation,   cette  décision  est  venue  les rendre  la  vie  plus  que  difficile. « La décision  est  arrivée  à mon sens au moment où on se  donnait à  fond. Nous  avons  joué  douze matches dans le  Littoral et  il n’y a  pas eu de  compensation. Nous  avons dépensé  pendant  un  an, on a  entretenu des  entraîneurs, des joueurs. Qu’est ce  que  nous  gagnons ?  Le préjudice  est  énorme, il faut  que ce préjudice soit  réparé. La  normalisation  doit  prendre  en  compte  tout  cela», déclare  Japhet  Ngambu , le président de Bonaberi FC, club de la ligue  régional du Littoral avec  beaucoup  d’émotions.  Joint au  téléphone  par  le reporter de La Nouvelle Expression, le président de ce club  éliminé au 8èmede finale de la coupe  du Cameroun  cette  saison sportive,  précise  que  le  chantier pour les  clubs  régionaux et  départementaux est  grand  et  ils sont  contraints  de  tout  recommencer à zéro. Bref  qu’ils  ont travaillé  gratuitement. «Avec  la  décision du Comité  de  normalisation,  j’ai perdu mon pouvoir de  signature  sur mes  joueurs. Le règlement de la  Fecafoot  stipule  que  pour qu’un  joueur amateur  passe à  un club d’élite, son  club  doit  percevoir une  prime de  500.000fcfa. J’ai  des  joueurs qui entraînent déjà avec des  clubs  comme Ums  de Loum Union de  Douala  Eding  sport de la  Lekie  et d’autres  clubs  encore. Le manque  à  gagné est  vraiment énorme. Il faut que  revoir le statut du joueur amateur, il faut une  nouvelle décision  pour garantir  le statut du joueur qui a évolué au stade  amateur », souhaite  Japhet  Ngambu en insistant sur la  compensation  financière  à  verser  aux  clubs.
 
 Cet argument est  entièrement partagé  par Louis Roger Bekeck, le président de  Pouma  Fc dans la Sanaga  Maritime «Il faut  qu’on  explique  ce qui se  passe  et  surtout pourquoi le  championnat a  été  arrêté. Nous  sommes les  présidents  de  clubs  et nous  œuvrons pour  le  développement du  football. Il faut  bien qu’on sache  ce  qui se passe», affirme-t-il. Reconnaissant  qu’il a  dépensé  beaucoup d’argent  pour l’encadrement des  joueurs  et  du staff technique de  son équipe,  des  clarifications  doivent  être faites à ce  sujet.  « Nous  avons  des  doléances  à soumettre au  comité  de  normalisation. Il a annoncé  le  début d’un  nouveau championnat.il faut bien qu’il nous  dise sur quel base on débutera  se  nouveau championnat », fait savoir Louis  Roger Bekeck lui aussi en colère.  Comme les  présidents  de la  région du Littoral et du reste du Cameroun, Cette décision est perçue comme de coup de massue dans la région de l’Ouest.  Car, depuis plusieurs mois en effet, cette région avait dévoilé son représentant aux interpoules. Stade FC de Bandjoun puisqu’il s’agit de lui, était selon des  informations déjà  en stage bloqué pour préparer ce tournoi d’accession en Elite Two.  Cette décision tombe donc  comme un couperet  pour ce club et de nombreux autres.  En signe  de  protestation  de cette  décision,  les  clubs  de  la  région du Littoral ont saisi le cabinet Kack Kack. Et celui-ci vient de servir au comité  de normalisation de la Fecafoot, une  requête pour demander l’annulation  de cette  décision.

 

La Ligue2 à 15
A  coté  des  revendications  des  présidents  de  clubs  encore sous  le  coup de l’émotion, il faut dire  que l’une des conséquences de cette  décision du Comité de normalisation c’est que la ligue 2 se  jouera  l’année  prochaine  avec  15 clubs  au lieu de  18 comme les  années  précédentes. Le  comité  de  normalisation déjà  au  fait de  cette  conséquence semble déjà avoir pris  les  dispositions. Lors  d’une  conférence de  Presse donnée à Yaoundé  me  Dieudonné  Happi faisait savoir que  l’année  prochaine  c’est  six clubs régionaux  qui accéderont en  ligue 2 pour combler le gap.  Cependant  comment cela  se  déroulera-t-il, la formule  à adopter reste attendue
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

 Hôpital Laquintinie: Un bâtiment de loisirs pour jeunes en construction

30 Décembre 2017, 10:25am

Publié par Hervé Villard

 
La première pierre de cet édifice a été posée ce mercredi 19 décembre 2017 en présence du secrétaire général du ministère de la Santé publique et des membres du Lions Clubs Douala paradise
 Hôpital Laquintinie: Un bâtiment de loisirs pour jeunes en construction
L’initiative est du Lions Club Douala paradise. A l’occasion de la célébration de son dixième anniversaire, cette association qui pose des actions humanitaires a bien voulu offrir une salle de jeux aux enfants malades internés à l’hôpital Laquintinie. L’idée en fait, c’est d’empêcher à ces derniers sevrés de leurs amis et surtout du jeu par la maladie, d’être dépaysés et malheureux pendant leur séjour dans ce centre hospitalier.
Les responsables du Lions Clubs Douala  Paradise conduits par Régine  Dooh Collins ont voulu «humaniser le séjour des enfants malades  à l’hôpital Laquintinie. «Les enfants qui sont soignés à l’hôpital Laquintinie comme dans d’autres hôpitaux du Cameroun vivent difficilement leurs soins. Nous avons pensé qu’en construisant une salle de jeu dans l’enceinte de l’hôpital, on pouvait utiliser ça comme outil thérapeutique. Car, cela permettra de distraire les enfants pendant leur traitement. L’enfant doit grandir sans interrompre son cycle normal», explique Régine Dooh Collins pendant la cérémonie.
Un argument partagé entièrement par Louis Richard Njock le directeur général de l’hôpital Laquintinie. Heureux du fait que son centre hospitalier sera l’un des rares du pays à avoir une salle de jeu pour enfants dans, il remercie le Lions Clubs Douala Paradise pour cette initiative et le choix porté sur l’hôpital Laquintinie. «C’est un nouveau jour qui se lève pou l’hôpital Laquintinie. Ce lieu perçu comme un endroit sinistre où il n’ya que douleurs. Pourtant, l’hôpital est un lieu où on vient rechercher la santé. Raison pour laquelle, ce bâtiment de loisirs sonne comme une nécessité», déclare tout ému le directeur général de l’hôpital Laquintinie. Il précise par ailleurs que le Lions club a construit un pavillon drépanocytaire et une lunetterie  à Laquintinie. Il n’a pas oublié de mentionner les nombreux dons en consommables médicales et divers faits par cette organisation.
Reconnaissant que la santé est un bien précieux pour tous et que les enfants doivent grandir dans un cadre bien approprié, le secrétaire générale du ministère de la Santé Publique témoins de l’évènement, a ajouté que le jeu et la détente rendent l’enfant physiquement fort sur le plan le social. «Les enfants ont besoin de ce cadre pour ne pas être coupé du monde et l’action du Lions Club Douala Paradise est fait pour résoudre ce problème», ajoute-il.
 
Près de 30 millions fcfa.
D’un coût estimatif de prêt de 30 millions de francs cfa, le bâtiment dédié aux loisirs pour jeunes que va construire le Lions Club Douala paradise à l’hôpital Laquintinie, sera opérationnel dans près de six mois. Construite sur une superficie de près de 164m2, il contiendra quatre grandes salles. A savoir, une salle de jeu vidéo de 38,28 m2, un espace de jeux divers de 68,77m2, une bibliothèque et les bureaux d’une superficie de 44m.et des toilettes. L’initiative du Lions clubs Douala Paradise a été saluée par toutes les personnalités présentes, le corps médical et les parents des enfants malades à l’hôpital Laquintinie. On attend plus que le bâtiment lui-même.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Elections au Cameroun: Un Monde Avenir veut impliquer massivement les jeunes

28 Décembre 2017, 19:51pm

Publié par Hervé Villard

Grace au Programme Simo qu’il vient de mettre sur pied, l’organisation non gouvernemental entend  inciter des millions de jeunes camerounais à s’inscrire sur les listes électorales.

séminaire de Formation des animateurs de proximité par l'Ong  Un Monde Avenir pour sensibiliser  les jeunes à s'inscrire sur les listes  électorales

séminaire de Formation des animateurs de proximité par l'Ong Un Monde Avenir pour sensibiliser les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales

Contribuer de manière active à intéresser les jeunes aux questions  électorales, les  convaincre  à  s’inscrire  de  manière  massive  sur  les  listes  électorales et surtout à défendre  leu  vote  et  le processus  électoral  si celui-ci venait à être  biaisé. Voilà l’objectif que vise le programme Simo (Suivre informer et  mobiliser les jeunes) que vient de mettre sur  le pied  l’On g  Un Monde  Avenir.

 Créé en octobre 2017 le programme  Simo, financé à auteur de dix millions de francs cfa par l’ambassade des Etats unis au Cameroun, a pour principale mission d’inciter les jeunes camerounais à s’inscrire de manière massive sur les listes électorales. Au lendemain d’une année électorale importante comme  2018, année au cours de laquelle le Cameroun selon  sa constitution, organisera une série de cinq élections importantes parmi lesquelles ; les présidentielles, les législatives, les municipales, les sénatoriales et les régionales, l’Ong  Un Monde Avenir a bien voulu pousser les  jeunes à s’exprimer. Car, majoritaire au Cameroun selon les statistiques, leur participation massive aux élections peut faire changer les choses. Et  l’expression de leur volonté  devenir réelle.

Pour parvenir à cet objectif  importante, l’Ong  un  Monde  Avenir  qui  lors d’une  étude menée  s’est  rendu  compte  que  les  jeunes  ne  s’intéressaient pas aux  questions  électorales dans  la  ville de Douala a  décidé de  mouiller le maillot. Pour jouer sa partition, elle  forme  depuis  ce 28 décembre 2017 des  jeunes animateurs de proximités. Sélectionnés après un appel à manifestation d’intérêt lancé en octobre dernier, ces jeunes 24 au total, ont reçu des  formations en  communication sociale, en animation sociale  et en techniques  de mobilisation.

Pendant ce séminaire animé par Pauline Simo et Philipe Nanga le coordonnateur d’Un Monde Avenir, ces derniers ont été édifiés sur les  techniques de prise de  contact et d’échange devant leur permettre de se  rapprocher de leur public cible durant la phase pratique.  Après  cette phase  de  formation apprend-on ces derniers descendront sur le terrain pour sensibiliser les jeunes.

 Selon David Moukoudi Din l’un des  bénéficiaires de cette formation, cela lui a permis d’être plus aguerri et averti dans la mission qui est la sienne. «J’ai retenu trois notions importantes durant la formation. J’ai appris que  l’animateur doit soigner son  langage, il doit adapter celui-ci par rapport à son auditoire et l’environnement qui l’entoure, il doit  être patient pendant  la  campagne de sensibilisation, et surtout avoir une capacité d’écoute  importante.  Celui-ci  doit surtout être à mesure  d’analyser  les  éléments  reçus  sur le terrain pour pouvoir convaincre son auditoire. C’était une  bonne  formation »,  conclue ce  dernier heureux.

 Selon Philippe Nanga le coordonnateur d’un Monde Avenir, le programme Simo ((Suivre informer et mobilise les jeunes), permettra d’impliquer d’avantage  des  jeunes  dans  le  processus  électoral.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter et LK

28 Décembre 2017, 13:22pm

Publié par Hervé Villard

Fête de  fin d’année
Papa Noel au  groupe La nouvelle Expression et  équinoxe
Les enfants du personnel de ce groupe médias basé à Douala ont reçu  chacun un  cadeau le 21 décembre 2017 dernier. C’était à l’occasion de la traditionnelle cérémonie d’arbre de noël organisée dans  la rédaction d’équinoxe radio.
«C’est la deuxième fois que j’assiste à la cérémonie d’arbre de noël au groupe La Nouvelle Expression et Equinoxe. C’est également la  deuxième fois que mes  enfants reçoivent quatre  cadeaux. La cérémonie a  été  belle et grandiose.  L’initiative  est  très bonne  et  je  remercie  le Pdg  d’équinoxe télévision pour tout ce qu’il fait pour  les  enfants.que  Dieu  lui donne  la  force   d’autres  arbres de Noel ». Cette déclaration  de Nadège Pone l’épouse de M Pone diffuseur  à Equinoxe télévision  traduit à suffisance la  joie qui a  animé  les épouses de tout le personnel du  groupe La  Nouvelle Expression et  Equinoxe après la traditionnelle cérémonie de remise des cadeaux aux enfants du personnel du  groupe ce  jeudi 21 décembre 2017.
A la vue de la joie qu’exprimaient leurs enfants après avoir reçu chacun un cadeau de noël  savamment  concocté pour la circonstance par la  direction  générale de l’entreprise,  ces  dernières ne  sont pas restés de marbre. Elles ont tout en participant de manière active à la réussite de  l’évènement,  invité le  patron  à  multiplier de  telle  initiative. «La  fête  était  très  belle. Les  enfants  étaient  heureux. Ils ont  bien mangé, ils  ont  dansé, ils  ont  même  pris  des  photos  avec  le  père  noël. Je  suis   heureuse Que  Dieu donne  la  force  au  Pdg  d’organiser ‘autres  arbres  de  noël plus grandiose.  L’évènement permet  aux enfants  du personnel de  se  connaitre»,  affirme toute excitée   dame  kengne Corine heureuse.
Comme  Nadège Pone et  kengne Corine, c’est  l’ensemble des épouses  du  personnel du groupe La  Nouvelle  expression et Equinoxe qui partageaient la  joie de  leurs  progénitures jeudi  dernier. Après avoir reçu des cadeaux de Belmondo Djouaka «sa majesté Bebel», le père noël de circonstance,  les enfants tout heureux ont  promis de bien se comporter  à l’école  et  à la  maison  pour  mériter  un  nouveau  cadeau   l’année prochaine. «Je remercie encore  le  groupe Equinoxe pour mon cadeau. Cela va me  permettre de bien travailler et de croire au père noël. J’ai  déjà reçu trois cadeaux.je  remercie  La  nouvelle  Expression  et  équinoxe qui  nous  permis de bien passer cette  fête», déclare toute heureuse Kamgne Pone, tout en brandissant son cadeau.
Selon des informations c’est  plus de cent cinquante enfants  du groupe La  Nouvelle  Expression qui ont ainsi reçu des cadeaux  à l’occasion de  cette  cérémonie. « Les cadeaux des  collègues  travaillant en  région ont aussi  été  expédiés », affirme  Nana Paul  Sabin  membre d’organisation de  cette  fête.
Allocution
Bien avant la traditionnelle cérémonie de remise des cadeaux,Severin Tchounkeu le Pdg du groupe présent à cette cérémonie s’est adressé aux enfants. Il les a invités à plus d’ardeur au  travail. A travailler dur à l’école pour avoir des bons résultats et à être respectueux et obéissants. Après cela, il a  procédé  à la distribution de quelques  cadeaux. La  suite  de la  cérémonie  a  été   coordonnée  par  David  Nouwou  le rédacteur en  chef du quotidien La Nouvelle Expression  et  Eric  Kouamo rédacteur en chef de Equinoxe radio et télévision. C’est par une réjouissance générale ponctuée de quelques animations, de chant et de danse que la cérémonie s’est achevée. Et le rendez-vous a été pris pour l’année  prochaine.
Malgré la joie qui les animait  certains parents ont émis le souhait de voir cette événement grandiose dans un cadre plus  grand, pouvant permettre  à tous  les parents  et  leurs enfants  d’être assis et surtout de  bien  s’amuser.  «La fête était  très  belle. Mais  elle  devait être plus  belle encore  si ont  l’organisait  dans une grande salle  où  tout le monde peut s’asseoir. Cela permettrait aux parents de ne pas être trop fatigués et aux enfants de bien s’amuser. Ces  derniers se marchaient dessus », propose-t-elle en appréciant ce  qui est fait. Comme  les  années antérieures, la  tradition  a  une  fois  de  plus  été respectée.
   Hervé  Villard Njiélé
 
 
 

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter et LK

28 Décembre 2017, 13:06pm

Publié par Hervé Villard

Fêtes  de  fin  d’année
Le cheval Blanc de Bonamoussadi  en fumé
Le  snack  bar basé  dans  l’arrondissement  de  Douala 5ème a  été  victime  d’un  incendie  dans  la nuit du 25 au  26 décembre 2017 aux  environs de deux heures.
 Le snack Bar restaurant le Cheval Blanc de Bonamoussadi en fumé

Le snack Bar restaurant le Cheval Blanc de Bonamoussadi en fumé

Plus de peur que  de mal. C’est du moins ce que l’on peut dire au regard de l’incendie qui s’est  déroulé au snack bar le cheval Blanc à Bonamoussadi dans la nuit de lundi à mardi 26 décembre 2017. Pendant que les habitués  de  ce lieu  et  les  habitants  de la  ville de Douala s’étant  invité  dans  cette discothèque célébraient  avec faste  la  fête  de la nativité,  au rythme des  sonorités  musicales  distillés là-bas, ils ont été  interrompus subrepticement par  un  incendie qui a ravagé tout  l’immeuble.  Comme  bilan de  cette catastrophe qui vient noircir la célébration de la fête de la nativité  dans la ville de Douala, on note  aucune  perte en vie humaine mais  de nombreux dégâts matériels. «Personne n’est mort. J’ai entendu des radios  dire  qu’il y avait  des morts à la suite de  l’incendie. C’est  faux. Il y a  eu des blessés. Une  jeune  fille paniquée a sauté  sur le  toit de la voiture et s’est  blessée. En dehors de ce cas, il n’y a eu rien de grave.les  autres clients sont sortis sains et sauf. Ils étaient paniqués c’est vrai», précise Collins l’un des responsables du snack bar Cheval blanc de Bonamoussadi joint au téléphone par le reporter de La Nouvelle Expression.
 Au chapitre des  dégâts matériels importants sont signalés. Puisque, le snack bars, les chambres d’hôtels et une  bonne  partie de ce bâtiment de type R+4 ont subit l’action foudroyante des flammes.«Le snack bar, la mezzanine, le Rez -de-chaussée, les couloirs des chambres ont été consumés», explique Collins qui reconnait que les flammes  étaient sans pitié.
Selon des informations, le feu donc l’origine reste  douteuse s’est déclenché au niveau de la cabine  de sonorisation. Pour  des  soucis de sécurité  le disc jockey en service a informé les occupants de la salle de ce qui se passait. C’est ainsi que ces derniers  ont paniqué  et se sont  rués vers  la sortie.
D’autres sont montés à l’étage et passaient  par le toit pour s’échapper  tandis  que  certains  cherchaient plutôt à sauté du quatrième niveau. C’est dans cette euphorie qu’une  jeune fille a sauté sur le capot d’un véhicule et a immédiatement été conduite à l’hôpital. Entre temps, le  feu poursuivait tranquillement sa salle besogne. Les flammes léchaient tout sur leur passage. Aidées par la  mousse qui a permis de tapisser les murs du snack bar de même que les liqueurs du  bar, elles vont se  propager à une vitesse éclair. Ainsi, tout le contenu du snack sera détruit sans réserve. La cambuse, les meubles, les climatiseurs, tout sera réduit en cendre. Ceci sous  le regard impuissant des responsables de cette entreprise. C’est l’arrivée rapide des sapeurs pompiers qui va  permettre de  circonscrire  les  flammes  et de  limiter les  dégâts. «Le  feu  a  commencé vers 1h 45min. Nous  avons  utilisé l’extincteur pour éteindre le feu. Mais cela  avait déjà attaqué les  mousses. Ce sont les sapeurs pompiers qui  ont éteints ce feu. S’ils ne venaient pas tôt, tout  l’immeuble se consumait », témoigne  un riverain.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires