Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Affaire Bicec : La liste des différents témoins toujours attendue

27 Octobre 2017, 09:43am

Publié par Hervé Villard

La troisième audience de cette affaire de détournement de  près de cinquante milliards de francs cfa à  la Bicec s’est tenue ce 21 septembre 2017 au tribunal de Grande instance du Wouri.

Ceux qui attendaient l’ouverture des débats dans l’affaire Bicec ce jeudi au tribunal de Grande instance  du Wouri sont repartis presque  déçus. Car les  débats n’ont pas  eu lieu, du moins pas  sur le  fond du dossier.  Après  plusieurs  heures  de  débats  sur la manière donc ce  procès va se tenir, le collège des juges ont une fois de plus renvoyé le procès pour le 26 octobre prochain. Comme motifs de ce renvoie, le juge explique que les  différentes  parties n’ont  toujours pas  déposé la liste de tou les témoins devant intervenir dans le procès. Cette liste étant importante pour le déroulement de ce procès qui cristallise toutes les attentions, il est important que cela soit fait avant la prochaine audience prévue au mois d’octobre prochain. Parlant de l’importance de la liste des témoins dans une audience criminelle, le ministère public dans ses réquisitions a rappelé l’urgence du dépôt de cette liste là surtout que la partie civile l’a déjà fait. «L’affaire  n,’est pas à même d’être jugée  tant que le dossier n’est pas  en l’état. Mon rôle dans ce tribunal est de faire respecter la loi», a rappelé le représentant du ministère public  dans ses réquisitions.
 Libération provisoire
Au cours de la prochaine audience, la collégialité va également statuer sur les demandes de libération provisoire de certains accusés de l’affaire Bicec introduites au cours de l’audience. Il s’agit de Moha Jean Pascal Hubert accusé de faux témoignage et de modification de preuve et de Ngué Remy  Emmanuel accusé de complicité de crime, d’abus de confiance et de  détournement.
 Lors de l’audience de ce jeudi, les avocats de ces accusés ont déposé une requête  pour demander la comparution libre de leurs clients. Car, «ne sont pas directement liés par les faits reprochés aux principaux accusés que sont Ngando Mbongue, Ondoa Nkou, Nyamsi Martin et Eponde Ekoka Benoit», ont-ils laissé entendre.
 D’après l’avocat de Moha Jean pascal, son client accusé de faux témoignage  et de modification de preuve s’est rebiffé par après. «Il est revenu su sa première  déclaration», a fait savoir cette dernière. Tout en précisant qu’il n’est pas directement impliqué  dans  le dossier puisque ce n’est pas lui qui a falsifié les pièces.  «C’est son frère un certains Nyamsi  Dieudonné donc qui l’a fait. Il est étranger au détournement de fond objet principal de ce litige. Il ne faudrait pas qu’on le mélange  aux principaux accusés », poursuit-elle en déclarant que  son client sera  toujours présent au  tribunal.
 Du coté d’Emmanuel Ngué, Me Denis Ngo a plaidé pour la même cause. Evoquant la bonne foi de son client accusé de complicité de crime, d’abus  de confiance et de détournement, il a déclaré que son client n’était pas au Cameroun pendant que  le  juge  d’instruction  le convoquait. «Des  son  retour au Cameroun,  les copies de son visa d’entrée  et de sortie du pays  sont  dans le dossier, il s’est directement rendu chez le juge d’instruction et a directement été emprisonné. Il est  étranger au détournement de fond». Pour soutenir son argumentaire, me Denis Ngo Bata a ajouté que son client n’a jamais travaillé à Interface. Et qu’il a agit à un moment précis.
La colère du représentant du ministère public qui a estimé qu’on est déjà entrain de gérer l’affaire dans le fond, alors que les modalités  pratiques d’ouverture du dossier ne sont  pas encore fait, n’a pas empêché la collégialité d’annoncer le délibérer pour ces doléances là à la prochaine audience .
Il faut pareillement noter à l’actif de ce procès qui mobilise plus de 25 avocats que pour son bon déroulement, le juge a décidé de le programmer tous les quatrièmes jeudi de chaque mois. Pour cette troisième audience Pascal Rebillard  ancien Dg de la  Bicec pourtant convoqué était absent. Les autres accusés de nationalités camerounais étaient présents. A savoir, Ngando Mbongue, Ondoa Nkou, Nyamsi Martin, Ekoka Eponde Benoit, Ebongue Moya Jean Pascal, Kamla Martin Ngue Remy, Iboth  Josephette Françoise, Pierre Mahe, Boulou Wonga Jean Jacques, Toube Samuel, Meffo  Pamba Elisabeth pour ne citer que  ceux-ci.
Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Festival Bogsos Eseka: La commémoration de la catastrophe d’Eseka au menu de la 6ème édition

27 Octobre 2017, 09:04am

Publié par Hervé Villard

En prélude aux lancements des activités du festival international Bogsos Eseka, les responsables de ce festival culturel ont rendu un hommage aux victimes de la catastrophe d’Eseka ce 21 octobre 2017 à travers une conférence de presse
C’est avec une conférence sur le thème« la mémoire» que les responsables du festival culturel Bogsos Eseka (Fibe) ont marqué la commémoration des victimes de la catastrophe d’Eseka survenue le 21 octobre 2016. Pendant que certains résidants étaient rassemblés à l’esplanade de la gare ferroviaire pour vivre la cérémonie funèbre organisée par le gouvernement camerounais, d’autres jeunes se sont joints aux responsables de la Fibe 2019 pour commémorer à la leur manière cet évènement tragique. Et surtout trouver des moyens pour empêcher que ce phénomène ne se reproduise plus.
 Dans la salle de conférence de Radio Eseka, la cinquantaine de personnes présentes ont été enrichies par les exposées du philosophe Dominique Yamb Timba. Au courant de l’exposé qui s’est achevée par des applaudissements nourris du public, le philosophe a montrer la complexité de la vie et des phénomène qui arrivent.
Partant sur le postulat de la mauvaise gestion, de la corruption qui ont pignon sur rue, notre philosophe à fait savoir à l’assistance que la gestion demande une anticipation et même une prévention .Car, on ne sait jamais comment cela pourra se produire. Etalant au passage les tares du gouvernement camerounais dans la gestion des catastrophes et même dans la prévention, il a précisé que chacun devrait jouer le rôle qui est sien pour construire un Cameroun émergent debout et courageux.
Durant sa prise de parole François Bingono Bingono, a invité l’assistance à faire un retour aux sources et surtout de renouer une parfaite communication avec leurs ancêtres. D’après cet anthropologue l’Afrique en général et le Cameroun en particulier a abandonné sa culture et sa tradition. «C’est pourquoi nous ne maitrisons plus ce qui se passe sur notre territoire». Prenons l’exemple de la Chine qui tutoie les plus grands du monde à tous les niveaux, François Bingono Bingono a déclaré qu’après leur formation en Europe, ces jeunes intellectuels chinois sont rentrés développés leur pays tandis que les nôtres ont épousés les blanches en oubliant leur propre mission. Ils ont oublié nos réalités traditionnelles. C’est pourquoi,  nous  ne pouvons pas comprendre tout ce qui nous arrive. Pour être en harmonie dans notre environnement, il faut un retour aux sources. «C’est un devoir de mémoire qui nous interpelle tous. «La plupart des africains ont perdu la mémoire. Et repères. Ils vivent comme des fantômes. C’est pourquoi le retour aux sources est évident» propose,-t-il
 Interrogé sur le choix du thème «la mémoire», Jean Félix Ntoump, le délégué général du Fibe(Festival international Bogso Eseka), a fait savoir que «la Mémoire» fait partie des choses culturelles. C’est pourquoi le thème a été choisi. «Bref c’est une forme de retour aux sources que nous voulons  faire», précise le délègue  du festival. Après cette conférence, une minute de silence en mémoire des victimes de cette catastrophe a été observé la l’esplanade de la gare.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Coupe du Cameroun: Le choc Ums de Loum Astres de Douala au menu des 8èmes de finale

27 Octobre 2017, 08:48am

Publié par Hervé Villard

Le club du département du Moungo qui a éliminé Coton sport de Garoua lors des 16ème de finales de cette compétition devra éteindre les astres de Douala pour poursuivre sa course dans cette compétition
 
Le tirage au sort des huitièmes de finale de la coupe du Cameroun s’est déroulé ce mardi 17 octobre 2017 au siège de la Fédération camerounaise de football à Yaoundé. A l’issue de ce tirage qui a permis aux 16 équipes qualifiées pour la suite de cette compétition de connaitre leurs adversaires respectives, l’Union des mouvements sportifs de Loum (Ums) a hérité d’un redoutable adversaire. Il s’agit des Astres de Douala, club de la capitale économique du Cameroun.
En course pour l’obtention de ce trophée, l’équipe qui a  échappé de justesse à la relégation à la fin de la saison sportive en Mtn élite one a besoin de sauver sa saison. Ce qui signifie qu’elle ne viendra jamais jouer les figurants dans cette rencontre. Les poulains de Dieudonné Kamdem ont à cœur de se rattraper en coupe du Cameroun et faire honneur à leur président qui n’a lésiné sur les moyens cette saison malgré le contexte économique difficile pour leur permettre d’achever la saison. Seulement, pour y parvenir, il faudra cravacher dur pour dompter leur adversaire qui n’est pas un enfant de cœur.
Tombeur de Coton sport de Garoua classé deuxième à l’issue de la ligue 1, Ums de Loum qui a remporté la coupe du Cameroun en 2015 a soif d’un nouveau trophée de coupe du Cameroun. L’équipe de Pierre Kouemo classée 4ème au championnat local qui s’est facilement qualifiée pour cette étape en battant son adversaire des 16èmes de finale par trois buts à zéro, compte remettre ça face à Les astres de Douala. Mais, il faudra compter sur la forme du jour, la discipline technique et tactique des joueurs et d’avantage sur la malchance des Astres de Douala leur adversaire du jour.
Bien que partie avec une ascendance psychologique pour avoir battu son Les Astres lors de la phase retour du championnat par un but à zéro à Douala, cette rencontre des huitièmes de finale s’annonce néanmoins palpitante et attrayante.
Les autres rencontres.
Dans les autres rencontres de cette compétition aussi attrayantes les unes que les autres, le public sportif aura droit aux rencontres Fc Yaoundé2 contre Bonaberi Fc de Douala; deux clubs de ligue régionale qui se sont retrouvés à ce niveau de la compétition en éliminant des club de ligue1 comme Stade Renard de Melong. Malgré  tout, le duel entre Saint Peters de Buea et Yong sport academy de Bamenda, reste l’une des rencontres les plus importantes de ces 8èmes de finale. Car, en plus  d’opposer deux clubs de deux régions anglophones (Nord-Ouest et Sud-ouest), la rencontre se joue entre un club de ligue 1 et un autre de ligue régionale. «Un véritable piège pour Yosa», pensent  les entraineurs de football. Dans la suite rencontres, Feutcheu Fc de Bandjoun sera opposé à Victoria United de Limbe, Lion Blessé à africa sport de Yaoundé  Stade de Bandjoun à Racing de Bafoussam et Douala Atlétic club au champion Eding sport de la Lekie.
Hervé Villard Njiélé
 
Coupe du Cameroun Les affiche des 8emes de finales.
 
UMS de Loum/ Astres de Douala
Fc Yaoundé 2/ Bonaberi fc de Douala
Saint Peters de buea/ Yosa de Bamenda
FEUTCHEU fc de bandjoun / Victoria unités de limbe
Lion blessé / Afrikasport de Yaoundé
Stade de Bandjoun / RACING de bafoussam
Foudre /New star de Douala
 
Dac 2000 / Eding de la lekie

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog et Facebook et Twitter et LK

22 Octobre 2017, 19:10pm

Publié par Hervé Villard

Drame d’Eseka

La douleur persiste un an après

A quelques heures de la célébration du premier anniversaire de la commémoration de l’hécatombe d’Eseka, les populations du département du Nyong et Kelle et de la ville d’Eseka se souviennent du drame comme si cela c’était déroulé hier.

 

«Depuis que je suis à Eseka, je n’ai jamais vu le génie militaire intervenir dans un accident de la circulation de Camrail. Peut être c’est le wagon militaire seul qui a motivé cette descente sur le terrain. L’accident était très grave. Comment expliquez qu’un train quitte Yaoundé avec 18 wagons et on se retrouve avec seize sur le terrain. Il y a  eu beaucoup de cadavres. On ne pouvait même pas compter. Les victimes ont été enterrées dans la boue. C’est après quelques  semaines qu’on est revenu ramasser les ossements humains. Il y a eu beaucoup de victime. Ce qui s’est passé à Eseka est une catastrophe. On ne peut pas appeler déraillement comme les gens le font depuis le début. C’était une véritable catastrophe». Cette déclaration est de Nguene Paul , un habitant Eseka.
Rencontré ce vendredi 21 octobre 2017, aux  environs de 10h, pendant qu'il traversait  les  rails, il a  tenu  à partager avec nous les souvenirs de ce drame.
  Dans une ambiance relativement calme qui règne dans la capitale du département du Nyong et Kelle, le soleil darde paresseusement ses rayons sur la ville. Une fine  pluie  s'abbat sur la  ville et oblige  les  habitants à s'abriter. A quelques mètres de la gare ferroviaire d’Eseka, plus précisément au lieu où s’est produit le déraillement du train voyageur 152 de Camrail à destination de Douala, c’est un calme apparent
.  Au milieu de cette broussaille qui s’observe de part et d’autre, même les oiseaux ne chantent pas. Seul le passage de quelques piétons empruntant les rails rompt  le silence régnant ici. Sur le site témoin de ce terrible accident qui avait entraîné la mort de plusieurs dizaines de passagers (79 de sources officielles et plus d’une centaine selon les riverains) et blessés plus de 590 autres, rien de particulier ne prouve qu’il y a eu accident mortel de train à cet endroit. Les hautes herbes ayant envahi les ravins dans lesquels étaient tombés des wagons et les différentes victimes.
A la gare d’Eseka plus précisément à l’arrière du bâtiment abritant ce service, des wagons du train 152 de Camrail sont parqués. Portant chacun les stigmates de cet accident meurtrier, certains sont couchés sur le dos. Cabossés par endroit, réduit en un tas de ferraille et ou encore sans vitres, l’état de ces wagons traduit l’ampleur de cette hécatombe qui a rendu la ville d’Eseka tristement célèbre.
 Si le site et les Wagons sont muets et ne renseignent pas suffisamment sur l’ampleur du drame, les riverains témoins de l’accident disent être encore sous le choc. un an après cet  hécatombe, ils peinent à oublier ce qu’ils ont  vécu. Ils s’en souviennent d’ailleurs avec beaucoup d’émotions et de  douleurs. «Je  rentrais  des  classes. Le  train  faisait  des  grands bruits. Il sifflait sans  arrêt et  est  venu  tomber ici. Beaucoup de  gens  sont  morts. Depuis  ce  jour  là,  je ne  marche  plus  sur  les  rails.  J’ai  vu  le  cadavre de gens, des  corps  décapités. Ça m’a beaucoup  fait  mal. Je ne  peux  pas  oublier. J’ai même  failli  m’évanouir. Chaque fois  que  je  pense à cet accident j’ai peur», raconte  avec  beaucoup d’émotion Mballeguel  Dieudonné élève au Cm2 à l’école publique d’Eseka. «Le lendemain, je ne voulais plus aller à l’école. J’ai passé mon temps à pleurer. J’ai vu le cadavre d’un garçon qui était  comme moi», se  souvient avec beaucoup de peine  le  jeune garçon de 14ans tout éploré.
C’est  dans le même état d’esprit que se trouve Nkeh Marie une autre  riveraine. «Mon fils, j’ai de la peine à mangé de la viande chez moi. J’ai vu des êtres humains  réduits en pâte. Jusqu’à présent  j’ai  encore peur. Je dors et sursaute  dans la nuit. Puisque c’est derrière ma  maison que l’accident s’est produit. C’est  chez moi que  ceux  qui ont secouru les victimes se sont lavés les mains à la fin», se souvient elle avec beaucoup de nostalgies «je continue à avoir peur chaque fois que le train passe» affirme  cette  dernière avec  beaucoup de peines.
Comme Dieudonné Mballeguel et Marie Nkeh, c’est tous les  habitants de la ville d’Edea qui sont encore  sous  le choc de ce drame. La vue des restes des wagons du «train de la mort», les  replonges dans le triste souvenir de ce 21 octobre 2016. «On ne peut pas oublier ça. Ce n’est pas  facile. Quand un étranger à Eseka se renseigne sur le lieu de l’accident, tout le monde se souvient de  ce  jour là. Nous  allons vivre  avec ce souvenir jusqu’à la fin de nos vie», pense avec beaucoup de remords Dieudonné Ntep, le président de l’association des jeunes du département du Nyong et Kelle.
 
Hervé  Villard Njiéle Envoyé  spécial

Voir les commentaires

 Commémoration du drame d’Eseka: Une messe de requiem en mémoire des disparues

22 Octobre 2017, 18:55pm

Publié par Hervé Villard

 Commémoration du drame d’Eseka

Une messe de requiem en mémoire des disparues

Selon des informations en provenance de la ville d’Eseka, cette messe permettra de prier pour le repos de l’âme des victimes décédés ou disparus lors de la catastrophe d’Eseka du 21 octobre 2016

 

Le premier anniversaire de la commémoration de la catastrophe d’Eseka est prévu ce samedi 21 octobre 2017 dans la capitale du département du Nyong et Kelle. Pour marquer le premier anniversaire de cette catastrophe, plusieurs articulations pointent à l’ordre du jour. Parmi les plus importantes et significatives, figurent une messe de requiem en mémoire des victimes de l’accident. A savoir les 80 morts recensés après l’hécatombe, les disparus et les 590 blessés encore sous soins ou déjà complètement guéris.

D’après les populations d’Eseka qui peinent à oublier ce qui s’est passé ce 21 octobre 2017, la messe de requiem a pour mission d’apaiser les esprits des morts, d’implorer leur repos et surtout de laver le mauvais sort qui s’est abattu ce jour là sur cette ville. Il est question de demander à Dieu de veiller sur Eseka et surtout de ne plus permettre que de telle chose se produise au Cameroun. Bref, «C’est une cérémonie  religieuse de purification qui sera organisée dans  cette  ville ce jour là», précisent certains responsables de cette ville.

 L’autre articulation de ce premier anniversaire, c’est la pose se de la première de la stèle en mémoire des victimes de cette catastrophe. Selon des informations, c’est le ministre des transports Edgar Alain Mebe Ngo’o qu’accompagneront plusieurs autres responsables de son ministère et du département du Nyong et Kelle qui procédera à cet exercice là. Le ministre de la culture le Pr Narcisse Mouelle Kombi et plusieurs responsables du gouvernement sont pareillement attendus du coté de la ville d’Eseka. Il en est de même pour les responsables de Camrail

Au sujet  de la stèle à ériger à Eseka, il faut dire que jusqu’à présent le lieu où ce mémorial sera dressé n’est pas connu. Au de part trois sites avaient été identifiés mais, aucun n’avait été choisi officiellement. C’est certainement au courant de la cérémonie que les populations de cette ville seront eux aussi, informé du choix fait. S’agissant de la qualité et même de la forme du moment à ériger, il faut dire qu’aucune information ne filtre non plus à ce sujet. Car, si on se souvient que le ministre de la Culture avait lancé un concours pour la conception de cette stèle il ya plusieurs mois et que le jury devant évaluer les différents travaux proposés avaient été officiellement présentés, il faut reconnaitre que les résultats de ce concours sont toujours attendus de même que le nom du vainqueur.

Joint au téléphone pour savoir comment l’évènement se prépare, le maire d’Eseka a fait savoir qu’il attend les instructions des membres du gouvernement. Car, l’organisation est centrée. «Tout ce qui est decidé à Yaoundé sera fait. Nous allons seulement les accompagner», a déclaré le maire.

Sur le plan local, il faut reconnaitre que le préfet du département du Nyong et kelle avec les responsables des services  déconcentrés de son département multiplient des réunions pour que cet anniversaire se déroule bien. Des animations et des rites traditionnels sont pareillement prévus.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Eliane Nana:«Nous avoisinons déjà un millier d’inscrits»

22 Octobre 2017, 18:19pm

Publié par Hervé Villard

 
Consultant en Marketing sportif, Eliane, Nana est la promotrice de Tara sport & Events l’entreprise qui organise avec l’aval de la fédération camerounaise d’athlétisme la première édition du Marathon International city sport-Asics de Douala. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, la présidente d’organisation de ce rendez-vous sportif  fait  le point de  l’organisation de ce  marathon international nous parle de cet évènement qui se tient à Douala le 29 octobre prochain. Elle revient sur la particularité de cet évènement, le niveau de préparation et surtout l’apport d’un tel évènement dans la ville de Douala. Lisez plutôt.
La première édition du Marathon International de Douala City Sport - Asics est prévue pour le 29 octobre 2017 prochain. C’est quoi cet événement sportif ?
Le Marathon International de Douala City sport-Aasics est notre nouveau-né qui rejoint les différentes activités sportives que nous avons organisées depuis deux ans que nous existons. Cette course va se dérouler dans les artères de la ville de Douala et dans à peu près les mêmes conditions que les marathons qui sont organisés à travers le monde. Ce sera une course à pied sur route, sur une distance de 42,195 kilomètres.
Qu’est ce qui a motivé son organisation?
Nous pensons qu'il était temps qu'une grande ville comme Douala ait son marathon, à l’instar des autres grandes villes du monde. Douala dispose de tous les atouts qu'il faut pour être le théâtre d'un tel événement. Cette impression résulte des études que nous avons menées pendant plusieurs années pour analyser la faisabilité d’un tel événement que le Cameroun n’avait plus abrité depuis trois décennies. Lorsque nous nous sommes rendus à l'évidence que c'était possible, nous nous sommes rapprochés de City sport qui représente la marque Asics, numéro un mondial en matière de running. Ils ont compris l'enjeu de l'événement et nous ont donné leur accord. Depuis lors, nous travaillons en étroite collaboration pour que les choses se passent comment nous l’espérons.
Pourquoi avoir choisi la ville de Douala et pas une autre ville du Cameroun?
Plusieurs facteurs ont milité pour le choix que nous avons porté sur la ville de Douala qui est la capitale économique de notre pays. Douala est l'une des plus grandes villes du Cameroun et dispose de nombreux atouts touristiques et quelques lieux mythiques. Ça vaut le détour ! Un autre aspect qui semble être le plus important est le relief. Vous êtes sans ignorer que le marathon ne se pratique pas sur toutes les surfaces. Sur ce plan, Douala remplit les critères nécessaires.
A quelques jours de l’événement, où en êtes-vous avec les préparatifs ?
Sur le terrain, les préparatifs se déroulent dans de très bonnes conditions. Les tâches ont été reparties et chaque commission s'active dans son domaine. En amont, tout a été planifié avec notre partenaire City sport - Asics. Ce sont des techniciens du sport. Il faut aussi savoir que Tara sport est accompagnée par une équipe de techniciens expérimentés. La fédération a aussi mis à notre disposition une équipe de techniciens vraiment qualifiés et spécialisés dans l'organisation de tels événements. Sur le plan de la sécurité, nous travaillons activement avec les partenaires concernés puisqu’il faut rappeler que ce Marathon bénéficie du parrainage de la communauté urbaine de Douala qui travaille à nos côtés sur maints aspects. En somme, tout ce qui concourt à l’organisation des grands marathons sera mis en contribution. Aucun détail ne sera négligé.
Vous avez pour ambition de mobiliser plus de 1000 athlètes amateurs et professionnels. Qu’est ce qui est fait à ce niveau ?
Oui effectivement, nous souhaitons mobiliser le plus grand nombre d’athlètes possible. Pour y parvenir, nous avons décidé que la participation à cette première édition sera gratuite. Les athlètes n'auront aucun frais à débourser. Les fiches d'inscription gratuites sont disponibles dans toutes les boutiques City Sport. On peut également s'inscrire sur le site de Tara Sport (www.tarasportsevent.com) ou contacter nos équipes qui sillonnent les artères de Douala. Actuellement, les inscriptions vont bon train. Nous avons déjà enregistré un nombre impressionnant d'athlètes locaux et internationaux. Faut-il rappeler que cet événement se déroulera simultanément avec la Marche Sportive Familiale. La participation à cet autre événement est également gratuite. Son déroulement sera sous la forme d'un ekiden c'est-à-dire un relais sur route. On va retrouver un groupe familial constitué de deux adultes et d'un enfant. Pendant l'épreuve, ils vont se relayer et au bout du compte, la famille qui va réaliser la meilleure performance sera déclarée vainqueur.
Pouvons-nous avoir au jour d’aujourd’hui une idée sur le nombre d’inscrits ?
Nous avoisinons déjà un millier d’inscrits. Ces chiffres iront crescendo au fur et à mesure que l'on va se rapprocher de l'événement, certains préférant se mouvoir à la dernière minute. Mais nous invitons les athlètes à faire vite parce que le nombre est limité. Je réitère que les fiches d'inscription sont disponibles dans les toutes les boutiques de City sport. Evidemment, c'est une modalité qui ne concerne que les athlètes locaux. Quant aux athlètes internationaux, ils s'inscrivent sur le site tarasportsevent.com. Plusieurs internationaux se sont déjà manifestés. Ils sont pour la plupart des kenyans et des éthiopiens et d’autres pays d’Afrique Centrale. Pour permettre aux retardataires de participer à cette grande fête, nous avons repoussé la date limite d’inscription au 25 octobre 2017. Au-delà ce sera techniquement impossible à gérer.
Parlez-nous de l’apport de la fédération d’athlétisme dans l’organisation de cette cérémonie ?
Plus haut, j'ai cité des techniciens spécialisés que la fédération nationale a mis à notre disposition pour nous accompagner dans l'organisation. Je crois que ce geste traduit l'intérêt que la fédé accorde à l’évènement. Notre collaboration avec ses responsables est régulière. Nous ne pouvons pas nous permettre d'organiser un tel événement sans l'aval de la fédération parce qu’elle est non seulement la tutelle mais elle dispose de nombreuses compétences. Chaque fois que nous l'avons sollicitée dans le cadre de l'organisation de ce Marathon, elle a répondu favorablement. C'est d’ailleurs le lieu pour nous de la remercier ainsi que les responsables des ligues régionales qui abattent beaucoup d'efforts dans le cadre de la sensibilisation des athlètes dans les régions.
L’organisation d’un tel événement nécessite d’importants moyens humains et financiers. Où trouvez-vous tous ces moyens ?
Vous avez raison qu’il faut mobiliser de gros moyens et c’est plus compliqué au regard de la conjoncture actuelle peu favorable. Mais, il y a un adage qui dit que "celui qui veut, peut". Nous sommes guidés par cette maxime depuis que nous avons entrepris cette initiative. Organiser ce marathon pour nous est une motivation constante et permanente, une lumière qui guide quotidiennement nos pas. C'est en faisant justement ces pas que nous avons rencontré City sport ainsi que tous les autres sponsors et partenaires qui ont accepté de nous accompagner parmi lesquels la Communauté urbaine de Douala qui a accepté de parrainer l'événement. C'est grâce à tous ces partenaires que nous remercions au passage, que nous allons prendre la mesure de ce défi sur les plans humain et fin
Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Awards de la Lfpc: Eding sport fait un hold up

17 Octobre 2017, 13:42pm

Publié par Hervé Villard

 
 Le club champion de la Mtn élite one a remporté à lui seul quatre trophées sur les onze possibles durant la soirée de récompense des meilleurs acteurs du football organisée par la ligue professionnelle de football du Cameroun (Lfpc) vendredi dernier.
Les lampions se sont définitivement éteints sur le championnat national de première et de deuxième division nationale ce vendredi 13 octobre avec la cérémonie des awards de la ligue professionnelle de football du Cameroun (Lfpc). Au courant de cette cérémonie tant courue par les autorités administratives et politiques et les amoureux du ballon rond au Cameroun et certains venus de l’étranger, ceux qui se sont positivement distingués durant la saison sportive ont été récompensés. Parmi les 18 clubs en compétition à la Mtn élite one, seuls huit ont eu la chance d’être représentés sur le podium durant cette cérémonie. Parmi eux, Eding sport de la Lekié qui a glanée le plus grand nombre de trophées.
Le club champion du Cameroun à lui seul, a raflé quatre prix importants. Il s’agit du prix de la meilleure équipe de la Mtn, élite one de la saison sportive 2016-2017.Un prix donc la valeur monétaire est évalué à 20 millions de fcfa. Le club du président Saint Fabien Nvogo, a pareillement eu le ballon d’or de la saison sportive. Prix attribué à Alphonse Marie Tientcheu, le milieu de terrain de cette équipe de la Lekie. En plus de ce prix très convoité par les footballeurs du championnat d’une valeur de deux millions de francs cfa, Eding Sport a pareillement reçu le prix de meilleur gardien de la saison, attribué au portier Ngwot kalatchi et celui de meilleur entraîneur de l’élite one de la saison décerné à Anicet Mbarga Foe, coach principal de cette équipe de la région du Centre .Une moisson abondante qui permet de comprendre que ce club n’est pas sorti champion par hasard. Et qu’il a valablement mérité la place qui est la sienne aujourd’hui.
Meilleure organisation
 En effet, si Eding sport de la Lekie fait les envieux depuis la fin du championnat de ligue 1 à cause du titre de champion qu’il a remporté, ce n’est pas le fruit de hasard. Au contraire, c’est le fruit d’une politique sportive bien établie par Saint Fabien Nvogo le promoteur de l’équipe, du respect de ses collaborateurs et du travail qu’ils font et, d’avantage de la qualité des joueurs sélectionnés et de leur professionnalisme. Bref, l’équipe d’Eding sport de la Lekie mieux préparée que les autres a vu la chance lui  sourire. Surtout qu’elle a évité tous les maux qui ont été multipliés dans d’autres équipes. Notamment, le licenciement abusifs et permanents des entraîneurs, la non rémunération des joueurs et l’immixtion des présidents de club dans les classements des joueurs. D’après Saint Fabien Nvogo qui reconnait avec beaucoup de modestie que son équipe est toujours entrain d’apprendre, chacun joue son rôle au sein d’Eding sport de la Lekie. «Le directeur sportif définit la politique générale de l’Equipe, le préparateur Physique fait son travail et l’entraîneur fait le sien. C’est la somme de tous ces travaux  à qui a permis que nous soyons champion», reconnait ce président heureux sur les  antennes d’équinoxe télévision.
Après Eding sport avec quatre prix, il faut dire qu’Union de Douala grâce à Clarence Bitang a été représenté deux fois sur ce podium des awards. Le milieu de terrain a reçu le prix de meilleur come back de la saison et celui du meilleur but de la saison écoulée.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Nécrologie :Léonard Nseke tire sa reverence

17 Octobre 2017, 13:36pm

Publié par Hervé Villard

L’ancien coach des Lions Indomptables, Léonard Nseke est décédé hier lundi 16 octobre 2017 à Son domicile à Bonamoussadi des suites de longues maladies.
 
La nouvelle est rendue publique dans l’après midi de ce lundi 16 octobre 2017. Léonard Nseke l’ancien coach des Lions Indomptables a rendu l’âme à son domicile à Bonamoussadi à Douala. Malade depuis plusieurs années le charismatique entraîneur de football a fini par rendre son tablier. Atangana Fouda journaliste et ami de longue date de la victime est encore sous le coup de l’émotion «J’ai appris avec beaucoup de douleur son décès par voie de radio dans l’après midi. C’est vrai que je n’ai pas trop été surpris parce que je m’y attendais. On était chez lui il y a deux ans, et il était gravement malade. Il chutait constamment et aujourd’hui, il a rendu l’âme. Il fait parti des premiers entraîneurs de l’équipe nationale du Cameroun. C’était un homme charismatique qui ne se laissait pas marcher sur les pieds. Il a refusé en 1994 d’être l’adjoint du français Henry Michel lors de la coupe du monde 2014. Jean Paul Akono est à son image. Il faut dire qu’il a inspiré plusieurs générations d’entraineurs et de footballeurs. Sa disparition laisse un gros vide dans le paysage footballistique camerounais», regrette Atangana Fouda, abattu.
Bien avant sa longue carrière entraîneur qui l’a conduit sur le banc de touche de l’équipe nationale fanion du Cameroun, il faut dire que Leonard Nseke était un joueur émérite. Il a fait les beaux jours de plusieurs clubs camerounais d’élite dont le Diamant, Fédéral de Yaoundé.
Biographie
Professeur d'EPS, il était entraineur diplômé de football des écoles française et allemande, Il a été international de 1960 à 1966. Capitaine de la grande formation mythique du Cameroun en 1964, avec pour coéquipiers, Mbappe Lepé, Mbette Isaac, Atangana Ottou Jean entre autres. A la direction technique nationale au milieu des années 70, il est nommé sélectionneur national en 1994, et est le seul technicien camerounais à avoir qualifié les Lions Indomptables pour une Coupe du Monde en 1994. Il fait partie des légendes de football national.
L’un de ses fils, Olivier Nseke, a suivi ses pas dans le football et s’est illustré dans plusieurs équipes dont l’Union Sportive de Douala. Léonard Nseke était âgé de 78 ans. Il s’en va en laissant derrière lui, une famille biologique constituée d’une veuve, de sept enfants et une dizaine de petits-enfants éplorée. Il abandonne aussi une importante famille de sportifs (entraîneurs joueurs) en larme.
Il faut noter que Leonard Nseke l’un des doyens des entraîneurs du Cameroun décède trois jours seulement après Joseph Siewe l’entraîneur de la sélection U-17 de l’équipe nationale lui aussi parti quelques jours seulement après le décès de l’emblématique président du Tonnerre de Yaoundé Onambele Zibi. D’importantes disparitions qui plongent le paysage sportif camerounais dans le deuil.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

LFPC Awards: Eding sport de la Lekie boude la cérémonie

16 Octobre 2017, 11:29am

Publié par Hervé Villard

Les responsables club champion de la Mtn elite one ont délibérément refusé de prendre le chèque symbolique offert par la Ligue professionnelle de football lors de la soirée de récompense des acteurs du sport de la saison écroulée.
 
La quatrième édition des awards de la ligue professionnelle du  football du Cameroun s’est déroulée à Douala ce vendredi 13 octobre 2017. L’hôtel Sawa qui accueillait l’évènement a fait son plein d’œuf. Seulement, la présence d’un parterre de personnalités au rand desquels le gouverneur de la région du Littoral venu rehausser  l’image de l’événement n’a pas empêché les responsables d’Eding sport de la Lekie de bouder l’évènement.
 Contestant le montant de la  cagnotte offert au champion de la ligue 1, évalué  à 20 millions de francs cfa au lieu de 40 millions prévu au départ, les membres de cette équipe ont signifié leur mécontentent à la ligue professionnelle de football durant la cérémonie. Ils n’ont pas retiré leur prix. Attendu sur le podium comme tous les lauréats de cet award, les responsables d’Eding sport de la Lekie étaient absents. Bien qu’aperçu à l’évènement pendant la cérémonie, personne d’entre eux n’a bougé le petit doigt et ce malgré les nombreux appels des présentateurs de la soirée.  A force d’attendre en vain les responsables de ce club, les hôtesses portant les prix  du champion de la saison sportive seront priées de libérer le plancher. «Ils iront  récupérer ce prix à ligue professionnelle de football du Cameroun(Lfpc)», a lancé désespéré ce  dernier.
Cependant, la bourde des responsables d’Eding sport de la Lekié n’a été que l’un des éléments qui a trahit l’organisation de cette soirée de gratification des  footballeurs sur l’ensemble du triangle nationale. Car, à coté du casting des présentateurs, des amateurs pour la majorité qui n’avaient pas encore l’étoffe de la présentation des cérémonies d’une envergure nationale, leur approximation dans la maîtrise du lexique du football ont contribué à dénaturer cette soirée qui pour  beaucoup était«une honte».
Couacs
Des erreurs dues à l’approximation dans l’organisation de cet Awards ont poussé des joueurs frustrés à abandonner sur le podium les trophées qu’ils avaient reçu. C’est le cas de Franklin Nguea Tchebemou joueur de Feutcheu FC. Le joueur qui a inscrit  16 buts en championnat et se classait  troisième meilleur buteur de la Ligue 1 a vu son prix remis au 4ème parce que ligue a estimé qu’il n’avait inscrit que 13 buts. La colère des responsables des  clubs de ligue2 fâchés pour la valeur des prix reçu a contribué à constiper cette ambiance pourtant festive. Car, si le vainqueur du championnat en ligue 1 a eu 20 millions de francs cfa, le second 15 millions et le dernier 10millions, en ligue 2, le premier a eu six millions, le second 4 millions et le 3ème 2.5 millions. Ce qui n’est pas de nature à encourager la pratique du football au Cameroun.  Beaucoup ont estimé que c’était de l’insulte à leurs égards.
Malgré ces ratés, la soirée s’est déroulée et les différents lauréats ont eu leur prix. En plus des équipes et des joueurs, la ligue professionnelle de football a pensé récompenser les arbitres aussi. Si Clarence Bitang a eu les trophées de meilleur come back dans le championnat grâce à ses performances au sein de l’Union sportive de Douala et le trophée du plus beau but de la saison, Alphonse Marie Tchientcheu a remporté le titre de meilleur joueur de la saison. Il succède ainsi à Arouna Dang en devenant le 4e ballon d’or de l’ère professionnelle du football camerounais. Leprix  de entraîneur de ligue 1del’année est  revenu à Anicet Mbarga Foe entraineur Eding sport de la Lekié à qui a été remis de meilleure équipe de Ligue 1dela saison sportive.
Sur le plan culturel, l’événement a été agrémenté par les prestations artistiques de Salatiel, Armand Biyack et Stanley Enow.
Hervé Villard Njiélé
 
Liste des distinctions
MTN Elite One
Meilleur arbitre assistant : Evariste Mekouandé
Meilleur arbitre : Bito jeanot
Meilleur espoir : Réné Ndi (Bamboutos)
Meilleur gardien : Gwot Kalati (Eding)
Meilleur défenseur : Etta Bawack (UMS)
Meilleur Milieu : Junior Awono (YOSA)
Meilleur come back : Clarence Bitang (Union de Douala)
Meilleur but : Clarence Bitang (Union de Douala)
Soulier d’or : Daouda Kamilou (Coton) 19 buts et Maximilien Elimbi (Aigle) 19 buts
Meilleur entraineur : Anicet Mbarga Foé (Eding sport de la Lekie)
Ballon d’or : Alfonse Tchientcheu (Eding)
Equipe championne : Eding Sport de la Lékié
Equipe fair-play : Colombe Dja et Lobo
MTN Elite Two
Meilleur arbitre assistant : Jean Marie Ebogo
Meilleur arbitre : Clovis Njichu Tembong
Meilleur espoir : Jean Bosco Nga Ngombi (FC Yaoundé II)
Meilleur gardien : Gustave Modeste Onana (Dynamo)
Meilleur défenseur : Roméo Njang (Bang Bullet)
Meilleur Milieu : Gaël Noukeu Njike (TKC)
Soulier d’or : Leonel Abaté Etoundi (AS Fortuna)
Meilleur entraineur : Atangana Ngandi (FC Yaoundé II)
Ballon d’or : Leonel Abaté Etoundi (AS Fortuna)
Équipe championne : FC Yaoundé II
 
Équipe fair-play : PWD

Voir les commentaires

Decès de Joseph siewe: Chronique d'une disparition douloureuse

16 Octobre 2017, 11:07am

Publié par Hervé Villard

L’entraîneur national de la sélection U17 des Lions Indomptables est décédé très tôt ce vendredi 13 octobre 2017 à l’hôpital Laquintinie des suites de maladie en  laissant tous  ses  proches  en émoi.

 

«Depuis le matin, je suis sous le choc de cette triste nouvelle, j’ai le sentiment d’être dans un rêve, je croyais le voir ici ce soir pour confirmer que c’était vraiment un rêve. Mais là je constate que c’est bel et bien réel que le coach Siéwé n’est plus des nôtres. C’est la volonté de Dieu on ne peut que l’accepter et prier pour le repos de son âme. Mes pensées vont également à l’endroit de sa famille durement éprouvée à qui j’adresse mes condoléances les plus attristées. C’était un coach vraiment charismatique». Cette déclaration est  de Clarence Bitang milieu de  terrain de l’Union sportive de Douala. Rencontré vendredi dernier à Douala en marge des Awards de la Ligue professionnelle de football du Cameroun, celui-ci qui est encore sous le choc de la disparition de Joseph Siewe dit «Diallo» n’a pas caché sa douleur. Regrettant la disparition de ce formateur de renom, Clarence Bitang dans les colonnes de Press-sport.com reconnait que l’ancien entraineur de l’Union sportive de Douala a positivement influencé sa carrière sportive «C’est quelqu’un qui a su me pousser dans mes derniers retranchements pour m’amener à progresser dans mon jeu. Cette saison passée à ses cotés m’a permis de gagner en maturité et en expérience. Si je suis honoré sur le podium ce soir c’est en partie grâce à lui et ces deux trophées sont pour lui et je suis sûr que là où il est il est très content»,affirme le joueur choqué.
Non Loin de lui, Steve Sina, responsable de la Communication de l’Union sportive de Douala est lui aussi dans l’émoi. «Je n’en reviens pas. Quand j’ai appris la nouvelle ce vendredi matin. J’ai été vraiment choqué. Je le savais malade mais pas mourant. Il est allé à l’hôpital parce qu’il était un peu  souffrant. Et je suis surpris d’apprendre son décès subit», confesse Stève Sina en écrasant une larme pour cet homme qu’il a côtoyé pendant des années.
Comme Clarence Bitang et Stève Sina de l’Union sportif de Douala, c’est l’ensemble des dirigeants de football, des joueurs et supporters qui regrettent le décès de Joseph Siewe. Ils digèrent mal cette nouvelle. Ils n’en reviennent pas et se demandent tous comment cela a pu se produire. Si ces derniers reconnaissent que le Cameroun et le monde du football viennent de perdre un formateur des jeunes footballeurs expérimenté. Ils ont surtout le sentiment que celui-ci est parti sans avoir achevé la mission qui était la sienne. «On venait de lui confier la sélection U-17 de l’équipe nationale. Il devait faire le tour du Cameroun pour détecter et sectionner des joueurs talentueux qu’il allait former mais hélas» regrette-t-il.
Au domicile du défunt, c’est la consternation totale. Les membres de sa famille ne savent pas à quel saint se vouer. Surtout que le décès n’était jamais envisagé quand ce dernier allait à l’hôpital.«Il n’avait pas l’air d’un mourant», apprend-on. La maison ne désemplit plus. Les amis, les connaissances du coach arrivent au fur et à mesure. Chacun à sa manière tient à rendre hommage à cet amoureux du ballon rond qui vient de rendre son tablier d’entraineur de football.
Selon des informations, le corps de Joseph Siewe est encore à la morgue de l’hôpital Laquintinie et n’attends que l’organisation des obsèques pour être inhumé.
Biographie
Formateur et responsable de fundesport, crée par Samuel Eto’o fils depuis plus de dix ans, Joseph Siewe est passé sur le banc de touche de dac 2000 comme consultant. Il est devenu par la suite l’entraîneur en chef de l’Union sportif de Douala. Nommé encadreur de la sélection U-15 de l’équipe nationale, il a été nommé chez les U-17 de l’équipe nationale. Parmi les joueurs qu’il a formés, on peut reconnaitre Fabrice Ondoa, Christian Bassogog, André Onana, Fabrice Olinga Franck Baniack, Jean-Marie Dongou. Après Adolph Ekeh,Joseph Siewe est le second entraîneur de football décédé cette saison. Avant le coach Siéwé, la famille du football camerounais a perdu le Patriarche Emile Onambélé Zibi, ancien président du Tonnerre kalara club de Yaoundé décédé au petit matin du lundi 09 octobre 2017.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires