Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Angola 2010: La Caf suspend le Togo de la compétition.

12 Janvier 2010, 12:16pm

Publié par hervy

 

 

Rentrée au bercail sur décision du premier ministre pour trois jours de deuil national, la Confédération africaine de football (Caf)  a refusé à l’equipe du Togo de reprendre la compétition.

 

 La nouvelle est  déjà connue de tous. L’équipe nationale du Togo ne participera plus à la 27ème  édition de la coupe d’Afrique des nations qui se déroule en Angola. Cette décision a été rendue publique  hier après midi par la direction de la Confédération africaine de Football.

 

Selon la BBC,  la chaîne de radio qui a relayé cette information durant son journal de 13h hier, la CAF (Confédération Africaine de Football) a refusé officiellement  l’hypothèse  du retour des Togolais dans la compétition, sans toutefois donner  de justification.

 Les retransmissions télévisées, ou l'impossibilité de faire jouer la dernière journée du groupe  du Togo (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana) en même temps comme il est de rigueur pour l'équité sportive, seraient des excuses avancées, même si l’on croit  savoir que des divergences politiques seraient au coeur de cette décision.

 

Revenu dimanche au pays pour un deuil de trois jours afin de pleurer les victimes de l'attaque du bus dont ils ont fait l'objet vendredi, les Eperviers souhaitaient par la suite être réintégrés à la compétition.

                                              Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Can 2010:L’Angola laisse filer sa chance

11 Janvier 2010, 16:55pm

Publié par hervy

 

 

 

 

 

Alors que le public s’attendait à une victoire fleuve des palancras négras sur les aigles de Carthage hier à Luanda,  par quatre  buts à zéro,ils se sont fait  rattrapés au score lors des quinze dernier ses minutes.

 

 

Le public Angolais était déçu hier  soir, après le match d’ouverture de la 27ème coupe d’Afrique des nations, qui a opposé l’Angola pays ôte de cette compétition, au Aigle du Mali. Cette rencontre qui s’est soldée par un score fleuve  de quatre buts  partout n’a pas fait les affaires des supporters angolais qui croyaient être rentrer de plein pied dans cette compétition  jamais  remporté par leur pays.

Maître de cette rencontre des le coup d’envoie de la compétition donné à 20h, heure du Cameroun, les Angolais ont dominé de fond en comble cette rencontre. Volonté de gagner, jeu collectif, passes réussies, un jeu porter vers l’avant, assurance et sérénité des joueurs, attaques flamboyantes, réussites dans les actions conçues. Bref  tous les atouts étaient du coté Angolais qui ont fait rêver leur public pendant 75 minutes de jeux.   Les angolais ont démontré qu’ils pouvaient tutoyer les grandes nations du football africains telle le Mali.

 

Domination totale  de l’équipe d’Angola  pendant  la première manche de la rencontre ; ces derniers sont rentrés  aux vestiaires avec une avance de deux buts. Un doublé de Flavio Amado.   Profitant de la passivité de la défense malienne sur un coup franc à l’entrée de la surface de réparation,  l’attaquant angolais va surgir devant les défenseurs et cloué le portier malien qui n’avait que ses yeux pour constater les dégâts dans ses filets.  L’Angola mène à la 37ème minutes au score par un but à zéro.  D’un jeux effervescent  et d’une maîtrise de balle de qualité, sur une remonté de balle   du milieu offensif angolais sur le coté droit, Flavio Amado va à la 42ème minute, dévier dans les buts du portier maliens le centre fait dans la surface de réparation de cette équipe. Il va par le même fait porter le capital de buts Angolais à deux. Avant la mi-temps.

 

Euphorie Totale

 Des la reprise de la seconde manche, les supporters Angolais La palancras  seront fous de joie. Car  leur équipe est revenue dopée des vestiaires. Sur deux fautes dans la surface de réparation sur leurs attaquants, elle va bénéficier de deux penaltys indiscutables concrétisés successivement par Gilberto à la 67ème minute et Manucho  à la 73ème minutes. Les angolais  sont certains que le tour est joué et la joie contamine tout le stade. La première dame angolaise sur les coups d’éclats de ses joueurs n’a pu retenir sa joie. Ella a sauté de joie à plusieurs reprises à la vue de cet exploit qui n’a été que de courte durée.

 

 Le Mali revient de loin

 Et puis, le Mali, enfin se réveille. Il reste une dizaine de minutes à jouer et l’Angola mène 4buts à zéro.

 Mais les hommes de Stephen Keshi n’entendent pas s’en laisser compter. Keita réduit tout d’abord la marque, mettant en évidence les lacunes défensives de l’Angola. Tout le stade pense qu’il s’agit là d’un but pour l’honneur (4-1). Mais, en 5 minutes, les Aigles vont renverser la vapeur.

Kanouté (88e), suivi de Keita (93e) et Yatabaré (94e) ont permis à l’équipe nationale du Mali de renverser la vapeur. Une folle remontée qui permet aux deux formations de se quitter dos à dos, sur un match nul arraché au bout du bout. 4-4, score final. Une avalanche de buts qui ferait presque oublier le drame des derniers jours. Et jettera une tristesse sur les supporters angolais en joie il y a quelque temps.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Angola : Insécurité dans la tanière des Lions

8 Janvier 2010, 16:24pm

Publié par hervy

 
MohLions4Selon NaNa Paul Sabin envoyé spécial de Radio équinoxe à Lubango, en Angola, la Caf a passé au peigne fin l’hôtel dans lequel Samuel Eto’o et ses coéquipiers doivent loger. La direction de la structure a été sommée de renforcer la sécurité.


Can 2010 :La Caf passe au peigne fin l’hôtel des Lions indomptables à Lubango

 


 Selon le correspondant de Equinox Radio au journal de sport de 6h 30 que présentait Erick Kouamo, Le Mauritanien Massa Dira a passé au scanner hier après midi, l’hôtel Serra Da Chela, qui sera la tanière des Lions du Cameroun au moins durant le premier tour de la phase finale de la Can.

Alors que trois responsables de l’hôtel servent de guide à la délégation de la Caf (Confédération africaine de football), arrivée de Luanda hier jeudi pour s’assurer que les hôtels réservés aux équipes du groupe D de la Can remplissent les normes prescrites.

Le Mauritanien Massa Dira et sa suite, ont été conduits dans les chambres, la terrasse, les salles de conférences, et autres coins et recoins. Au terme de cette tournée d’inspection, le coordonnateur général de la Can à Lubango n’a pas souhaité se prononcer sur les observations. « Venez au siège de la Cocan mardi, votre confrère du comité d’organisation qui est votre interlocuteur, vous donnera les conclusions arrêtées au terme d’une réunion de mise au point que nous allons tenir lundi soir ». Cependant, pendant sa visite, Massa Dira a fait remarqué aux gérants de l’hôtel, que la sécurité n’était pas renforcée, et que c’était l’un des points à améliorer. Les responsables de l’hôtel ont pris les engagements de tout mettre au point avant l’arrivée des Lions indomptables. Samuel Eto’o et compagnie sont attendus dans leur tanière dimanche soir, en provenance de Nairobi au Kenya où ils sont en mis au vert depuis trois jour.

Une ville touristique

 

 


Quartier Senora De Monte Lubango. La montagne qui surplombe la ville, porte une ancienne église catholique construite à l’époque coloniale par des missionnaires. Situé à près de 10 000 mètres d’altitude, elle est devenue un lieux sacré de retraite et de pèlerinage. Au pied de la montagne, un hôtel flambant neuf qui donne une nouvelle allure à ce quartier de classe moyenne. « C’est quand l’Angola a gagné l’organisation de la  phase finale de la coupe d’Afrique des nations qui démarre dimanche, que l’Etat a décidé de construire cet hôtel. Il a été construit en un temps record, moins d’un an» raconte Joao Faustino Kiese. L’absence de clôture expose l’immeuble sur la chaussée et à un  vaste parking d’une capacité de 1150 véhicules.

Sur l’enseigne fixée à l’entrée de l’hôtel, il est précisé que le joyau architectural, un immeuble carré de 108 chambres quatre niveaux a été inauguré le 29 décembre 2009 par Antonio Paulo Kassoma, Premier ministre de l’Angola. La nuitée vaut en moyenne 250 dollars américains, la monnaie étrangère utilisée en dehors du Kwanza qui est la monnaie locale…

À l’entrée principale, quatre hommes en veste sombre facilitent, sous le regard de deux hommes en tenue armés, l’accès au  hall de l‘hôtel. Une fois à l’intérieur, c’est une photo présentant de grands antilopes qui vous accueillent. « Vous avez là, ce qu’on appelle les Palancas negras, véritable symbole du pays » affirme sous anonymat, la responsable, chargée de la clientèle. Une autre photo imposante des Palancas negra trône derrière le bureau de la réception. Les personnels masculins et féminins des races noires et blanches, vaquent à leurs occupations.

 


 

 

 


 

Voir les commentaires

sport: La Can en chiffre

8 Janvier 2010, 16:11pm

Publié par hervy

Le coup d'envoi de la la 27e édition de la Coupe d'Afrique des nations sera officiellement donné ce Dimanche. Alors que tout l'Angola se prépare à accueillir ce grand événement, j’ai  voulu me pencher sur les statistiques les plus marquantes de l'histoire de cette prestigieuse compétition.




04 : représente la nation ayant disputé  le plus grand nombre de finales d'affilée
 

 le Ghana avec quatre finales d'affilée (1963, 1965, 1968 et 1970). Durant cette  CAN 2010, le Ghana est versé dans un groupe très difficile, le Ghana pourra compter sur quelques grognards, plus Essien et Gyan, mais aussi sur ses jeunes pousses, qui promettent beaucoup. Un cocktail explosif, mais risqué pour remporter la CAN 2010.

 
06 : représente La Nation la plus victorieuse,  l’Egypte avec six titre  1957, 1959, 1986, 1998, 2006, 2008.

Avec six  titre (6),  l’Egypte a  l'occasion de réaliser un inédit triplé  durant cette CAN 210 Pourtant, encore une fois, la sélection de Shehata, en poste depuis 2004, ne part pas avec les faveurs des pronostics. Mais cette fois, elle risque de ne pas surprendre ses adversaires, à commencer par un Nigeria en ouverture qui pourrait se montrer indigeste, avant le Mozambique et le Bénin


09 : représente le meilleur buteur sur une édition de la CAN : Mulamba Ndaye (RD Congo)
avec 9 buts en 1974.

 Pierre Mutumbula Mulamba Ndaye est né le 4 novembre 1948,Il détient le record de buts marqués en une phase finale de Coupe d'Afrique des nations avec 9 buts en 6 matchs lors de la CAN 1974 en Égypte. Cette année-là le Zaïre avait remporté sa seconde CAN en triomphant en finale contre la Zambie. Il a aussi gagné la coupe africaine de clubs champions avec la formation du Vita Club de Kinshasa en 1973.



07 : représente  le  plus grand nombre d'éditions qu’un joueur a pu disputer : Alain Gouaméné (Côte d'Ivoire) (de 1988 à 2000), et Rigobert Song (Cameroun) (de 1996 à 2008) avec sept éditions.


Alain Gouaméné
  né le 15 juin 1966 à Badiepa, gardien de but, ancien joueur des clubs de l'Africa Sports National et de l'ASEC d'Abidjan (  Côte d'Ivoire ) , du Raja Casablanca (  Maroc ) , d'Angers ( France), Lorient ( France) et de Toulouse ( France), Africa Sport ( Côte d'Ivoire), Segré ( France), Lyon ( France). Meilleurs gardien de but de l'histoire de la Coupe d'Afrique des Nations, Il en détient le record de participations à (7) avec la Côte d'Ivoire, 58 Sélections a son palmarès, CAN 92 et 5 championnats de Côte d'Ivoire. Il est actuellement l'entraîneur de l' équipe nationale cadets de Côte d'Ivoire .



Rigobert Song
compte à son palmarès 130 sélections en équipe nationale, et est donc le recordman de sélections dans son pays. Il a participé à 3 coupes du monde (1994, 1998 et 2002). Lors de la CAN 2006, il est devenu le joueur le plus capé de la compétition.



13 : représente le nombre de participation de  l’Algérie  à la CAN.

 L’Algérie a remporté la Coupe d'Afrique des Nations en 1990 en tant que pays hôte (finaliste de la CAN en 1980, 3ème en 1984 et 1988)  avec 13 participations à la CAN,  l'Algérie, s'est qualifiée à la CAN 2010  en se classant premier de son  groupe. Par la même occasion l'Algérie, se qualifie pour la troisième fois de son histoire en coupe du monde aux dépends de l'Égypte en match d'appui (match qui s'est déroulé au Soudan, le 18 novembre 2009)



16 : représente le meilleur buteur de l'histoire de la CAN (toutes éditions confondues) :
Samuel Eto'o (Cameroun)[ avec 16 buts.

Attaquant et capitaine du Cameroun qui s'apprête à entamer la CAN 2010 en Angola (10-31 janvier), en Afrique, il n'a pas de rivaux. Certes, Didier Drogba est un monstre d'efficacité, mais le palmarès de l'Ivoirien pâlit au regard de celui de Samuel Eto'o, incontestablement Le joueur africain de la décennie. Le Camerounais est un ogre qui compte à son actif notamment deux Coupes d'Afrique des nations (2000, 2002), un tournoi olympique (2000), en plus de deux Ligue des Champions (2006, 2009) et trois championnats d'Espagne (2005, 2006, 2009) conquis avec le Barça.



33 : représente le joueur ayant joué le plus grand nombre de matchs :

 Rigobert Song (Cameroun) avec 33 matchs


99 : représente plus grand nombre de buts sur une édition : 99 (3,1 par match), durant la CAN 2008 (Ghana).

 Cette CAN 2008 est une vraie réussite sur le plan du jeu, de la présence de stars mondiales du football sur les terrains ghanéens telles que le Camerounais Eto’o, l’Ivoirien Drogba, le Malien Kanouté ou le Marocain Sekhtioui. La volonté des entraîneurs de favoriser le jeu vers l’avant a provoqué la chute du record de buts (71), datant de l’édition burkinabée en 1998. Lors de cette CAN ghanéenne, les spectateurs ont pu voir 99 buts inscrits ! Soit 29 buts de plus que lors de l’édition précédente en Egypte ! La moyenne de buts par match, au cours de cette Coupe d’Afrique, se monte à 3.1, soit la plus élevée depuis la victoire marocaine, en 1976, en Ethiopie. «Droit aux buts» tel pourrait être la devise de cette CAN résolument offensive.

Voir les commentaires

Can 2010: Ziani annalyse la poule de l'Algerie

8 Janvier 2010, 15:58pm

Publié par hervy

2010 14:18

A l’approche du coup d’envoi de la Coupe d’Afrique des nations, la conversation entre les joueurs de l’EN tournent automatiquement sur cette épreuve. Si on veut, c’est le début de la préparation psychologique pour un joueur avant l’entame de la compétition. Donc, dans la soirée de mardi dernier, et autour d’un bon repas, on évoqua le premier tour. Normal, il ne reste que quelques jours avant le premier rendez-vous des Fennecs prévu lundi prochain sur les terres angolaises. Karim Ziani a analysé, en quelque sorte, le groupe A. Il a été, à l’unanimité, juste dans ses propos.

L’Angola : «Le match le plus dur»
D’emblée, le sociétaire de Wolfsburg a commencé par le dernier match du premier tour qui verra l’Algérie affronter le pays organisateur. Pourquoi Ziani a parlé en premier lieu de l’Angola. Il l’explique à ses copains : «Le match le plus dur, c’est face à l’Angola. Il aura à ses côtés son public. Une force supplémentaire qui fait de lui le rendez-vous le plus difficile qu’on va devoir bien préparer.» Tout le monde était sur la même longue d’onde, car effectivement, le pays organisateur ne vise pas seulement de passer le premier tour, mais plus, passer en tête du groupe. C’est ce qui fait que les Angolais sont chargés à bloc et vont mettre les bouchées doubles pour passer haut la main le premier tour et avec la mention excellence. Karim a voulu avertir ses coéquipiers. Il sait ce qu’il dit, il a vécu en 2004 l’ambiance de la Coupe d’Afrique des nations. Raison de mettre la puce à l’oreille de ses coéquipiers qui vont vivre leur première CAN.
Le Mali : «L’équipe à redouter»
Pour ce qui est de l’autre adversaire des Verts, qui a été évoqué en seconde position, c’est bien le Mali. Karim Ziani dira à ce sujet : «Le Mali, c’est l’équipe à redouter. Elle compte, dans ses rangs, des joueurs de niveau mondial. Ce qui fait qu’on aura en face de nous des joueurs de haut niveau. Cela dit, il faut rester vigilant et se concentrer pour réussir le pari.» Ziani a décrit le Mali. Certes, on trouve des joueurs qui évoluent dans de grands clubs européens, mais ça ne veut pas dire qu’ils seront imbattables. La solution pour contrer cette équipe, Ziani l’a donnée. C’est la concentration et la vigilance. Deux ingrédients qui devront être présents le 14 janvier si l’Algérie veut passer l’examen malien avec succès. 
Le Malawi : «Le match à ne pas perdre»
Après avoir analysé l’Angola et le Mali, il était temps d’évoquer le premier rendez-vous des Algériens en CAN et ça sera contre le Malawi. A ce sujet, Ziani explique à ses camarades : «On ne connaît pas le Malawi, ni ses joueurs ni son foot. Ce qui fait de lui une équipe difficile. Car, on ne sait pas où on va mettre les pieds. Cela dit, il y a un avantage dans tout cela, les Malawites ne nous connaissent pas aussi. Donc, on va se découvrir au fil du match. A nous d’imposer notre jeu. Ce qui est certain, c’est le match à ne pas perdre.» Effectivement, pour partir sur la bonne voie, il faut battre le Malawi, car les Algériens ont besoin d’avoir de la confiance en eux. Pour cela, il faut juste gagner le rendez-vous et tout ira dans le bon sens. En somme, la conversation entre les Verts se concentre sur le premier tour. Tant mieux, ça permettra aux Fennecs d’être à 100% dans la compétition.

Source : http://www.competition.dz

Voir les commentaires

CAN 2010 - Le profil du Bénin

8 Janvier 2010, 15:45pm

Publié par hervy

Les Ecureuils du Bénin seront le petit poucet de la Coupe d’Afrique des Nations 2010. Mais, ce n’est pas pour autant qu’ils se rendront en Angola en touristes.

 
 Republic of Benin National Team
Republic of Benin National Team
 
Pour sa troisième apparition à la CAN, la sélection béninoise a un objectif clair et précis, à savoir faire mieux que lors de ses deux premières participations. En 2004 et en 2008, ils étaient sortis du tournoi continental avec un zéro pointé, concédant trois défaites en autant de matches. Une véritable correction qu’ils auront à cœur d’éviter cette fois-ci et prouver ainsi qu’ils ont bien progressé depuis.

59e au classement FIFA, le Bénin a su ces derniers temps réduire quelque peu le fossé qui le sépare des meilleures sélections africaines. Bien sûr, ce petit pays de l’Ouest de l’Afrique est encore loin du plus haut niveau continental, mais ses résultats pendant les éliminatoires laissent croire qu’il est sur la bonne voie et que d’ici quelques années il pourra peut-être tenir tête à ces deux sélections voisines que sont la Côte d’Ivoire et le Ghana. Nous n’en sommes pas encore là.

En Angola, les Ecureuils, qui pourront compter sur le talent de leur maître à jouer, en la personne de Stéphane Sessegnon, auront donc pour espoir de poursuivre sur leur lancée, tout en sachant qu’il leur sera difficile, voir impossible, de créer la sensation au sein d’un groupe où figureront aussi l’Egypte et le Nigéria. Bien qu’ayant tenus en échec le Ghana durant les qualifications, les Béninois ne se font donc pas d’illusions, mais ils auront cet ardent désir de vendre chèrement leur peau.

Comment se sont-ils qualifiés ?

Pour atteindre leur troisième CAN en six ans, les Ecureuils ont du réaliser quelques exploits pendant les éliminatoires. Durant le premier tour, ils ont surpris tout leur monde en terminant premiers de leur poule devant l’Angola, le Niger et l’Ouganda. Avec 12 points à leur compteur, ils ont réussi un accomplissement de tout premier ordre et qui n’est pas resté sans lendemain. Lors de l’ultime phase qualificative, la bande à Dussuyer a encore signé quelques belles performances et c’est ce qui lui a permis de terminer à la 2e place derrière le Ghana, mais devant le Mali et le Soudan.

Le sélectionneur

Le patron de l’équipe béninoise est un Français, en l’occurrence Michel Dussuyer. Jusque-là rien d’étonnant puisque c’est le cas d’une grande partie de sélections africaines. Cela étant, ce dernier a la particularité de ne pas être très connu dans son pays. A l’instar d’Hervé Renard, le sélectionneur zambien, il n’a pas eu une grande carrière de joueur et comme entraîneur, il a juste dirigé l’AS Cannes comme adjoint entre 1996 et 2002. Après cette expérience, Dussuyer a été appellé pour diriger la sélection de la Guinée. Avec le Sily National, il est resté deux ans et son bilan fut plutôt positif. En 2006, à l’occasion de la Coupe du Monde, il devint l’assistant d’Henri Michel comme sélectionneur de la Côte d’Ivoire, puis en 2008, il prit en main le Bénin avec la réussite que tout le monde connaît.

La star

Razak Omotoyossi

La star de la sélection béninoise est sans le moindre doute Razak Omotoyossi, le joueur natif du Nigéria. Âgé de 24 ans, ce dernier a honoré sa première cape en 2004 et depuis il n’a cessé d’impressionner ses compatriotes. Aujourd’hui, il évolue au FC Metz, mais c’est dans son pays natal qu’il avait commencé sa carrière de footballeur. Formé au Sunshine Stars, il a écopé d’une suspension de plusieurs années de la part de la FNF et c’est pourquoi il a décidé de s’exiler au Bénin où on lui a rapidement offert la nationalité. En 2008, il a inscrit 8 buts en 8 sélections, rejoignant Samuel Eto’o au classement des meilleurs buteurs de la zone africaine (éliminatoires du Mondial). Omotoyossi a aussi inscrit le but de la victoire face au Soudan, le 5 juin dernier.

L’objectif :

Ayant fait juste de la figuration par le passé, le Bénin aimerait bien franchir le premier tour de la CAN cette année. Malheureusement, au vu des sélections qu’ils vont devoir affronter, ils n’ont que très peu de chances de parvenir à leurs fins. Battre l’Egypte ou le Nigéria apparaît comme une mission impossible, mais réussir à obtenir au moins un point lors de ces deux matches semble être à la portée des Ecureuils. Quoi qu’il en soit, leurs supporters seront comblés s’ils arrivent à terminer à la 3e place.

Prédiction Goal.com :

Si l’on regarde le statut de leurs différents adversaires, le Bénin est promis à la dernière place de son Groupe. Et l’on voit mal comment les Ecureuils pourront déjouer les pronostiques.

Voir les commentaires

Somalie: trois ministres tués dans un attentat-suicide à Mogadiscio

8 Janvier 2010, 15:30pm

Publié par hervy

Au total, six personnes, dont trois ministres du gouvernement  de transition somalien (TFG) et deux journalistes locaux, ont été tuées jeudi dans un attentat-suicide dans un hôtel de Mogadiscio où se déroulait une cérémonie officielle.

     D'après un responsable chargé de la sécurité, Il s’agit du ministre de l'Education supérieure, Ibrahim Hassan Addow, du ministre de l'Education, Mohammed Abdullhai Waayel, du  ministre de la Santé, Qamar Aden Ali et deux journalistes somaliens. Parmi ces morts figurent: le correspondant de radio Shabelle, Mohamed Amin Aden, et un cameraman travaillant pour la télévision al-Arabiya, Hassan Zuber Hadji

L'attaque a eu lieu dans la matinée à l'intérieur de l'hôtel Shamo, dans la petite partie de la capitale somalienne encore sous contrôle du gouvernement, au cours d'une cérémonie officielle de remise de diplômes à des étudiants. Un étudiant a apparemment déclenché des explosifs qu'il portait sur lui, selon un employé de l'établissement, qui a fait état d'au moins six morts.

Soutenu à bout de bras par la communauté internationale, le TFG du président cheikh Sharif Ahmed (au pouvoir depuis janvier 2009) ne contrôle que quelques quartiers de la capitale, avec le soutien des 5.300 soldats, la force de paix de l'Union africaine (Amisom), face aux insurgés shebab et du Hezb al-Islam. Les membres du TFG sont régulièrement la cible d'attentats menés par ces insurgés islamistes, en particulier des shebab, qui se réclament d'Al-Qaïda et de son idéologie du jihad mondial.

Le 18 juin, un attentat-suicide avait coûté la vie au ministre de la Sécurité intérieure, le colonel Omar Hashi Aden, et à 19 autres personnes à Beledweyne ( 300 km au nord de Mogadiscio). L'attaque avait été revendiquée par les shebab.

Le 17 septembre, 21 personnes avaien  t été tuées dans un double attentat-suicide à l'aéroport de Mogadiscio contre le quartier général de l'Amisom. Là aussi revendiquée par les shebab, l'attaque avait fait 17 morts.
 Alliance Sylvie Zamo / Hervé VIllard Njiélé

Voir les commentaires

Culture:Le Ngondo : Une célébration fascinante

8 Janvier 2010, 15:17pm

Publié par hervy



Célébré chaque année au Cameroun, le Ngondo est la  fête culturelle des peuples Sawa (peuples côtiers du  Cameroun) qui se déroule en fin novembre et début décembre.  Il regroupe les clans qui ont en commun le culte de l’eau .Les populations de Douala ont vibré durant deux semaines, cette année, au rythme de cet évènement culturel et populaire.

Les manifestations 
ngondo.jpg
Le ngondo peut se résumer en plusieurs parties. L’immersion du vase sacré, l’élection de la miss Ngondo,  la course de pirogue qui est la phase finale sur les berges du Wouri. 
Une trentaine d’ethnies qui se recensent dans les provinces du Littoral et du Sud Ouest participent  à la célébration de cette fête annuelle, au travers des compétitions  qui regroupent des peuples Sawa, Tondé, Jébalé, Ewodi, Bakoko, Bassa (…) Durant la célébration de l’édition 2009 du ngondo, l’organisation du  carnaval dans les rues de la capitale économique du Cameroun a d’avantage rehaussé l’image de ce festival. Organisé en marge des festivités traditionnelles, les populations camerounaises et étrangères ont pu apprécier l’effervescence de l’évènement  semblable au carnaval brésilien de Rio de Janeiro.
Placé sous le thème « Nginya Mulema » qui signifie  la puissance du courage , le soixantième anniversaire du Ngondo moderne, est entré dans l’histoire en ayant tenu ses engagements face à la réalisation de ses  différentes phases : foires expositions, animations culturelles, conférences débats, manifestations sportives (lutte traditionnelle) .
Profondeur des symboles
L’immersion du vase sacré, aspect mystique de cette cérémonie est l’occasion pour ce peuple de communier avec ses ancêtres. En effet un émissaire descend dans le Wouri pour y rechercher les messages des divinités de l’eau. Les « myengu » (sirènes) transmettent par ce moyen des messages. Selon les croyances de ces peuples ces esprits de l’eau aident même à l’application des instructions, qui sont des sources de bénédictions. Le messager va mettre environ cinq minutes sous l’eau, et revenir avec un message qui sera interprété par les anciens.  Celui de cette année a annoncé les bénédictions pour les fils et filles Sawa, qui ont  été invités à  magnifier la cohésion en leur sein, par le soutien de ses leaders.
La course qui est l’élément spectaculaire de la cérémonie  en raison son impact populaire, a elle aussi une connotation mystique. Selon les interprétations recueillies les équipes qui participent le font dans un cadre rituel propres à leurs arts traditionnels et mystiques, qui ont des liens avec des cultes relatifs aux divinités de l’eau.
Les thèmes qui varient à chaque édition représentent les ambitions du peuple Sawa qui, visent   à concilier, et adapter le Ngondo aux différentes évolutions de notre ère.
Les origines
Les origines sont assez mal connues. Ce que l’on sait c’est qu’elle  est devenue,  à force des années à être considérée comme la  fête culturelle des Sawa. L’histoire tend à démontrer que les contenus de cette fête  ont évolué. En effet le Ngondo que l’on connaît aujourd’hui  aurait d’après les informations recueillies auprès des autochtones de la côte  pris sa forme actuelle en 1949.
Le Ngondo représente  le nom fleuve en l’une des langues des peuples de la cote. Ses aspects dits modernes remonteraient à l’époque de Théodore Lobé Bell grand  oncle du roi Réné Douala Bell. Toutefois les historiens et les auteurs de ce siècle rapportent que les célébrations du Ngondo ont  débuté au 17ème siècle. A sa création, le Ngondo avait pour objectif  la défense des intérêts économiques des peuples de la cote et le règlement  des conflits entre ces peuples. Il aurait servi de tribunal, et de coalition pour aider les clans qui ne pouvaient faire face à leurs envahisseurs de façon individuelle.
La célébration du Ngondo a connu quelques perturbations,  d’une part de la colonisation qui a perturbé les rapports entre les clans sur la cote et ceux de l’intérieur du pays, qui n’étaient pas d’accord sur les bénéfices des échanges commerciaux, et d’autre part de l’administration coloniale allemande qui  inquiète de son pouvoir l’a suspendue. Le Ngondo  redémarrera 27 ans plus tard assorti de quelques aménagements. Il réapparaît comme une institution en 1945, alors qu’il est encore frappé d’interdiction.

                              Aurélie Kouba/Hervé Villard Njiélé 

 

 

Voir les commentaires

Coupe de la CEMAC édition 2009:Les Panthères du Gabon croisent les Fauves de la RCA, pays organisateur en demi finale.

31 Décembre 2009, 13:15pm

Publié par hervy

 

Sport

 

 

 

 

 

 Gabon /République Centre Africaine,  C’est l’une des affiches de la demi finale de la coupe C.E.M.A.C (Communauté  économique et monétaire de l’Afrique Centrale) édition 2009.


Cette rencontre qui se  montre très enlevée, se déroule  ce jour à Bangui. Au vu des objectifs  qui animent les deux équipes, il ne serait pas évident de les séparer aussi facilement.

 Même si les Gabonais  après avoir éliminer le Cameroun détenteur du trophée de l’édition précédente adversaire coriace sont confiants, la compétition reste très engagée. Car, la RCA, pays organisateur ne vient pas en victime résignée. Elle veut aussi garder ce trophée  convoité par les  quatre nations encore en compétition.

Selon le chef de délégation gabonaise, Didier Nziengui « Le match le plus difficile qu’on craignait était celui contre le Cameroun. Cette étape est passée »

L’objectif de l’équipe gabonaise dans cette compétition est clair: arracher le trophée des mains de l’équipe du Cameroun, victorieuse de l’édition précédente.

 

Petite revanche pour les gabonais.

 

  En battant par un but à zéro l’équipe A’ du Cameroun, les panthères ont eu droit à leur qualification pour les demi finales. Par cette défaite, les poulains gabonais se sont vengés de l’humiliation infligée à leur équipe fanion lors des éliminatoires couplées Can et  coupe du monde 2010 par les lions indomptables du Cameroun. Même si c’est  uniquement les joueurs amateurs qui participent à cette compétition, les gabonais ont jubilé après leur victoire sur le Cameroun.  

Ces derniers promettent déjà se rattraper pendant la CAN en Angola en faisant subir au Cameroun les même humiliations.

 Selon le chef de la délégation gabonaise joint au téléphone par l’agence CENTRAFRIQUE Presse les joueurs gabonais  sont sereins et comptent remporter cette coupe. Sans trop faire de commentaire sur l’état de ses joueurs, la RCA de l’autre coté, attend de pied ferme l’équipe du Gabon.

L’autre demi finale qui oppose le Tchad à la Guinée Equatoriale se joue demain.

 

Ancienne Coupe de l’Union douanière et Economique de l’Afrique Centrale (UDEAC), la coupe de la CEMAC, est une compétition regroupant les joueurs locaux des équipes nationales de football de la sous région d’Afrique centrale. Ces rencontres se déroulent depuis 1984.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Orange cède les droits de diffusion de la Can 2010 et 2012 à France 2

31 Décembre 2009, 13:12pm

Publié par hervy

 

 

Orange Sport, détenteur des droits des deux prochaines Coupe d'Afrique des Nations (2010 et 2012), vient de rétrocéder à France 2 les droits de la cérémonie d'ouverture et la finale de la CAN 2010.

La cérémonie d'ouverture aura lieu le 10 janvier avant le match Angola ? Mali, et la finale le 31 janvier à 17 heures. Les deux évènements se dérouleront à Luanda, en Angola. France Télévision réalise donc la même affaire qu'il y a deux ans, quand il avait racheté à Eurosport les droits de la finale de la CAN 2008, qui opposait alors l'Égypte au Cameroun et avait vu le sacre des Pharaons (1-0) à Accra, au Ghana. Il y a quatre ans, lors de la CAN 2006, c'était TF1 qui avait diffusé la finale (la compétition avait lieu sur sa filiale Eurosport), Égypte ? Côte d'Ivoire (1-1) remporté par l'Égypte aux tirs aux buts, et avait fait un carton plein, en réunissant 4 238 080 téléspectateurs, soit 30,1% de part d'audience avec un pic d'audience de 9 411 840 téléspectateurs durant la séance de tirs aux buts.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires