Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Can 2019: Le Stade Mbappe Leppe aura 4000 places

7 Septembre 2017, 11:38am

Publié par Hervé Villard

 La maquette du nouveau stade qui verra le jour après la réfection vient d’être présenté officiellement par la société française, Alcor Équipements chargé de la réfection de ce stade

 

S’il est réaménagé comme on le voit sur la maquette  présentée au public par les  responsables de la société française Alcor Equipements, le stade  Mbappe Leppe  n’aura plus  rien à envier aux  autres stades du monde. Car, il aura les caractéristiques d’un stade de norme  international. Mieux que ça, le «stade Mbappe Leppe New loock», améliora considérablement  le visage de la ville d’Akwa et par la même la qualité du football au Cameroun. Abandonné  par  ceux qui  ont  la charge de gérer le  sport et le  football au Cameroun, ce qui était  devenu  le terrier des  enfants  de la rue est en train de subir  une  cure de  jouvence. Les  travaux de réhabilitation de  ce  stade a commencé depuis  deux  semaines et avancent  tout  doucement.
 Lors de la  visite  d’une  délégation de l’Ambassade de France au Cameroun conduite par son chargé des affaires, Philippe Larrieu, on a appris que  le stade  sera entièrement rénové  par la société française, Alcor Équipements et dirigée au Cameroun par Constant Moukoko. Et que  les travaux  de rénovation de cette infrastructure sportive dureront huit mois. Il est prévu au stade Mbappe Leppe à Douala, une tribune d’honneur d’une capacité de 4.000 places assises et une pelouse de gazons  naturels, des  vestiaires modernes. Le  stade  sera  également  électrifié  et  alimenté en eau potable. Bref  c’est  «stade Mbappe  Leppe new look » qui sera  livré  dans  huit  mois  selon  les  informations.
 Sur  le  site, le portail du stade Mbappe Leppe est fermé. En  plus de la mention «Attention travaux» affichée, la photo de la maquette fini de se stade y est apposée aussi. Le stade est en plein réhabilitation. L’intérieur, pratiquement vide, car l’accès est strictement interdit au public. L’on retrouve juste quelques ouvriers qui travaillent. Les planches qui servent de gradins sont au sol, les gradins sont entrain d’être cassés pour que des neufs soient construits. Au niveau de l’aire de jeu, c’est une  marre d’eau à perte de vue qui accueille le reporter. Dans cette surface les eaux des pluies y sont stationnées, l’espace de jeu est pratiquement inondé. Les ouvriers présents sur le terrain s’occupent à démolir les gradins. «C’est par ici que nous avons commencé pour le moment. C’est ce que le chef de chantier nous a demandé de faire. Nous travaillons selon le calendrier que seul lui détient», explique l’un des ouvriers présent en plein activité.
Pendant cette visite conduite par le gouverneur de la région du Littoral, Samuel Ivaha Diboua, du préfet du Wouri, Joseph Bertrand Mache, du délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Douala, Fritz Ntone Ntone, les responsables de l’entreprise  française  ont  promis  respecté les délais de réalisation des travaux et de laisser au Cameroun et aux habitants d’Akwa un stade de norme  internationale. Ils ont aussi promis construire  le  stade de Bonamoussadi. Ici en plus d’une pelouse en gazon naturel, les gradins d’une capacité de  1000 places  seront  construits de même que  des vestiaires modernes.
Hervé Villard Njiélé
 
 

 

Voir les commentaires

Collège Sacre cœur de  Makack: Un milliard pour moderniser l’établissement

4 Septembre 2017, 13:56pm

Publié par Hervé Villard

Une vaste campagne de mobilisation des fonds vient d’être lancée par les anciens élèves de cet établissement d’enseignement secondaire catholique.Ils entendent renouveler les infrastructures et assurer une bonne formation aux élèves.

 

Faire du Collège sacre cœur de Makak un temple du savoir au Cameroun, redonner à cet établissement d’enseignement secondaire confessionnelle ses lettres de noblesse. Faire de lui le fleuron de la formation des citoyens exemplaires. Voilà présenter quelques objectifs nourris par les anciens élèves du collège sacre cœur de Makack.

Réunis au sein de l’Amicosaco (Amicale des anciens élèves du collège sacre cœur de Makak, ces anciens élèves de générations différentes ont décidé de perpétrer l’œuvre de cet établissement. Mieux, ils veulent améliorer la qualité d’enseignements dispensés ici en mettant un accent sur la techno science. Bref tous les jeunes formés ici apprendront pendant leur cursus une formation scientifique pouvant leur permettre de mieux s’imposer dans la vie sociale.

Pour permettre à cet établissement scolaire d’avoir les infrastructures dont il a besoin de même que les enseignants qualifiés, l’Amicosaco a besoin de près d’un milliards de francs cfa. Un montant certes important mais suffisant selon les membres exécutifs de ce projet pour moderniser en cinq ans ce collège. «Nous allons développer de nouvelles  filières de formation. Nous allons créer une filière informatique et électronique. Nous allons mettre un accent sur la formation des sportifs», affirme Alain Olivier Mekoulou Mvondo, le directeur général de la Cnps ancien élève du collège Sacre cœur de Makack.

 Collecte  de fonds

Pour rassembler le milliard de francs cfa nécessaire pour la rénovation du dit collège, l’Amisacosa vient de lancer une grande campagne de collecte fonds à travers la république du Cameroun et le monde entier. En plus de compter sur les membres de l’association et sur les anciens élèves de ce collège à qui un appel de cœur est lancé, d’autres stratégies de mobilisation des fonds sont mis sur pied. «Pour mobiliser suffisamment des fonds, nous avons axés notre communication sur le sponsoring, le mécénat. Nous avons aussi initié un crowfunding pour solliciter les appuies à travers le monde. En fait via cette nouvelle technique, nous avons publié  notre projet de modernisation du collège sur une plate forme de collecte des fonds afin de solliciter l’appui de ceux qui vont militer pour sa réalisation», explique les membres de l’équipe marketing constituée à cet effet.

Cosaco new look

D’après les membres de l’Amisacosa qui entendent moderniser le collège Sacre Cœur de Makak (Cosaco) en cinq ans, le nouveau collège sera sélectif. Les élèves et les dirigeants feront partie des meilleurs. «Un accent sera mis sur la morale et l’humanisme. La pratique de la technologie sera obligatoire à tous les élèves Ceci pourra leur permettre de faire de petit dépannage à la maison. Ils pourront dépanner des fers à repasser, des décodeurs. On va apprendre la programmation», explique Charles Borromée Etoundi, président de l’Amisacosa. L’apprentissage des langues nationales figure parmi ce vaste programme. «Nous allons enseigner cinq de nos langues à savoir, le Nufi, le bassa, le Fufuldé,l’Ewondo,le Douala», ajoute Louis Dalle Eyoum. L’initiation à la pratique de l’agriculture, de la pisciculture et même de la boulangerie fait partie de l’ambitieux projet. «Nous voulons dépasser le statut d’antan. Le collège sacre cœur de Makak est le seul à lancer les fusées qui allait à près de 4km dans l’air. Même l’armée camerounaise ne l’a pas encore fait. C’est ce que nous voulons relancer», déclare Alain Mekulu Mvondo en invitant tout le monde, les entreprises surtout, à soutenir ce projet.

Après le succès fulgurant connu au lendemain de sa création, en 1946, le collège Sacre cœur de Makak a perdu de son allant après le départ des Canadiens. Il est même tombé en décrépitude. C’est donc pour lui redonner ses lettres de noblesse que l’initiative est lancée.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Me Yoba Alphonse «Emmanuel Wakam fait voyager des gens qui ne sont pas membres de la fédération. Il sacrifie souvent les athlètes pour ça »

4 Septembre 2017, 11:56am

Publié par Hervé Villard

 

Entraîneur national adjoint de l’équipe nationale de Karaté et discipline affinitaires (Fecakada), Me Yoba Alphone dénonce les problèmes de gestion qui mine sa fédération de tutelle. Dans une interview accordée à La nouvelle Expression, il met à nue la mafia entretenue par Me Emmanuel Wakam

Le Cameroun prend par aux jeux africains de Karaté qui se déroule au Cameroun. Quel commentaire pouvez-vous faire sur la participation du Cameroun à cette compétition ?
 Je peux tous simplement les adresser les souhaits de bonne chance et surtout de mieux faire que Dakar 2014. Il faut dire qu’à Dakar on était vice champion. Je demande à tous les athlètes d’être concentrés et surtout de s’appliquer pendant les différentes phases de cette compétition. J’aurai préféré être parmi eux pendant cette compétition. Mais, malheureusement on m’a mis de coté durant cette compétition et je ne sais pourquoi.
Comment l’équipe peut-il se comporter pour, au pire des cas, garder  au moins le rang q a occupé au Sénégal?
Il faut que les joueurs aient le moral très haut. Qu’ils restent concentrés et ne montrent pas d’esprit de grandeur devant leur adversaire. Ils sont au pays devant leur publique et devant leur famille. Il faut qu’ils trouvent l’énergie dans leur tripe pour remporter ce tournoi. Je sais que les athlètes camerounais sont prêts pour démarrer bien cette compétition.
Est ce que nous avons au sein de la délégation des karatekas qui peuvent nous rapporter beaucoup de médailles à ce tournoi ?
 Bien sur on a plusieurs athlètes compétents dans la délégation Camerounaise. D’ailleurs le niveau du Karaté camerounais et celui de ses athlètes est croissant chaque année. Au fil des années, ils gagnent en expériences. Ils étaient dernièrement à Dubaï et il y a un camerounais qui est sorti 5ème dans sa catégorie. En fait on apprend tous les jours et je leur demande de travailler pour gagner en expérience.
En tant qu’entraîneur adjoint de l’équipe nationale senior de Karaté. Pourquoi n’êtes vous pas avec la délégation camerounaise à Yaoundé ?
 Je ne sais pas ce qui se passe. Franchement je suis très surpris puisque l’arrêté ministériel m’ayant nommé est encore en cours. Nous sortons d’une expédition africaine où nous avons été vice champion d’Afrique. Je suis entraîneur continental de l’Unifak, je suis arbitre international de Karaté. J’ai des stratégies personnelles que je ne peux montrer à personne. J’ai mis à coté de moi le jeune Tchoffo pour apprendre beaucoup de chose et c’est lui qui me combat aujourd’hui. Vous imaginez que nous sommes en stage bloqué et je lui tends mon passeport pour aller chercher les visas et qu’il me dise qu’il ne sait pas si je fais partie des personnes appelées. Il me demande de rester à mon hôtel. Et qu’on va m’appeler avant 9h. Ce qui n’a pas été fait. Je me suis rendu à l’ambassade et j’ai vu ce que je n’ai pas envie de dire ici. Il y a une petite mafia au sein de la fédération et c’est lui l’organisateur. Il a pour mission de modifier les noms des personnes dans les ordres de mission individuelles. Puisque le ministre des Sports et de l’éducation physique fait un ordre de mission général dans lequel se trouvent tous les noms. Et les membres de la fédération se chargent de changer les noms, de faire voyager certaines personnes et laisser d’autres. Les frais de missions de ceux  laissés au pays sont empochés.
 Selon vous, qu’est ce qui est réellement la cause de votre mise à l’écart par la  fédération?
 Nous sommes astreints au droit de réserve, mais avons des obligations de résultat. Nous sortons d’une expédition où nous avons été vice champion d’Afrique. Nous avons reçu des félicitations du ministre des Sports et de l’éducation physique. Cela signifie qu’il n’y a pas contre performance. Quand je vais à yaoundé et vois le bilan de la compétition qui est fait, je tombe des nues. Heureusement ce jour là, j’ai eu la lourde responsabilité de présenter ce bilan et j’ai fait une photocopie.
J’ai rencontré à ce sujet  l’ancien délégué de la Jeunesse et des Sport pour le Littoral à l’époque. Il m’a fait savoir que mon président était en train de scier la branche sur laquelle  nous étions tous assis. Cela a persisté. Au moment de préparer les jeux africains nous devons nous rendre à Kinshasa. Quand j’arrive à Yaoundé, je suis surpris que mon nom a sauté de la liste. Je suis allé voir Oumarou Taddo le directeur développement de sport de haut Niveau(Dshn). Il a convoqué une réunion ad hoc et a demandé que l’on reverse mes primes au trésor public et que ma place reste vide la fédération ne veut pas m’emmener à Kinshasa.
 Voulez-vous dire par là que votre mise à l’écart ne date pas d’aujourd’hui?
 Evidemment, cela ne date pas d’aujourd’hui. Le nouveau Directeur développement de sport de Haut Niveau m’a demandé de faire une nouvelle requête pour comprendre la situation. Malheureusement cela n’évolue pas. J’ai même rencontré un haut cadre de la Présidence de  la République qui s’est saisi du dossier. Cela n’a rien changé puisqu’on ne ma pas toujours appelé.
Quels sont vos rapports avec le président de la fédération Camerounaise de Karaté?
 Je ne sais comment vous répondre parce qu’on n’a pas de problème particulier. Quand il est devant vous, il est avec vous. Mais, quand il tourne le dos, il devient autre chose. Je travaille avec lui depuis 14ans, depuis que  je suis entraineur de l’équipe nationale cadet. Honnêtement, je ne sais pas s’il y a un problème. Peut être il y en a un qu’il cache. Parce que partout où il se trouve, il fait toujours savoir que je ne veux pas manger avec lui. Que je veux regarder ce qu’il fait. Qu’au lieu de me taire et manger comme lui, je veux faire semblant.
 Est-ce que vos contentieux n’ont pas un rapport avec l’argent?
 C’est un problème d’argent. J’ai rencontré un haut cadre dans ce pays qui m’a dit que je n’ai fauté nulle part. Et qu’il me crée tout ces problèmes parce que je ne lui ai pas donné de l’argent. Regarder le rappel à l’ordre, la lettre que le ministre. Adoum Garoua à son époque a servi à mettre Wakam, Oumarou Taddo l’a caché.
 Après leur retour de voyage, je suis allé à Yaoundé pour les jeux africains, on m’a signalé que mon nom a été enlevé de la liste par Oumarou Taddé. Quand je me rapproche de lui, il me renvoie chez monsieur Mbanga son collègue chef de délégation des jeux africains. A son bureau quand  je soulève mon problème, il me dit d’apprendre à huiler les relations. C’est donc un problème d’argent.
 Est-ce que vous avez déjà reçu tous vos primes à la Fecakada ?
Les primes des voyages qu’ils ont faits sans moi alors que j’étais accrédité à la fédération camerounaise de karaté me reviennent. Avant je voyageais comme arbitre continental et il n’y avait pas de soucis. Sous le règne des autres présidents de fédération, je n’avais jamais payé un stage d’évaluation continental. C’est le chef de délégation qui payait toujours. Mais dernièrement au Sénégal, on m’a demandé de payer 120 euros alors que nous sommes partie du Cameroun avec moins de 500 mille francs cfa. Puisque on nous a donné 300 000 comme avance de prime de  participation, 120.000 comme prime olympique.  J’étais obligé de vider mes poches pour me faire évaluer. Dieu merci je suis passé au grade d’arbitre continental.
Avez-vous perçu toutes vos primes sous le règne d’Emmanuel Wakam ?
 Je n’ai jamais perçu de prime.  On était au Tchad  et chacun a payé de ses poches et quand la fédération a remboursé les frais de voyage il n’a ne plus jamais fait allusion à ça. De l’autre coté, il y a l’entraîneur national des juniors est dans les  mêmes problèmes que moi. Il a demandé à lui et les athlètes de payer leur équipement qu’ils seront remboursés des le décaissement des frais alloués à cette tâche par le ministère des Sports. Mais plus rien. Quand l’entraîneur national des juniors s’est renseigné, il s’est rendu compte que le président avait déjà  perçu de l’argent au ministère depuis plusieurs jours. Quand il  l’a interpellé à ce sujet celui-ci lui a demandé de se débrouiller pour calmer les enfants comme il peut.
Parfois le président fait voyager des gens qui ne sont pas membres de la fédération. Il sacrifie souvent les athlètes pour ça. Pour le voyage au Sénégal, par exemple, on a sacrifié l’équipe kata pour faire  voyager des  connaissances et empocher un peu d’argent.
 Vous avez parlé de tripatouillage des listes au sein de la Fecakada. De quoi s’agit-il?
Il s’agit d’un ordre de mission général signé par le ministre des Sports et de l’Education Physique. Quand le président de la fédération reçoit cela, elle procède à la fabrication des ordres de mission individuelle. Quelques fois on vous dit que le ministère a diminué les noms alors que c’est eux qui l’ont fait pour mettre le reste d’argent dans les poches.
 A quel moment cette mafia se met en marche
C’est au moment d’aller chercher les visas à l’ambassade. On appel certains, et on laisse d’autres. Et on vous faire croire que c’est ça. J’ai été victime de cette manœuvre. Heureusement que j’étais vigilant, je n’allais pas au Sénégal.
 Comment pouvez-vous décrire l’ambiance au sein de la Fédération camerounaise de karaté ?
  L’ambiance est morose je ne peux pas le caché. Vous pouvez faire le faux à l’extérieur du pays on vous croit mais  à l’intérieur, ce n’est pas possible. Je ne peux pas avoir sous la main un arrêté ministériel qui me nomme entraîneur national adjoint d’une fédération et pendant qu’une compétition qui me concerne se déroule à yaoundé,  moi je ne suis pas au courant de ce qui se passe. Il y a le jeune Janvion que Me Emmanuel Wakam utilise comme entraîneur adjoint. Hier c’était Me Mpondo Sambakong qui voyageait à ma place. Il a pris des entraîneurs non qualifiés pour les amener à Yaoundé à cette compétition. Il y a les directeurs techniques nationaux qui ont abandonné leur poste de responsabilité pour être entraîneur national. Leur rôle s’est de réfléchir sur la politique sportive. Nous sommes  là pour  transformer les enfants.
Pensez-vous que l’objectif c’est d’écarter monsieur Yoba de la Fecakada?
 Je fais partie de la fédération. J’ai les qualités requises pour diriger les équipes de karatés du Cameroun ou d’ailleurs. Je suis qualifié et  je suis compétent. Je suis  un entraîneur à plusieurs qualités parce que je suis en même temps arbitre continental. Entrainer les enfants  sans toutefois leur montrer comment ils peuvent faire pour marquer des  points ce n’est pas entrainer du tout.
 Pensez vous que l’ambiance morose au sein de la fédération peut compromettre les chances de médailles du Cameroun ?
 C’est parce que vous n’êtes pas à Yaoundé. Beaucoup de chose se dise. L’On ne comprend pas pourquoi  certains entraîneurs nommés ne font pas partie des commissions techniques. Ils sont très surpris.
 
Entretien mené  par Hervé Villard Njiélé
.

Voir les commentaires

CAN 2019: Issa Hayatou sort de sa réserve et répond à Ahmad 

8 Août 2017, 20:59pm

Publié par Hervé Villard

Issa Ayatou dépassé par les déclarations de son successeur

Issa Ayatou dépassé par les déclarations de son successeur

Invité du ministre des Sports et de l’éducation physique ce mardi, l’ex-président de la Caf s’est prononcé sur l’actualité liée à la récente sortie de son successeur, Ahmad Ahmad, au sujet de la CAN 2019. Interrogé par le Poste national de la Crtv, Issa Hayatou réagit entre autres sur les infrastructures sportives au Cameroun, le retrait de la CAN U17 à Madagascar, mais aussi au sujet du choix par la Caf d’un cabinet d’audit pour conduire la mission d’inspection du 20 août 2017 au Cameroun. Lire l’intégralité de l’interview de l’ancien président de  la  Fédération Camerounaise de football.
Sur les récents propos d’Ahmad
 
Depuis que je suis parti de la CAF, je me suis gardé d’émettre un avis en direction de la Confédération africaine de football. Je n’ai jamais ouvert ma bouche pour parler de ça. Mais je regrette ce qui a été dit par Ahmad Ahmad, lors d’une récente conférence de presse au Burkina Faso. Il faut d’abord venir constater avant de sortir ce qu’il a sorti.
 
Sur les infrastructures au Cameroun
 
A l’heure actuelle, le Cameroun a déjà cinq stades. On ne parle pas de ceux que nous sommes en train de construire. On peut organiser cette CAN 2019 avec ces cinq stades ; ils sont là, physiques. Nous avons trois stades ultra neufs et deux à réfectionner dont ceux de la Réunification de Douala et de Garoua. Les autres, que ce soit Limbe, Bafoussam ou le stade Ahmadou Ahidjo de Yaoundé, ce sont des stades neufs. Personne ne peut dire que le Cameroun n’a rien. Ce n’est pas possible. On peut compter combien de pays en Afrique qui possèdent de telles infrastructures ? Nous sommes en avance.
 
Sur le retrait de la CAN U17 à Madagascar
 
On ne peut pas dire que la CAF va nous enlever cette CAN 2019 ; quand on a eu à retirer la CAN à des Etats, c’est parce que, ce sont eux qui n’ont rien fait. Par exemple, quand on a retiré la CAN à Madagascar, c’était au mois de janvier pour une compétition prévue en mai. Donc, quatre mois avant. Des missions s’étaient rendues à Madagascar et toutes ces missions étaient d’avis qu’il fallait retirer la CAN à ce pays ; parce qu’il n’a rien fait. Rien, rien, rien. Pour le cas du Cameroun, il n’y a encore eu aucune inspection, et les gens disent que nous n’avons rien. Moi, je suis particulièrement surpris, connaissant les rouages de la CAF. Il n’est pas obligé de faire ce que j’ai fait pendant 29 ans, mais il est au moins obligé de rester prêt de la logique et de la loi. Et d’après les entreprises qui sont chargées de construire les nouveaux stades, elles nous ont dit que tout sera prêt aux mois de septembre-octobre de l’année prochaine. Même si la CAN devait se jouer en janvier-février, le Cameroun sera prêt. A plus forte raison que la CAF a repoussé la CAN de six mois. Donc, à l’heure où nous parlons, nous avons deux ans devant nous. On ne peut pas juger l’insuffisance de la préparation de l’organisation de la CAN au Cameroun, deux ans avant l’évènement. Il faut attendre que les délais arrivent.
Sur le cabinet d’audit qui va diriger la mission d’inspection
Ça ne veut rien dire. Le cabinet ne va rien inventer. Il va trouver nos structures sur place et sera obligé de dire que nous structures sont là. Mais, il y a un sous-entendu quand il parle de cabinet. C’est ça qui est inquiétant.
 
Source Crtv, poste national

Voir les commentaires

Coupe d’Apecam: Sgc et Bicec lorgnent le trophée

4 Août 2017, 15:51pm

Publié par Hervé Villard

Le vainqueur de cette compétition sera connu lors de la finale programmée au stade Cicam de Douala ce samedi 5 aout 2017

L’ambiance est déjà surchauffée dans le quartier général de la Société générale du Cameroun (Sgc) et celle de la Banque internationale pour le commerce et le crédit (Bicec), les deux équipes qualifiées pour la finale de la coupe de l’Apecam ( qui se joue samedi prochain. Bien que concentrés à atteindre les objectifs hebdomadaires qu’ils se sont fixés en début de semaine dans leurs entreprises respectives, les employés de banque engagés dans cette compétition ont tous déjà un regard tourné vers la finale. Car, il n’est point question de la perdre. C’est pourquoi, il faut mettre toutes les chances de son coté pour réussir le pari. Selon des informations, le rythme des entraînements est multiplié dans les deux camps et des efforts sont faits de par et d’autre pour que cette finale soit un réel succès sur le plan du spectacle. Sur le plan du jeu, les deux équipes promettent régaler le public du beau jeu et surtout d’un spectacle alléchant. Sur le plan organisationnel aussi, nous dit-on, tout est prêt pour cette grande fête sportive de l’Association professionnelle des établissements de crédits du Cameroun (Apecam)
 
Qualification
 Pour se qualifier pour la phase finale de cette compétition, il faut dire que Société générale du Cameroun (Sgc) et Bicec, ont bataillé très dur. Après les phases éliminatoires rudes qui leur a permis de passer au tour suivant,  c’est lors des  demi finales que les deux équipes ont saisi leur chance. Battu au match aller (1-2)
 
par l’équipe d’Afriland first bank, Société générale du Cameroun(Sgc) avait  laminé son adversaire au match retour par 4buts à zéro. Arrachant de ce fait son ticket pour la finale. Contraint au partage des points par l’équipe de la Société des banques du Cameroun (Scb), grâce à un match nul (1-1) réalisé au match aller, Bicec Cameroun a sorti le grand jeu pour se qualifier  pour la finale. L’équipe  a battu Sbc au match retour par 3-1. Une victoire qui leur a  permis de jouer leur première finale. Avec huit équipes au départ de ce tournoi, la coupe de l’Apecam qui se déroule samedi prochain permettra de couronner la meilleure équipe de football des établissements de crédits du Cameroun. Il faut rappeler que le titre de champion de l’Apecam édition 2017 a été remporté par l’équipe d’Uba (Union Bank of africa).
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ligue: Lion blessé arrache sa première victoire de la saison

30 Mai 2017, 16:21pm

Publié par Hervé Villard

Les fauves du Haut-Nkam ont dévoré l’équipe de Colombe du Dja et Lobo (1-0). C’était lors de la  16ème journée de la Ligue1 jouée ce week-end dans l’ensemble du triangle  national.

S’il y a un fait qui a marqué la 16ème journée de la Ligue 1 au Cameroun ce week-end. C’est  bel et  bien la victoire de Lion blessé de Fotouni sur Colombe du Dja et Lobo à Yaoundé un but contre zéro. En déplacement dans la capitale politique du Cameroun pour tenter de sauver la face à la fin de la phase aller du championnat, cette équipe a réalisé une prouesse qui à surpris plus  d’un.
 Occupant la dernière position du championnat avec 7 points personne ne vendait chère la peau de l’équipe que  beaucoup considère déjà comme relégable. Surtout qu’elle avait pour adversaire Colombe du Dja et Lobo qui totalisait 17points et était mieux lotis que lui dans le classement. Pis encore, le club du département du Haut-Nkam qui se bat pour sortir du fond du classement n’avait pas encore goutté à la saveur d’une victoire depuis le début de la saison. Ce qui compliquait un peu leur situation.
Sur le terrain, les hommes de Roger Constantin Bep ont plutôt montré un autre visage. Ils ont fait fi de tous les  préjugés et de toutes les appréhensions
 pour prendre le match à leur compte loin de leur base naturelle. C’est ainsi qu’à force de presser, ils trouvent le chemin des filets à la 17ème minute grâce à Christian Tsi Ngang. Malgré la pression de l’équipe adverse et  l’envie de revenir à la marque et de  dominer les visiteurs, l’équipe du Dja et Lobo n’y parviendra pas. Et c’est sur ce score en faveur de Lion Blessé de Fotouni que cette rencontre s’achève. Ce succès qui arrive après 16 journées de championnat permet au club de l’ouest de totaliser 10 points. Et de rêver grand au moment d’aller affronter l’Union sportive de Douala son adversaire de la 17ème et dernière journée de la phase aller.
 Les autres matches
L’autre belle affaire de cette 16ème journée a été réalisée par Canon de  Yaoundé  qui a battu New-stars de Douala (2-1) et par Dragon de Yaoundé vainqueur de Stade Renard de Melong(1-0). Dans les autres rencontres, Feutcheu football club humilié Yong sport academy de Bamenda sur ses propres  installations (2-0), tandis que les  Astres  de Douala dominaient Aigle de le Menoua (1-0). Racing de Bafoussam est sorti vainqueur du duel régional qui l’opposait à Bamboutos de Mbouda (1-0) à Bafoussam pendant que Union tenait en échec  l’Union des mouvements sportifs de Loum sur son antre (1-1).
 Au niveau du classement  provisoire, Eding sport de la Lekie qui joue ce mercredi  contre  Unisport du Haut-Nkam garde  provisoirement la tête du classement avec 30points. Il est suivi de Ums de Loum (28points), stade renard de Melong (26points) et par Coton sport de Garoua qui tentera de se  rapprocher du titre lors du matche qui l’oppose à Apejes de Mfou le juin 2017 prochain.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Tournoi  Dangoté: Danemi remporte la coupe

30 Mai 2017, 11:03am

Publié par Hervé Villard

L’équipe du département de maintenance et installation électrique de Dangoté Cement a remporté la première coupe du tournoi organisée par cette entreprise ce week-end à Douala.

Les lampions se sont éteints sur la première édition du  tournoi de football Dangoté ce samedi 27 mai 2017 à Douala. La rencontre qui opposait les employés du département de maintenance et installation électrique (Danemi) à ceux de la production (Danprod) s’est achevée sur le score de  deux  buts à zéro en faveur de  l’équipe de Danemi.

Les vainqueurs de la coupe au cours de cette finale ont donné tout ce qu’ils avaient dans les entrailles pour remporter ce précieux trophée  remis par Abdoulaye Baba, Chef des  projets  au sein de  l’entreprise qui  les emploie. Dès l’entame de la rencontre, ils démontrent officiellement leur envie en jouant rapidement vers l’avant et en organisant d’avantage le jeu que leur adversaire du jour.

Après plusieurs essaies non conclus, ils trouvent finalement le chemin des filets à la 67ème  minute de la  rencontre. Sur une phase de  jeu  bien amenée sur le coté, Ngué Savies servi à l’entrée de la surface de réparation lobe le portier de l’équipe adverse pour  l’ouverture du score. 

La réaction des joueurs de Danprod ne va  pas se faire  attendre. Mais, ils vont pêcher par la maladresse et gâcheront  toutes les occasions de but qu’ils vont obtenir.  La chance les  fuyant aussi, l’avant centre de Danprod après avoir effacé toute la ligne défensive, va trouver la barre transversale alors que les spectateurs voyaient le ballon au fond  des  filets.  Acculé, Danemi qui procède  par des contres sale l’addition en inscrivant  le second  but. Parti dans  le dos de la défense, Akame Newille libère les  siens avec ce somptueux  but.

 

La finale de ce tournoi  constitue l’apothéose de la 1e édition du tournoi de football inter-services de Dangote cement cameroon. Débuté en janvier 2017 il s’est joué en phase de championnat et coupe. Cette compétition réunissait cinq équipes. D’après Eyoum Mbangue Jonathan, il avait pour objectif de «créer un esprit d’entreprise et surtout fédérer  les  employés  autour  d’un  même objectif».

Selon Roy Uttam,le président de Dangoté Football, l’autre mission visée par le tournoi était de  sélectionner meilleurs joueurs pour la constitution de l’équipe de football de Dangoté en vue d’une  participation au tournoi coorpo.

A coté de la satisfaction générale des responsables de Dangoté cement Cameroon au parmi lesquels Daniel Ate, responsable marketing et  communication, des joueurs et du public, le rendez-vous a été  pris pour  l’année  prochaine.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Anafoot: Carl Enow Ngachu "Je vais devoir laisser tomber Colombe du Dja et Lobo"

24 Mai 2017, 20:19pm

Publié par Hervé Villard

Nommé ce 24 mai 2017, directeur général de l’Académie nationale de football (ANAFOOT), par décret  présidentiel,  Ngachu rencontré  par  nos  confrère de  Camerooninfo.net  se  dit  très  honoré  par  le  choix  porté sur sa modeste  personne.  Dans une interview il se  promet de faire  tout son possible pour  mener à bien  la mission que  le chef de  l'Etat  vient de lui assigner.
Question : Vous venez d’être à la tête de l’Académie nationale de football. Quelle est votre première réaction ?
Enow Ngachu : Je suis vraiment surpris, c’est l’occasion de remercier le Seigneur. Je suis fier parce que le Chef de l’Etat m’a nommé. Maintenant, je vais tout faire pour ne pas le décevoir. L’équipe qui sera en place est constituée d’aînés, des responsables, des capées et qui ont de l’expérience. Je crois qu’ensemble, on va on va trouver des solutions pour le football camerounais.
Question : Avez-vous déjà une idée des missions qui vous attendent ?
Enow Ngachu : Lorsqu’on parle de l’Académie de football, on sait de quoi il s’agit. Nous ferons tout pour que les enfants admis dans cette académie soient bien formés, qu’ils puissent trouver de bons clubs afin de jouer dans les équipes nationales des différentes catégories. Pour ceux qui ne pourront pas réussir dans le football, faire en sorte qu’ils aient une autre carrière, c’est notre objectif, car nous sommes d’abord des éducateurs.
Question : Vous allez devoir laisser tomber la Colombe du Dja et Lobo avec laquelle vous êtes sous contrat.
Enow Ngachu : Bien-sûr, parce que j’ai une autre mission. Mais je serai toujours proche de tous les entraîneurs, tous les éducateurs de football et tous les footballeurs.
Question : Votre PCA, c’est Issa Hayatou. Un mot à ce sujet ?
Enow Ngachu : C’est vraiment le top que ce soit au niveau du Cameroun qu’au niveau mondial. Nous allons vraiment profiter de son expérience. Moi je suis très confiant par rapport à l’avenir du football camerounais.
Source CamerooINfo.net

Voir les commentaires

Académie  nationale de  football (Anafoot): Paul Biya nomme Issa ayatou et Enow Ngachu

24 Mai 2017, 20:01pm

Publié par Hervé Villard

Le décret   signé  du  président  Paul Biya  nommant  l’ancien  président de la  Caf à ce  poste  de responsabilité a été rendu publique ce  mercredi 24 mai 2017 au  journal  parlé  de Crtv de 17

L’ancien  président de la  Confédération africaine de football(Caf) n’aura pas  chaumé  pour  longtemps. Après  avoir  perdu le poste de président de la  Confédération africaine de  football au  profit d’Ahmad Ahmad suite aux  élections  à ce  poste organisées au siège de la  Caf à Adis Abeba  le jeudi 16 mars 2017 dernier, le  voilà à nouveau  à la  tête d’une institution de gestion du  football.  Selon  un  décret  signé par le  président Paul Biya et  lu  au  journal  parlé  de la Crtv ce  mercredi  24 mai au poste  national, Issa  Ayatou a  été  désigné premier  Président du Comité  d’administration de l’Académie  nationale de football du Cameroun (Anafoot) pour une  durée de  trois  ans  renouvelable  une seule  fois.  Celui qui a  géré  et organisé  le  football sur le  plan  continental aura  désormais pour mission de  l’organiser  et de le développer  dans  son pays  d’origine  le  Cameroun.  Mieux encore, il  mettra toute sa connaissance et son expertise au développement du sport  roi au pays de Mbappe  Leppe, Roger Milla  et de Samuel  Eto’o  pour ne  citer que ces  légendes  du football africain.
Le professeur  d’éducation  physique et sportive et  ancien  président de la  fédération  camerounaise de  football annoncé  pour  malade et fatigué  après  vingt et  neuf ans de  règne à la tête de la Caf devra encore creuser  dans son cerveau et  puiser au  tréfonds de  lui de  l’énergie pour  mettre sur pied l’Académie de football du Cameroun(Anafoot).

 Pour  mettre  sur pied  cette  structure qui a  pour mission l'initiation et l'encadrement des jeunes à la pratique du football de haut niveau; la formation initiale et continue des formateurs à l'enseignement théorique et à la pratique élaborée du football ; le développement de l'expertise nationale dans les métiers liés au football ; la collecte, la conservation et la diffusion de la documentation relative au football et surtout la recherche fondamentale et appliquée aux métiers liés au football, Issa  Ayatou va s’appuyer sur Karl Enow Ngachu lui aussi  nommé Directeur  général de l’Anafoot par décret  présidentiel.  Actuellement entraîneur de  Colombe du Dja et Lobo club de  première division nationale et entrîineur  sélectionneur de  l’équipe  nationale féminine de football sacrée  vice  championne de la  dernière Can  féminine de football organisée par le  Cameroun, Karl Enow Ngachu  vient ainsi d’être  récompensé. Selon des observateurs  avertis de la scène sportive  nationale  son opiniâtreté  au banc de  touche des lionnes indomptables  est à l’origine de sa promotion. Il sera assisté de Mindjene Jules Eloi, Directeur du développement des Sports de haut niveau du Ministère des Sports, nommé au même moment que  lui.
Promesse tenue
 Promis aux  jeunes  Camerounais lors de  son annonce  à la jeunesse  le  10 février 2010 quelques jours seulement après  la piètre prestation de l’équipe  nationale de  football à la coupe  du monde 2010 organisée pour la première fois en terre africaine et  plus précisément en Afrique du Sud le Chef de l’Etat  pas  du  tout  content de la prestation de  l’équipe  nationale avait prescrit au Gouvernement une enquête pour déterminer les causes de cet échec et proposer des solutions pour la reconstruction du football camerounais. Une fois en possession du rapport gouvernemental, il  a lancé la dynamique de reconstruction du football au Cameroun. Une  reconstruction  qui  passera  par  la réorganisation du fonctionnement des équipes nationales et la création de l’Académie nationale de football du Cameroun(Anafoot) donc les responsables viennent d’être  nommés.
Impatients, les Camerounais devenus  trop sceptiques à cause des nombreuses promesses  non tenues du Chef de l’Etat attendent  l’implantation effective de ladite académie, la construction des locaux de cette  université du football et le recrutement des  jeunes  dans  ce nouveau  centre  formation en football pour remercier  le chef de  l’Etat.   On attend plus  que la  nomination des  autres responsables de l’Anafoot pour être  définitivement fixé. Il faut  noter que la  mise  effective  intervient quelques  mois  seulement du coup  d’envoi de la Can 2019 qu’organise le Cameroun.
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Can U-17: e  Cameroun sort prématurément de la compétition

24 Mai 2017, 16:38pm

Publié par Hervé Villard

La victoire obtenue devant le Gabon (1-0) lors de la troisième journée de la phase de poule de ce tournoi, n’a pas suffit pour qualifier l’équipe nationale  cadette en demi-finale de cette compétition.

L’aventure de l’équipe  nationale de  football des  moins de 17ans du Cameroun n’a  pas été longue à la 12ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football réservée aux joueurs de cette  catégorie, qui se déroule depuis le 14 mai dernier au Gabon. Contrairement à  l’équipe  nationale fanion de  football qui a  remporté  son 5ème  sacre  continental en  février  2017 dernier  sur le  sol  Gabonais ,  l’équipe  nationale de  football des moins de 17 ans a  été  sorti  précocement de  la  compétition au  premier tour.  Comme si le sol gabonais  fertile  pour  leur ainé leur était  plutôt aride.
En trois  rencontres,  les poulains de  Bertin Ebwelé ont réalisé une  défaite un  match  nul et  une victoire  durant cette  phase  de poule. Un  résultat  assez insuffisant  pour continuer l’aventure de cette  coupe d’Afrique. En effet,  l’équipe  nationale des  moins de 17ans a été  humiliée dès l’entame de la  compétition par le Ghana (4-0), elle a concédé un nul d’un but  partout face à la Guinée, avant de battre  le Gabon lors de son troisième et dernier match sur un score étriqué (1-0).  Seulement , cette  victoire  du  Cameroun qui arrive  tardivement  ne  lui sera  pas  du tout utile puisque ses  concurrents  immédiats que  sont le Ghana et  la Guinée qui  ont battu successivement  le Gabon sur un score fleuve de (5-1) et le Ghana (5-0)  se  sont  séparés sur un score nul et vierge de zéro but partout.  Ce  qui  leur a permis  de totaliser pour le  Ghana classé  1er de la poule 7points et la Guinée 2ème  5 points et d’arracher  leur ticket pour les  demi-finales de cette compétition.  Selon des  informations  la qualification pour les demi-finales de cette compétition est aussi synonyme pour les nations chanceuses de ticket pour la Coupe du monde de cette catégorie. Les demi-finales opposeront le Ghana au Mali et la Tanzanie à la Guinée.
 Selon  Bertin Ebwele  l’entraineur des  Lions U-17 qui  nourrit beaucoup de  regret  pour  la  sortie  prématurée du Cameroun  dans  cette  compétition,  ses  poulains  ont  donné  tout ce qu’ils  avaient dans  le ventre. «Nous sommes arrivés au terme de ce premier tour. Mon bilan, je pense qu’il n’est pas très élogieux, ce n’est pas ce qu’on attendait de notre équipe. Néanmoins, avec beaucoup d’analyse, nous savons tout de même à quel niveau nous avons péché. Les enfants ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour essayer d’avoir une victoire, et je crois que nous y sommes parvenus. Maintenant nous attendons de voir comment ça va se dérouler plus tard», affirme déçu  l’ancien  Lion Indomptable.
 Promotion du football jeune
  Selon des observateurs avertis du  football au Cameroun,  le  résultat des  Lion Cadet  est  la  conséquence du déroulement du  football  jeune  dans  notre pays. Selon  ces  derniers,  il  n’ ya  pas  de  football  jeune. Rien  n’est d’ailleurs  fait  pour développer ce  football là. Il n’ya  pas de  championnat  et même pas de  volonté  politique  pour la  promotion du football  jeune  dans  notre pays. «Rien  n’est  dans  ce  sens là. Le  football jeune n’existe pas. En dehors de quelques  initiatives  privées visant a  développer  le  football à la  base  a Cameroun  rien  n’est fait. La qualification du Cameroun à la  Can cadette  même  relève de  l’exploit», affirme  Atanga  Fouda  journaliste  sportif. Avant d’inviter  la Fecafoot chargé de la  promotion  du football jeune  de mettre  rapidement sur  pied  un championnat  jeune au Cameroun.
 
Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires