Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Joseph Wamba Ngankou :«Ce sont les ennemis de l’Aigle tapis dans l’ombre qui ont produit cet acte »

19 Mai 2014, 18:21pm

Publié par Hervé Villard

Directeur général de l’Aigle de la Menoua, Joseph Wamba Ngankou revient sur l’incident qui s’est produit au stade de la réunification de Bépanda le 12 mai 2014. Dans une interview accordée à La nouvelle expression, il nie en bloc toutes accusations formuées contre les supporters de l’Aigle de Dschang. D’après celui qui développe plutôt la théorie du complot contre son club, aucun de ses supporters ne peut poser ce genre d’acte. Lisez plutôt !!!

On accuse les supporters de l’aigle de Dshang d’avoir jeté les projectiles sur l’arbitre Sylvain Bella aujourd’hui interné à l’hôpital du district de Deido. Quelle est votre réaction ?

Si quelqu’un accuse les supporters de l’Aigle de la Menoua c’est qu’il est malhonnête. Pour ceux qui étaient au stade. Au moment où l’arbitre a sifflé la fin de la première mi-temps, quand il s’apprêtait à entrer aux vestiaires, il était accompagné des joueurs  et du staff technique de l’Aigle de la Menoua. C’est le joueur de  l’aigle qui était visé. Il a seulement eu de la chance que cela  ne l’atteigne pas. Et, c’est par malheur que ça a atteint l’arbitre qui était neutre. Lorsque  l’arbitre chute, séance tenante, c’est le Kinésithérapeute de l’aigle qui se retourne et utilise le matériel médical de l’équipe pour  le sauver et empêcher le saignement. Aucune presse n’a évoqué cela. Je prends à témoin, les deux autres juges de touche et le quatrième arbitre qui ont vécu cela. Vous pouvez également voir mon entraineur Alain Djeukam qui a suivi la scène pendant qu’il voulait au secours de cet arbitre puisqu’il saignait abondamment, son habit a été entièrement mouillé par le sang et il était obligé d’emprunter un autre habit pour sortir du stade de la réunification. Au moment où nous attendions que le corps des arbitres nous félicite pour avoir sauver un de leur collègue, il se précipite plutôt pour déclarer qu’ils ne vont plus arbitrer les rencontres de l’aigle de Dschang. Ce sont les ennemis de l’aigle de Dschang qui sont en train de monter des coups pour déstabiliser cette équipe. Quand  des équipes viennent nous gagner à Dschang, nous escortons les arbitres et il n’y a pas d’incident. Vous croyez que c’est parce qu’on est mené (0-1) à Douala que nous allons décider de jeter les projectiles sur les arbitres ? Est-ce que c’est la première fois qu’on est mené à Douala. Nous avons joué contre matelots à Douala à la mi-temps on était mené (1-0) mais nous avons gagné la rencontre à la fin (2-1). Il n’avait donc aucune raison au monde pour pousser les supporters de l’Aigle à jeter les projectiles sur les officiels.   Ce sont les ennemis de l’Aigle tapis dans l’ombre qui ont produit cet acte.

Maintenant que le président national de l’association camerounaise des arbitres de football pris des résolutions pour boycotter les rencontres de l’Aigle de la Menoua. Quelle est votre réaction.

Je ne suis pas un responsable de la ligue professionnel de football du Cameroun. Mon rôle s’est de mettre mon équipe à l’abri et de m’assurer que tout le monde va bien et de les présenter devant l’adversaire dans tous les stades où je suis appelé. Le reste là ne me concerne pas. Je ne suis pas là pour décider sur le sort des arbitres de football. Ce n’est pas moi qui les gère, je ne suis pas concerné par leur programmation.

Tous les arbitres sont ligués contre l’aigle de Dschang est ce que vous pensez que c’est un complot contre votre équipe ?

Ce ne sont pas les arbitres qui ont fait le complot. Ils ont seulement trouvé ce complot. Il était déjà là et  est monté de toute pièce par les ennemies de cette équipe. Les gens ont comploté et ils sont tombés dans le piège de ce complot. Ce ne sont pas les arbitres qui ont lancé le projectile contre leur propre frère. Ce sont les ennemies de l’Aigle  tapis dans l’ombre qui ont jeté les projectiles. Les arbitres sont seulement en train de  consommer seulement le complot. Je constate une fois de plus qu’il y a la jalousie au Cameroun. Il faut que cela cesse. Ce n’est pas parce que l’Aigle de la Menoua est premier sans concurrent à la phase aller du championnat de première division qu’on va se liguer contre lui. Que les camerounais apprennent à être honnête avec eux-mêmes et que ce genre de complicité ne se répète plus. Qu’on laisse le football se jouer, qu’on laisse le meilleur gagner.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Joseph Wamba Ngankou : «Ce sont les ennemis de l’Aigle tapis dans l’ombre qui ont produit cet acte »

19 Mai 2014, 18:17pm

Publié par Hervé Villard

Directeur général de l’Aigle de la Menoua, Joseph Wamba Ngankou revient sur l’incident qui s’est produit au stade de la réunification de Bépanda le 12 mai 2014. Dans une interview accordée à La nouvelle expression, il nie en bloc toutes accusations formuées contre les supporters de l’Aigle de Dschang. D’après celui qui développe plutôt la théorie du complot contre son club, aucun de ses supporters ne peut poser ce genre d’acte. Lisez plutôt !!!

On accuse les supporters de l’aigle de Dshang d’avoir jeté les projectiles sur l’arbitre Sylvain Bella aujourd’hui interné à l’hôpital du district de Deido. Quelle est votre réaction ?

Si quelqu’un accuse les supporters de l’Aigle de la Menoua c’est qu’il est malhonnête. Pour ceux qui étaient au stade. Au moment où l’arbitre a sifflé la fin de la première mi-temps, quand il s’apprêtait à entrer aux vestiaires, il était accompagné des joueurs  et du staff technique de l’Aigle de la Menoua. C’est le joueur de  l’aigle qui était visé. Il a seulement eu de la chance que cela  ne l’atteigne pas. Et, c’est par malheur que ça a atteint l’arbitre qui était neutre. Lorsque  l’arbitre chute, séance tenante, c’est le Kinésithérapeute de l’aigle qui se retourne et utilise le matériel médical de l’équipe pour  le sauver et empêcher le saignement. Aucune presse n’a évoqué cela. Je prends à témoin, les deux autres juges de touche et le quatrième arbitre qui ont vécu cela. Vous pouvez également voir mon entraineur Alain Djeukam qui a suivi la scène pendant qu’il voulait au secours de cet arbitre puisqu’il saignait abondamment, son habit a été entièrement mouillé par le sang et il était obligé d’emprunter un autre habit pour sortir du stade de la réunification. Au moment où nous attendions que le corps des arbitres nous félicite pour avoir sauver un de leur collègue, il se précipite plutôt pour déclarer qu’ils ne vont plus arbitrer les rencontres de l’aigle de Dschang. Ce sont les ennemis de l’aigle de Dschang qui sont en train de monter des coups pour déstabiliser cette équipe. Quand  des équipes viennent nous gagner à Dschang, nous escortons les arbitres et il n’y a pas d’incident. Vous croyez que c’est parce qu’on est mené (0-1) à Douala que nous allons décider de jeter les projectiles sur les arbitres ? Est-ce que c’est la première fois qu’on est mené à Douala. Nous avons joué contre matelots à Douala à la mi-temps on était mené (1-0) mais nous avons gagné la rencontre à la fin (2-1). Il n’avait donc aucune raison au monde pour pousser les supporters de l’Aigle à jeter les projectiles sur les officiels.   Ce sont les ennemis de l’Aigle tapis dans l’ombre qui ont produit cet acte.

Maintenant que le président national de l’association camerounaise des arbitres de football pris des résolutions pour boycotter les rencontres de l’Aigle de la Menoua. Quelle est votre réaction.

Je ne suis pas un responsable de la ligue professionnel de football du Cameroun. Mon rôle s’est de mettre mon équipe à l’abri et de m’assurer que tout le monde va bien et de les présenter devant l’adversaire dans tous les stades où je suis appelé. Le reste là ne me concerne pas. Je ne suis pas là pour décider sur le sort des arbitres de football. Ce n’est pas moi qui les gère, je ne suis pas concerné par leur programmation.

Tous les arbitres sont ligués contre l’aigle de Dschang est ce que vous pensez que c’est un complot contre votre équipe ?

Ce ne sont pas les arbitres qui ont fait le complot. Ils ont seulement trouvé ce complot. Il était déjà là et  est monté de toute pièce par les ennemies de cette équipe. Les gens ont comploté et ils sont tombés dans le piège de ce complot. Ce ne sont pas les arbitres qui ont lancé le projectile contre leur propre frère. Ce sont les ennemies de l’Aigle  tapis dans l’ombre qui ont jeté les projectiles. Les arbitres sont seulement en train de  consommer seulement le complot. Je constate une fois de plus qu’il y a la jalousie au Cameroun. Il faut que cela cesse. Ce n’est pas parce que l’Aigle de la Menoua est premier sans concurrent à la phase aller du championnat de première division qu’on va se liguer contre lui. Que les camerounais apprennent à être honnête avec eux-mêmes et que ce genre de complicité ne se répète plus. Qu’on laisse le football se jouer, qu’on laisse le meilleur gagner.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Dr Louis Joss Bitang : «Son pronostic vital n’est pas mis en jeu»

19 Mai 2014, 18:05pm

Publié par Hervé Villard

Directeur de l’Hôpital du district de Deido, Dr Louis Joss Bitang  revient sur l’état de santé de Sylvain Bella interné dans son hôpital. D’après le chirurgien qui rassure sur l’état de santé de l’arbitre de football, celui-ci déclare que   l’arbitre avait perdu beaucoup de sang avant d’arriver à l’hôpital du district de Deido.

 

Dans quel était  l’arbitre  Sylvain Bella quand il est arrivé chez vous ?

 

Il va assez bien, il sort d’une intervention chirurgicale qui s’est déroulée hier (lundi 12 mai 2014Ndlr).  Il présentait un hématome extra durale  post traumatique. Cela signifie qu’il a reçu un gourdin  sur la tête, il a saigné abondamment  et le sang a coulé dans le cerveau. Ce qui mettait en jeu son pronostic vital. Après le scanner, ça a été décelé et toute suite il fallait passer à l’opération et ça s’est bien passé. Il est arrivé ici dans un état  de choc hémorragique. Vous savez après le choc, il a beaucoup saigné au stade.  La blessure était très profonde. Il a abondamment saigné. A l’urgence, on a d’abord arrêté l’hémorragie. On a fait le scanner pour déceler les anomalies.

Quel est son état actuellement ?

Il est encore en observation et on le surveille. Car, il faut qu’il se réveille normalement et qu’il retrouve sa lucidité. On espère seulement que tout va bien se passer. Son pronostic vital n’est pas mis en jeu. Il  a un bon pronostic vital. Il suffit d’être vigilant et de surveiller son état et tout va rentrer dans l’ordre.

Combien de temps lui faut-il pour être sur pied ?

D’ici cinq à six jours ou une semaine, si tout fonctionne bien, il pourra être rétabli et pourra sortir de l’hôpital. Maintenant pour vaquer à ses occupations arbitrales, il lui faut un repos au moins d’un mois pour bien se rétablir. Il lui faut un certificat médical d’aptitude qui lui permet de reprendre ses activités.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Scandale au stade de la Réunification:Un arbitre grièvement blessé par les supporters

19 Mai 2014, 17:53pm

Publié par Hervé Villard

Sylvain Bella a reçu une pierre  sur la tête alors qu’il se rendait au vestiaire. C’était lundi 12 mai 2014 dernier  lors du match en retard de la 18ème journée opposant  Botafogo à l’Aigle de la Menoua.

 

 

Sylvain Bella, militaire  et arbitre de football est interné à l’hôpital du district de Deido depuis le 12 mai 2014 après midi. Il y a été conduit par les équipes de la croix rouge  suite à un incident grave dont-il a été victime. En effet, à la fin de la première manche de la rencontre  qui opposait Botafogo à l’équipe de l’Aigle de la Menoua, manche remportée par Botafogo par un but à zéro, l’arbitre centrale de cette rencontre a reçu une pierre sur la tête alors qu’il s’apprêtait à regagner dans les vestiaires. Selon des informations recueillies auprès de ceux qui ont vécu la scène, Sylvain Bella a été visé par un des supporters mécontent de son arbitrage. 

 

Ne s’attendant pas de ce geste  dangereux de  la part des supporters furieux et massés à l’entrée des vestiaires, il a reçu se projectile sur la tête. Suite au choc de ce projectile qui n’était autre chose qu’une pierre, il s’est directement écroulé,  perdu connaissance et beaucoup de sang. Ce sont les éléments de la croix rouge du stade de la Réunification appelés au secours et l’appui des kinésithérapeutes de l’Aigle de  la Menoua  que celui-ci sera conduit d’urgence à l’hôpital du district de Deido. Où, il a été pris en charge par les médecins de cet hôpital sous l’instruction Louis Joss à Bitang, directeur général de l’hôpital du district de Deido

 

«A la fin de la première manche du match Botafogo contre aigle de Dschang, je trainais encore sur le stade quand j’ai été appelée d’urgence par  le photographe Lema. Il m’a fait comprendre qu’il y avait un arbitre en danger. Aussitôt arrivé, j’ai constaté que Sylvain Bella a   le crane ouvert et qu’il saigne abondamment. Il a réçu un caillou sur le crane en amorçant les marches qui conduisent aux vestiaires. Il avait perdu connaissance. Nous avons pareillement constaté que sa blessure était profonde (5cm de profondeur). Nous l’avons directement conduit à l’hôpital du district de Deido pour la prise en charge » raconte, Bebe Aurore Ndongo secouriste du stade de la Réunification de Douala.

 

Admis sous soins intensif apprend on, l’état de l’arbitre s’est dégradé. Et, c’est après le scanner fait à l’hôpital général qu’on a décelé le mal.

En fait, Sylvain Bella, souffrait d’un hématome extra durale  post traumatique. Selon Dr Louis joss Bitang qui l’a consulté,  la victime  a saigné abondamment et le sang a coulé dans le cerveau. Et, il fallait  directement l’opérer pour lui sauver la vie. Avec l’appui de Claude Bernard Kamta neurochirurgien à l’hôpital général de Douala, l’opération qui a duré près de 2h30min va bien se dérouler.

 

A l’hôpital du district de Deido ce mercredi 14 mai 2014 aux environs de 13h, l’anxiété qui animait le visage des proches et amis de sylvain Bella  s’est dissipée. Ces derniers sourient d’ailleurs en faisant des commentaires. «D’ici cinq à six jours ou une semaine, si tout fonctionne bien, il pourra être rétabli et pourra sortir de l’hôpital. Son pronostic vital n’est pas mis en jeu », rassure  le Dr Louis joss Bitang très serein.  Sylvain Bella  quant à lui, est sous perfusion sur le lit n°4 de la salle d’hospitalisation des hommes. Sous perfusion, il dort abondamment. Sa femme Michelle venue lui rendre visite ne s’inquiète plus trop car, la vie de son mari selon le docteur est hors de danger.

Pour l’instant, les supporters ayant commis ce forfait n’ont pas encore été identifiés. Un doit accusateur est  néanmoins porté sur les supporters de l’Aigle de la Menoua furieux  de l’arbitrage de fait au courant de cette rencontre. Mais, cet argument est démenti par Joseph Wamba Ngankou, Directeur général de l’équipe de la Menoua qui évoque la thèse de complot contre son équipe. « C’est le joueur de  l’aigle qui était visé. Il a seulement eu de la chance que cela  ne l’atteigne pas. Et, c’est par malheur que ça a atteint l’arbitre qui était neutre. Lorsque  l’arbitre chute, séance tenante, c’est le Kinésithérapeute de l’aigle qui se retourne et utilise le matériel médical de l’équipe pour  le sauver et empêcher le saignement », déclare-t-il.

 Informé de la situation, Gilbert Yankam, Prédisent national de l’association  camerounaise des arbitres de football (Acaf) après une réunion de crise qui s’est tenue hier ont décidé de ne plus jour les matches de l’Aigle de Dschang jusqu’à nouvel avis. «Nous avons décidé que jusqu’à nouvel avis, il faut que nous cessons de diriger les matches de l’Aigle. Ceci pour donner une autre leçon à d’autres clubs qui doivent chercher à contrôler leurs équipes et surtout leurs supporters», déclare-t-il avec véhémence. En dehors de cette décision prise par les arbitres, la ligue professionnelle de football du Cameroun n’a encore pris aucune mesure. En dehors de condamner avec la dernière énergie, cette acte, le match qui s’est achevé à queue de poisson n’a pas encore été homologué. Tout le monde attend.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Crise au sein de l’Acaf du Cameroun: Le président Yankam et Joseph Njog à couteau tiré

19 Mai 2014, 17:32pm

Publié par Hervé Villard

 

 

La décision de boycott  des rencontres de l’Aigle de Dschang à l’origine de cette  crise qui oppose  les deux responsables de l’association des arbitres.

 

L’agression de l’arbitre central Sylvain Bella au stade de la Réunification de Bépanda pendant la rencontre Botafogo contre Aigle de Dschang n’a pas encore fini de faire couler des  encres et des salives.  Alors qu’il est encore interné à l’hôpital du district de Deido où il suit des soins intensifs, les  responsables de l’association à laquelle il appartient ne s’entendent pas sur la sanction à infliger à l’Aigle de  la Menoua, soupçonné d’être à l’origine de cette agression.

En effet selon des informations recueillies auprès de ceux qui ont vécu la scène, il s’avère que c’est un supporter de l’oiseau de Dschang qui aurait blessé l’arbitre sylvain Bella à la tête alors que celui-ci se rendait aux vestiaires. Face à cet acte  antisportif qui  porte atteinte à l’intégrité des « hommes en noir », Gilbert Yankam, le président de l’association camerounaise des arbitres de football (Acaf) a dénoncé cet acte odieux et demander aux membres de cette association de boycotter toutes rencontres de l’Aigle de Dschang jusqu’à nouvel avis. D’après  celui qui déclare que ses membres sont en insécurité chaque fois qu’ils sont sur un stade, cette décision va servir de leçon aux différents clubs de la ligue1 et 2. Ainsi, ces derniers prendront désormais sur eux d’éduquer leurs membres et leurs supporters.

Alors que cette décision du président de l’Acaf est en train  de faire son effet. Et que tous les arbitres ou du moins la majorité s’apprêtaient à mettre en exécution cette décision de leur président, le 2ème vice président de l’Acaf, Joseph Njog  a lui aussi publié un communiqué invitant les « hommes de sifflet » à ne pas respecter ce mot d’ordre lancé par le président de l’Acaf. «Je ne me reconnais pas dans cette décision, et, j’invite tous les arbitres à reprendre service partout où ils seront envoyés en attendant que la lumière soit faite sur le dossier.» D’après celui qui pense que le boycott des rencontres de l’aigle Dschang ne changera rien  à l’incident déjà  commis. Il faut aller jouer pour ne pas perturber le championnat.

Apaiser les esprits

Face à cette cacophonie au sein du corps arbitral au Cameroun, une réunion de crise pour apaiser les esprits a été organisée à Yaoundé le 14 mai 2014 dernier. Au cours de cette réunion à laquelle avaient pris part, Franck Happi représentant le Bureau du Comité Provisoire de Gestion de la Ligue professionnelle de football du Cameroun (Lfpc), Gilbert yankam, président du bureau de l‘Association Camerounaise des Arbitres de Football (l’Acaf), Pierre Noungui, représentant la Commission Centrale des Arbitres(Cca) et de la Commission Homologation et de Discipline de la Ligue, représenté par   Mathias Eric Owona Nguini.

Les différents responsables ont condamné  à l’unanimité l’agression de Sylvain Bella au stade de la réunification.  Ils ont invité l’Acaf, à surseoir à leur décision du 13mai 2014 et  à attendre le verdict des instances juridictionnels de la Ligue. De s’engager  à prendre toutes dispositions susceptibles d’établir les responsabilités de cet acte répréhensible, afin que le ou les coupable (s) soi(en)t sévèrement sanctionné(s). Une plainte contre inconnu a été déposée par la Ligue, avec constitution de partie civile. Dans l’ensemble, les participants à cette réunion ont  décidé; d’œuvrer pour le renforcement des mesures de sécurité dans les stades sur toute étendue du territoire.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Culture: Kareyce Fotso a un nouveau bébé

16 Mai 2014, 15:29pm

Publié par Hervé Villard

Le  nouvel opus  de cette musicienne camerounaise a été officiellement présenté au public de Douala  le  16 mai 2014 à l’institut français

 

 

 

Il s’appelle «Mokte» et fera certainement plaisir aux mélomanes des villes du Cameroun, de l’Afrique et du monde entier. Fruit d’un effort quotidien et de beaucoup de recherches, le nouvel  album de Kareyce Fotso a été dédicacé ce vendredi 16 mai 2014 à l’institut Français. La première dédicace qui s’est  déroulée à Douala  a permis aux mélomanes de la capitale économique du Cameroun, et à ses fans de découvrir ce nouveau bébé qui fait déjà la fierté des amoureux de la musique.  

Pendant cette cérémonie de dédicace annoncée en grande pompe par les médias locaux et nationaux, Kareyce Fotso a fait   un a capela, question de donner un avant goût, du contenu de cet album de 12 titres, qu’elle vient de commettre sur le marché discographique camerounais et mondial.

Sorti en Europe depuis le mois de mars, «Mokte», ce nouvel album de Kareyce fotso qui signifie «Espoir» en langue Bandjoun, est une galette musicale qui permet à l’artiste de communier avec ses fans, les mélomanes et surtout avec les populations du monde entier. À travers cet opus, la starlette de la musique camerounaise partagé son état d’esprit. Elle invite  tout le monde à garder espoir malgré les vicissitudes de la vie.  Elle inspire  la confiance surtout la foi. Car, même si rien ne marche aujourd’hui, les choses pourront changer demain. « Mokte » est en effet une prière, un conseil, un état d’esprit. Bref,  c’est une manière de vivre que partage l’auteur de ce chef d’œuvre, déjà  présent sur le marché discographique.

En plus de ce message plein de sens et de vie, en plus de la mélodie qui est teintée de la quasi totalité des rythmes du terroir, Kareyce  Fotso plonge le public dans un univers dont elle seule connait le secret.  Avec sa voie suave et envoutante avec des messages profonds qui renvoient à la vie de tous les jours, l’artiste camerounaise, fait rêver. Elle prône un idéal de vie et invite tous le monde à s’y accommoder. L’espoir étant la seule chose qui maintient l’homme à la vie, qui  le pousse à faire beaucoup d’efforts dans la vie, il demande aux habitants de la terre de rester confiants, de ne pas se décourager. «Mokte» en fin est une forme d’appel au travail ardu, un appel  à la résistance.

Ces messages importants pour l’humanité, kareyce Fotso les délivre dans les douze titres de cet opus.  De «Te Vouan ne ma» à  «Ndolo», sans oublier «comment ça va ? », «Azany » «Manke», «Just Believe», «Kak Pou tseu», «Kowadi, «Messa», «Tiwassa», «Youmbata», « ke Wouac A» et «Aya», kareyce Fotso, évoque l’amour,  la foie et le courage. Avec ce nouvel opus, la native de Bandjoun vient de porter à trois le nombre d’albums qu’elle a déjà commis sur le marché.

Portrait

Née en pays Bamiléké Kareyce Fotso est élevée chez les Béti. Après des études réussies (biochimie et BTS audiovisuel), elle gagne le droit de s’adonner à sa passion, le chant. Elle débute dans les cabarets de Yaoundé et devient choriste. Elle se fait remarquer au sein du groupe Korongo Jam d’Erik Aliana par sa présence scénique et sa voix exceptionnelle.

En France, dans le cadre de sa résidence «Visas pour le création » (mai à juillet 2009), elle travaille sous la direction artistique de François Kokelaere, qui dirigeait l’Ensemble National des Percussions de Guinée et permis au groupe guinéen Wofa de se produire dans le monde entier.

De cette rencontre naît un spectacle en solo où Kareyce Fotso, accompagnée par sa guitare, offre de jolies mélodies au public.  Avec une voix puissante, originale, teintée d’un voile légèrement éraillé issu du blues et de la tradition africaine, la fille de Bandjoun séduit tout le monde. Elle espère marquer les esprits avec ce nouvel album comme ce fut le cas pour les autres titres. (Mulato, Kwegne)

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Alexandre Elouna (defenseur unisport du Haut-Nkam)

30 Avril 2014, 10:46am

Publié par Hervé Villard

Défenseur centrale de l'équipe de l'Unisport du Haut-Nkam, Alexandre Elouna qui a contribué activement à la victoire de son club sur   New-Stars (2-1) lors de la 16ème journée de la ligue 1 fait l'analyse de cette rencontre. Dans une interview réalisée juste à la fin de ce match dimanche dernier au stade de la réunification, il explique aussi pourquoi le Flambeau de l'Ouest ne marque pas beaucoup.

Lisez plutôt!!!.

Vous venez de gagner New-stars de Douala par (2-1)  qu’est ce qui s’est passé à la première manche de cette rencontre

 

« La première manche  on a  été un peu désordonné, on n’a pas respecté les consignes du coach et vous avez-vous-même  vu ce qui s’est passé. On a pris ce but. On est revenu à la seconde manche tout déterminé d’être champion. Et on  a fait ce qu’il fallait faire, on a remonté le but encaissé à la première manche  et on a inscrit le deuxième but qui nous permet de gagner les trois points et de rester leader jusqu’à présent.

Est ce que la chaleur ne vous a pas dérangé durant la première manche?

 

Je ne peux pas dire que la chaleur nous a menacé pendant la première période puisque le soleil c’est pour les deux équipes. On a tout simplement appliqué les schémas tactiques du coach. 

Unisport à l’habitude de gagner par un score étriqué d’un but à zéro. Qu’est ce qui se passe au sein de votre équipe ?

 

Trop d’actions de but créées mais, pas beaucoup d’actions concrétisées. On essaie de travailler chaque jour pour améliorer cela. Vous avez vu qu’aujourd’hui on a marqué deux buts. Vous savez, on sait que le public nous attend et qu’il faut le satisfaire. Nous travaillons pour cela. C’est la deuxième fois  depuis le début du championnat que nous marquons deux buts au cours d’un match. Comme je  viens de vous le dire, nous travaillons pour cela.

 

Réalisée par Hervé Villard Njiélé

Alexandre Elouna, défenseur central de l'Unisport du Haut-Nkam

Alexandre Elouna, défenseur central de l'Unisport du Haut-Nkam

Voir les commentaires

Alphonse Tchami: "On a besoin de l’appuie de tout le monde"

30 Avril 2014, 10:11am

Publié par Hervé Villard

Rencontré à la fin du match New-stars contre unisport du Haut-Nkam brillamment remporté par les flambeau de l'Ouest sur le score  étriqué de deux buts contre, un au stade de la réunification de Bépanda, lors de la 16ème journée de la ligue1, Alphonse Tchami, ancien international Camerounais aujourd'hui membre de l'administration de l'Unisport du Haut-Nkam, est revenu sur  les difficultés que rencontre  le club phare de ce département. dans  une interview accordée à votre site, il s'est exprimé sur le match de ce jour.

Lisez plutôt!!

Unisport du Haut-Nkam vient de remporter une nouvelle victoire. Quelle réaction?

 

«C’est une bonne chose parce que nous venons une fois de plus de remporter une victoire. Ça nous permet de rester toujours en tête du classement. Je pense que nous allons essayer de rester dans ce lancer pour maintenir notre position de leader.

 

Qu’est ce qui justifie la bonne santé de l’Unisport du Haut-Nkam ?

 

Je ne pense pas que nous soyons en bonne santé. Je pense que les résultats que vous voyez là ne sont que le fruit de la bonne concentration des joueurs. En dépit des difficultés que l’équipe rencontre j’en profite pour leur adresser mes sincères félicitations. Et je vais profiter de votre antenne pour sensibiliser tous les ressortissants du département du Haut-Nkam. Je dois leur dire que l’équipe est en difficulté et qu’on a besoin de l’appuie de tout le monde. Il  faut qu’ils apportent leur part de soutiens.  Puisqu’il ne faut pas qu’ils disent après qu’on ne leur pas présenté les réalités. Nous rencontrons de nombreuses difficultés en ce moment.

 

 A trois journées avant la fin est ce que Unisport  sera champion de la phase aller ?

 

C’est vrai que notre souhait c’est de rester champion de cette première phase. On regardant l’équipe, et notre position actuellement, je crois  qu’on va travailler pour cela afin de garder notre rang et notre position en attendant la phase retour.

 

La phase retour n’est pas toujours facile pour l’Unisport du Haut-Nkam ?

 

C’est vrai que la manche retour est toujours difficile pour nous. C’est surtout  du à la difficulté que nous avons de maintenir  les joueurs à niveau et surtout les entretenir.

Alphonse Tchami, membre de l'administration de Unisport du haut-Nkam

Alphonse Tchami, membre de l'administration de Unisport du haut-Nkam

Voir les commentaires

Bonaventure Djonkep (Coach New-Stars de Douala):« On a bien commencé ce match »

30 Avril 2014, 09:57am

Publié par Hervé Villard

Rencontré à la fin de la rencontre New-Stars contre Unisport  du Haut-Nkam dimanche dernier au stade de la Réunification de Bépanda. Rencontre  perdu par le club qu'il entraine (1-2), Bonaventure Djonkep pas content de ce résultat fait ici l'analyse de cette rencontre.

 

 

 

 On a pourtant bien commencé ce match, on a même mené au score. Malheureusement, en seconde mi-temps, notre défense a été très fébrile.  On a pratiquement offert de manière gracieuse deux buts à notre adversaire. Franchement à ce niveau de la compétition, quand on commet certaines erreurs, franchement ça se paie cash.  C’est également ça aussi le sport et le football. On a poussé à la fin de la rencontre mais, malheureusement, on n’a pas pu revenir au score. On a fait sorti Hervé  Boumsong parce qu’il saignait beaucoup. Malheureusement, ceux-qui sont entrés  n’ont pas produit le même volume de jeu. Et quand les remplacements ne répondent pas toujours, présents  c’est vraiment dommageable. Quant à l’équipe d’Unisport du Haut-Nkam, ils ont joué le match, ils l’ont dominé. Ils ont une fois de plus montré cet après midi qu’ils ne sont pas leader par hasard. Je leur tire un coup de chapeau. Dans l’ensemble  nous avons fait un beau match cet après midi. New-stars à dominé toute la première manche, nous avons même mené au score mais malheureusement on n’a pas pu le conservé.

 

Réalisé par hervé Villard Njiélé

Bonaventure Djonkep, Coach de New-Stars de Douala

Bonaventure Djonkep, Coach de New-Stars de Douala

Voir les commentaires

Grève des enseignants:L’amélioration des conditions de travail à l’origine de ce mouvement annoncé se dérouler du 28 avril au 2 mai 2014

29 Avril 2014, 09:46am

Publié par Hervé Villard

Les principaux syndicats des enseignants du Cameroun, réunis au sein d’une plate-forme, ont lancé un mot d'ordre de grève du 28 avril au 02 mai pour protester contre la non prise en compte de leurs revendications par l'Etat.

 

 

Grève des enseignants:L’amélioration des conditions de travail  à l’origine de ce mouvement annoncé se dérouler du 28 avril au 2 mai 2014

Les syndicats concernés que sont le syndicat national indépendant des enseignements de base (Snieb), le Mouvement national pour l’intégration sans restriction des instituteurs du Cameroun (Monicam), le Tac (Teacher assiociation of Cameroun), le Cattu (Cameroun teacher’s trade Union) le Syndicat des instituteurs contractuels et maitres des parents pour ne citer que ceux-ci, réclament, entre autres, la signature et l’application des accords et textes concernant l’intégration, le traitement et l’amélioration des conditions de travail et de vie des enseignants.

"Nous avons âprement négocié pendant 24 mois au sein du Comité ad-hoc mis en place par le Premier ministre, où nous avons examiné et fait de nombreuses propositions de solutions aux multiples problèmes des enseignants", rappelle Roger Kaffo Fokou, Secrétaire général du Syndicat national autonome de l’enseignement secondaire (SYNAES ?) et porte-parole de la plate-forme constituée de 9 syndicats. Seulement, poursuit-il, «ces négociations ont débouché sur de nombreux accords et permis l’élaboration de plusieurs textes soumis dès avril 2012 à la signature des plus hautes autorités de l’Etat, notamment le texte signé par le Premier ministre camerounais organisant l’attribution des palmes académiques aux enseignants ».

Pour ces leaders syndicaux, qui dans un cadre d’échange avec la presse sont prêts à tout pour que l’Etat les écoute, d’autres textes plus importants encore sont attendus et relèvent du ressort du président de la République. Parmi ces textes, on signale des textes portant rééchelonnement indiciaire des enseignants, des textes portant sur intégration des enseignants d’Education physique et sportive (EPS) et des conseillers de Jeunesse dans les corps de l’Education nationale, intégration des professeurs et instituteurs contractuels. Des textes portant revalorisation de la prime de documentation et de recherche.

Les leaders des neuf syndicats d’enseignants, qui affirment avoir déjà saisi le chef de l’Etat, Paul Biya, promettent de paralyser les établissements scolaires dans les semaines à venir, si leurs revendications ne sont pas prises en compte. Ils menacent également de retenir les notes d’évaluation pour les 5ème et 6ème séquences et de refuser la confection de tout document administratif pendant cette période.

Seulement pour l’instant le mouvement d’humeur n’est pas encore suivi par les enseignants de la ville de Douala.

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires