Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Le blog de Hervé Villard Njiélé

11 Avril 2014, 21:07pm

Publié par Villard Herve Njiéle

Stade de la Réunification de Douala: Fritz Bella prend les commandes http://t.co/2rOhKnLlWe

Voir les commentaires

Stade de la Réunification de Douala: Fritz Bella...

11 Avril 2014, 21:07pm

Publié par Herve Villard

Voir les commentaires

Douala :Le vaccin antirotavirus déjà opérationnel

3 Avril 2014, 14:54pm

Publié par Hervé Villard

Ce vaccin vient d’être admis dans le programme élargi de vaccination en vigueur au Cameroun depuis quelques jours.


http://www.journaldutchad.com/images/articles/5/1363693132733.jpg

Les  enfants qui ont été vaccinés ces derniers jours dans la ville de Douala ont reçu  le vaccin  antirotavirus. Car ce nouveau vaccin,  fait désormais parti des vaccins  du programme élargi de vaccination (Pev). Selon des informations,  le vaccin antirotavirus qui a été déjà administré à plusieurs enfants à l’occasion de la cérémonie officielle de sa présentation la semaine dernière, a été admis dans le programme élargi de vaccination de manière officielle le 1er avril 2014. Il fait  désormais parti  des  vaccins qui seront administrés aux enfants sur le l’ensemble du territoire national de manière gratuite.

 D’après, le Dr Jacques Georges Otti, medecin de santé publique et chef d’Unité Régionale  du Programme Elargi de Vaccination  pour le Littoral qui précise  au passage que ce vaccin se donne aux nourrissons  par voie orale en deux dosages,  le  vaccin anti- rotavirus n’est  pas du tout nouveau. Il a  déjà été utilisé au Cameroun par des pédiatres. «Ce vaccin n’est pas nouveau dans le programme élargi de vaccination. Plusieurs pédiatres l’ont déjà utilisé par le passé. Mais, il coutait très cher », précise le chef d’Unité Régionale  du Programme Elargi de Vaccination du littoral. Ce vaccin permet de lutter contre des diarrhées aigues dont souffrent souvent les nourrissons.  C’est pourquoi, il invite tous les parents ayant des nouveaux nés, de se rapprocher rapidement de leurs pédiatres  pour savoir si leurs enfants peuvent encore bénéficier de ce vaccin ou tout simplement l’exiger pendant qu’ils  sont en train de faire vacciner leurs bébés. Car, on ne rattrape  pas ce vaccin dès qu’on l’a raté. « Le vaccin antirotavirus est administré en deux doses. La première dose est administrée  aux nourrissons à l’âge de 6 semaines et la deuxième dose quand celui-ci a 10 semaines. On peut aller jusqu’à 12 semaines. Mais, passer cette période là, on ne peut plus rien, on ne peut plus le donner aux enfants. Peu importe  l’attitude des parents », explique Dr Jacques Georges Otti. Et de poursuivre ; «Si votre nourrisson n’a pas pu prendre la première dose de ce vaccin parce qu’il a dépassé cet âge au moment où le vaccin est admis dans le programme élargi de vaccination, il ne pourra non plus prendre la deuxième dose. Car, on ne rattrape pas ce vaccin. Les parents doivent veiller à ce que l’on administre ce vaccin à leur enfant », précise le médecin.

D’après les spécialistes, la vaccination contre le rotavirus est le seul moyen de prévention des épisodes sévères des infections à rotavirus.  Car, ce virus est responsable des sévères diarrhées  chez les nourrissons et les jeunes nourrissons. Il est responsable du décès de plusieurs nouveaux nés dans le monde en Afrique environ 500 000 par an.  En vaccinant les  enfants rappelle les spécialistes, on les protège de cette maladie là et on leur donne la chance de vivre.

Disponibilité

D’après  responsables de la délégation régionale de la Santé pour le Littoral, le vaccin  antirotavirus est disponible dans tous les centres de santé de la république du Cameroun et il est gratuit.  «Le ministère de la Santé, a mis les moyens qu’il faut pour que  ce vaccin  atteigne les coins et  les recoins les plus reculés de la république du Cameroun, pour donner la chance et la possibilité à tous les  nourrissons de recevoir ce vaccin », déclarent-ils.

Dans la ville de Douala, en plus d’une campagne de formation et de recyclage donnée  aux responsables des différents centres  et unités vaccinales, les responsables  des unités régionales de vaccination sur l’administration du vaccin antirotavirus,  des mesures  de sensibilisation sont pareillement mis sur pied.  «Les personnels de santé ont été  formés sur la sensibilisation et la manipulation du vaccin. On travaille également avec les communautés, les ministres de cultes, les structures de dialogues pour que le message atteigne tout le monde », déclare Dr Jacques Georges Otti.

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

@alliancezamo tu peux postuler même étant au...

28 Mars 2014, 20:06pm

Publié par Herve Villard

Voir les commentaires

@alliancezamo @herlard

28 Mars 2014, 20:05pm

Publié par Herve Villard

Voir les commentaires

Ligue 1: Unisport du Haut-Nkam désormais leader

26 Mars 2014, 13:26pm

Publié par Hervé Villard

 

 Le flambeau de l’Ouest  a battu Douala Athlétic Club (Dac)  ce dimanche 23 mars par un but à zéro. C’était au stade de la Réunification de Bépanda , lors de la 10ème journée du championnat national de Football 

 aigle de dschang

 C’est avec un ouf de soulagement que les supporters  de Flambeau du Haut-Nkam ont poussé en sortant du  stade de la Réunification de Bépanda  ce dimanche 23 mars 2014 après midi.   Après le coup de sifflet final d’Itong Koki Ruben Christian qui a dirigé cette rencontre,  les supporters venus nombreux soutenir l’équipe  de leur cœur,  ont exulté de joie. Car, celui-ci venait de mettre  ainsi fin à un suspens qui a duré pendant  toute cette  rencontre.

C’est que, pendant la rencontre  qui opposait Douala athlétique  Club, 16ème au classement avec  7 points et Unisport du Haut-Nkam  3ème avec  18 points  dans sa besace, l’équipe du haut-Nkam a failli y laisser des plumes. Car, a été  dominée  à la fois sur le plan technique et  tactique  par l’équipe de  la ville de Douala, qui cherche à sortir de la zone de relégation qui semble lui coller à la peau.

Dès le début de la rencontre, c’est le «Flambeau Tamkwa » qui donne le ton de la rencontre en dominant à la possession du ballon. Mais, cela  ne va pas  durer.  Dac Academy va  prendre la  rencontre à son compte. Les joueurs de Gabriel Zabo Toze,  sont virevoltants et assoiffés de but.  Durant la première manche,  ils multiplient des  occasions, qu’ils ne concrétisent  malheureusement pas.   Pendant  que certaines de leurs  frappes  volent hors de la cage, les  autres sont stoppées par Haschou Kerrido, le gardien d’Unisport du Haut-Nkam.   C’est sur score (0-0) que les deux équipes vont à la mi-temps.

A la reprise,  les deux  équipes  ragaillardies se jettent corps et âme dans   la bataille. Mais, c’est Dak2000 qui gagne tous les duels et les occasions de but .Moukoko Moussonbo  (5), Moudongo Noum (6) et  Kemajou Dibami (18) passent à coté de l’ouverture du score à la  47ème, 53ème et 70ème. Ashou kerrido à chaque fois, s’interpose et empêche au ballon d’entrer dans les filets.

 Après ces actions, « Flambeau Tamkwa »  renforce sa ligne défensive contrôlée de main de maitre par le Capitaine Marcelin Ngaha. A  la pointe d’attaque, Medjiengoué Deuto  Kana Tesse Roussel et Tsala Amougou sont stériles. Ils trouvent difficilement le chemin des buts. Car, cernés par la ligne défensive de Dac 2000. La rencontre se déroule  et Dac  est maitre du jeu. Malgré la pression, Unisport plie mais ne rompt pas.  L’équipe du Haut-Nkam réussi d’ailleurs à ouvrir la marque  au cours du jeu. Reprenant une frappe puissante de  Mounchili Njoya, Tsala amougou qui suivait cette action de près, pousse le ballon  dans les filets (80ème).  Et, c’est Unisport qui mène au score (1-0). Malgré la volonté de réduire le score qui anime l’équipe de Dac, celui-ci  reste inchangé. Et, c’est l’équipe du Haut-Nkam qui empoche ces trois précieux points. «La rencontre a été difficile mais grâce à l’effort collectif on a arraché les trois points de la journée. Je dis bravo au gars, et j’espère qu’on  va garder le même rythme », déclare Marcelin Ngaha tout heureux. Du coté de Dak, c’est la déception mais, on promet rebondir prochainement. «C’est vrai que c’est difficile de jouer une rencontre  comme celle-ci et de la perdre. J’ai  des jeunes joueurs et je pense qu’avec le travail, on pourra s’améliorer », déclare Gabriel Zabo Toze, le coach de Dak 2000. Avec cette victoire, Unisport du Haut-Nkam occupe désormais la tête du championnat avec 21 points.

Les autres rencontres. 

Bien avant cette rencontre, en levée de rideau, Union de Douala a ridiculisé Apejes de Mfou en la battant par trois buts à zéro. A Yaoundé, Canon a enregistré sa deuxième victoire de la saison en disposant de Foovu de Baham par 1but à zéro. A Bamenda Yong sport a été neutralisé par sable (2-2). A Loum, Union des mouvements Sportifs de Loum  apris le déçu sur  tonnerre par un but à zéro pendant que Cosmos de Bafia tombait sous les pinces de scorpion de Bé (2-3). Bamboutos de Mbouda  et les Astres ont fait jeu égale (0-0). Et c’est le même score qui a sanctionné la rencontre qui opposait Njalla Nquan à New-stars de Douala.

 

 

Hervé Villard Njiélé

Résultats provisoire de la 10ème journée de la Ligue 1 

Canon de Yaoundé  1-0 Fovu de Baham

Union de Douala  3- 0Apejes de Mfou

Douala  Athlétic Club  0-1 Unisport du Haut-Nkam

Yong Sport Academy    2-2  sable de Batie

Union des mouvements sportifs de Loum  1-0 Tonnerre de Yaoundé

Cosmos  2-3 scorpion de Bé

Bamboutos de Mbouda  0-0 Astres de Douala

Njalla Nquan 0-0 New Stars de Douala

 

 

Voir les commentaires

Bonjour rec . merci pour cet article C'est la preuve que notre pays regorge de nombreux talents. Félicitation...

24 Mars 2014, 11:36am

Publié par villard herve

Bonjour rec . merci pour cet article
C'est la preuve que notre pays regorge de nombreux talents. Félicitation et bonne continuation

Voir les commentaires

Mediation Press Trophies 2014: On attend déjà les candidatures.

21 Mars 2014, 18:06pm

Publié par Hervé Villard

 L’annonce a été faite pendant la  conférence  de presse marquant le lancement de  la 7ème édition de ce concours qui prime les meilleurs journalistes au Cameroun  ce jeudi 13 mars 2014 à Douala.

 

mediation-Press-Trophies-copie-1.jpg

Promouvoir  le respect des règles éthiques et déontologiques de la profession de journaliste au Cameroun,  restaurer au plus beau métier du monde ses lettres  de noblesses. Célébrer le métier du journaliste. Éviter le nivellement par le bas dans ce métier et  promouvoir l’excellence journalistique. Voilà présenter de manière succincte, les objectifs  visés par le  concours médiation Press trophies qui  est rendu à sa 7ème édition cette année.

Pendant la conférence de presse  de lancement de  la nouvelle édition de ce concours, les organisateurs sont revenus sur la particularité et  les innovations de cette 7ème  édition.  Parmi ces dernières,  on note l’organisation d’une marche sportive à travers les artères de la ville de Douala. Cette marche d’après Marion Obam, présidente de l’association Médiation Press Trophies, aura pour objectif de lutter contre les maladies cardiovasculaires, véritables tueuses silencieuses. «Nous voulons pendant cette marche sportive, sensibiliser  les journalistes et les populations sur cette maladie qui attaque nombreux d’entre nous, nos frères et nos parents» précise la présidente.

Comme autres innovations de cette 7ème édition, c’est la nationalisation de ce concours. Pour permettre aux journalistes répartis sur l’ensemble du  territoire national d’y prendre part,  le comité d’organisation a multiplié les points de dépôt des dossiers dans presque toutes les régions du Cameroun. Une page  facebook  visant à  informer tous les journalistes désireux de prendre part à cet évènement a d’ailleurs été crée. Et, les candidats peuvent via cette page télécharger la fiche d’inscription et postuler pareillement par internet.

S’agissant du concours lui-même, la date butoir de dépôt des dossiers est fixée  le 5 mai 2014. Et, ne seront  validés  que des travaux produits dans la période allant de mars 2013 à mars 2014.  Parlant  des  catégories en compétition, on note ; la meilleure enquête presse écrite,  le meilleur reportage presse écrite, radio, télévision et  journalisme en ligne. Le meilleur magazine radio et télé, le meilleur site d’information en ligne, le meilleur dessin de presse, et la meilleure photographie de presse.

Bilan 

Pendant cette conférence de presse, les organisateurs  ont pareillement fait le bilan des six dernières éditions de ce concours. On a noté en passant  que,  plus  de 1800 journalistes ont déjà pris part à ce concours.  Que 2100 personnes ont été sensibilisées sur le métier de journalisme et que 27 écoles et 3 universités du Cameroun ont été visitées par les organisateurs. On a  pareillement appris que 2800 exemplaires du manuel de guide du journalisme ont été distribués de même que 2000 nouveaux codes de procédures pénales.  84 trophées, 45 ordinateurs, 80 dictaphones numériques, 30 appareils photo numériques et 10 packs de rapidographes ont déjà été distribués, durant ces six dernières années.

Etaient  présents à cette conférence, Denis Kwébo, Roland Tsapi, Charles Ngah Forgang, Eric Ronand Koungou, Lazare Kolyang, Gustave Azébazé, tous membres du club Médiations Press trophies et un parterre important de journalistes.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Aes Sonel: dénonce les constructions anarchiques

21 Mars 2014, 17:55pm

Publié par Hervé Villard

 D’après les responsables de cette entreprise  qui fait dans la fourniture en électricité au Cameroun, cette attitude perturbe le bon déroulement des différentes interventions de ses agents.

 aes_sonel_coupure_001_ns_600.jpg

Les  populations de «Dubai» à Douala et plus précisément ceux situées derrière la direction commerciale Mtn à Akwa sont sans électricité depuis trois jours. Depuis la suspension d’énergie dans ce secteur suite à un incendie qui  s’est déclaré dans la zone le lundi 10 mars 2014 dernier, ce quartier est toujours dans le noir. Jusqu’au mercredi 12 mars 2014, cette situation n’était pas résolue à cause des riverains qui,  selon les responsables de Aes Sonel, empêchent aux agents d’Aes Sonel  d’accéder au lieu du sinistre.

En effet, selon ces responsables Aes Sonel descendus sur le site de ce cet incident,  les riverains ont construit tout près d’un poste transformateur Sonel  existant en ce lieu.  Ils ont violé le couloir de ligne qui permet aux techniciens de cette structure d’accéder au transformateur et de le dépanner. Pis encore, ils n’ont laissé aucun passage à ce niveau. Car, ont   encerclé le poste transformateur érigé là depuis plus de 50ans avec leurs bâtisses construites de manière anarchique.

 En le faisant, ils ont soulevé les câbles électriques pourtant bien installées et les ont déposés sur le toit. Ce qui d’après les   responsables de Aes Sonel,  serait à l’origine de  l’incendie qui a eu lieu là. Les techniciens d’Aes Sonel dénoncent aussi le caractère grégaire des riverains qui les empêchent d’aller dépanner. «Ça fait presque 3 jours que nous sommes en train de travailler dans cette zone.  Mais, les riverains ne veulent pas   nous laisser passer chez eux pour atteindre le poste transformateur situé à l’arrière de leur bâtiment. Pourtant, il y’avait un passage ici. Avec les constructions anarchiques, cette route a été fermée et c’est pourquoi les populations souffrent depuis trois jours» affirme, Debangner Mbongo, chef de division exploitation et maintenance Aes Sonel Cud de Douala.


Pour Rosalie Obéle  responsable du pole régulation et projet spéciaux à la direction des Affaires Juridiques à Aes Sonel, la Compagnie professionnelle d’Assurance (Cpa)  Aes Sonel va prendre des mesures  pour que tout se rétablisse. «A l’époque, la Cpa n’existait pas encore. Les autres bâtiments qui ont été construits n’étaient non plus présents. Ces derniers ont construit de manière anarchique sans respecter le tracé des lignes. Par ailleurs, ces ouvrages appartiennent à l’Etat. Et selon la loi, nul ne peut porter atteinte à leur intégrité. Le fait d’empêcher aux agents d’Aes Sonel de dépanner ce transformateur est une atteinte au service public. Les voies de négociation à l’amiable n’ayant pas abouti, nous allons utiliser d’autre moyens qui s’impose à nous», a déclaré ce responsables.

Selon   les responsables d’Aes-Sonel,  des faits comme ce qui vient d’être évoqué là sont légions. Il y a des personnes qui construisent  sur les installations de la Sonel sans le moindre souci, qui ont même des poteaux électriques au milieu de leur salon.


Malgré la sensibilisation, cela n’a pas changé. Ils  annoncent dans un futur immédiat, des mesures à prendre. Mais, en attendant, les populations et les commerçants de « Dubai » sont sevrés d’énergie électrique. Ce qui n’est pas de leur goût. «C’est depuis lundi  que nous sommes dans le noir. Les activités sont au ralenties .on ne peut pas vendre des téléphone et des ordinateurs sans électricité. Nous sommes des hommes et avons des engagements. Si cela perdure, on risque d’aller au chaumage», témoigne Eric Monthe gestionnaire d’une boutique de vente de consommable informatique.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Cameroun : La production du sucre connait une hausse de 14% en 2013

21 Mars 2014, 17:42pm

Publié par Hervé Villard

 

 

Selon le site internet  camereco.com, qui diffuse la nouvelle, ces chiffres ont été publiés par le ministère de l'Economie, du plan et de l'aménagement du territoire.

 

sucre.jpg

La  pénurie du sucre observée sur le marché camerounais  ces dernières années  risque de ne plus se produire. A cause des efforts fournis à la fois par l’administration camerounaise et les sociétés sucrières existantes au Cameroun.  Selon le ministère de l'Economie, du plan et de l'aménagement du territoire  qui, reconnait que la carence du sucre en poudre et en  morceau sur le marché avait fait grimper le prix d’un kg de cette denrée rare,  de 600f à 1000fcfa, ce genre de situation risque ne plus se poser encore au Cameroun. A cause de la production du sucre locale qui a connu une hausse importante en 2013. D’après le Minepat, la  production  locale du Sucre a connu a enregistré une hausse de 14%. Ce qui est de nature à contenter les responsables du Minepat et ceux des entreprises sucrières en activité au pays de Paul Biya.  Cette hausse est d’autant plus importante  car, a  multiplié par deux  le résultat réalisé en 2012 qui se situait autour de 8.5 %.

Selon les statistiques rendues publiques par le ministère de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT). Cette évolution, est le résultat d’une politique d’accroissement des surfaces cultivables et des productions d’usines principalement tenues par la Société sucrière du Cameroun (Sosucam), filiale du groupe français Somddia

Malgré la hausse observée au niveau de la production de sucre, l’on n’est pas totalement à l l’abri de ce qui s’est passé en 2010 et 2011.   Puisque, la quantité de sucre produit ne peut pas satisfaire tout le monde, du moins sur  cette production reste toutefois en-deçà de la demande nationale, estimée à  près de 220.000 tonnes annuelles pour une capacité annuelle installée de 130.000 tonnes de sucre blond et raffiné, granulé ou en morceaux seulement Face aux pénuries récurrentes de cette denrée, le gouvernement a en 2013 recouru à l’importation de 85.000 tonnes de sucre, spécialement du Brésil. Cela n’a pas empêché les dirigeants de la Sosucam de se plaindre de ces importations massives, affirmant avoir perdu plusieurs milliards.

 Selon Bernard Djonga le président de l’Acdic, «on ne peut pallier à la pénurie qu’en boostant la production locale. On doit mettre les gens au travail pour plus de production », précise-t-il. Il  souligne aussi que l’importation n’encourage pas la production. Il faudrait décider de se ranger vers la consommation des produits locaux en produisant en fonction de la demande., déclare-t-il. 

Devant cette situation qui  embête les utilisateurs de cette matière  l'honorable Nga Nkunda, député Rdpc dans la Lékié, dans les colonnes du quotidien Le Messager en 2012 invitait Sosucam et tous les producteurs du sucre de développer des astuces pour produire en quantité.  «Sosucam doit sortir de son profond coma pour produire abondamment, afin de satisfaire la constante demande nationale et même sous-régionale», avait-il déclaré.

Il faut rappeler qu’il y a trois années quand la pénurie du sucre sur le marché local  camerounais était un sérieux problème, l’Etat a autorisé aux  industriels privés d’importer le sucre  pour essayer de combler le déficit sur le marché local.

 


Hervé Villard Njiélé

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires