Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Hervé Villard Njiélé

Fédération camerounaise de Sports Nautiques: Sandrine Mathio devient la reine de l’aviron

19 Novembre 2013, 23:20pm

Publié par Hervé Villard

 

 

 

L’athlète camerounaise a   défendu avec brio son titre de vainqueur de la coupe du Cameroun 2012 pendant la finale de la coupe du Cameroun des Sports nautiques qui s’est déroulée à Douala ce Week-end.


Décidément, Charlotte Mathio n’a pas de concurrent dans les différentes catégories de sports nautiques qu’elle pratique. C’est du moins ce que l’on peut dire au vue des prestations de cette jeune camerounaise. Pendant la finale de la coupe du Cameroun, organisée par le président de la fédération camerounais des Sports Nautiques, celle qu’on appelle affectueusement «la reine de l’eau » a littéralement marché sur ses adversaires  pendant la compétition. Championne du Cameroun en double dame aviron  et skif dame aviron,  la native de Douala  vient de remporter  haut la main, les trophées de   la coupe du Cameroun en aviron dame et double dames.  Très caractérielle et engagée pour la cause, l’athlète apparemment fébrile, a damé le pion à toutes ses concurrentes. Une preuve qu’elle a murie et qu’elle maitrise bien son activité. «Je travaille au quotidien pour ça. C’est vrai que les problèmes qu’il ya eu entre la fédération m’ont un peu perturbé. Mais, quand on est sportif   on ne doit pas mettre se genre de chose en tête. On doit tout simplement travailler », déclare Sandrine  toute heureuse.

Au mil mètres aviron dame,  elle a navigué comme une chaloupe en battant à plate couture ces adversaires que sont  Eteke et Ngo Pegman. Faisant valoir la force de ses muscles, elle  est sortie première avec un temps de 4min 30sec. Record que ses adversaires n’ont pas pu égaler. Au double dame aviron, courue sur une distance de 1000 mètres toujours,  Charlotte Mathio et sa coéquipière  Songa ont damé le pion aux autres  en réalisant un temps de 7min 08secondes. Ces prestations vont  permettre à celle qui va représenter l’Afrique  aux compétitions mondiales d’aviron, d’ajouter deux autres dans son escarcelle. Sandrine Ruth Matho boucle la saison avec trois trophées empochés.


Autres disciplines


Pendant cette finale de la coupe du Cameroun des sports nautiques  qui s’est tenue en présence de Narcisse Mouelle Kombi, conseillé des affaires juridique à la présidence de la république, du représentant du gouverneur de la région du Littoral, du délégué régional des sports et de l’Education Physique pour le Littoral et d’autres personnalités importantes de cette fédération, d’autres finales ont eu lieu. Il s’agit de la finale de 1000 m Aviron monsieur remportée par Epesse avec un chrono de 3’17min, de la finale du 500m Kayak messieurs dominé par Dipoko en 1,53 min, de la finale de 500m canoë messieurs qui a eu pour vainqueur Ngolle avec 2.20minutes. Le public a également assisté au x finales de 500 mètres Kayak dame remportée par Kendem Zita, à la finale de 1000m aviron double messieurs remportée par  la paire  Timba et Ngangue (4.52minutes)  et pour clôturer à la finale de la course à pirogue remportée par Gic Idéal. A la fin de cette finale, Valentin Mouyoumbon, le président de la Fecasnau n’a pas caché ses émotions. « Je suis très content parce que, malgré les nombreux problèmes que nous avons rencontrés, nous avons quand même pu organiser ce tournoi qui s’est bien achevé. Maintenant, on attend la semaine des trophées pour relancer la saison sportive » a-t-il déclaré tout ému.

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Mondial 2014 : Le Cameroun arrache son passeport

17 Novembre 2013, 23:06pm

Publié par Hervé Villard

Les Lions indomptables du Cameroun  se sont  qualifiés pour la Coupe du monde ‘’Brésil 2014 » dévorant  les Aigles de Carthage de Tunisie par 4contre 1. C’était en match retour des barrages disputé dimanche à Yaoundé ce 17 novembre 2013 devant près de 45000 spectateurs



La cuvette de Mfandena était le théâtre d’un magnifique spectacle ce dimanche 17 Novembre 2013. Les Lions Indomptables du Cameroun et les Aigles de Carthage de Tunisie, pour avoir le droit de participer à la Coupe du Monde 2014 au Brésil s’affrontaient dans un match décisif et important pour les deux équipes. Avare en buts sur l’ensemble des qualifications, le Cameroun a sorti le grand jeu en dégainant à quatre reprises (4-1).

Tenus en échec au match aller à Radés (0-0), les poulains de Volker Finke, volontaires engagés et déterminés, n’ont pas attendu très longtemps pour faire parler la poudre. Ils ont  pris la direction des opérations dès l’entame de la partie avec un pressing haut sur les Aigles de Carthage. Un pressing qui se conclura à la 3ème minute par un but d’Achille Webo. Parti à l’assaut d’un ballon renvoyé dans la défense tunisienne, il réussit à le chiper au défenseur et à la mettre au fond des filets (3ème). Son ballon frappé échoue sur le montant gauche du portier tunisien avant de rentrer dans les filets de  Ben Cherifia. Ainsi mis en confiance, les Lions indomptables ne vont plus  lâcher leur proie. Ils reviendront à la charge grâce à un slalom de Benjamin Moukandjo, qui conclut victorieusement son action personnelle à la 29ème minute. Parti dans le couloir gauche de la défense, Benjamin Moukanjo prend de cours toute la défense tunisienne, il élimine successivement trois défenseurs des aigles de Carthage avant de conclure son chef d’œuvre d’un magnifique  but qui a fait vibrer tout le Cameroun et les amoureux du ballon rond du monde entier.

De retour des vestiaires, les visiteurs jouent leur va-tout face à une défense fébrile et parviennent à réduire la marque à la 50ème minute par Akaïchi Ahmed, nouvellement entré sur le terrain. Seulement, cette réaction tunisienne  qui a fait paniquer les millions de fans des Lions Indomptables ne sera que des derniers soubresauts d’un aigle mourant. Puisque, blessés dans leur orgueil propre, et voulant justement célébrer la réconciliation qui est devenue véritable au sein de l’équipe nationale, les Camerounais, qui évoluaient devant quelque 45.000 spectateurs,  vont se montrer une fois de plus très  entreprenants. Leurs efforts seront récompensés à la 65ème minute sur un coup de tête victorieux de Jean II Makoun, à la conclusion d’un corner.  Placé dans la surface de réparation, il dévie de la tête la balle dans le but tunisien pour le 3-1.

Le même Makoun, manifestement au mieux de sa forme, conclura le récital des Camerounais du pied gauche, après avoir récupéré une balle renvoyée par le poteau et effacé d’une feinte le gardien et un défenseur. Le quatrième but synonyme incontestable d’une qualification à la coupe du monde sera célébré du Nord au Sud de l’Ouest à l’Ouest dans le triangle national par une hymne à la gloire des Lions. «Allez allez les Lions. Bravo Soyez Toujours champions !!!»

 

Le Cameroun de Samuel Eto’o  de benjamain Moukandjo, de jean II Makoun, de Achille Webo, de Alexandre Song, de Cheudjou, de Bédimo et les autres qui vient de se qualifier pour sa 7e phase finale de Mondial, en 2014 au Brésil, rejoint ainsi deux « géants » africains, le Nigeria et la Côte d’Ivoire, qualifiés depuis samedi.

Absents des deux dernières éditions de la CAN (2012 et 2013), les Lions Indomptables avaient disputé leur première Coupe du monde en 1982. Entre 1990 et 2014, le Cameroun n’aura donc manqué qu’une phase finale, le Mondial allemand en 2006.

Les deux derniers billets africains seront attribués mardi. Au Caire, les Black Stars du Ghana, faciles vainqueurs à domicile 6-1 de l’Egypte au match aller, devraient sauf énorme accident, décrocher leur place pour le Mondial, quatre ans après leur quart de finale en Afrique du Sud. Le match retour entre l’Algérie et le Burkina Faso, mardi à Blida, sera le plus incertain de ces barrages retour, et certainement le plus chaud après la victoire 3-2 du Burkina grâce à deux penalties accordés aux Etalons.

Selon le site d’information StarAfrica.com, si le Ghana et l’Algérie se qualifient, la zone Afrique enverra au Brésil les cinq équipes qui étaient déjà présentes lors de l’édition 2010 en Afrique du Sud.

 

 

Hervé Villard Njiélé

 

 

 

Voir les commentaires

Press sportive Awards: L’apothéose c’est ce 24 novembre 2013 à Douala

14 Novembre 2013, 22:25pm

Publié par Hervé Villard

 

La déclaration a été faite  par le comité d’organisation des Awards  de la presse sportive. C’était  lors de la conférence de presse organisée à cet effet   qui s’est tenue à Douala ce 13novembre 2013

 

press sportives Award

 La deuxième édition des Awards de la presse sportive se précise. Les contours de cette  fête des lauréats qui permet de susciter  de l’émulation au sein de la famille des journalistes  sportifs ont été présentés  à  Douala par le comite d’organisation qui pilote ce projet. Selon des informations, les préparatifs sont à majorité achevés et on attend que le 24 novembre jour de l’évènement pour dérouler le menu  minutieusement concocté. «Au niveau des préparatifs, nous sommes à 90% prêts. La salle de l’évènement qui n’est autre que Douala Bercy  est prête  les lots des différents lauréats sont  en train d’être apprêtés. D’autres aspects de la cérémonie sont pareillement réglés. Pour l’instant, nous ne réglons que quelques derniers détails de dernière minute », précise Narcisse Oum, le président du comite d’organisation des Awards 2013.


D’après Eric Martial Djomo, le président régional de l’association des journalistes sportif du Cameroun (Ajsc)  branche du littoral à l’origine de cet important projet, qui va gratifier dans quelques jours, les acteurs et accompagnateurs du mouvement sportif camerounais dans l’ensemble, et  les journalistes sportifs et  personnes assimilées, œuvrant pour la médiatisation et la vulgarisation du sport, « la fête sera belle si nous voulons qu’elle le soit. C’est pourquoi, j’invite les uns et les autres  à s’approprier ce projet et surtout  à s’investir sans relâche pour la rendre belle. Aucune œuvre, n’étant parfaite, nous attendons votre apport au niveau de la médiatisation au moins pour rehausser l’image de cette fête » a affirmé le président de l’Ajsc branche du littoral.


Pendant la conférence de presse qui a réuni plus d’une centaine des hommes de médias et à laquelle prenait part Dr Alfred Etoumbe, inspecteur général en service à la communauté urbaine de Douala, représentant Fritz Ntone Ntone parrain de cet évènement, Aloys Dountio, responsable régional Grand littoral de Canal+Cameroun et Franck Embesse, représentant  l’agence de communication et marketing As Africa tous partenaires de cet évènement, l’on est revenu sur les  différents modes de choix des lauréats.


Le président du comité d’organisation, Narcisse Oum a fait savoir que, pour la catégorie des acteurs des sports, le vote est ouvert au grand public et que plus de 600 fiches ont été dispatchées. Au niveau de la catégorie B qui concerne les journalistes sportifs et métiers connexes, il a fait savoir que les travaux des différents candidats seront appréciés par un jury professionnel constitué de six personnes parmi lesquelles, un journaliste sportif de renom, un enseignant de journalisme chevronné, une ancienne gloire de  sport et d’autres personnes importantes du monde des sport. Le jury qui est jusqu’à lors ne sera connu que le 24 novembre prochain.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Douala: Près 500 médecins à former par an au Cameroun

14 Novembre 2013, 22:21pm

Publié par Hervé Villard

 L’annonce a été faite par  le Dr Guy Sandjon, président de l’ordre des médecins du Cameroun. C’était à l’occasion de l’assemblée générale de la Conférence francophone des ordres des médecins qui s’et tenue à Douala ce week-end


 

Les  populations africaines et camerounaises en particuliers connaissent un réel problème de soin de santé depuis plusieurs années. Ceci à cause de l’insuffisance des médecins dans nos différents centres hospitaliers. Des malades forment des interminables queues dans les différents centres de santé du pays pour  être consulter ou pour rencontrer des spécialistes. Las d’attendre, plusieurs d’entre eux  sont parfois obligés de se retourner vers les vendeurs des médicaments de la rue ou tout simplement chez les charlatans pour chercher la guérison. Conséquence, des nombreux morts sont enregistrés au quotidien dans nos sociétés.

Pour mettre fin à ces décès par manque de soins, pour équilibrer le ratio médecins- patients au Cameroun, le ministère de la santé avec l’appui de l’ordre des professionnels de la santé  au Cameroun se portent garant de former  près de 500 médecins au Cameroun par an.  Selon le Dr Guy Sandjon président de l’ordre national des médecins du Cameroun  et pareillement vice président de la  Conférence francophone des ordres des médecins (Cfom) les 500 médecins dont il est question, seront formés dans les six universités agréés au Cameroun pour la formation des médecins et d’autres  personnels de santé en général. « La formation des médecins et autres spécialistes du secteur de la santé ne peut être confiée à n’importe qui ou à n’importe quelle structure. La vie humaine étant sacrée, on ne saurait la confier au premier venu.  Il faut la confier  aux spécialistes. C’est pourquoi, l’Etat avec l’appui des ordres professionnels  de la santé (pharmaciens, médecins, chirurgiens-dentistes) ont consenti de ne confier cette formation qu’aux universités qui respectent la règlementation en vigueur et qui satisfont  au seuil minimum de la garantie de qualité de la formation » a déclaré le Dr Guy Sandjon. Parmi les universités ayant reçu le quitus de cette formation, on note la faculté de médecine et de science pharmaceutique de l’Université de Douala, de Buea de Yaoundé I et Bamenda. On note pareillement la présence dans cette liste, de  l’Université des Montagnes à Bagangté et de l’Institut  Supérieur de Technologie médical de Yaoundé.  En dehors de ces établissements précise le Dr Guy Sandjong, «aucune autre institution universitaire n’est chargé de former le personnel sanitaire au Cameroun n’a l’autorisation de former les médecins et pharmaciens et tout autre personne au Cameroun » déclare –t-il.   Désormais, apprend-on, un seul concours commun  pour l’accès à la formation de médecine au Cameroun est organisé.

Pendant, la conférence de presse organisée l’assemblée générale de la Conférence francophone des ordres des médecins, on a dénoncé pareillement le charlatanisme en vigueur dans les pays d’Afrique, on a évoqué le problème de fermeture des Ipes au Cameroun  et l’éternel problème des médicaments de la rue

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Economie: Les Bayam Sellam ont leur foire

14 Novembre 2013, 22:14pm

Publié par Hervé Villard

La première édition de ce festival qui vise à faire la promotion des acteurs du secteur informel se tient à l’esplanade de l’hôtel omnisport de Yaoundé du 25 novembre au 5 décembre prochain


 

Valoriser la profession de Bayam sellam au Cameroun, permettre aux acteurs du secteur informel de faire leur promotion, donner la latitude à ces derniers d’exposer leur savoir faire et surtout de vendre leurs différents produits. Voilà présenter de manière succincte les objectifs visés par la foire des Bayam Sellam qui se tient au Cameroun et dans la ville de Yaoundé pour la première fois du 25 novembre au 5 décembre 2013


 Organisée par l’association des Bayam Sellam du Cameroun (Asby), cette foire qui se veut distincte des autres  parce que organisée par les acteurs du secteur informel eux-mêmes et non par les ministères  comme c’est souvent le cas, veut à la fois être un véritable carrefour de vente des  produits vivriers et un forum d’échange sur l’avenir des acteurs de cette profession, fragilisés par les nombreux risques.


Placée sous le thème «accroissement de la production et chaîne de commercialisation au Cameroun», le Forum national d’échanges entre les «Bayam-Sellam» (Febasi ) entend  pendant cet évènement, sensibiliser à travers des forum d’échange, des exposés , des conférences et débats, les acteurs de ce secteurs d’activités. Le volet formation figure pareillement dans les grands axes de cette foire que  Mballa Biloa, la coordonnatrice nationale de l’Asby veut «grandiose». Du 25 novembre au 5 décembre 2013, l’esplanade du stade omnisport lieu ou va se dérouler cet évènement sera   occupée par les nombreux stands de cette foire.


D’après la présidente de l’Asby à l’origine de ce projet, « le secteur informel doit prendre son envol. Ce secteur doit prendre son destin en main afin de résoudre les différents problèmes qui la minent. Et ceci passe par une forme d’indépendance, une forme de souveraineté.  Cette souveraineté, ce défit à relever passe d’abord par l’organisation d’une foire comme celle là, qui va permettre de réunir le maximum de Bayam  Sellam, de les regrouper, de les quantifier et de discuter avec qu’eux autour d’une table sur le devenir de cette profession » déclare Marie  Mballa Biloa tout émue.


Au niveau organisationnel,  selon des informations, des mesures ont été prises pour que tout se passe bien. Des contrats de partenariat avec des  entreprises chargées du nettoyage des ordures, de l’approvisionnement en eau potable et en électricité pendant la durée de comice agropastorale ont déjà été signés. « Il n’y a pas de souci à se faire  dès mesures sont prises. Nous avons signé des partenariats  avec une entreprise qui va installer  les stands et chapiteaux et d’autres encore.  Sur le plan sanitaire, nous sommes  en  partenariat avec l’hôpital central de Yaoundé qui mettra à notre disposition une ambulance par jour », déclare  Mathurin Kougang le président du comité d’organisation de cette foire.


L’aménagement du site selon les organisateurs de cette foire démarre le lendemain du match des Lions Indomptables  comptant pour la qualification pour la coupe du monde 2014.

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Coupe du Cameroun:Ums de Loum en quart de final

14 Novembre 2013, 22:07pm

Publié par Hervé Villard

 Le club du président Pierre Kouémo  s’est qualifié en venant à bout de Matelot de Douala ce dimanche 10 novembre 2013 après midi au stade de la réunification de Bépanda par quatre buts contre deux.

 

La joie des supporters de l’Union des mouvements  sportifs de Loum (Ums) était  débordante ce dimanche 10 novembre 2013 au stade de la réunification de Bépanda.  Après le coup de sifflet final de l’arbitre qui dirigeait la rencontre qui opposait cette équipe à celle de Matélot de Douala, tous les jeunes venus  principalement de la ville de  Loum et d’autres quartiers de la ville de Douala  ont explosé de joie. Le drapeau de leur équipe en main, ces derniers courraient dans tous les sens,  signe de satisfaction. «Personne ne peut nous arrêter. On va remporter la coupe du Cameroun » déclare un supporteur de cette équipe  fou de joie.  Les joueurs et l’encadrement technique de cette équipe eux aussi n’en revenaient pas. Car, se qualifier pour les quarts de final de la coupe du Cameroun pour eux, relève de l’extraordinaire.  «On a cru. Depuis le début de cette compétition, les joueurs ont écouté tout simplement le discours de leur entraineur et ils l’ont tout simplement appliqué. C’est beau de se qualifier pour les quarts de finale de la coupe du Cameroun mais, la route est encore assez longue. Si ce rêve s’achevait plutôt au stade omnisports Ahmadou Ahidjo avec un trophée en main je suis sûr qu’on aurait été  tous très content. Pour l’instant ce n’est pas encore ça, on va continuer à travailler » déclare un responsable de cette équipe tout ému.

Sur le plan du jeu, l’équipe de la ville de Loum a tout simplement éblouie les nombreux amoureux du ballon rond qui se sont rendus au stade de la réunification de Bépanda.  Face à un adversaire qu’ils ont battu facilement au match Aller à Loum par trois buts à zéro, ces derniers n’ont plus eu de complexe. Ils ont joué simplement en gratifiant le public d’un spectacle alléchant, digne d’une équipe qui est désormais appelé à faire valoir ses droits en division d’élite la saison sportive prochaine.  Faisant penser à l’équipe de Fc Barcelone en Espagne, par leur qualité de passe, leur style de jeu et surtout la percussion au niveau de la ligne offensive, Ums de Loum a prouvé une fois de plus qu’elle n’est pas championne du Cameroun de la Mtn élite Two  par hasard. Le zèle de l’équipe de cette ville du Moungo a failli lui couter cher.

Car, dès l’entame de la compétition,   les gras se jettent dans la compétition avec toutes leurs armes espérant réaliser les exploits du match Aller. Mais, c’est sans compter avec l’équipe de Matelot de Douala qui  croit encore à la coupe du Cameroun malgré sa défaite (0-3) au match aller. La bataille est rude. Les deux équipes donnent tout ce qu’ils ont dans le ventre. Au finish, C’et encore l’équipe de L’Union des mouvements Sportifs de Loum qui s’impose encore par quatre buts contre deux. Une victoire qui lui permet d’obtenir directement son ticket qualificatif pour les quarts de finale de cette compétition. Puisque, sur l’ensemble des deux matches Aller et retour, l’équipe de Loum totalise un score de 7buts marqués contre deux seulement pour Matélots football Club de Douala. Un score qui lui permet de se qualifier  et de continuer à miroiter le trophée de la coupe du Cameroun.

 

Hervé  Villard Njiélé

Voir les commentaires

Site gazier de Ndogpassi : Les riverains crient leur ras-le-bol

14 Novembre 2013, 22:01pm

Publié par Hervé Villard

 Rassemblés au domicile de Marie Louise Nani, l’un des riverains encore présents sur le site gazier de Ndogpassi ce mercredi 13 novembre 2013, les riverains  déguerpis de ce site gazier continuaient de dénoncer l’arnaque qu’il y a eu au niveau des  frais d’indemnisation.

 

 

«Je n’ai pas pu quitter le site parce ce que  le montant des indemnisations que l’entreprise Rodéo m’a remis ne me permet pas d’aller m’installer ailleurs. L’entreprise m’a donnée la somme de 800.000fcfa pour une maison de deux chambres un salon. A quoi cela va me servir. J’ai un terrain d’une superficie de 200 m2»


Cette déclaration est de Marie Louise Nani propriétaire d’une maison de deux chambre un salon  situé sur  un terrain de près de 200m2.  Habitant encore  dans le site gazier de Ndogpassi depuis  le lancement des activités d’exploitations du gaz par l’entreprise britannique Rodeo development limited (Rdl), filiale de la firme américaine Victoria oil and gas (Vog), cette dernière est décidée à y rester et à périr si possible avec toute sa famille si rien n’est fait pour améliorer son sors.


Rejointe  hier à son domicile par les autres riverains déguerpis de cette zone depuis quelques mois déjà, ces derniers tous ensemble ont tenu à faire entendre une fois de plus leur colère. Car, le montant de l’indemnisation versée à ces derniers était  très insignifiant.  «Il faut qu’on nous paie exactement le montant que nous avons demandé.  Des gens ne peuvent pas habiter à un endroit pendant plusieurs années et on vient les déloger comme ça  comme s’il n’avait pas de droit. Le président de la république dit tout le temps que le Cameroun c’est un Etat de droit. Il faut que l’on respecte cela », déclarent ces derniers tous courroucés.


En effet, selon des informations recueillies,  les habitants de Ndopassi situés sur le site gazier qui sont partis, ont eu peur de la pression des autorités administratives et des responsables de l’entreprise Rodéo qui d’après les riverains  ont usé de tous les moyens pour les intimider.  «La police venait tous les temps nous avertir qu’on va casser, les éléments de la gendarmerie aussi. Quand on nous a donné le peu d’argent qu’on a donné on était obligé de partir. Parce que, les autorités administratives ne faisaient rien pour nous. On a vu le sous-préfet, le préfet, le gouverneur aussi. La situation n’a pas changé. Que voulez-vous qu’on fasse puisque on n’est pas aussi fort » déclare en chœur ces riverains décidés à faire entendre leur voie. Pour les faire partir déclarent certains d’entre eux, les responsables de cette entreprise proféraient des menaces à ces derniers. «Ils nous disaient à chaque fois que si on ne casse pas nos maisons et on part de nous même, on n’aura plus droit à rien » déclarent  certains d’entre eux, avant d’ajouter qu’ils n’avaient pas de choix.


Solidarité d’intérêt


D’après dès informations, c’est par solidarité d’intérêts que tous les riverains concernés par les indemnisations se sont mobilisés chez Marie Louise Nani ce mercredi 13 novembre 2013. Ces derniers sont en fait venus empêchés l’équipe qui devait détruire la maison de cette dernière de ne pas le faire.  Car, selon les déclarations, c’est depuis mardi 12 novembre 2013 que cette dame devait être expropriée. «Les éléments de la gendarmerie sont venus  pour me faire sortir par force hier. (Mardi 12 novembre Ndlr).Quand le commandant est arrivé, je lui ai expliqué la situation et lui aussi était surpris de ce qui se passe. Il est reparti. Le responsable de Rodéo a dit qu’ils m’ont promis deux millions que j’ai refusés alors que c’était faux. Après cela, le préfet à son tour, est venu me menacer en me demandant de partir. Il a promis  de détruire ma maison aujourd’hui. C’est pourquoi tous ces gens-ci sont venus », explique dame Marie Louise Nani toute hébétée.

 

Sur le site de cette manifestation hier, c’est une foule réellement surchauffée qui s’observait. Ces derniers s’évertuaient à crier à l’injustice tout en réclamant que  leur honneur soit rétabli. Ils espèrent tout simplement que le président de la république qui passera par là pourra trouver une solution à leur problème.


Habitude


Il faut dire que le mouvement d’humeur des riverains du site gazier de Ndogpassi n’est pas le premier du genre. Ces derniers avaient manifesté le 25 juillet 2011 leur ras le bol devant l’entrée du site en question. Ils avaient bloqué l’entrée de la société Rodéo, empêchant ainsi aux camions et engins de travailler normalement. C’est la descente du sous-préfet de Douala 3ème qui avait atténué la colère des riverains sortis massivement ce jour. C’est suite à ce mouvement d’humeur que ces derniers avaient été convoqués à la sous préfecture de Douala3.


Le problème d’indemnisation des riverains du site gazier de Logbaba concerne 104 personnes au total. Parmi lesquelles  52 maisons et 52 lopins de terre.

 

Hervé Villard Njiélé

 

Voir les commentaires

Beb Solo : «Un esprit patriotique et la volonté commune de gagner, seuls pourront permettre aux Lions de gagner la Tunisie»

14 Novembre 2013, 21:57pm

Publié par Hervé Villard

Bep Solo
«Un esprit patriotique et la volonté commune de gagner, seuls pourront permettre aux Lions de gagner la Tunisie»

Ancien joueur de l’équipe nationale de football et membre important de l’association des footballeurs camerounais, Bep Solo, fait une analyse de la rencontre Cameroun-Tunisie, comptant pour les qualifications de la coupe du monde 2014. Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, il analyse les chances des Lions Indomptables. Il fait ressortir les faiblesses et les forces de cette équipe et  propose la potion qui peut d’après lui, permettre aux poulains de Volker Finke de  sortir victorieux de cette rencontre et de participer à la phase finale de la coupe du monde 2014. Lisez-plutôt !!!
 
Depuis plusieurs années maintenant, l’équipe nationale n’a plus remporté le moindre trophée. Pis encore, elle ne s’est d’ailleurs pas qualifiée aux deux dernières coupes d’Afriques des Nations. Qu’est ce qui fait problème d’après vous ?

Le problème c’est le management. Il faut remonter au niveau de l’Assemblée générale de  la fédération camerounaise de football pour comprendre cela. Les membres élus, les membres nommés et tous ceux qui sont chargés d’organiser les compétitions qui sont à l’origine de tout le désordre que l’on observe dans le football camerounais aujourd’hui.

Vous faites partie des anciennes gloires qui ont hissé le football camerounais sur le toit d’Afrique et du monde. Quel sentiment avez-vous en voyant niveau du football camerounais aujourd’hui ?

C’est pour cela que je suis au devant de la scène en tant que syndicaliste de l’association des footballeurs camerounais. J’ai vu la pyramide du football camerounais s’écrouler. Je l’ai vécu. On a parlé de ça tous les jours, on a crié sur tous les toits aujourd’hui avec ce qui est finalement arrivé, les gens ont compris qu’on avait vu juste. Et qu’on n’avait pas pris des dispositions. J’ose croire que avec tous ce qui est fait actuellement, avec tout ce qui est pris comme disposition, on que cela va changer. Vous savez que c’est nous qui avons commencé a parlé du tribunal arbitral de sport avec les problèmes de la Fécafoot tous ce que vous avez entendu dire à Douala à propose de cette Fécafoot, c’est nous. Nous avons voulu attirer l’attention des autorités compétentes pour leur dire que ça ne va pas. Et que tout ce qu’on était en train de faire là ce n’était que de la mascarade puisque, ils n’ont pas encore commencé le vrai travail de relève du football camerounais. C’est aujourd’hui qu’ils ont compris et nous osons croire qu’ils auront la volonté de la faire.

Vous aviez été joueur professionnel aujourd’hui vous êtes observateurs averti du football. Quelles solutions proposez-vous pour permettre aux  Lions Indomptables pour battre la Tunisie et se qualifier pour la coupe du monde 2014 ?

A mon niveau je vais plutôt vous parlez d’un débat technique qui est en cours actuellement. Il ya un poste au sein de l’équipe nationale qui pose de sérieux problème. Il s’agit du poste de latéral droit. Depuis que Gérémie Njitap est partie, on n’a pas encore trouvé quelqu’un pour le remplacer. Depuis qu’on n’essaie n’importe qui ça ne donne pas. Je vous fais savoir que pour jouer à ce poste on n’a pas besoin d’être gaucher ou droitier. A notre temps quand j’intégrais cette équipe, j’étais déjà gaucher mais, je jouais à droite.  Ça c’est une insulte. Cette histoire qu’on nous raconte qu’un Gaucher ne peut pas jouer à droite ne tient pas la route. Maintenant, s’il me fallait boucher, je prendrais un gars comme Nkoulou qui est parti du Cameroun comme latérale gauche, on ne l’a pas connu comme libero. On prend le jeune Kana Biyik on mais à l’axe avec l’autre. Voilà par exemple une idée mais, les gens ne voient pas ça comme ça. Sur le plan offensif on a six milieu de terrain défensif depuis près de six matches et on n’est surpris que depuis on n a gagné aucun match. On ne peut pas marquer de but avec six milieux de terrain défensif. Les joueurs, il y en a puisqu’on passe le temps à dire qu’il n y a pas de joueurs. Même dans le championnat national, on peut en trouver. Il y en a que l’on voit ici dans notre championnat qui nous produise de bonne chose. Il suffit de leur donner leur chance et le tour est joué. Mais, si on n’aligne que les milieux de terrain défensifs  comment voulez-vous que l’on marque des buts.  C’est pourquoi  on n’est surpris de voir Samuel Eto’o décroché pour venir chercher le ballon. Et avec ça comment voulez-vous qu’il marque des buts ? Je ne me décourage pas. Ce que je sais, c’est qu’il faut que ces enfants là aient un esprit patriotique. Ça dépasse tout. Il faut que les gars aient le même esprit, la même volonté de gagner et le reste va aller.  C’est également vrai que le  rôle du public qui est un douzième joueur est important. Mais le public est un acquis. Vous avez regardez le dernier match au stade de Fandena. C’était plein à craquer, le public était présent. C’est pourquoi, je m’adresse principalement aux joueurs. Il faut qu’ils se donnent à fond et ça va aller.

Interview réalisée par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Ngondo 2013: Les élections retardent la célébration de ce festival

8 Novembre 2013, 17:05pm

Publié par Hervé Villard

 

La déclaration a été faite par Din Dika Akwa, le président en exercice du Ngondo. C’était à l’occasion de la conférence de presse de lancement de ce festival  qui a eu lieu à Douala ce 5 novembre 2013

 


Généralement célébrée du 1er novembre au 2 décembre de chaque année, la fête  traditionnelle et culturelle Sawa  n’a pas  respecté cette périodicité en cette année 2013. Elle a  connu un retard de quelques jours et se célèbrera plutôt du 5 novembre au 1er décembre 2013. D’après Din Dika Akwa, le président en exercice du Ngondo, présent au point de presse de lancement de ce festival ce 5 novembre 2013 à Douala, les raisons de ce retard sont nombreuses. Parmi celles-ci, on signale le calendrier politique national et le retard accusé par l’assemblée générale du Ngondo qui valide  le thème des différentes éditions.

«Nous organisons le Ngondo de cette année avec du retard à cause de l’environnement politique du Cameroun. Vous êtes sans ignorer que nous sortons des élections législatives et municipales. Nous organisons également cette édition en retard  à cause de la tenue en retard de l’assemblée générale du Ngondo qui nous donne le quitus de présenter le thème de l’édition 2013 » a déclaré Din Dicka Akwa  comme pour justifier le retard observé au niveau de l’organisation de cette  fête Sawa.

Pendant ce point de presse qui lance de manière effective les activités du Ngondo, le thème de l’édition 2013 a été rendu public. Il est intitulé «Jalatane o mbale» qui signifie «communion dans la sincérité». D’après les membres du bureau exécutif du Ngondo, le thème de cette année est la continuité de celui de l’édition 2012 «Musango !"Musango Pete!», «ce thème vient s’asseoir sur le fondement de la paix  pour exhorter tous les membres de la communauté à cette valeur cardinal qu’est la vérité, la justice l’équité la sincérité et l’honnêteté. Les sawa doivent se mettre ensemble, ils doivent rester unis. Nous voulons amener les Sawa à travailler mains dans la main pour le mieux vivre de son peuple» a expliqué  Din Dicka Akwa. Avant de poursuivre ; «Le thème s’appuie sur les valeurs universelles. La paix est capitale dans la gestion d’une communauté et nous voulons la protéger pour la léguer aux générations futures. Mais seulement, on ne peut pas parler de paix quand il n’y a pas de sincérité, de vérité, de communion» a rajouté le secrétaire général du Ngondo.


Comme particularité de l’édition 2013, le bureau exécutif du Ngondo entend collecter près de 3 milliards pour poursuivre la construction du palais culturel Sawa. Ceci va se faire par une campagne de collecte de fond.

Au niveau des festivités, le programme reste le même. Le public aura droit comme à toutes les éditions, aux visites dans les cantons, à la foire culturelle et gastronomique, à la grande veillée agrémentée  des finales de concours miss Ngondo et des différentes luttes traditionnelles. La cérémonie sera clôturée par la traditionnelle messe de l’eau suivie par la course à pirogue aux berges du Wouri. La messe de l’eau va bel et bien se déroulée à la base Elf près des usines du milliardaire nigérian Dangoté

 

Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires

Charles Ngah Forgang: «C’est la preuve une fois de plus qu’il n y a pas de démocratie au Cameroun»

8 Novembre 2013, 17:03pm

Publié par Hervé Villard

 Charles Ngah Forgang (Secrétaire national à la communication au Manidem)


«C’est la preuve une fois de plus qu’il n y a pas de démocratie au Cameroun»  

«La condamnation du camarade Alexis  Ndema et Moutoudou est la preuve qu’au Cameroun il n’y a pas de démocratie. C’est une dictature féroce. C’est la preuve que, seule la tribune que sont les élections peuvent permettre aux révolutionnaires comme nous de s’exprimer. Vous avez bien vu que ces camarades là ont voulu tout simplement expliqué les difficultés d’Elecam à organiser les élections quand ils ont été interpelés et aujourd’hui condamnés. Or, la loi sur la liberté d’association, dit expressément que nous sommes sous le régime de la déclaration et non sur celui de l’autorisation. Les camarades de l’Upc avaient bel bien fait cette déclaration, comme ils n’avaient pas  reçu de récépissé, d’ailleurs, ils ne devaient pas en attendre puisque nous fonctionnons  sous le régime de la déclaration. Pendant qu’ils manifestaient pour dénoncer les manquements de Elecam, voilà qu’ils ont été arrêtés. C’est la preuve une fois de plus qu’il n’y a pas de démocratie au Cameroun.

C’est une grosse injustice et les camerounais aujourd’hui doivent en tenir compte. Ce qui arrive à l’Upc des Fidèles peut arriver à tout le monde. C’est une façon de museler les Camerounais. C’est une manière de les empêcher de s’exprimer. Ils ont condamnés avec sursis pendant trois ans. Ce qui veut dire qu’ils ne pourront plus rien organiser  pendant une durée de trois ans. Pour un parti politique comme l’Upc, c’est énorme, C’est un grand coup. N’oublions pas que ce qui arrive à l’Upc aujourd’hui arriverait à n’importe quel parti politique, n’importe quel citoyen, à n’importe qui. C’est une technique pour museler les camerounais et pour empêcher ceux-ci à exprimer leur ras-le-bol.

 

 

Réalisé par Hervé Villard Njiélé

Voir les commentaires